1. //
  2. // Chivas Guadalajara
  3. // Itw Matias Almeyda

« J'ai passé ma vie de footballeur entre folie et obsession »

Pilier de l'Albicesleste de Bielsa, et de la Lazio championne d'Italie, en 2000, l'ex-milieu tout en grinta Matías Almeyda officie désormais au Mexique, où il entraîne les Chivas Guadalajara. Premier volet de notre entretien dédié à l'entraîneur Almeyda, et à sa fin de carrière d'écorché vif.

Modififié

On le retrouve à peu près comme on se le remémorait. Cheveux mi-longs, corps affûté d'accroc à la fonte, et cette énergie hors du commun palpable à chacun de ses pas. Seul le bandeau qui ceignait sa crinière et lui donnait des airs de Rahan des rectangles verts n'est plus. Encore en short et maillot, l'ex de la Lazio, de Parme et de l'Inter s'installe sur une chaise d'un recoin vert du centre d'entraînement des Chivas Guadalajara, le club formateur d'El Chicharito, qu'il entraîne depuis septembre 2015. Avant d'être séduit par les généreuses sirènes mexicaines, l'ex-vaillant milieu défensif avait débuté sa carrière sur les bancs à River Plate, à l'été 2011, pour l'unique saison de l'institution de Buenos Aires en deuxième division. Il avait ensuite relevé le même type de défi avec Banfield (2013-2015). Bien avant cela, il y eut un épisode sinistre, presque fatal. En 2004, à 30 ans, le gladiateur argentin décide de rendre les armes. Stupeur. Car aucun pépin physique n'avait précipité ses adieux, juste un profond dégoût pour le milieu dans lequel il évoluait. Mais sans le football, El Pelado (le tondu, il avait le crâne rasé quand il a hérité de ce surnom au centre de formation de River Plate) s'effondra. Dépression, crises d'angoisse, trop d'alcool. Une descente aux enfers pas loin de se terminer au cimetière, comme il l'avait confié à El Grafico en décembre 2009. L'ex-inoxydable milieu ressemblait alors à un vieux lion fatigué, la manière dont le dessina sa fille aînée, un déclic pour se reprendre en main. Matías Almeyda se décide alors pour un étonnant come-back, à 35 ans, avec River Plate. Quatre ans qu'il avait quitté le foot pro, mais sa condition physique hors du commun lui permettra de jouer deux saisons de plus avec les Millonarios, en titulaire. Aujourd'hui, El Pelado rayonne à la tête des Chivas, cette seconde sélection nationale qui ne joue qu'avec des éléments mexicains. Après un début de Torneo Clausura 2016 difficile, El Rebaño Sagrado (le troupeau sacré) reste sur quatre victoires de rang (onze buts pour, un contre), en proposant un football réjouissant. Après une séance d'entraînement matinale sous un soleil de printemps qui ne pardonne pas, à Guadalajara, le champion d'Italie 1999 s'en grille une à l'ombre, avant de se livrer en toute simplicité. Entretien tout en grinta et intégrité, d'un homme revenu de loin.


En France, on se rappelle avant tout de vous pour vos grandes années en Serie A et avec l'Albiceleste. Pourriez-vous nous dire quel type d'entraîneur est devenu Matías Almeyda ?
Je suis partisan d'un football de proposition, car pour moi, le football est un spectacle. Je veux que mes joueurs ressortent proprement le ballon, qu'ils se sacrifient pour le coéquipier et qu'ils participent aux tâches défensives comme offensives. Mon système de jeu est extrêmement dynamique, haut consommateur en énergie. C'est mon idéal, mais tout dépend évidemment des qualités de tes joueurs. Ici, je dispose de joueurs habiles techniquement, qui savent s'associer, capables de s'adapter à mon système.

