Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FC Lorient
  3. // Itw Mathieu Peybernes

« J'ai plus de garanties à Lorient qu'à Bastia »

Son transfert a motivé une pétition de supporters bastiais, et apparaît comme une réelle curiosité dans l'univers de la Ligue 1. Mais Mathieu Peybernes le clame aujourd'hui haut et fort : il se sent mieux en mission commando avec Lorient qu'il ne l'a jamais été à Bastia.

Modififié
Le scénario du match contre Guingamp, c'est idéal pour une première avec Lorient...
De gagner, c'est idéal. On était menés à la mi-temps, c'était compliqué, mais on a réagi. C'est un premier tournant de cette deuxième partie de saison, un match charnière, même si ce n'est que le début de la phase retour. Il fallait gagner pour recoller au wagon. Cette première s'est bien passée pour moi, j'ai été bien accueilli par tout le monde, ce qui m'a aidé à me sentir à l'aise d'entrée, c'est de bon augure pour la suite.

« Depuis que le club est remonté en Ligue 1, il y a eu des 10es places, des 12es places, l'équipe a été stable dans sa performance, mais financièrement on a toujours eu du mal à passer les barrières de la DNCG. »

Ton transfert a surpris, pourquoi quitter Bastia hors de la zone rouge pour Lorient qui est en plein dedans ?
Il y a eu des polémiques autour de ce transfert, c'est clair. À partir du moment où il y a eu l'offre de Lorient, on m'a demandé de prendre une décision. Ce qui m'a plu à Lorient, c'est le challenge. C'est vrai qu'il n'y avait que 15 points au moment où j'ai signé, mais on sait ce qu'est Lorient en Ligue 1. Aujourd'hui, il y a un effectif de qualité, de très bons joueurs, et un challenge de 18 matchs, 18 combats pour maintenir l'équipe. J'ai quitté une situation confortable à Bastia, on était quatorzièmes, j'avais disputé tous les matchs, j'étais bien intégré, dans une position de force. Là, je me mets en difficulté, je cherche à me prouver que je peux faire plus à Lorient. C'est un choix personnel, je n'ai rien contre ceux qui m'en veulent. Cela a été compliqué de quitter Bastia, mais je suis bien à Lorient.


Et il y a eu de la friture sur la ligne avec le Sporting, même si tu as calmé le jeu sur la fin...
Au-delà de cela, je pense que les gens ne sont pas dupes de ce qu'il se passe à Bastia. J'ai mis de l'eau dans mon vin parce que j'ai passé deux ans et demi formidables. Une aventure humaine, avec un superbe groupe. On a vécu des moments forts, comme la finale de Coupe de la Ligue, on s'est sauvés dans des situations vraiment compliquées... Je ne vais retenir que du positif, que cela soit des supporters, du club. Il ne faut pas oublier que quand je suis arrivé, j'étais en difficulté et le président Pierre-Marie Geronimi est le seul qui a daigné me faire confiance. Ils m'ont pris pour zéro euro, ils ont reçu une offre à deux millions, dans l'affaire tout le monde s'y retrouve. C'est pour cela qu'ils ont accepté l'offre et m'ont demandé de faire un choix. C'est ma décision de partir, certains ne la comprennent pas et je le conçois, car on ne sait pas ce qu'il se passera en fin de saison. Mais malgré tout ce qui s'est dit, j'ai des certitudes à Lorient que je n'avais pas à Bastia. Je peux comprendre la colère des supporters de Bastia, je n'oublierai jamais mon passage là-bas, cela a été important pour moi et ma famille, j'y garde beaucoup d'amis...


