Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tour préliminaire
  3. // Young Boys/AS Monaco

Ivan le Terrible

Il est là, le successeur de Ferreira Carrasco. Jeune, puissant, prometteur et portugais, Ivan Cavaleiro correspond parfaitement au profil de cette ASM. Mais le joueur formé à Benfica a encore quelques défauts à corriger avant d'atteindre un niveau que beaucoup lui prédisent depuis plusieurs années déjà.

Modififié
En ce moment, c'est toujours la même musique à Benfica. Un talentueux élément de la génération 93/94 éclate, est promu, dispute deux ou trois bouts de matchs ça et là, puis disparaît des radars lisboètes pour poursuivre sa carrière à l'étranger. Bernardo Silva et João Cancelo (Valence) étaient les premiers exemples d'un théorème qui vient de s'étendre à Ivan Cavaleiro, prêté l'année dernière au Deportivo la Corogne et fraîchement arrivé sur le Rocher. Ses adieux à Benfica, le Portugais les avait déjà faits avant de faire ses valises pour la Galice. « Si je sors, c'est de la faute de Jorge Jesus. Le président parie beaucoup sur la formation, mais arrivé à un certain niveau, ça ne sert à rien. » Si Jesus est passé des Aigles aux Lions à l'intersaison, ça n'a pas suffi à convaincre Ivan Cavaliero de rester à la maison. Le môme s'est senti respecté en Espagne et était prêt à y retourner, même s'il fallait signer définitivement au Depor pour ça. Heureusement pour lui, son agent s'appelle Jorge Mendes, et l'un de ses meilleurs potes Bernardo Silva. Son bel Euro U21 fait définitivement pencher la balance en sa faveur et Monaco applique le tarif : 15 millions d'euros pour un jeune Benfiquista. De quoi se poser des questions du côté de Lisbonne. Jorge Jesus était-il vraiment le seul à ne pas accorder une confiance aveugle en ses produits faits maison ? Comment expliquer que Luis Filipe Vieira n'ait pas vraiment essayé de convaincre son poulain de rester à la Luz, alors qu'il est censé choyer les jeunes du Seixal ? Comment expliquer que ce nul d'Ola John soit toujours au club à la place d'Ivan ? L'argent ? Une bonne excuse. Les Lisboètes ont drastiquement réduit leurs dépenses lors des douze derniers mois et ne seraient pas morts en attendant deux ans, le temps que Cavaleiro mûrisse, explose et rapporte trois ou quatre fois plus d'argent. Tant pis pour Benfica et la Liga Nos. Tant mieux pour l'AS Monaco et la Ligue 1, qui récupèrent un garçon prometteur dont le profil devrait plaire aux amateurs de joueurs « à la L1 » .

Talent précoce


Quand Luis Norton de Matos rencontre le natif de Vila Franca de Xira en tant qu'entraîneur de l'équipe B des Encarnados, il tombe sous le charme d'un joueur à qui il promet un brillant futur. À l'époque, le fameux Ola John déçoit depuis un an chez les A et convainc encore moins le coach de la réserve qui préfère défendre sa dernière trouvaille. « Devant Cavaleiro, il n'y a que Salvio » , déclare-t-il en conférence de presse en 2013, alors que le nouveau Monégasque n'est âgé que de 19 ans. Avant Norton de Matos, tous les formateurs d'Ivan avaient décelé chez lui une certaine précocité physique et mentale qui lui a toujours valu d'être surclassé. Et s'il fallait désigner celui qui, dans le trio Bernardo-Cancelo-Cavaleiro, se ferait remarquer le premier en Ligue des champions, tout le monde à Benfica aurait misé sur le dernier nommé. Même Paulo Bento, l'ex-sélectionneur de la Selecção réputé pour ses mauvais choix, avait compris à qui il avait affaire. En mars 2014, alors qu'il joue encore chez les B du SLB, Ivan Cavaleiro fête sa première cape lors d'un amical contre le Cameroun (5-1) au cours duquel il s'offre le luxe de donner un caviar à Fábio Coentrão pour le but du 3-1. Sa merveilleuse saison 2013-2014 en deuxième division ne laissait pas présager sa mise au ban par Jorge Jesus au milieu de la préparation de la saison 2014-2015, et encore moins son exil au Depor où il s'en va jouer le maintien. Son destin était ailleurs. Il était de casser les reins des meilleurs comme il aime le faire. Dani Alves fait partie des quelques défenseurs de renom à en faire les frais. Et si, avant de recevoir l'offre de l'ASM, il est prêt à repartir pour un tour au Depor, c'est qu'on lui y donne le temps de jeu dont a besoin un jeune pour exploser (2 389 minutes, pour 34 apparitions dont 27 en tant que titulaire, 3 buts et quelques passes dé). Mieux, il alterne là-bas entre la position de neuf et demi et celle de numéro sept à l'ancienne. Une autre manière d'étoffer une palette déjà bien garnie, mais encore perfectible à quelques égards.

Avec Jardim, le perfectionnement tactique


À Monaco, l'attaquant formé à Benfica a déjà planté trois buts. Certes, il ne s'agissait que de matchs de préparation, mais ceux-ci ont permis d'entrevoir les qualités du bonhomme, et à quel point ces dernières correspondaient parfaitement au jeu prôné par Leonardo Jardim. Puissant, spontané, « vertical » et doté d'une excellente frappe, il a tout, et plus si affinités, pour remplacer un Yannick Ferreira Carrasco qui s'est fait la malle en direction de l'Atlético Madrid. Impitoyable en contre, il peut faire très mal dans ce registre avec Martial, Bernardo et El Shaarawy. Sur attaque placée, il est capable de se créer des occasions grâce au classique crochet exter' et frappe enchaînée, ou d'adresser de bons centres, façon milieu droit à l'ancienne. Pour le reste, il manque encore de science tactique. C'est sans doute sur ce plan qu'il devrait souffrir le plus en Ligue 1. Malgré une grande générosité, ses appels de balle manquent parfois de pertinence, sans parler de son replacement défensif souvent approximatif et de sa propension à vouloir prendre le jeu à son compte, quitte à foncer dans le lard tête baissée quand les choses ne se passent pas comme il le souhaite. Ivan Cavaleiro doit apprendre à temporiser, à économiser son énergie. Certes, il est au-dessus de la moyenne physiquement, mais il arrive à un niveau ou seul son cerveau pourra lui faire franchir un nouveau palier. Heureusement pour lui, il sera entraîné par un excellent tacticien et un fin pédagogue. C'est ce qu'il était venu chercher à Monaco. Un club qui aime les jeunes et les fait progresser rapidement. Si Ivan s'adapte à la France aussi bien que Bernardo (et le million d'immigrés portugais), il récoltera très vite ce qu'il vient semer à Monaco.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 15
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Fort Chievo