1. // Interview Anthony Réveillère part 2

« J'ai fait huit mois à Naples, mais c'est comme huit ans »

Après Lyon et ses campagnes européennes, Anthony Réveillère revient sur d'autres temps forts de sa carrière : son genou en vrac, son transfert avorté au PSG, ou encore son séjour à Naples. Sans oublier de revenir sur l'épisode du bus de Knysna en 2010.

Modififié

En 2008, tu t'es fait les croisés, et tu as opté pour une solution encore aujourd'hui peu répandue : pas d'opération, une densification du quadriceps, et un retour plus tôt que prévu. Ton genou n'a plus lâché depuis ?
Pour clarifier, j'ai toujours le ligament, mais il est distendu. Quand je me suis pété, j'ai vu des images, il n'était pas rompu. Je voulais revenir le plus vite possible, le club avait proposé à Patrick Müller de ne pas l'opérer pour une situation analogue, mais de simplement le rééduquer. Il était dans sa dernière année de contrat. Ils ont tenté un programme avec lui pour qu'il reprenne plus vite. Mais en courant dans l'axe, il sentait son genou bouger, donc il a opté pour l'opération. De mon côté, j'ai voulu tenter, car, avant l'opération, j'ai fait des footings, des appuis, des courses un peu plus longues pour écouter mes sensations. Je me sentais plutôt bien, j'arrivais mieux à courir qu'à marcher. J'ai alors dit au docteur que je voulais éviter l'opération. Au départ, il ne comprenait pas. Cela n'a pas plu à tout le monde à cause des enjeux économiques, et donc au final, vu que je suis borné, j'ai fait cela à ma sauce avec un préparateur qui m'a donné un programme d'appuis et de renforcement musculaire « en douce » . Dans la presse, il y a eu beaucoup de bruits que je faisais en sorte d'ignorer, et finalement, j'ai eu l'aval de la médecine du travail avant de retrouver la compétition. Pour mon premier match, il y avait forcément une appréhension, je sentais que tout le stade scrutait l'état de mon genou.

Tu ne t'es jamais blessé de nouveau au genou...
Non, cela a marché, car mon ligament n'était pas pété. Dans le football, on n'a pas le temps de faire des tests en général. Il y a plus de cas négatifs que positifs quand tu tentes quelque chose de nouveau. Cela aurait pu mal se passer et avoir des conséquences économiques sur le recrutement. Moi, j'avais pensé à ma gueule, car c'était mon corps, mon genou, mais ce n'était pas forcément une prise de risque du goût du club. J'ai assumé ma décision. De toute façon, quand j'en prends une, c'est définitif. Mais j'aurais préféré qu'il y ait un climat de confiance, car finalement, je suis revenu plus tôt que j'aurais dû, le club était gagnant. Cette période a été une expérience qui m'a renforcé mentalement, à mon retour, je profitais de chaque ballon.

Est-ce à cause de ton genou que le PSG a annulé ton recrutement en 2012 ?
À la base, je ne voulais pas partir, car j'arrivais dans ma dernière année de contrat. On m'a proposé l'échange avec Biševac. Je me suis dit que j'avais peut-être fait mon temps à Lyon, car on ne me retenait pas. Pour Biševac, cela se passe bien pour la visite médicale, et moi, de mon côté, je me dis qu'il n'y aura pas de problème, car j'avais fait une visite en 2011 avant de prolonger avec l'OL. Mon genou gauche était bon, mais c'est le genou droit qu'ils ont trouvé abîmé. Je jouais depuis mes 18 ans, j'en avais 32, ils n'allaient pas trouver un genou neuf... J'avais joué quelques jours avant à Rennes, Leonardo m'a même dit : « Je ne comprends pas, tu courais partout à Rennes, c'est quoi le problème ? » Je lui ai répondu que je n'avais pas de problème. J'en ai eu marre d'avoir à me justifier, je suis reparti à Lyon en train. J'ai demandé au coach Rémi Garde de me refaire jouer le plus vite possible. Avant mon départ à Paris, il devait me mettre au repos face à Rennes afin d'éviter que je me blesse. Mais au dernier moment, ils ont eu besoin de moi à cause de plusieurs blessés. J'ai accepté, et donc il me devait « un service » . « Vous devez me rendre un service, me remettre sur le terrain pour que je montre que je n'ai rien. » Le club ne savait pas trop comment se comporter. On m'a envoyé voir un chirurgien à Lyon qui a commencé à vouloir me retourner la tête : « Il va peut-être falloir opérer ! » Je lui ai dit : « Écoutez, je ne me suis pas fait opérer le gauche, je ne vais pas faire le droit. Je viens de sortir un match de malade à Rennes, commencez pas à me parler de table d'opération. » Je me suis un peu emporté, puis je suis allé voir le boss Aulas. « J'ai besoin de jouer, je vais bien, c'est à vous de trancher. » Il a dit « Ok, pas de soucis, rejoue. » J'ai rejoué le week-end suivant et j'ai fait six mois en pleine forme. Je n'ai pas de regret, si ce n'est de me dire que j'aurais pu être dans une équipe qui gagnait elle aussi tous les titres. Finalement, j'aurais même pu prolonger à Lyon, mais j'avais fait dix ans et je voulais découvrir autre chose humainement. Ce qui est marrant, c'est que ni à Naples ni à Sunderland, mon genou n'a posé problème. Mais à Marseille si, à l'été 2013.

