En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 27 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Chivas Guadalajara
  3. // Itw Matias Almeyda

« J'ai passé ma vie de footballeur entre folie et obsession »

Pilier de l'Albicesleste de Bielsa, et de la Lazio championne d'Italie, en 2000, l'ex-milieu tout en grinta Matías Almeyda officie désormais au Mexique, où il entraîne les Chivas Guadalajara. Premier volet de notre entretien dédié à l'entraîneur Almeyda, et à sa fin de carrière d'écorché vif.

Modififié

On le retrouve à peu près comme on se le remémorait. Cheveux mi-longs, corps affûté d'accroc à la fonte, et cette énergie hors du commun palpable à chacun de ses pas. Seul le bandeau qui ceignait sa crinière et lui donnait des airs de Rahan des rectangles verts n'est plus. Encore en short et maillot, l'ex de la Lazio, de Parme et de l'Inter s'installe sur une chaise d'un recoin vert du centre d'entraînement des Chivas Guadalajara, le club formateur d'El Chicharito, qu'il entraîne depuis septembre 2015. Avant d'être séduit par les généreuses sirènes mexicaines, l'ex-vaillant milieu défensif avait débuté sa carrière sur les bancs à River Plate, à l'été 2011, pour l'unique saison de l'institution de Buenos Aires en deuxième division. Il avait ensuite relevé le même type de défi avec Banfield (2013-2015). Bien avant cela, il y eut un épisode sinistre, presque fatal. En 2004, à 30 ans, le gladiateur argentin décide de rendre les armes. Stupeur. Car aucun pépin physique n'avait précipité ses adieux, juste un profond dégoût pour le milieu dans lequel il évoluait. Mais sans le football, El Pelado (le tondu, il avait le crâne rasé quand il a hérité de ce surnom au centre de formation de River Plate) s'effondra. Dépression, crises d'angoisse, trop d'alcool. Une descente aux enfers pas loin de se terminer au cimetière, comme il l'avait confié à El Grafico en décembre 2009. L'ex-inoxydable milieu ressemblait alors à un vieux lion fatigué, la manière dont le dessina sa fille aînée, un déclic pour se reprendre en main. Matías Almeyda se décide alors pour un étonnant come-back, à 35 ans, avec River Plate. Quatre ans qu'il avait quitté le foot pro, mais sa condition physique hors du commun lui permettra de jouer deux saisons de plus avec les Millonarios, en titulaire. Aujourd'hui, El Pelado rayonne à la tête des Chivas, cette seconde sélection nationale qui ne joue qu'avec des éléments mexicains. Après un début de Torneo Clausura 2016 difficile, El Rebaño Sagrado (le troupeau sacré) reste sur quatre victoires de rang (onze buts pour, un contre), en proposant un football réjouissant. Après une séance d'entraînement matinale sous un soleil de printemps qui ne pardonne pas, à Guadalajara, le champion d'Italie 1999 s'en grille une à l'ombre, avant de se livrer en toute simplicité. Entretien tout en grinta et intégrité, d'un homme revenu de loin.


En France, on se rappelle avant tout de vous pour vos grandes années en Serie A et avec l'Albiceleste. Pourriez-vous nous dire quel type d'entraîneur est devenu Matías Almeyda ?
Je suis partisan d'un football de proposition, car pour moi, le football est un spectacle. Je veux que mes joueurs ressortent proprement le ballon, qu'ils se sacrifient pour le coéquipier et qu'ils participent aux tâches défensives comme offensives. Mon système de jeu est extrêmement dynamique, haut consommateur en énergie. C'est mon idéal, mais tout dépend évidemment des qualités de tes joueurs. Ici, je dispose de joueurs habiles techniquement, qui savent s'associer, capables de s'adapter à mon système.

Chivas était menacé par la descente en début de saison. Y a-t-il des circonstances qui pourraient vous faire renoncer à vos principes ?
Non (catégorique). Je crois en notre travail, notre méthodologie, je crois en cette manière de sentir le football, de l'exprimer, au-delà de la situation dans laquelle on se trouve. Une équipe qui lutte pour le maintien en restant regroupée derrière ne m'intéresserait pas. Si les résultats ne sont pas au rendez-vous, ils vont me virer, mais j'estime que cela vaut le coup de prendre ces risques. Aussi, comme entraîneur, je veux que mes joueurs progressent. Si on joue frileusement, je fais perdre cinq à six ans de carrière aux jeunes de Chivas.

D'où vient votre attachement à un football de proposition ?
De mon vécu et de l'endroit où j'ai grandi comme footballeur. J'ai été formé à River Plate, un club où tu es obligé de dérouler le jeu au sol, proprement. Tu dois gagner et bien jouer. Si tu étais champion en jouant mal, tu te faisais siffler. Le culte du résultat est celui qui a le plus de représentants dans les médias, mais l'important, c'est le travail de fond, que ton équipe progresse. Le culte du résultat peut tuer le foot d'ennui.