Chivas était menacé par la descente en début de saison. Y a-t-il des circonstances qui pourraient vous faire renoncer à vos principes ?
Non (catégorique). Je crois en notre travail, notre méthodologie, je crois en cette manière de sentir le football, de l'exprimer, au-delà de la situation dans laquelle on se trouve. Une équipe qui lutte pour le maintien en restant regroupée derrière ne m'intéresserait pas. Si les résultats ne sont pas au rendez-vous, ils vont me virer, mais j'estime que cela vaut le coup de prendre ces risques. Aussi, comme entraîneur, je veux que mes joueurs progressent. Si on joue frileusement, je fais perdre cinq à six ans de carrière aux jeunes de Chivas.

D'où vient votre attachement à un football de proposition ?
De mon vécu et de l'endroit où j'ai grandi comme footballeur. J'ai été formé à River Plate, un club où tu es obligé de dérouler le jeu au sol, proprement. Tu dois gagner et bien jouer. Si tu étais champion en jouant mal, tu te faisais siffler. Le culte du résultat est celui qui a le plus de représentants dans les médias, mais l'important, c'est le travail de fond, que ton équipe progresse. Le culte du résultat peut tuer le foot d'ennui.


Étant donné vos convictions, n'étiez-vous pas frustré quand vous jouiez en Serie A, alors que le catenaccio prédominait largement ?
Un jour, j'ai eu une discussion animée avec Roberto Mancini quand j'étais à la Lazio. C'était le Clásico de Rome. On menait 3-2 face à une Roma réduite à dix. J'ai dit à Roberto qu'il fallait qu'on fasse l'effort pour avoir la possession, qu'on profite de notre supériorité numérique pour faire courir l'adversaire. Mais on a continué d'attendre et de jouer la contre-attaque. On misait notamment sur l'extraordinaire jeu long de Mihajlović, qui avait un gant à la place du pied, mais au final, on se fait reprendre (3-3). Au sein du vestiaire, on a parlé. Pour moi, ce fut un moment marquant.

Quand l'on vous écoute, on peut déceler des accointances avec le discours de Bielsa, qui vous a dirigé en sélection...
Oui. C'est quelqu'un que j'admire, d'une clarté rare. Avec très peu de mots, il t'explique ce que tu dois faire, et surtout, il te convainc. Comme entraîneur, je crois que j'applique une méthodologie similaire à la sienne dans ma programmation des exercices. Comme lui, je travaille en me basant sur des situations de jeu réelles. Je suis sa ligne, je partage cette mentalité d'un jeu porté vers l'avant. Mais je suis évidemment très loin d'être Bielsa. C'est le meilleur coach que j'ai connu.

« Les discours de Bielsa étaient remarquables. Il pouvait te réveiller un mort. » Matias Almeyda

Le meilleur ?
On peut dire que le meilleur est celui qui a le plus gagné, mais le succès ne peut se réduire à des résultats. La trace que tu laisses est tout aussi importante. Et ce qui caractérise Bielsa est que tous les joueurs qu'il a eus vont t'en parler en bien, et pourtant nous n'étions pas ses amis. Notre respect et notre admiration envers lui sont immenses. J'ai aussi une grande estime pour Guardiola ou Ferguson, mais je ne les ai pas eus comme entraîneur, je ne peux donc pas comparer.

Quand il vous a retenu en sélection, vous aviez 25 ans, vous étiez un joueur qui arrivait à maturité. En quoi vous a-t-il fait progresser ?
Tout d'abord, dans mon attitude. Dans ma concentration, mon application lors des entraînements. Je suis devenu beaucoup plus sérieux. J'ai aussi appris à mieux analyser nos rivaux. Bielsa te donnait vraiment une information parfaite sur tes adversaires, mais aussi sur toi-même. Avant chaque match, il me montrait quelques images : ce que je faisais bien et mal. Il parlait peu, mais ces images étaient tellement bien sélectionnées que son message était limpide. Ses discours étaient aussi remarquables. Il pouvait te réveiller un mort. Son lexique est riche, mais surtout, précis. Au Mondial 2002, même si ça ne s'est pas bien passé, si les supporters avaient écouté ses causeries d'avant-match, je crois que tout le pays aurait voulu jouer le match.