Finalement, Naples, c'est Marseille en version exacerbée ?
J'étais là-bas en famille, je ne sortais donc pas beaucoup. La moindre sortie au restaurant, cela devenait la folie. À mon échelle hein, car pour Cavani, Lavezzi, Hamšík ou Higuaín, c'est encore pire. J'ai fait un resto avec Insigne et Inler, on n'était pas des stars internationales, mais on y était allés pour faire plaisir à des coiffeurs. J'explique, des coiffeurs venaient nous coiffer gratuitement, on ne pouvait pas les payer, car c'était un honneur pour eux de nous coiffer. Donc ils nous avaient demandé d'accepter une invitation dans la pizzeria d'un de leurs amis. Même la pizza, on ne la payait pas. On a eu la bonne idée d'y aller un samedi soir, dans un coin qui bougeait pas mal. On voit que tout le monde nous reconnaît, mais personne ne nous dérange. Mais une fois, le dernier bout de pizza terminé, tout le monde se lève : photos et tout, c'était le bordel. Il y avait un gros respect pour la pizza. Mais on ne savait pas qu'il y avait 1000 personnes devant le restaurant. Le patron a dû appeler la police pour qu'ils fassent un cordon de cinq mètres de large pour que l'on arrive à atteindre notre taxi. Un peu comme pour des rock stars. C'était dingue, je n'ai connu ça nulle part ailleurs. On n'osait même pas sortir en boîte. En France, tu vas en boîte, des gens font des selfies avec toi. À Naples, tu ne ressors pas de la boîte. C'est même flippant. Ce sont des passionnés, des fous. À Lyon, j'ai encore des gens dans la rue qui m'arrêtent pour me dire merci. J'ai fait dix ans et gagné des titres. Mais à Naples, je n'ai fait que huit mois. En ayant l'impression d'avoir fait huit ans. Quand tu as porté le maillot de Naples, tu es napolitain pour toujours. En plus, quand je suis parti, j'ai fait mes adieux à la radio, dans une interview. J'ai dit ce que je pensais : une expérience magnifique, j'ai adoré la ville, les Napolitains, le San Paolo, la Serie A... Que j'étais fier d'avoir joué dans le club de Maradona, que ma famille était heureuse ici, que les gens étaient serviables. Sur les réseaux sociaux, cela s'est enflammé, on m'a dit que j'étais napolitain pour la vie. Je n'ai fait que huit mois, on n'a gagné que la Coupe d'Italie, j'ai joué beaucoup à gauche et Benítez faisait beaucoup tourner. Bref, pas une saison de folie, mais aux yeux des Napolitains, d'avoir respecté leur maillot fait qu'ils m'ont adopté.

