En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Schalke
  3. // ITW Gerald Asamoah

« J'ai été le premier chocolat noir à jouer pour l'Allemagne »

Avec près de 300 matchs disputés sous les couleurs de Schalke 04 et 43 avec la Mannschaft, Gerald Asamoah est une légende dans la Ruhr et même au-delà. Premier joueur né de deux parents noirs à avoir évolué avec la sélection, l'ancien attaquant est aujourd'hui, à trente-sept ans, un des footballeurs allemands les plus engagés sur le plan social. À Gelsenkirchen, où il entraîne les U15, « Asa » revient sur ses années en bleu roi et dresse le portrait de l'Allemagne actuelle.

Modififié
Vous avez joué à 43 reprises pour l'Allemagne. Vous êtes finaliste du Mondial 2002 et 3e en 2006, mais vous ne gagnez rien, dans un pays qui ne donne d'importance qu'au trophée. Comment l'analysez-vous ?
Quand l'Allemagne va à la Coupe du monde ou à l’Euro, il n'y a qu'un seul objectif : gagner. En 2001, quand je suis arrivé, nous n'avions pas une bonne équipe, nous avions eu du mal à nous qualifier. Au Mondial, dans notre poule, il y avait l'Irlande, le Cameroun et l'Arabie saoudite. Personne en Allemagne n'attendait quoi que ce soit de nous. Nous non plus d'ailleurs. Nous voulions juste aller le plus loin possible, c'est tout. Et c'est là que tu te rends compte que l'Allemagne est vraiment une équipe de tournoi. Sur place, nous avons vraiment bien travaillé, et après le match contre le Cameroun, qui était très compliqué, nous nous sommes dit qu'il y avait quelque chose à faire. Il y avait la pression, mais nous croyions tout de même en nos chances.

Dans mon tout premier club, j'arrivais tellement en retard aux matchs que la première mi-temps était déjà finie ! Mais pour moi, c'était normal !
Est-ce que vous avez été conquis par cette mentalité de gagneur quand vous êtes arrivé en Allemagne ?
C'est en tout cas ce qui m'a aidé à m'intégrer ici. Quand je suis arrivé du Ghana, j'étais vraiment à la coule. Je le suis toujours, hein, mais avant, j'arrivais en retard, j'oubliais de faire des choses, tout m'était égal. Mais ce n'est pas compatible avec la mentalité d'ici. Pour m'intégrer, il fallait que je change certaines choses dans mon quotidien. Dans mon tout premier club (un petit club de Hanovre, ndlr), j'arrivais tellement en retard aux matchs que la première mi-temps était déjà finie ! Mais pour moi, c'était normal ! Avec le temps, j'ai compris que je devais avoir des objectifs et m'y tenir. J'étais plutôt pas mal en foot, et quand j'ai commencé à Hanovre 96, tout était si différent ! Quand tu arrives en retard, tu dois payer une amende, si tu fais quelque chose de travers, tu payes une amende. Petit à petit, j'ai compris que le plaisir était une chose, mais qu'il fallait que je devienne plus sérieux. Non seulement pour mon travail, mais aussi pour mon quotidien, ici, en Allemagne, pour m'intégrer du mieux possible. Et mes différents coachs m'ont beaucoup aidé. Je suis toujours le gars qui s'amuse, mais sur le terrain, j'ai appris à tout donner.

Quand vous êtes arrivé en provenance du Ghana au début des années 90, vos parents étaient déjà en Allemagne depuis longtemps, puisque votre père, journaliste, était assez critique envers le pouvoir en place. Comment avez-vous vécu la distance avec vos parents pendant votre enfance ?
Quand mes parents sont partis pour l'Allemagne, j'étais très jeune, j'avais deux ou trois ans. Je ne me rappelais pas d'eux, je ne les connaissais que par photos, et on se téléphonait parfois. À l'époque, au Ghana, c'était très difficile de s'appeler. Il fallait que je fasse quelques kilomètres pour me rendre dans un call-center, et mes parents m'appelaient de là le soir, de temps en temps. J'habitais avec ma grand-mère, qui jouait à la fois le rôle de mes parents et de mes grands-parents, et elle a tout fait pour que j'aille du mieux possible.

Par exemple ?
Mes parents étaient loin, ma grand-mère et mes proches, c'était tout ce que j'avais. Elle a tout fait pour qu'on ait deux repas par jour, ce qui était déjà un luxe dans le village où nous vivions. Quant à ma relation avec mes parents, c'était bizarre, parce que, d'un point de vue physique, ils n'étaient pas là. C'étaient juste des gens que j'avais au téléphone. C'est pour ça que c'était un peu difficile quand je suis arrivé en Allemagne.