Étant donné vos convictions, n'étiez-vous pas frustré quand vous jouiez en Serie A, alors que le catenaccio prédominait largement ?
Un jour, j'ai eu une discussion animée avec Roberto Mancini quand j'étais à la Lazio. C'était le Clásico de Rome. On menait 3-2 face à une Roma réduite à dix. J'ai dit à Roberto qu'il fallait qu'on fasse l'effort pour avoir la possession, qu'on profite de notre supériorité numérique pour faire courir l'adversaire. Mais on a continué d'attendre et de jouer la contre-attaque. On misait notamment sur l'extraordinaire jeu long de Mihajlović, qui avait un gant à la place du pied, mais au final, on se fait reprendre (3-3). Au sein du vestiaire, on a parlé. Pour moi, ce fut un moment marquant.

Quand l'on vous écoute, on peut déceler des accointances avec le discours de Bielsa, qui vous a dirigé en sélection...
Oui. C'est quelqu'un que j'admire, d'une clarté rare. Avec très peu de mots, il t'explique ce que tu dois faire, et surtout, il te convainc. Comme entraîneur, je crois que j'applique une méthodologie similaire à la sienne dans ma programmation des exercices. Comme lui, je travaille en me basant sur des situations de jeu réelles. Je suis sa ligne, je partage cette mentalité d'un jeu porté vers l'avant. Mais je suis évidemment très loin d'être Bielsa. C'est le meilleur coach que j'ai connu.

« Les discours de Bielsa étaient remarquables. Il pouvait te réveiller un mort. » Matias Almeyda

Le meilleur ?
On peut dire que le meilleur est celui qui a le plus gagné, mais le succès ne peut se réduire à des résultats. La trace que tu laisses est tout aussi importante. Et ce qui caractérise Bielsa est que tous les joueurs qu'il a eus vont t'en parler en bien, et pourtant nous n'étions pas ses amis. Notre respect et notre admiration envers lui sont immenses. J'ai aussi une grande estime pour Guardiola ou Ferguson, mais je ne les ai pas eus comme entraîneur, je ne peux donc pas comparer.

Quand il vous a retenu en sélection, vous aviez 25 ans, vous étiez un joueur qui arrivait à maturité. En quoi vous a-t-il fait progresser ?
Tout d'abord, dans mon attitude. Dans ma concentration, mon application lors des entraînements. Je suis devenu beaucoup plus sérieux. J'ai aussi appris à mieux analyser nos rivaux. Bielsa te donnait vraiment une information parfaite sur tes adversaires, mais aussi sur toi-même. Avant chaque match, il me montrait quelques images : ce que je faisais bien et mal. Il parlait peu, mais ces images étaient tellement bien sélectionnées que son message était limpide. Ses discours étaient aussi remarquables. Il pouvait te réveiller un mort. Son lexique est riche, mais surtout, précis. Au Mondial 2002, même si ça ne s'est pas bien passé, si les supporters avaient écouté ses causeries d'avant-match, je crois que tout le pays aurait voulu jouer le match.

Quelque chose qu'il vous a dit et vous a marqué ?

Il m'a toujours bien traité. Je me rappelle qu'il m'a dit : « À chaque fois que vous avez le ballon et le passez à un partenaire, vous le faites à "trois doigts" (de l'extérieur, nda), cela me suffit à savoir que vous êtes un très bon joueur. » Avant qu'il me le dise, je n'avais jamais prêté attention à cela, et en observant les vidéos, je me suis rendu compte que c'était vrai et cela m'a donné encore plus confiance en moi au moment de réaliser ce genre de passes. Humainement, il m'a aussi laissé de grands souvenirs. Lors des éliminatoires, j'avais une tante qui était gravement malade et j'ai appris qu'il ne lui restait que quelques heures de vie. J'ai tenu au courant Marcelo de la situation, et sans hésiter, il m'a dit : « Allez-y, profitez de ses dernières minutes, secondes, à ses côtés, le football peut attendre. » Quand j'ai été champion avec River et Banfield, il m'a envoyé, à chaque fois, des lettres très émouvantes. Quand je suis revenu au football aussi, il m'a écrit pour me dire : « Si le football vous rend vraiment heureux, je serai heureux pour vous, mais si vous vous rendez compte à nouveau que le football ne vous rend pas heureux, allez vous-en. »


Justement, pourquoi avoir pris votre première retraite si tôt ?
En fait, j'ai passé ma vie footballistique sur le fil du rasoir, entre folie et obsession. J'étais à l'Inter, j'avais un contrat de trois ans, et au terme de ma deuxième année, j'ai dit à Moratti que je n'en pouvais plus.



