1. // Mondial 2014
  2. //
  3. //

J-sang : le Brésil est déjà très chaud

Après l’avancée des travaux hier dans le J-101, So Foot vous propose à J-100 un état des lieux de la violence au Brésil, entre contestation, mouvements sociaux et bastons autour des stades. Si les militaires présentent une équipe en juin, c’est eux qui auront le plus de spectateurs dans les stades.

Modififié
9 30
Contexte budgétaire : le Brésil est une république fédérale. Les travaux de la Coupe du monde, initiative gouvernementale, sont en général financés par l’état fédéral (Brasilia), puis par l’état concerné (Rio, SP, Bahia, Pernambouc…), et en dernier ressort par les mairies, traditionnellement moins dotées fiscalement. Quand on parle de 11 milliards d’euros dévolus à la coupe, il faut donc comprendre que l’état fédéral en dégage l’essentiel. Or deux des postes budgétaires clés du gouvernement fédéral sont en temps normal l’enseignement supérieur et une partie du transport (routes nationales et aéroports, en cours de privatisation). Enfin, pour le gouvernement, les perspectives de croissance moindre (2,3% en 2013,) et les surcoûts de l’exploitation pétrolière ont mis un terme à l’euphorie de ces dernières années.

Contexte social : les manifestations de juin ont éclaté avec 3 revendications majeures : transport, éducation, santé. Si l’éducation et la santé attendront le second mandat de Dilma Roussef et l’allocation des (incertaines) rentes pétrolières, le gouvernement a décidé de faire d’une pierre deux coups en lançant, à l’occasion du Mondial, de gros investissements sur le transport. Le pacte pour la mobilité urbaine, annoncé en juillet par la présidente pour calmer la rue, a vu le déblocage en urgence de 50 milliards de reais brésiliens (BRL), soit 16 milliards d’euros. Dans ce cadre, la majorité des fonds devaient permettre à des travaux déjà engagés d’être conclus avant la Coupe du monde. C’est globalement raté, même si énormément de choses ont effectivement été engagées.

La poursuite des manifestations : au cri de « Não vai ter copa ! » ( « La coupe n’aura pas lieu » ), des manifestations continuent, essentiellement à Rio et São Paulo. Si les comptes sont moins impressionnants qu’en 2013 (1 000 personnes par ci, 2 000 par là), la violence est en revanche devenue systématique. D’un côté, le mouvement s’est essoufflé, et ne restent dans la rue que les plus radicaux. De l’autre, la police fait moins de détails, histoire d’en terminer avant l’arrivée des touristes. Problème, ça n’a pas l’air de les calmer. Dans la rue, difficile de trier le bon grain de l’ivraie, dans la mesure où des associations pacifistes – notamment les membres du Comitê da Copa Popular - sont débordées voire infiltrées par des groupes violents (et notamment les désormais fameux black blocs) qui font dégénérer beaucoup de rassemblements.

La violence dans le foot : Comme un écho footballistique aux manifs anti-foot, un peu partout des ultras se distinguent après les matchs par leur goût de la castagne. Ils montrent la mauvaise préparation de la police (en grève les 25 et 26 février derniers pour réclamer des moyens), et écornent encore l’image du foot brésilien. Depuis 2009, les morts dans et autour des stades ont augmenté de 233%. En 2013, le Brésil atteignait le premier rang mondial, avec 30 morts directement liées aux bastons entre supporters. « Le problème, c’est l’impunité » , explique Mauricio Murad au journal O Globo, spécialiste de la question depuis 1990. A priori, la violence dans les stades et la violence dans la rue des derniers mois viennent de deux phénomènes distincts. Mais la concordance alimente le climat d’insécurité que la presse est trop heureuse de relayer.

L’insécurité en général : En parler sans chiffres est vain. Mais la résumer par les chiffres ne permet pas de comprendre la réalité d’un quotidien. Rio est un cas particulier, d’abord : après une amélioration globale de la sécurité (des touristes) depuis 2009 dans la lignée de ladite « pacification » des favelas, l’édifice sécuritaire se lézarde aujourd’hui. La politique tant vantée semble surtout une gentrification de la violence, puisque depuis début 2013 les statistiques sont de nouveau à la hausse, un peu moins dans le centre (+9%) qu’à l’échelle de l’état de Rio (+16,7% d’homicides déclarés en 2013 pour un total de 4761). On est loin des chiffres des années 1990 (40 homicides pour 100 000 habitants), mais on y retourne doucement (29 en 2013). À São Paulo, la guerre des gangs a connu un épisode particulièrement dur en 2013. Ailleurs, difficile d’avoir des chiffres fiables. À Cuiabá, par exemple, 69 homicides annoncés entre janvier et février 2014, c’est à peu près 4 ans de Corse en 2 mois. Dernier phénomène apparu à Rio, les « justiciers » : déjà deux voleurs pris en flagrant délit ont été lynchés en pleine rue par des habitants.