Comment imaginiez-vous l'Europe ?
Pour moi, c'était comme un catalogue de chez Otto (équivalent allemand des 3 Suisses ou de La Redoute, ndlr). Quand ma mère venait au Ghana, elle ramenait un catalogue avec elle, et on passait des heures avec mes copains à regarder le catalogue au village. Des manteaux d'hiver, des jouets... C'était notre image de l'Allemagne. Mon but était de connaître un jour le pays de ce catalogue. En Afrique, tout le monde veut aller en Europe, soi-disant parce que c'est mieux. Et j'avais la chance que mes parents y habitent. Au village, tous les enfants avaient fait des croix sur le catalogue pour les jouets qu'ils voulaient, et j'envoyais la liste à ma mère par courrier. Bon, je n'ai jamais rien reçu en retour, hein. Un jour, à l'école, j'avais une rédaction à faire, je devais raconter ce que mes parents faisaient dans la vie. J'ai dit que mon père dirigeait une banque et que ma mère était vendeuse, mais à vrai dire, je n'en savais rien. Et quand je suis arrivé en Allemagne et me suis rendu compte de ce que faisaient mes parents en réalité, je me suis dit que j'avais un peu exagéré. Mais c'était la vision que j'avais de l'Allemagne, de l'Europe et de mes parents. Mon père travaillait bien dans une banque, mais n'en était pas le directeur, et ma mère faisait des petits boulots. Mais au moins, j'ai pu voir de mes propres yeux ce qu'était ce fameux pays qu'on voit dans le catalogue.

« Un jour, mes parents m'ont offert une paire de crampons. Je me disais que je ne pouvais pas jouer avec si tous mes camarades étaient pieds nus. Alors je les ai offerts à un ami à moi, qui était un peu plus vieux et qui jouait en club. »
Aller en Europe, c'était pour essayer d'avoir une carrière dans le football ?
Pas du tout. Ma mère ne voulait pas que je devienne footballeur, elle voulait que je sois médecin, ce genre de métier. J'ai beaucoup joué au foot au Ghana, mais jamais en club. Ma mère me ramenait des ballons, je jouais avec mes potes dans la rue, après l'école, c'est tout ce que nous avions à faire de toute façon. Au Ghana, j'ai toujours joué pieds nus. Un jour, mes parents m'ont offert une paire de crampons. Je me disais que je ne pouvais pas jouer avec si tous mes camarades étaient pieds nus. Alors je les ai offerts à un ami à moi, qui était un peu plus vieux et qui jouait en club. Quand je suis arrivé en Allemagne, mes parents voulaient que je fasse des études en priorité. Mais quand j'ai découvert ce que c'était vraiment que le football sur une pelouse et avec des crampons...

Vous n'étiez plus vraiment un enfant quand vous êtes arrivé. Et à l'époque, il y avait aussi de grosses vagues de migration vers l'Allemagne...
Quand je suis arrivé, je ne faisais pas vraiment attention à ce qui se passait autour de moi. J'essayais de trouver ma place. Je ne parlais pas allemand, je ne comprenais rien à ce qui se disait à la télévision. Par ailleurs, j'avais un petit frère que je ne connaissais pas, qui était né ici avant que j'arrive. Il avait six ans, il ne parlait pas anglais, ni le twi (une des langues nationales au Ghana). On communiquait par signes, puis il a appris l'anglais. J'étais jeune, je ne comprenais pas grand-chose à ce qui se passait. Lorsque je suis allé à l'école, ça a commencé à aller mieux. À la télévision, j'adorais regarder le matin des westerns en noir et blanc. On n'avait pas la télé au Ghana.

Vous êtes l'un des premiers joueurs à avoir deux parents étrangers et à ne pas être né en Allemagne, à avoir joué pour la Nationalmannschaft.
En 2001, lorsque j’ai commencé à être sélectionné, j'étais le premier joueur noir à jouer pour l'Allemagne, enfin le premier chocolat noir. (Il tape sur son bras.) (Il y avait déjà eu des footballeurs métisses en équipe d’Allemagne notamment Erwin Kostedde, Jimmy Hartwig..., ndlr.) Et j'ai été accepté en tant que tel, ce qui fait du bien. Aujourd'hui, des « colorés » , il y en a plein, Boateng, Rüdiger. Ils sont nés ici, ils jouent pour l'Allemagne, c'est tout à fait normal et c'est tant mieux.