Quelque chose qu'il vous a dit et vous a marqué ?

Il m'a toujours bien traité. Je me rappelle qu'il m'a dit : « À chaque fois que vous avez le ballon et le passez à un partenaire, vous le faites à "trois doigts" (de l'extérieur, nda), cela me suffit à savoir que vous êtes un très bon joueur. » Avant qu'il me le dise, je n'avais jamais prêté attention à cela, et en observant les vidéos, je me suis rendu compte que c'était vrai et cela m'a donné encore plus confiance en moi au moment de réaliser ce genre de passes. Humainement, il m'a aussi laissé de grands souvenirs. Lors des éliminatoires, j'avais une tante qui était gravement malade et j'ai appris qu'il ne lui restait que quelques heures de vie. J'ai tenu au courant Marcelo de la situation, et sans hésiter, il m'a dit : « Allez-y, profitez de ses dernières minutes, secondes, à ses côtés, le football peut attendre. » Quand j'ai été champion avec River et Banfield, il m'a envoyé, à chaque fois, des lettres très émouvantes. Quand je suis revenu au football aussi, il m'a écrit pour me dire : « Si le football vous rend vraiment heureux, je serai heureux pour vous, mais si vous vous rendez compte à nouveau que le football ne vous rend pas heureux, allez vous-en. »


Justement, pourquoi avoir pris votre première retraite si tôt ?
En fait, j'ai passé ma vie footballistique sur le fil du rasoir, entre folie et obsession. J'étais à l'Inter, j'avais un contrat de trois ans, et au terme de ma deuxième année, j'ai dit à Moratti que je n'en pouvais plus.



Pour quelles raisons ?
J'étais contre un système que je ne pouvais pas changer, alors j'ai décidé de partir (il jouera tout de même quelques mois avec Brescia, nda). C'était vraiment un coup de folie, personne ne comprenait rien.

« Après ma carrière, je me suis installé à la campagne, mais j'ai vraiment eu du mal à m'adapter. Il faut être fait pour ça. J'avais 2000 animaux, je les regardais, et aucun ne me faisait l'effet que peut me faire un ballon... » Matias Almeyda

C'est de corruption que vous parlez ?

Non, plutôt toute cette hypocrisie du football professionnel, ces gens qui te poignardent dans le dos, ces amitiés qu'il fallait nouer avec des journalistes pour qu'ils parlent bien de toi et en tirer un avantage, je n'ai jamais pu supporter cela. En fait, j'ai toujours senti cela, mais plus les années passaient et plus cela me rendait malade. Je n'ai jamais compris qu'on pouvait parler si bien de moi, me sourire quand je réalisais de grandes performances, et que les mêmes personnes pouvaient me descendre quand j'étais moins bien.

Vous parlez de certains dirigeants, agents, journalistes ?
Pas seulement, je pense aussi à des amis, à des membres de ma famille, un paquet de gens. Que l'attitude des gens changent envers toi selon tes résultats, cela m'a toujours écœuré. Bon, finalement, j'ai appris à l'accepter. Le football me manquait trop.

Quand vous prenez votre retraite, vous partez travailler à la campagne...
Oui. J'ai investi mon argent dans une exploitation, en Argentine. J'avais des animaux, on produisait du lait : 800 litres par jour. Je me suis installé à la campagne, mais j'ai vraiment eu du mal à m'adapter. Je me suis rendu compte que c'était une vie vraiment difficile. Il faut être fait pour ça. J'avais 2000 animaux, je les regardais, et aucun ne me faisait l'effet que peut me faire un ballon. Qu'une vache me donne 40 litres de lait ou 23, pour moi cela revenait au même...