« Quel que soit le pays, on te prend la tête avec ton âge, c'est pour ça que j'ai arrêté. On ne regarde pas ta condition physique, ou alors on te félicite d'en avoir une bonne à ton âge. » Anthony Réveillère

Si tu as fait l'essentiel de ta carrière à Lyon et Rennes, ton club formateur, tu as eu l'opportunité en moins de trois ans cumulés de découvrir trois championnats étrangers : Espagne avec Valence, Italie donc avec Naples et Angleterre avec Sunderland. Lequel tu as le plus aimé ?
J'ai bien aimé les trois, après ils sont totalement différents. L'Espagne, c'est un truc de fou, cela va à 2000 à l'heure, tous les joueurs ont du ballon, c'est très technique. Et cela joue. Les six derniers mois de la saison en France, une équipe de bas de tableau se déplace pour prendre un point. Là-bas, pendant 20-30 minutes, ces mêmes équipes te font l'amour avant de repartir avec un 4-0. Ils ont joué et ils sont morts avec leurs idées. Cela m'avait frappé. La Premier League, c'était oui direct quand Sunderland s'est manifesté, car je voulais connaître ça. Beaucoup d'intensité, de tacles. Les défenseurs centraux ne sont pas techniques, mais c'est tout à l'impact. Il y a beaucoup de pertes de balle, car il y a de gros pressing, mais quand tu es un peu technique, forcément, tu sors rapidement du lot. Sunderland, c'est une bonne expérience, j'ai même failli prolonger. Mais j'avais un choix familial à faire, car j'étais sans ma femme et mes enfants. Et humainement, je n'aimais pas vraiment l'entraîneur. Ce qui est marrant, c'est qu'au moment de signer à Sunderland, Hanovre m'a contacté, un autre championnat que je ne connaissais pas. Mais la Premier League, c'était le championnat plus qu'un autre sur lequel je peux rester scotché un après-midi entier. La Premier League, c'est l'ADSL. La Ligue 1, c'est le bas débit. Quant à Naples, c'était un énorme championnat. Chaque grande ville a deux clubs qui sont dans les dix premiers. C'est assez tactique et cela se porte vite vers l'avant. Mais quel que soit le pays, on te prend la tête avec ton âge, c'est pour cela que j'ai arrêté. On ne regarde pas ta condition physique, ou alors on te félicite d'en avoir une bonne à ton âge, mais quel que soit le pays, les clubs veulent acheter un jeune et faire une plus-value. Ce qui est sympa en jouant à l'étranger, c'est que tu pratiques les langues étrangères, tu découvres de nouvelles cultures...

Un mot sur l'équipe de France. Tu as connu trois sélectionneurs : Santini, Domenech, Blanc... Avec le second, tu dis avoir une relation bizarre, tu peux t'expliquer ?
Depuis tout jeune, il me traite de « touriste » , il me disait que j'avais des qualités et me contentais du minimum. Peut-être qu'il n'avait pas tort. Avec les Espoirs, il nous faisait participer à des débats tactiques par rapport au foot. Quand tu es jeune, c'est intéressant, d'apprendre à s'appuyer sur les qualités des autres. Mais quand il gérait les A et qu'il retenait François Clerc, alors que c'était moi le titulaire à Lyon, je ne comprenais pas. Je m'étais blessé avant la Coupe du monde 2006, je n'ai ensuite pas forcément été aidé pour revenir. Mais le pire, c'était l'Euro 2008. Il y a même des mecs dans l'équipe qui m'avaient dit ne pas comprendre que je n'y sois pas. C'est moi qui ait joué les deux derniers mois à Lyon avant l'Euro, mais c'est Clerc qui a été pris. Je ne fais pas la campagne pour le Mondial 2010, puis je finis dans la liste, alors que je m'en serais bien passé. Pour le dernier match de la Coupe du monde, au vu du contexte, il donne du temps de jeu à tout le monde, sauf à moi. Pourquoi ? Je ne sais pas. Mais même si tu lui poses la question, pas sûr qu'il sache te répondre...

