En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options

Ivan Zamorano : « Bielsa a changé la mentalité du foot chilien »

Ce jeudi soir au Monumental de Buenos Aires, l’Argentine et le Chili se défient dans un match crucial sur le chemin de Moscou. La revanche des deux dernières finales de Copa América va se dérouler dans une ambiance infernale. Un prétexte comme un autre pour discuter avec un joueur historique du football chilien, qui sera devant la télé comme un véritable supporter. La parole est à l'immense Ivan Zamorano.

Modififié
Salut Ivan. Où regarderas-tu le match ce soir ?
Ici, à Miami, où j’habite. J’irai au studio de la chaîne de télévision où je bosse pour le voir sur un grand écran. On n'a pas les droits de retransmission, donc je pourrai le vivre comme un vrai supporter !

À six journées de la fin, le Chili est 4e avec 20 points et l’Argentine juste derrière avec 19. Un match nul serait-il un bon résultat pour le Chili ?
Franchement, je crois que le Chili a passé un cap et ne cherchera pas le match nul. Pizzi sait que son équipe est très compétitive et a les moyens pour gagner ce genre de match. Évidemment, on a beaucoup de respect pour l’Argentine, mais je suis sûr que les Chiliens feront tout pour aller chercher la victoire. Le Chili sait comment jouer face à l’Argentine et il l’a démontré lors des deux dernières finales de Copa América.

Ça donne quoi de jouer dans un stade comme le Monumental de Buenos Aires?
Il ne faut pas se faire influencer par l’ambiance du stade. C’est vrai qu'au Monumental et à la Bombonera, la passion des supporters est intense et dure 90 minutes, mais finalement sur la pelouse, ils seront onze contre onze. Le public ne joue pas ! Un match comme celui-là, tu le gagnes avec le calme, la patience et le mental. Le mental du champion.

C’est quand même bizarre que cette mentalité de gagnant ait été inculquée aux Chiliens par un Argentin, Marcelo Bielsa...
L’arrivée de Bielsa a marqué un avant et un après dans le foot chilien. Bielsa a tout à fait changé la mentalité des footballeurs chiliens, il a créé le chemin de la génération actuelle, une génération gagnante. Aujourd’hui, 90% des éléments de l'équipe nationale chilienne jouent à l'étranger et ça, c’est surtout grâce à Bielsa, qui les a poussés à risquer, à oser. Les quatre ans de Bielsa à Santiago ont fait en sorte qu'aujourd'hui, l'image du foot chilien est très positive.

Mais c’est finalement avec Sampaoli et Pizzi que le Chili a gagné quelque chose...
Oui, mais Bielsa a fait le premier pas, le plus compliqué. Sampaoli et Pizzi ont inculqué la compétitivité, la hiérarchie et d’autres compétences.

Toi aussi, tu as joué un match de qualification à la Coupe du monde au Monumental. Tu t’en souviens ?
Oui, en 1996, en match de qualification pour la Coupe du monde en France. Ça faisait longtemps que le Chili ne faisait que perdre en Argentine, mais ce jour-là, on a fait un sacré match et on a pris un point fondamental.

Ce soir, ce sera différent...
Oui, mais ce n'est pas un match décisif, car il restera des matchs derrière. Évidemment, le Chili doit prendre ses responsabilités, savoir choisir le bon moment pour attaquer et le bon moment pour défendre. Arturo Vidal et Marcelo Díaz, deux joueurs essentiels pour le fonctionnement du jeu global de l’équipe, ne seront pas là, mais il ne faut pas commencer à chercher des excuses. Aujourd’hui, le Chili est conscient de sa force et doit le démontrer.

Peut-on dire que le match va opposer les individualités argentines au collectif chilien ?
Non, pas du tout, car le Chili aussi peut compter sur des individualités extraordinaires comme Claudio Bravo, Alexis Sánchez, Gary Medel et Eduardo Vargas. Mais c’est vrai aussi que la force de cette équipe est dans le collectif et dans l’esprit. Quand j’étais joueur, le Chili allait sur le terrain pour se battre ; maintenant, il y va pour gagner !

Le Chili est dans sa meilleure époque, mais sans un véritable avant-centre comme toi. As-tu déjà imaginé faire partie de cette équipe ?
(Rires) C’est une question qu'on me pose souvent. Bien sûr que j’aurais pris beaucoup de plaisir à jouer avec des phénomènes comme Alexis Sánchez ou Jorge Valdivia, et évidemment j’aurais adoré avoir Bielsa ou Sampaoli comme entraîneur. Mais j’ai déjà beaucoup profité de mon époque en tant que footballeur et j’ai quand même écrit une partie de l'histoire du foot chilien avec Marcelo Salas, entre autres, et je ne regrette rien. Et aujourd’hui, je suis très content de voir mon fils profiter de cette merveilleuse équipe nationale.

Tu es un commentateur très passionné, avec le risque de déraper quand Pinilla tire sur la barre contre le Brésil...
(Rires) Oui, tu sais, pendant que je regards les matchs, je suis encore plus excité que quand je jouais, parce que ça ne dépend pas de moi, je me sens impuissant, alors je souffre encore plus. Quand tu es dehors, tu n’arrives pas à comprendre vraiment ce qui se passe et c’est compliqué de gérer les émotions. Je me sens un invétéré supporter du Chili et mes réactions sont proportionnelles à l’amour et à la passion que j'ai pour ce maillot. Et par rapport à cette fameuse frappe de Pinilla sur la barre, je peux te confirmer que 80% de mes compatriotes ont dit la même chose au même moment...

« La concha de tu madre ! » ( « La chatte à ta mère » , en vf)
Vidéo


Propos recueillis par Antonio Moschella
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7