Pour quelles raisons ?
J'étais contre un système que je ne pouvais pas changer, alors j'ai décidé de partir (il jouera tout de même quelques mois avec Brescia, nda). C'était vraiment un coup de folie, personne ne comprenait rien.

« Après ma carrière, je me suis installé à la campagne, mais j'ai vraiment eu du mal à m'adapter. Il faut être fait pour ça. J'avais 2000 animaux, je les regardais, et aucun ne me faisait l'effet que peut me faire un ballon... » Matias Almeyda

C'est de corruption que vous parlez ?

Non, plutôt toute cette hypocrisie du football professionnel, ces gens qui te poignardent dans le dos, ces amitiés qu'il fallait nouer avec des journalistes pour qu'ils parlent bien de toi et en tirer un avantage, je n'ai jamais pu supporter cela. En fait, j'ai toujours senti cela, mais plus les années passaient et plus cela me rendait malade. Je n'ai jamais compris qu'on pouvait parler si bien de moi, me sourire quand je réalisais de grandes performances, et que les mêmes personnes pouvaient me descendre quand j'étais moins bien.

Vous parlez de certains dirigeants, agents, journalistes ?
Pas seulement, je pense aussi à des amis, à des membres de ma famille, un paquet de gens. Que l'attitude des gens changent envers toi selon tes résultats, cela m'a toujours écœuré. Bon, finalement, j'ai appris à l'accepter. Le football me manquait trop.

Quand vous prenez votre retraite, vous partez travailler à la campagne...
Oui. J'ai investi mon argent dans une exploitation, en Argentine. J'avais des animaux, on produisait du lait : 800 litres par jour. Je me suis installé à la campagne, mais j'ai vraiment eu du mal à m'adapter. Je me suis rendu compte que c'était une vie vraiment difficile. Il faut être fait pour ça. J'avais 2000 animaux, je les regardais, et aucun ne me faisait l'effet que peut me faire un ballon. Qu'une vache me donne 40 litres de lait ou 23, pour moi cela revenait au même...


Vous n'avez donc pas seulement investi, vous travailliez au quotidien ?
Oui, je trayais mes vaches, je vaccinais, je coupais les cornes de mes bovins, je conduisais des tracteurs, je semais aussi. Mais ce n'était pas mon truc. Une année, j'ai semé du maïs, et normalement, il faut suivre une ligne droite, ce que je pensais avoir fait. Mais quand le maïs est sorti de terre, les rangs étaient en zigzag. Je conduisais donc bien le tracteur, mais très mal. (rires)

À propos de votre reconversion, vous avez dit : « Il convient à beaucoup de gens que les footballeurs soient ignorants. » Aujourd'hui, parlez-vous à vos joueurs des dangers de l'après-carrière ?
Oui. Au terme de sa carrière, un joueur qui a ouvert son esprit aura les outils en main pour mener une vie digne, il saura communiquer, raisonner, et se faire respecter par les autres. J'essaie donc d'inciter les joueurs à apprendre une langue étrangère, à étudier, et pas seulement pour préparer leur après-carrière. Car, à l'entraînement, il y a beaucoup plus de chance qu'un joueur qui étudie comprenne rapidement un exercice. J'insiste aussi sur le fait qu'il faut garder les pieds sur terre, ne pas se sentir au-dessus des autres car on est footballeur.

Et comment convaincre ceux qui persistent à penser qu'ils n'ont pas besoin d'autre chose que du football ?
Je partage mes expériences, les erreurs, les horreurs même, que j'ai commises, pour qu'ils ne les répètent pas. La célébrité peut te faire perdre la tête, les tentations sont nombreuses, la plupart négatives, je les préviens de ces dangers.

Quelles erreurs avez-vous commises comme jeune footballeur ?
Ma chance est d'avoir eu un physique privilégié. Tous les excès que je pouvais commettre, je ne les payais pas, car j'étais un fou d'entraînement. À la maison, je m'entraînais aussi, mais je faisais des choses qui ne sont pas conseillées à un footballeur…



Propos recueillis par Thomas Goubin, à Guadalajara
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 21 septembre 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon jeudi 21 septembre 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1
Hier à 14:56 Le Shanghai Shenhua accuse SFR Sport d’avoir déformé les propos de Tévez 7 Hier à 11:01 Rolf Fringer agressé physiquement par Christian Constantin 30 Hier à 10:57 Le but fou d'Enzo Pérez 13 Hier à 10:00 Le magnifique loupé en D1 roumaine 2
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
jeudi 21 septembre L'UEFA crée « la Ligue des nations » 100
mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 5 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 22 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 16 mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement ! mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 13 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 35 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ?