Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options

« J'ai joué devant 20 000 spectateurs »

Frédéric Rault le savait pertinemment, il n'avait pas le niveau pour passer régulièrement sa tête dans Jour de Foot, voire D2 Max. Alors il est parti au Viêtnam, où il a pu réaliser un rêve de gosse.

Modififié
Frédéric, comment t'es-tu retrouvé à jouer dans le championnat vietnamien ?


J'étais un expat' français comme plein d'autres, je jouais dans une petite équipe amateur. Avant 2000, le championnat du Viêtnam était étatique, comme ce qui se faisait en Europe de l'Est. Probablement pour une question de niveau, ils ont décidé de l'ouvrir aux étrangers. Mon gardien était un ancien pro. Quand il a su que le championnat allait s'ouvrir aux étrangers, il m'a recommandé parce que je n'étais pas trop mauvais.

Et tu as donc servi au club de la police de Saigon ?


Le président du club regardait le côté marketing. Un Français, à cette période où la sélection tricolore dominait le monde, c'était un coup dont on allait forcément parler. A voir le lundi la presse en masse à l'entraînement, on peut dire qu'il avait réussi son coup. Mais ça ne s'est pas fait comme ça. J'ai fait une semaine de tests techniques puis une batterie de tests physiques sur un mois. Ensuite seulement, ils m'ont proposé de signer.

Alors, jackpot ?


Le deal, c'était d'être autant payé que les footballeurs vietnamiens. Ce qui voulait dire 300$. Pas de quoi vivre grassement, mais l'intérêt était ailleurs. Je suis devenu footballeur pro, ce qui est un rêve de beaucoup de gamins. J'ai eu la chance de jouer devant 20 000 spectateurs, d'être reconnu dans la rue, de donner des interviews à la presse. En 2008, avec David Serene, qui a joué à Saigon avec moi, nous avons fait un match de gala avec des anciens de l'équipe de France, Djorkaeff père, Rocheteau, Karembeu, Amoros, contre l'équipe nationale du Viêt-Nam. J'ai aussi vécu des derbys chauds, avec des émeutes, l'armée qui est obligée d'intervenir au bord du terrain. En ce qui concerne le niveau, on pourrait dire que c'est l'équivalent d'une bonne CFA. Techniquement, les joueurs sont très bons. Mais tactiquement, ce n'est pas vraiment ça.

Il y a toujours un engouement pour le football au Viêtnam ?


Maintenant moins. Il faut dire qu'il y a eu beaucoup de corruption. Nous, on était focalisés sur le foot, sur nos matchs, on ne faisait pas gaffe. Mais c'est vrai que lorsque deux, trois ans après, on apprend que des joueurs, des entraîneurs, ont été condamnés, on se remémore les matchs et on se dit que oui, en effet, il n'avait aucune raison de faire faute à ce moment-là, ou de mettre la main dans la surface...


Et Denilson, c'était comment ?


Denilson, il est venu, il a fait quatre matchs et il est reparti. Il était payé au match et au but marqué. Il s'est vite blessé, du coup, il s'est rapatrié illico au Brésil. Maintenant, dans le championnat, il y a une majorité d'Africains. Mais sans être méchant, ils ne font pas évoluer le niveau. De toute façon, ils seraient bons qu'ils joueraient au Portugal ou en Grèce. Il faudrait faire venir des joueurs et des entraîneurs qui apportent vraiment un plus. Mais ce n'est pas évident, il faut trouver quelqu'un qui accepte de venir dans un endroit où quasiment personne ne parle français ou anglais et où il faut manger à la vietnamienne...

Et comment ça se passe pour toi maintenant ?


Je bosse pour une société australienne dans le packaging, et je joue en amateur, avec l'Olympique de Saigon et une fois par an, je participe à tournoi à Hong-Kong avec d'anciens joueurs de la Ligue Anglaise. Parfois, dans mon boulot, des fournisseurs ou des clients me reconnaissent, me parlent de mes matchs. Je souhaite à tout le monde de vivre ça, c'est inestimable.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73 vendredi 13 juillet Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104
À lire ensuite
Qui es-tu, Stan Kroenke ?