Comment tu as vécu l'histoire du bus ?
On a voulu jouer la solidarité vis-à-vis d'Anelka et cela a pris des proportions folles. Mais on en est arrivés là car il y a des choses qui auraient dû rester dans le vestiaire. (Il réfléchit) Je ne prends le parti de personne, mais en voyant les matchs de qualification et certains comportements à ce moment, Knysna n'a rien de surprenant, car il n'y avait aucun cadre. Cela m'a toujours surpris avec Domenech : on m'a toujours dit que le joueur taclait à la gorge, que c'était un fou furieux avec sa grosse moustache... Mais en fait, avec cette sélection, on avait l'impression que certains avaient des passe-droits. Ce qui est arrivé à Knysna, c'est comme l'éducation d'un enfant : on fixe des règles et on s'y tient. Là, tout le monde pouvait faire ce qu'il voulait, donc c'est parti dans tous les sens. Mais ce n'était pas ainsi qu'à la Coupe du monde, c'était déjà comme ça en amont. Après, on me dit que Domenech est un mec bien. Moi, je ne connais pas l'homme, je n'ai jamais eu de vraie discussion avec lui. C'est forcément compliqué de gérer des ego, prendre des décisions, mais quand on fait le métier, on doit avoir ces aptitudes. À l'Euro 2008, il y avait déjà des problèmes. En 2010, on n'en parle pas. Quant à 2006, cela s'est bien passé aussi parce qu'il avait trois monstres dans le vestiaire avec qui cela ne bougeait pas une oreille.

Le monde du foot, tu vas y replonger comme entraîneur ou dans un autre rôle ?
Entraîneur, non. Si j'ai pris la décision d'arrêter, c'était aussi pour pouvoir passer du temps avec mes enfants. Ce n'est pas pour devenir entraîneur et ne jamais être là. Recruteur pourquoi pas, mais j'envisage surtout de passer d'ici deux ans le diplôme de manager-directeur sportif. Cela m'intéresse plus d'être dans la gestion d'un club, d'un recrutement. J'ai aussi pas mal tourné sur des plateaux télés et cela me plaît pas mal de parler sans langue de bois, d'analyser les matchs. Quoi qu'il en soit, je veux rester dans le milieu du foot, car c'est ce que je connais le mieux, même si je n'aime pas tous ses aspects.

À relire : la première partie de l'interview

Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Allez on dit interdit de parler d'un certain passement de jambe
Je ne comprendrai sans doute jamais pourquoi Domenech a autant duré à la tête de l'EdF.
Dirkdiggler Niveau : CFA
Super ITW ! Les passages sur Naples sont fous.
J'ai du mal à me représenter l'ambiance de cette ville.
J'ai vécu à Naples au moment ou il y était, et je suis 100% d'accord avec ce qu'il dit, les gens sont fous (de foot), c'est génial! Après y avoir été, t'es obligé d'aimer le Napoli, et j'avoue que c'est encore plus facile grâce au jeu qu'ils produisent cette année.

Bon par contre, se faire coiffer par un napolitain, il a pas peur...
Dirkdiggler Niveau : CFA
En même temps quand tu vois la coupe d'Hamsik... Ceci explique cela.
JulianRoss83 Niveau : Loisir
Un bon petit joueur ce Réveillère. Assez polyvalent (à gauche ou à droite) et toujours discret hors des terrains. En ce qui concerne Naples ça doit être incroyable de jouer pour ce club
badaboumtiti Niveau : District
Superbe interview sans langue de bois et des réponses concrètes.

Merci Sofoot.
TheDoctor Niveau : CFA2
Top cet itw ! Et Réveillère, le genre de pro que j'apprécie beaucoup : il ne fait pas le beau, bon footballeur, aborde le foot encore avec des yeux d'enfants, sait exprimer ses idées, plein de bon sens.
Au passage il faut absolument que j'aille faire un tour du côté de Naples avant qu'ils partent du San Paoli
Du coup, quand il parle des trois monstres dans le vestiaire en 2006, c'est Zizou, Vieira et Henry ? Quid de Makelele ou Barthez ? En tout cas, ça ne fait que confirmer que Domenech a perdurait pendant 6 ans tout en étant le plus pourri des sélectionneurs. Quand j'entends des types dire que, quand même, 2006 il fallait y aller en finale... Pfff, que dalle, il avait un groupe autogéré composé de légendes et de jeunes loups. Une arnaque sans nom ce type. Il a peut être des qualités intrinsèques comme tacticien ou autre, mais en terme de gestion d'effectif, difficile de faire pire comme baltringue.

Sinon belle ITW, effectivement. Un bon gars cet Anthony.
Effectivement, il fait super sympa et intelligent, avec un vrai regard sur sa carrière.

Le passage sur Naples est très bon et on voit qu il ne se la raconte pas, le mec est juste gêné que ça ait pris des proportions pareilles !