« Il y a toujours eu du racisme, c'est juste qu'on a détourné les yeux. »
Il y a quand même beaucoup de problèmes de racisme en Allemagne ces derniers temps. Beaucoup plus qu'il y a vingt ans, on dirait. Vous pensez que c'était différent à votre époque ?
Il y a toujours eu du racisme, c'est juste qu'on a détourné les yeux. Avant, on n'en parlait pas, sauf s'il se passait quelque chose de grave. À ce moment-là, c'était partout dans la presse, c'était un thème important, et puis ensuite, ça disparaissait. Je sais que j'ai de la chance d'être connu. Mais je sais aussi comment ça se passe pour mes frères et sœurs, ou encore pour mes enfants parfois à l'école. C'est dans ces moments-là que tu te rends compte que le racisme se trouve sur le pas de ta porte. Ça arrive de temps en temps que mes frères et sœurs ne puissent pas rentrer en boîte. Ou bien que je sois à une fête foraine avec mes enfants et que le vendeur leur dise : « Vous, les noirs, vous ne pouvez pas acheter quoi que ce soit ici. » Quand je raconte ça aux gens autour de moi, ils ne me croient pas. Ils ne se l'imaginent pas. Mais si vous saviez...

Aujourd’hui, même les joueurs de l’équipe nationale sont pris à partie alors qu’en Allemagne, on respecte énormément les sportifs. On a pu le voir en mai avec les attaques répétées contre Jérôme Boateng notamment.
C'est ridicule, quand on sait tout ce qu'il a apporté au football allemand... Et puis au-delà de Boateng, ça aurait pu être pour n'importe quel homme noir en Allemagne, un ouvrier par exemple. Lui aussi fait des choses pour l'Allemagne, il travaille ici et paye ses impôts.

Vous êtes resté douze ans à Schalke. Une période au cours de laquelle vous avez remporté deux Coupes d'Allemagne et vous avez été quatre fois vice-champion. Vous n'avez jamais vraiment cherché à partir pour aller gagner des titres. Vous comprenez les joueurs qui, de nos jours, partent de leur club de cœur ?
C'est une question d'identification au club. Je suis arrivé au club à une période où une nouvelle ère commençait, avec ce stade ultra moderne. Sur le papier, on avait l'opportunité de faire de grandes choses, mais finalement, ça ne s'est pas fait. Mais au final, je me suis toujours dit : « Pourquoi partir ? Pourquoi laisser tomber quand je sais tout ce que j'ai ici ? » Schalke m'a tout donné. C'est vrai que lorsqu'on est joueur, on se dit : « Pourquoi ne pas aller ailleurs ? » Regardez Neuer : il vient d'ici, mais il est parti pour gagner des titres ailleurs. Au final, quand tu vois ce que tu peux gagner en titres ou en argent, c'est juste humain de penser à partir.

À l'époque où vous étiez joueur, on parlait beaucoup de la rivalité entre Schalke et Dortmund. Aujourd'hui, à l'étranger, quand on parle de rivalité en Allemagne, on parle plutôt du pseudo « Klassiker » , Bayern contre Dortmund.
Les temps ont changé. Dortmund a beaucoup progressé ces derniers temps, à tel point que c'est devenu le challenger numéro un du Bayern. Aujourd'hui, à Dortmund, on est convaincu qu'on peut tout le temps battre Schalke. À mon époque, il fallait non seulement que tu battes Dortmund, mais que tu saches parfaitement pour quoi, pour qui tu le faisais. Pour les fans. Schalke-Dortmund, c'est LE match pour lequel tu dois tout donner. La « rivalité » entre Dortmund et le Bayern, le fan de Schalke n'en a rien à faire, même aujourd'hui. Pour lui, il n'y a qu'un seul rival. Il joue en noir et jaune. Même si Dortmund est meilleur en ce moment, les joueurs de Schalke savent qu'ils ne doivent rien lâcher. Tu dois gagner, pour les fans. Parce qu'après, c'est de la joie pure.