Vous n'avez donc pas seulement investi, vous travailliez au quotidien ?
Oui, je trayais mes vaches, je vaccinais, je coupais les cornes de mes bovins, je conduisais des tracteurs, je semais aussi. Mais ce n'était pas mon truc. Une année, j'ai semé du maïs, et normalement, il faut suivre une ligne droite, ce que je pensais avoir fait. Mais quand le maïs est sorti de terre, les rangs étaient en zigzag. Je conduisais donc bien le tracteur, mais très mal. (rires)

À propos de votre reconversion, vous avez dit : « Il convient à beaucoup de gens que les footballeurs soient ignorants. » Aujourd'hui, parlez-vous à vos joueurs des dangers de l'après-carrière ?
Oui. Au terme de sa carrière, un joueur qui a ouvert son esprit aura les outils en main pour mener une vie digne, il saura communiquer, raisonner, et se faire respecter par les autres. J'essaie donc d'inciter les joueurs à apprendre une langue étrangère, à étudier, et pas seulement pour préparer leur après-carrière. Car, à l'entraînement, il y a beaucoup plus de chance qu'un joueur qui étudie comprenne rapidement un exercice. J'insiste aussi sur le fait qu'il faut garder les pieds sur terre, ne pas se sentir au-dessus des autres car on est footballeur.

Et comment convaincre ceux qui persistent à penser qu'ils n'ont pas besoin d'autre chose que du football ?
Je partage mes expériences, les erreurs, les horreurs même, que j'ai commises, pour qu'ils ne les répètent pas. La célébrité peut te faire perdre la tête, les tentations sont nombreuses, la plupart négatives, je les préviens de ces dangers.

Quelles erreurs avez-vous commises comme jeune footballeur ?
Ma chance est d'avoir eu un physique privilégié. Tous les excès que je pouvais commettre, je ne les payais pas, car j'étais un fou d'entraînement. À la maison, je m'entraînais aussi, mais je faisais des choses qui ne sont pas conseillées à un footballeur…



Propos recueillis par Thomas Goubin, à Guadalajara
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Ca c'est de l'ITW thanks !!!
C'est toujours fascinant la place qu'occupe Bielsa dans l'esprit de ses joueurs. Un ovni ce loco, stoïque devant ce football toujours plus déshumanisé. Il m'apparait bien au dessus de la masse des journalistes, agents et dirigeants (coucou Labrune) qui s'agitent à ses pieds. Il sert la noble cause du football, comme si il avait été envoyé parmi nous pour le purifier. Parce que c'est ce qu'il fait, c'est du football brut qu'il nous diffuse...

Aller viens rejoindre mon mouvement bielsiste... Viens j'te dis!

Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
Note : 1
Merci pour cette interview très sympas Thomas, le timing est dingue de coïncidence puisque j'ai commencer à lire son autobiographie il y'a deux jours, comme quoi...

Pour la derniére phrase de l'itw, je vais vous en faire la traduction d'un passage que je viens de lire, assez glaçant comme témoignage sur son hygiène de vie:
«Pendant toute ma carrière, j'ai fumé 10 cigarettes par jour. L'alcool a également été un problème. Je brûlais tout pendant les entraînements, mais je vivais à la limite. Une fois, j'ai même bu 5 litres de vin, comme si c'était du Coca et j'ai fait une sorte de coma éthylique. Pour me débarrasser de l'alcool qui était dans mon sang, j'ai couru 5 kilomètres, jusqu'à ce que le soleil se mette à tourner. À l'époque, je jouais à l'Inter. Et quand je me suis réveillé et que j'ai vu toute ma famille réunie autour de mon lit, j'ai cru que c'était mon enterrement»
Chouette article qui me fait découvrir cet homme, et un bon exemple de ce que rien n'est jamais perdu. Merci.
InspectorNorse Niveau : Ligue 2
Le passage sur Bielsa me fait repenser à tous les discours qu'il y avait eu juste après son départ. Je me sentais pas concerné des masses, mais j'étais trop triste pour le football. Ce qu'il apporte à ses joueurs, les convictions humaines, anti-consuméristes, de construction qu'il arrive à insuffler dans ce monde du foot, putain mais rien que pour ça tu le respectes à jamais. Le mec Intègre. Je l'avais défendu comme un mort de faim, un mec atypique qui te fait vibrer, t'offre du jeu, qui t'apprend, te considère et qui aime son art plus que sa propre personne, c'est un peu rare.
Je suis heureux de voir qu'à chaque fois qu'il est évoqué par des joueurs, il n'en a laissé aucun indifférent, mieux il a laissé une trace indélébile dans leur parcours et dans leur coeur. Et c'est un peu le but de la vie bordel ouiiiiiiiiiin
Je sais pas pourquoi j'ai l'impression que tous les joueurs argentins qui ont joué en Europe sont passés par River
Almeyda, magnifique joueur, la grinta et la classe..dommage qu'il ait arrété si tot...