C est sur qu il y a un fossé entre un mec pareil et certains dont on entend beaucoup parler en ce moment .... ça fait même un drôle d'effet hein ......
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Merci Antho d´appuyer enfin ma these selon laquelle le groupe de 2006 était en complète auto gestion, et que cet imposteur de RD n´a rien à voir dans ce parcours.

Les gens pensent que l´auto gestion d´un groupe dans le sport pro est une légende. C´est faux, cela existe et les exemples ne manquent pas (coucou EDF de rugby 2011).

Par contre, c´est à quitte ou double. Tout depend de qui la mène.

- ZZ, Viera, Thuram, ça donne 2006
- Ribéry, Evra, Anelka, ça donne 2010.

Saviola07, je pense effectivement qu´il parle des 3 cités ci-dessus.
"Il y avait un gros respect pour la pizza"

Terrible.
Les trois monstres sont Thuram, Makelele, Zidane.
Non moi j'pense qu'il parle de Zizou, Thuram et Makélélé, suivi par Vieira et Barthez. Le club des 5 quoi :P.
SavingPrivateSuarez Niveau : DHR
enfin quelqu'un qui nous explique ce qu'il s'est passé en 2010!
par contre antho, passe tes diplômes et vient vite à l'OL, on a des postes de recruteurs et directeur sportif qui n'attendent que des gens compétents!
Message posté par saviola07
Du coup, quand il parle des trois monstres dans le vestiaire en 2006, c'est Zizou, Vieira et Henry ? Quid de Makelele ou Barthez ? En tout cas, ça ne fait que confirmer que Domenech a perdurait pendant 6 ans tout en étant le plus pourri des sélectionneurs. Quand j'entends des types dire que, quand même, 2006 il fallait y aller en finale... Pfff, que dalle, il avait un groupe autogéré composé de légendes et de jeunes loups. Une arnaque sans nom ce type. Il a peut être des qualités intrinsèques comme tacticien ou autre, mais en terme de gestion d'effectif, difficile de faire pire comme baltringue.

Sinon belle ITW, effectivement. Un bon gars cet Anthony.


Facile de dire Domenech n'y ait pour rien en 2006 car les joueurs s'autogéraient et que c'est de sa faute en 2010 car il savait pas gérer les joueurs ...
Je pense surtout qu'il s'est planté dans sa sélection en 2010 car les cadres sur lesquels il pensait s'appuyer (Henry, Evra, Anelka, ...) l'ont lachés pour leur égo.
Ouais j'avais zappé Tutu. Après quand il dit trois, c'est pour donner un chiffre je me dis. Parce que Vieira ou Makelele, ça envoie du lourd.

Quoi qu'il arrive, on se rend compte qu'on est loin, très très loin de retrouver une ossature aussi talentueuse et charismatique. Aujourd'hui les leaders sont censés être Lloris (je préfèrerais 1000x Mandanda pour son rôle de meneur et son jeu au pied), Varana ? Sakho ? Pogba ? Benzema... peut être Diarra qui va prendre le rôle de grand frère. Enfin bref, y a aucune ligne directrice. Ce groupe, si cher à DD, n'a aucune certitude. Il est impensable aujourd'hui de faire quoi que ce soit à l'Euro avec une telle équipe. Seule l'idée de jouer à domicile peut laisser une peu d'espoir, mais honnêtement, ce groupe là n'a pas d'identité. Y a qu'à voir le groupe Allemand de 2014, c'est hyper structuré, les joueurs ont un rôle et en sont conscients, c'est un groupe qui sait où il va. Rien à voir avec notre bande de jeunes loups plus ou moins arrivés, sans leader et sans certitude.
J'ai adoré ce joueur, il était propre défensivement et faisait bien le taf devant et contre l'OM avec Lyon, toujours présent, tu savais que passer sur le côté droit serait difficile.

Quand les rumeurs de son arrivée à l'OM ont commencé, j'étais refait de l'imaginer Marseillais, même vieux et cramé. Du coup j'étais déçu qu'il soit recalé par l'OM.

Il aura fait une belle carrière. Superbe interview au passage.
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! il y a 5 heures Valdés lance sa société de production 7
il y a 6 heures Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 11
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11 Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30
mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4
À lire ensuite
Sex and the Youth Academy