Il y a eu une pétition des supporters pour réclamer le départ de l'équipe dirigeante du Sporting à la suite de ta vente, comment tu l'as vécue ?
Quand j'étais à Bastia, il y avait déjà un sentiment de lassitude des supporters vis-à-vis des dirigeants. Dans l'équipe aujourd'hui, il y a huit joueurs en prêt, ce n'est pas un signe de pérennisation du club. Depuis que le club est remonté en Ligue 1, il y a eu des 10es places, des 12es places, l'équipe a été stable dans sa performance, mais financièrement on a toujours eu du mal à passer les barrières de la DNCG. Ce n'est pas moi qui gère le club, je suis joueur, mais quand cela se passe mal sur le marché des transferts, on cherche un coupable et là on a dit que c'était Mathieu Peybernes. Pas de souci, j'ai pris mes responsabilités, j'ai dit ce que j'avais à dire. Je suis capable de comprendre la pétition des supporters, Bastia est le club phare en Corse, ce serait dommage qu'il perde sa place en Ligue 1 pour un problème de gestion alors qu'il y avait de bons classements.


François Ciccolini réclamait un défenseur central de plus, et finalement c'est un défenseur central titulaire qui est parti...
Pour avoir beaucoup discuté avec le coach, quand on a eu la blessure de Toto (Sébastien Squilacci, ndlr), il a réclamé ce défenseur qu'on n'a pas eu. On a beaucoup bricolé, on a fait passer Flo Marange qui est un latéral, dans l'axe. On avait très peu de certitudes sur le fait que le club puisse se renforcer. On le voit actuellement, il y a beaucoup de prêtés, cela prouve que c'est compliqué financièrement. Quand l'offre de Lorient est arrivée, ils l'ont acceptée. C'était compliqué humainement et sportivement de partir. Lorient est dernier, mais je suis content car je vois que le club est bien géré et je n'ai aucun doute sur le fait que l'on s'en sorte...

Tu considères que de passer de Bastia à Lorient, c'est plus de certitudes sur le moyen terme à défaut du court terme ?
Tout à fait. Au-delà de l'aspect financier sur lequel Bastia a beaucoup insisté, à tort, il faut comprendre que l'on a une famille derrière le football. Lorient est stable, pérennisé en Ligue 1 malgré son classement. La structure du club, l'encadrement m'ont donné plus de garanties que je n'en ai eu à Bastia.

Tu parles de viabilité financière du club ?

Tout à fait, c'est ça...

Le 14 mai, il y a un déplacement de Lorient à Bastia pour l'avant-dernière journée de Ligue 1, les deux clubs lutteront peut-être encore pour leur survie. Ce match est coché dans ton calendrier ?
C'est le premier match que j'ai eu en tête. J'espère que les deux clubs seront sauvés, dans le cas contraire, chacun défendra sa peau, chacun à sa manière. Mais je retournerai à Bastia avec plaisir, même si je m'attends à un accueil mitigé. Mais ce sera fort émotionnellement. Mais aujourd'hui, je suis à Lorient, si on doit gagner à Bastia pour se sauver, on le fera. Même si j'espère qu'on sera maintenus avant. Et Bastia aussi...

Bernard Casoni t'a appelé en amont de ton transfert ?
Oui, je lui ai parlé pendant la trêve, on était rapidement d'accord même si Bastia a un peu tardé. Tout s'est accéléré en deux ou trois jours à cause du match contre Guingamp. Le coach m'a expliqué qu'il lui fallait quelqu'un d'expérience, disponible de suite. Il était souvent à Bastia, il avait vu pas mal de mes matchs, et m'a dit être intéressé par mon profil. Malheureusement, à part une année où j'ai joué la Ligue Europa, j'ai été habitué à lutter pour le maintien. Les situations d'urgence, il faut être fort mentalement, et ça je connais. En toute humilité, j'apporte ce que je sais faire.

La carrière de joueur qu'il a vécu a peut-être aussi pesé dans ton choix ?
Forcément, c'est quelqu'un qui peut aussi me faire progresser à mon poste. Il me l'a d'ailleurs dit, il y a des choses que je fais bien, et d'autres moins bien qu'il va corriger. Sur le plan personnel, son expérience du poste va jouer dans ma progression. Je signerai pour faire la même carrière que lui.

Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 75 il y a 7 heures Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 14 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 122
À lire ensuite
Bordeaux au taupe niveau