Et puis, il confirme , comme presque tous ceux qui ont côtoyé Bielsa, que c'est un homme à part, un génie du football.
C'est Milan qui a été champion en 1999 ;)
Superbe remontée de 8 points sur les 8 derniers matchs pour coiffer la Lazio. La Lazio c'est pour l'année d'après !
Super article, c'est pour ça qu'on vient sur so foot
Totti Chianti Niveau : Ligue 2
Très belle ITW.
Témoignage qu'un autre football est possible.

Je dois avouer que la Lazio a eu de beaux joueurs. Argentins notamment.
Veron, Crespo, Simeone, Almeyda justement.
Admirer ses adversaires? Oui, c'est possible.
Il le faut.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
Message posté par Raja1949
Je sais pas pourquoi j'ai l'impression que tous les joueurs argentins qui ont joué en Europe sont passés par River


Oui, c'est pas faux, le River Plate qui remporte la Libertadores en 1996 était une équipe absolument monstrueuse avec comme capitaine l'immense Enzo Francescoli entouré d'une belle bande de joueurs qui fera effectivement carrière en Europe: Hernán Crespo, Ariel Ortega, Marcelo Gallardo, les jeunes Sorín et Almeyda...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
Message posté par Peñarol mi Amor
Oui, c'est pas faux, le River Plate qui remporte la Libertadores en 1996 était une équipe absolument monstrueuse avec comme capitaine l'immense Enzo Francescoli entouré d'une belle bande de joueurs qui fera effectivement carrière en Europe: Hernán Crespo, Ariel Ortega, Marcelo Gallardo, les jeunes Sorín et Almeyda...


Et j'ai oublié Pablito Aimar... Honte a moi !
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 1
Message posté par DPG
C'est Milan qui a été champion en 1999 ;)
Superbe remontée de 8 points sur les 8 derniers matchs pour coiffer la Lazio. La Lazio c'est pour l'année d'après !


La Lazio qui elle-meme en 2000 remonte 9 points a la Juve et gagne le scudetto a la derniere journee apres l'incroyable Perouse-Juve joue 2h en retard dans des conditions improbables.
Georges Abitbol Niveau : CFA2
Batistuta, Salas, Mascherano, Higuain, Cavenaghi, Demichelis, Falcao, Lucho Gonzalez,... La liste est trop longue.

Dans les plus recents t'as Lamela, Kranevitter, Alexis Sanchez (en pret seulement 1 an donc pas vraiment issu le de la formation)

Ya beaucoup des bons joueurs en Europe ces 20 dernieres annees qui viennent de River ou Boca.

Maintenant ils viennent de plus en plus jeune. Avant comme l'a dit Penarol ils restaient plus longtemps et ca donnait des equipes super fortes.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
Message posté par Georges Abitbol
Batistuta, Salas, Mascherano, Higuain, Cavenaghi, Demichelis, Falcao, Lucho Gonzalez,... La liste est trop longue.

Dans les plus recents t'as Lamela, Kranevitter, Alexis Sanchez (en pret seulement 1 an donc pas vraiment issu le de la formation)

Ya beaucoup des bons joueurs en Europe ces 20 dernieres annees qui viennent de River ou Boca.