Forcément, c’est le genre de données qui foutent le moral dans les crampons. Super, et alors, qu’est-ce qu’on fait ? Vous, pas grand-chose. Eux, investir dans l’éducation d’un côté et la formation des policiers de l’autre.

Le quotidien et la réalité pour les touristes : on ne vous rassure pas, rien n’a changé. Le cliché des jeunes noirs pauvres délaissés venus d’en haut qui agressent les riches blancs nantis qui habitent en bas a encore la vie dure. Mais dans les centres-villes, la situation est plutôt pacifique, voire tout à fait normale. Certes, en ce moment, c’est un peu plus chaud à São Paulo parce que les jeunes descendent chercher la clim dans les centres commerciaux, et c’est un peu plus chaud à Rio parce que la pacification connaît des ratés spectaculaires. Mais les phénomènes sont tellement complexes à décrypter qu’une analyse à court terme serait forcément biaisée. Ce qui est certain, c’est que le déploiement policier est de plus en plus impressionnant.

Ce qu’il va se passer pendant le Mondial : au prix d’une dispositif policier qui devrait étouffer rapidement toute velléité de protestation, aucun problème majeur ne sera à signaler. Au hasard : 2 supporters suisses seront blessés par des fumigènes d’agriculteurs à Brasilia, 1 Chilien prendra une matraque policière par erreur à São Paulo et 1 Hollandais pris pour un policier sera durement molesté par les blacks blocs à Rio. Bilan honorable à prévoir, donc, qui malheureusement ne tiendra pas compte des accidents de surf des Allemands avec les requins de Recife (attention, vidéo moche).

Par David Robert, correspondant à Rio
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

TrollingMachine Niveau : Loisir
Si encore ils nous sortaient des Ronaldinho, Ronaldo, Romario.
Mais c'est le néant actuellement, donc les brésiliens taisez-vous.
Un grand stade est bien plus majestueux que vos favelas.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Et oui les tensions sociales disparaîtront le temps du show CDM pendant 1 mois.

L'édition sud-africaine organisée dans le pays le chaud niveau insécurité s'est finalement bien déroulé, laissant au terme de la compétition un bus vide et un pays dans les mêmes besoins.

Les pays s'endettent pour une d'une fête sportive depuis des années. Soit les investissements sont mis sur le long terme malgré des endettements extrêmement longs (Montreal vient juste de finir d'éponger sa dette pour l'organisation des JO), soit cela permet d'exposer une vitrine faussée des pays en voie de développement.

Bref, rien de neuf. L'organisation de ces compétitions n'a jamais eu pour but de bouleverser le corps social et économique. Le fric généré revient toujours aux mêmes.

La coupe du Monde de foot tout comme les JO sont les égéries festives des réalités capitalistes.
Arthur-FAFI Niveau : DHR
On va sûrement assister à des manifestations importantes puisque que le nombre d'opposants au Mondial augmente de façon importante et que les problèmes ne vont pas se résoudre dans les moins qui viennent.

Mais, le football devrait prendre le dessus et chaque nation sera focalisée sur les résultats de son équipe. On pourrait avoir un Mondial d'une excellente qualité. Avec des pays sud américains qui jouent à domicile et des pays européens qui ont des cartes à jouer.

In fine, si le Brésil gagne la Coupe du Monde ou au moins arrive en finale, les revendications passeront au second plan. Mais, si le Brésil fait une contre-performance, cela peut-être hardos. Il y aura du spectacle dans les stades et dans les rues.

Comme on dit à Fanny qu'il aurait pu laisser marquer Lucas, nous pourrions laisser gagner le Brésil pour ne pas gâcher la fête....
Note : 5
Ordem e Progresso...
Note : 2
Le déroulement du Mondial dépendra uniquement du parcours du Brésil. Si le Brésil est éliminé avant la finale, la CdM s'arrête dans la soirée
J'ai tout de même hâte que le mondial débute.
travdesaopaulo Niveau : Loisir
Ça confirme mes propos d'hier, un peu comment un type qui arrive sur Paris et croit tout savoir sur la France, ce "journaliste" est en visite à Rio et se met à écrire que des conneries sur le Brésil.
travdesaopaulo Niveau : Loisir
Sympa, le journaleux de l'UMP qui fait la couverture de la coupe du monde au Brésil.
nononoway Niveau : CFA
Message posté par Pascal Pierre
Et oui les tensions sociales disparaîtront le temps du show CDM pendant 1 mois.

L'édition sud-africaine organisée dans le pays le chaud niveau insécurité s'est finalement bien déroulé, laissant au terme de la compétition un bus vide et un pays dans les mêmes besoins.

Les pays s'endettent pour une d'une fête sportive depuis des années. Soit les investissements sont mis sur le long terme malgré des endettements extrêmement longs (Montreal vient juste de finir d'éponger sa dette pour l'organisation des JO), soit cela permet d'exposer une vitrine faussée des pays en voie de développement.

Bref, rien de neuf. L'organisation de ces compétitions n'a jamais eu pour but de bouleverser le corps social et économique. Le fric généré revient toujours aux mêmes.

La coupe du Monde de foot tout comme les JO sont les égéries festives des réalités capitalistes.


L'Afrique du Sud doit être un des pays les moins chauds d'Afrique du Sud. Enfin, par où peuvent passer les touristes. Faut arrêter de tout noircir (AHA).
nononoway Niveau : CFA
Message posté par nononoway


L'Afrique du Sud doit être un des pays les moins chauds d'Afrique du Sud. Enfin, par où peuvent passer les touristes. Faut arrêter de tout noircir (AHA).


un des pays les moins chauds D'AFRIQUE*, bien sûr.
nononoway Niveau : CFA
Message posté par Vert&Blanc
Ordem e Progresso...


Bordel e progresso
La pacification des favelas à Rio, c'est plutôt une énorme réussite.
C'est loin d'être parfait parce que y en a encore des milliers qui ne sont pas pacifié (surtout en banlieue où les anciens trafiquant ont fuis, et encore ils ne font pas trop de bruit histoire qu'on ai pas l'idée de les pacifié aussi). Le problème, c'est aussi la corruption policière, donc ça fait des bavures. L'augmentation des chiffres, ce sont surtout le brésiliens qui rapportent plus les crimes à la police, avant ils ne disaient rien.

Le tableau que vous peignez est plutôt noir mais les choses vont dans le bon sens. Les réclamations des brésiliens (sécurité, éducation, santé) sont légitime pour un pays en développement. Il faut surtout voir que le Brésil est un des pays où l'on paye le plus d'impôt donc les gens sont en droit de réclamer un retour.
Note : 1
Et a t'on le droit de réclamer un emploie en tant que citoyen d'un pays ??
Je ne voudrais pas me faire l'avocat du diable , la violence , le crime , règlement de compte du a la drogue , la bope ..

Mais un moment donné ne pas chercher la cause de ce marasme pourtant mondial > pays développé comme moins développé < c'est fuir le vrai problème !!
C'est plus facile pour les gouvernement me matraquer le peuple quand ils sort du rang , que eux mêmes nous dictes , nous imposes ..

Mais il y a une économie mondial qui est en train se mettre en place actuellement de façon dictatorial !!
> ou l'ouvrier , le prolétaire a perdu sa place <

_ Le Brésil a beau avoir l'économie numéro 1 de tout le Mercosul ( ce qui se ressent dans les effectifs du championnat avec les achats de joueurs dans les clubs ) > des milliers de gens dans les favelas ont pas accès au monde de l'emploi !!!! <

Je ne suis pas en train d'excuser les pires barbaries de Rio , mais juste de tenter de dénoncer l'engrenage dans lesquels beaucoup de Brésiliens sont .

( c'est valable pour tout les continents ceci aussi sur cette planète , le monde de l'emploi qui recule , la gangrène de la précarité qui se propage tel un virus )
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par nononoway


L'Afrique du Sud doit être un des pays les moins chauds d'Afrique du Sud. Enfin, par où peuvent passer les touristes. Faut arrêter de tout noircir (AHA).


En terme d'homicides, l'Ethiopie est le seul pays africain à devancer l'Afrique dy Sud en terme d'homicides à l'époque de la Coupe du Monde 2010.

L'Afrique du Sud comptait 50 meurtres par jour. Ce qui est loin d'être un petit score, même pour un pays africain.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par Pascal Pierre


En terme d'homicides, l'Ethiopie est le seul pays africain à devancer l'Afrique dy Sud en terme d'homicides à l'époque de la Coupe du Monde 2010.

L'Afrique du Sud comptait 50 meurtres par jour. Ce qui est loin d'être un petit score, même pour un pays africain.


en terme d'homicides hein !
Ne vous inquiétez pas, le ministre des sports brésiliens, M. Aldo Rebelo est là pour nous rassurer.
Pour ce qui est de l'insécurité il a dit qu'il s'est déjà fait voler à l'aéroport de Roissy.
Quant aux travaux en retard, il a confié qu'il n'est jamais allé à un mariage où la mariée était à l'heure.

Ces Brésiliens <3
Message posté par El Xeneize
Et a t'on le droit de réclamer un emploie en tant que citoyen d'un pays ??
Je ne voudrais pas me faire l'avocat du diable , la violence , le crime , règlement de compte du a la drogue , la bope ..

Mais un moment donné ne pas chercher la cause de ce marasme pourtant mondial > pays développé comme moins développé < c'est fuir le vrai problème !!
C'est plus facile pour les gouvernement me matraquer le peuple quand ils sort du rang , que eux mêmes nous dictes , nous imposes ..

Mais il y a une économie mondial qui est en train se mettre en place actuellement de façon dictatorial !!
> ou l'ouvrier , le prolétaire a perdu sa place <

_ Le Brésil a beau avoir l'économie numéro 1 de tout le Mercosul ( ce qui se ressent dans les effectifs du championnat avec les achats de joueurs dans les clubs ) > des milliers de gens dans les favelas ont pas accès au monde de l'emploi !!!! <

Je ne suis pas en train d'excuser les pires barbaries de Rio , mais juste de tenter de dénoncer l'engrenage dans lesquels beaucoup de Brésiliens sont .

( c'est valable pour tout les continents ceci aussi sur cette planète , le monde de l'emploi qui recule , la gangrène de la précarité qui se propage tel un virus )


C'est même pas la question de l'emploi en soi. Bien que depuis deux ou trois la croissance du pays soit molle, entre 2 et 3%, le taux de chômage reste assez bas, entre 6 et 7%. Ce qui révolte les Brésiliens c'est avant tout le coût de la vie extrêmement élevé, surtout à Rio, São Paulo et Brasilia, les hôpitaux qui te rapprochent des cimetières, le système public d'éducation ridicule, les transports en commun ultrabodéliques et inefficaces, bref... Sinon +1 pour toi!



Autrement, ce qui est vraiment triste, c'est de voir les places les moins chères pour le Fla-Flu à 100 reais (environ 30 euros).
nononoway Niveau : CFA
Message posté par Pascal Pierre


En terme d'homicides, l'Ethiopie est le seul pays africain à devancer l'Afrique dy Sud en terme d'homicides à l'époque de la Coupe du Monde 2010.

L'Afrique du Sud comptait 50 meurtres par jour. Ce qui est loin d'être un petit score, même pour un pays africain.


Taux d'homicide ≠ sentiment d'insécurité
Faut arrêter de faire flipper tout le monde.

Idem pour l'Ethiopie, qui est un des plus beaux pays d'Afrique. Je m'y balladerais cent fois plutôt qu'en Somalie, au Nigéria, en Sierra Leone... (ceci dit, les Ethiopiens sont, généralement, fort peu accueillants).
Message posté par nononoway


Taux d'homicide ≠ sentiment d'insécurité
Faut arrêter de faire flipper tout le monde.

Idem pour l'Ethiopie, qui est un des plus beaux pays d'Afrique. Je m'y balladerais cent fois plutôt qu'en Somalie, au Nigéria, en Sierra Leone... (ceci dit, les Ethiopiens sont, généralement, fort peu accueillants).


Ecoute, la Sierra Leone, c'est finalement plutot tranquil si on fait un peu attention. (Freetown en tout cas)
Message posté par Pascal Pierre


En terme d'homicides, l'Ethiopie est le seul pays africain à devancer l'Afrique dy Sud en terme d'homicides à l'époque de la Coupe du Monde 2010.

L'Afrique du Sud comptait 50 meurtres par jour. Ce qui est loin d'être un petit score, même pour un pays africain.


Tu as raison mais c'est toujours à relativiser. Où se passe les homicides et qui se se tuent entre eux ?

Idem au Brésil. Je connais pas les chiffres mais j'imagine qu'ils sont très élevés à São Paulo et pourtant je n'ai jamais eu aucun problème (et je n'habitais pas dans les quatiers chics, je prenais le bus déchiré à 6h du mat etc.)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
9 30