1. // Les restes du monde – Axpo Super League

J’ai mal à la Suisse

Le championnat suisse redémarre dans quelques jours, après une longue et très mouvementée trêve hivernale. Un club a disparu, Neuchâtel Xamax, tandis qu’un autre, le FC Sion, s’est vu attribuer une pénalité record, qui le fait dégringoler de la troisième place à la dernière avec… -5 points au compteur. Sinon tout en haut, le FC Bâle est en balade, comme d’hab’. Le point à mi-saison.

6 2
Suicide au Xamax

2012 aurait dû être une belle année pour Neuchâtel Xamax. Une année de fête. L’année de son centenaire, ou du moins celui du FC Xamax, qui avait fusionné en 1970 avec le FC Cantonal pour donner naissance à ce club qui a longtemps fait la fierté de la ville. Particulièrement à la fin des années 1980, grâce aux deux Gilbert : Faccinetti à la présidence, Gress au sifflet. Las, il est loin cet âge d’or, très loin, peut-être même bien définitivement enterré d’ailleurs. La semaine dernière, la licence de l’équipe première a été retirée par la Swiss Football League et la commission de discipline. Cette semaine, il a été annoncé aux joueurs à leur retour d’un rocambolesque stage de mi-saison à Dubaï qu’ils étaient officiellement en « vacances » jusqu’au 29 janvier, date de la restitution ou non de la licence. Officieusement, tout le monde sait très bien que c’est déjà la fin. Il n’y a d’ailleurs plus qu’une quinzaine de joueurs pro à être encore sous contrat. Début janvier, quatre joueurs avaient été brutalement licenciés, dont le capitaine français Stéphane Besle, parti depuis sécher ses larmes à Metz, après une demi-douzaine d’années de bons et loyaux services. Il y a quelques jours, deux des meilleurs espoirs du club, Sébastien Wüthrich et Vullnet Basha, étaient parvenus à s’échapper de la maison en feu pour aller trouver refuge au FC Sion. En fait, ça fait 8 mois que ça sent le sapin. Depuis ce jour funeste du 5 mai 2011, où le sulfureux homme d’affaire d’origine tchétchène Bulat Chagaev a racheté le club, succédant à la présidence au pas tellement plus apprécié Sylvio Bernasconi. C’est à partir de ce jour que le festival Bulat a démarré. Il commence par annoncer viser la C1 et fait venir Sonny Anderson, mais dès juillet, tout le staff est viré, le Brésilien compris, Chagaev mettant au poste de directeur général un certain Islam Satujev, ancien peintre en bâtiment. Le mois d’août est marqué par une vague de démissions, des mauvais résultats et l’arrivée du proprio et de ses gardes du corps dans le vestiaire pour menacer ses joueurs – menaces de mort, selon certains. Arrivent ensuite les premiers retards dans le versement des salaires, les premières menaces de faillite, la grève des supporters et des joueurs à l’entraînement, le licenciement du directeur sportif en octobre, les menaces de poursuites judiciaires envers la presse locale, trop fouineuse au goût du proche de Razman Kadyrov, les premiers points retirés… Jusqu’à cette grosse boulette, qui obligera la ligue suisse à retirer la licence au club : la contrefaçon d’un document financier, une soi-disant attestation de la Bank Of America censée garantir la fortune de Chagaev, avec un faux en signature. Huit mois. Il ne lui a donc fallu que huit petit mois de grand n’importe quoi pour mettre à terre un club historique du championnat suisse. C’est plus fort encore que Marc Roger, le précédent champion en la matière, qu’on croyait indétrônable, lui qui avait mis une saison pour couler le Servette FC au début des années 2000. Neuchâtel Xamax devrait redémarrer en 2e Ligue Interrégionale, le 4e échelon du football suisse.

Ils l’ont dans le Sion

A côté de l’odyssée punk de Neuchâtel Xamax, les soucis du FC Sion sembleraient presque dérisoires. Il n’en est rien, pourtant. Fin décembre, l’ASF, fédé suisse de foot, a décidé de lui retirer 36 points pour avoir aligné des joueurs recrutés, malgré une interdiction de recrutement de la FIFA. En vérité, ça fait déjà quelques années que les instances internationales ont le club valaisan et son président Christian Constantin dans le viseur. L’UEFA aussi s’y est mise cet été, annulant la qualification pour les phases de poule de la C3, acquise sur le terrain aux dépens du Celtic Glasgow, et réintégrant le club écossais. Cette fois, sous la pression du comité exécutif de la FIFA, c’est bien l’ASF, instance nationale, qui a décidé de sanctionner le FC Sion pour « comportement illégal, antistatutaire et antiréglementaire » . La sanction est lourde, très lourde, trop lourde ? En principe, le règlement de l’ASF ne prévoit que 12 points de pénalité au maximum… La direction du club espère donc toujours pouvoir récupérer 24 points. En attendant, il chute de la troisième place au moment de la trêve à la dernière, avec un total de -5 points. Dans son malheur, le FC Sion s’est tout de même vu réattribuer son autorisation de recruter. Il ne s’en prive donc pas, l’entraîneur Laurent Roussey ayant accueilli ces derniers jours les deux exilés de Xamax Sébastien Wüthrich et Vullnet Basha, ainsi que Cristian Ianu (Lucerne) et Xavier Margairaz (FC Zürich). A l’inverse, quelques joueurs sont partis, parmi lesquels Giovanni Sio (transféré à Wolfsburg) et Pascal Feindouno.

Bâle en balade

Sinon concernant le volet sportif, il ne devrait pas y avoir de suspense insoutenable durant cette seconde moitié de saison. Le puissant FC Bâle, après un départ un peu poussif, est revenu progressivement au classement avant de prendre – définitivement ? – la tête. Depuis fin août, le club emmené par le duo d’attaque Frei/Streller reste sur une série de dix victoires et deux nuls. Résultat, les poursuivants sont relégués loin derrière : Lucerne à 7 points, les YB Berne à 11. Ce dernier club peut néanmoins compter sur un atout offensif de poids : le Zambien Emmanuel Mayuka, révélation de la première moitié de saison, qui s’illustre actuellement à la CAN. En bas de tableau, les malheurs de Neuchâtel Xamax et du FC Sion font le bonheur de Lausanne Sports, qui peut envisager sauver sa peau en Super League malgré des contre-performances sportives en série. Un mot enfin du FC Zürich, en grosse galère et qui bazarde une partie de ses joueurs : Admir Mehmedi est parti au Dynamo Kiev, Ricardo Rodriguez à Wolfsburg, Dusan Djuric à Valenciennes, Xavier Margairaz à Sion et le Français Alexandre Alphonse à Brest.


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Pas un mot sur le Servette ?
Je vous rappelle que le club genevois est le 2ème palmarès de Suisse - 1er romand - et réalise une saison extraordinaire malgré le fait d'être néo-promu et les soucis extra-sportifs (hé oui, chez nous aussi...).
Moskito > On parlera des belles performances du Servette d'ici la fin de saison, pas d'inquiétudes. Estime-toi heureux que ton club ne figure pas dans cet article où il est principalement question des malheurs du football helvétique ! :)
R.D
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 2