Maintenant ils viennent de plus en plus jeune. Avant comme l'a dit Penarol ils restaient plus longtemps et ca donnait des equipes super fortes.


C'était les années 90, l'Argentine et l'Uruguay était des pays ou la qualité de vie, la modernité et le pouvoir d'achat n'avaient pas grand chose à envier à l'Europe, les joueurs touchaient des salaires confortable et pouvaient espérer faire toute leur carriére au pays...
L'arrêt Bosman et la Crise de 2001 sont passé par la, le peso ne valait plus rien, les clubs européens en ont profiter et les joueurs sont parti de plus en plus nombreux, de plus en plus vite, provoquant la disparition quasi totale des équipes compétitives, et cela fait maintenant 15 ans que ça dure...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
Message posté par Georges Abitbol
Batistuta, Salas, Mascherano, Higuain, Cavenaghi, Demichelis, Falcao, Lucho Gonzalez,... La liste est trop longue.

Dans les plus recents t'as Lamela, Kranevitter, Alexis Sanchez (en pret seulement 1 an donc pas vraiment issu le de la formation)

Ya beaucoup des bons joueurs en Europe ces 20 dernieres annees qui viennent de River ou Boca.

Maintenant ils viennent de plus en plus jeune. Avant comme l'a dit Penarol ils restaient plus longtemps et ca donnait des equipes super fortes.


Oui, hormis Batistuta, tout les joueurs que tu cite ont portés le maillot de la Banda plus tard, moi je parlais de la fabuleuse génèration 96, tu l'a bien compris !
Belle itw.

C'est dingue ce qu'a pu transmettre Bielsa aux joueurs qu'ils l'ont eu commme entraineur, nouvelle preuve en est avec encore un très grand joueur qui admire le personnage.

D'ailleurs elle est très intéressente la génération des joueurs argentins du temps où Bielsa entrainait l'albiceleste qui sont devenues coaches : là Almeyda mais y'a aussi Gallardo, Berizzo, Pochettino qui tous se sont inspirés à divers degrés du Loco et qui le reconnaissent.
et puis même chez Simeone, qui lui a dû beaucoup s'inspirer des discours de Bielsa à mon avis
Malgré des résultats en dents de scie, Almeyda est une idole aux Chivas. Pourtant, les mexicains n'aiment vraiment pas les argentins. C'est dire le charisme de Mati. Grande!
Message posté par Peñarol mi Amor
Merci pour cette interview très sympas Thomas, le timing est dingue de coïncidence puisque j'ai commencer à lire son autobiographie il y'a deux jours, comme quoi...

Pour la derniére phrase de l'itw, je vais vous en faire la traduction d'un passage que je viens de lire, assez glaçant comme témoignage sur son hygiène de vie:
«Pendant toute ma carrière, j'ai fumé 10 cigarettes par jour. L'alcool a également été un problème. Je brûlais tout pendant les entraînements, mais je vivais à la limite. Une fois, j'ai même bu 5 litres de vin, comme si c'était du Coca et j'ai fait une sorte de coma éthylique. Pour me débarrasser de l'alcool qui était dans mon sang, j'ai couru 5 kilomètres, jusqu'à ce que le soleil se mette à tourner. À l'époque, je jouais à l'Inter. Et quand je me suis réveillé et que j'ai vu toute ma famille réunie autour de mon lit, j'ai cru que c'était mon enterrement»


C'est quoi le nom de l'autobiographie stp ? elle est en français ?
il y a 4 heures NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! il y a 2 heures Un match arrêté par des jets d'oeufs 2
il y a 6 heures Des lions sur les murs d'un vestiaire 28 Hier à 21:30 La belle ouverture du score de Liverpool 16
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 17:57 Macron s'est invité à la Commanderie 28 Hier à 11:20 Un mercato raccourci en Premier League ? 26
Hier à 11:16 Gignac donne son nom à un tigre 22 Hier à 08:48 Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 41 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 28