« Je n'ai rien contre la ville de Dortmund. C'est juste que je n'aime pas le club, parce que je suis de Schalke. Et ils le savent, là-bas. »
Vous les viviez comment, ces derbys ?
(Il rit) C'est une question d'identification, encore une fois. À quel point tu considères que c'est important pour toi d'être dans un club comme celui-ci et comment tu vois le derby. À Dortmund, les gens savaient que c'était le genre de match qui me rendait complètement dingue, que je faisais n'importe quoi pour pouvoir gagner. Il y a des types avec qui j'étais en équipe nationale, avec qui je mangeais. OK. Mais sur le terrain, je ne les connaissais pas. Tu peux avoir un joueur qui aborde le match tranquillement, et un autre qui est complètement excité par l'enjeu. Je me situe plutôt dans la seconde catégorie. Je n'ai rien contre la ville de Dortmund. C'est juste que je n'aime pas le club, parce que je suis de Schalke. Et ils le savent, là-bas. À Gelsenkirchen, c'est grâce à mes prestations durant ce genre de rencontres que le public m'a adopté.


Vous aviez une préparation spécifique pour ces matchs ?
Non, pas vraiment. Je buvais deux expressos avant, c'est tout.

Et les U15 de Schalke, dont vous vous occupez aujourd'hui, vous leur transmettez cet héritage ?
Pas besoin. Ils savent ce que ça signifie de jouer ici. Dans les championnats de jeunes, ils donnent tout quand ils affrontent le BvB. Et quand ils gagnent et qu'ils vont au lycée le lendemain, tout le monde est content pour eux. Pareil pour nous : quand on gagnait, on allait en ville après. En revanche, quand on perdait, chacun s'enfermait chez soi.

Vous avez joué votre jubilé le 14 novembre dernier, soit le lendemain des attentats à Paris. Vous êtes arrivé sur le terrain de la Veltins Arena avec un drapeau français...
Le soir même, je n'avais pas vu ce qui s'était passé, j'étais au stade pour les derniers préparatifs. Une fois qu'on a terminé, je suis allé à l'hôtel rendre visite à quelques joueurs qui étaient venus pour mon jubilé, on a bu quelques bières et on a regardé le match. Puis nous sommes allés manger avec Kevin Kurányi et d'autres à Düsseldorf, et puis quelqu'un m'a demandé si j'avais vu ce qui s'était passé à Paris. J'ai dit que non, et on m'a raconté. Ensuite, Manuel Neuer m'a appelé, et m'a dit qu'il ne pourrait pas venir le lendemain pour le jubilé, que lui et les autres joueurs allemands ne pouvaient pas quitter les vestiaires. Puis je suis rentré chez moi et quand j'ai allumé la télé, je me suis vraiment rendu compte de la gravité du truc. Le lendemain, dès 7 h du matin, j'ai dit aux dirigeants : « Écoutez, je comprends cette histoire de respect vis-à-vis de la France. Mais si on ne joue pas le match, si on abandonne, alors "ils" auront gagné. "Ils" auront eu ce qu'ils veulent.  » Au début, ça devait être un truc de fou, je devais voler, il devait y avoir des feux d'artifice dans tous les sens, mais nous avons annulé beaucoup de choses pour ne pas effrayer les gens. Mais j'ai quand même voulu arriver par le ciel, avec un drapeau de la France en main. Je pense que c'était une bonne chose de le faire.

Propos recueillis par Sophie Serbini, à Gelsenkirchen Schalke 04 - Bayern Munich, ce soir, 20 h 30
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence
Hier à 17:15 Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 12 Hier à 14:46 Le carton rouge complètement idiot de German Lux 16 Hier à 14:07 Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 26
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 10:35 Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 Hier à 09:56 Le raté de l'année signé Neal Maupay 12 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 2 vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 50 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 7 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 44 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 21 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Les fans de Crystal Palace refusent le maillot de Pape Souaré 11 mercredi 25 octobre Un joueur ultra-rapide en D1 indonésienne 25 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77 mardi 24 octobre Rafik Kamergi en casquette sur l'animation d'avant-match 3 mardi 24 octobre Un joueur de Premier League soupçonné de tentative de viol 41 mardi 24 octobre Elle reprend les chansons des fans de San Lorenzo (via Brut Sport) mardi 24 octobre Le vrai meilleur buteur de l'Histoire (via Brut Sport) mardi 24 octobre Pourtant repêchée, l'Égypte se retire du CHAN 2018 9 mardi 24 octobre Les joueurs des championnats uruguayens en grève 7 mardi 24 octobre Le premier club de foot de l'histoire fête ses 160 ans 25 mardi 24 octobre Philadelphie recrute un tatoueur 7 mardi 24 octobre La voiture de Jefferson braquée 18