1. //
  2. // Interview

Ivan Ćurković : « Je ne suis pas yougo-nostalgique »

Ancien gardien des Verts durant la fameuse épopée de 1976, Ivan Ćurković, « Yougoslave et catholique » de naissance parle de son enfance, de son ancien pays et de son football, réputé comme l’un des plus techniques de l’histoire.

Modififié
De quelle nationalité êtes-vous ?
Je suis catholique et de nationalité yougoslave. Je me considère et me présente toujours comme tel. Chez nous, si vous êtes catholique, vous êtes croate. Si vous êtes orthodoxe, vous êtes serbe. En France, ça ne marche pas comme ça. Chez vous, catholiques, protestants ou orthodoxes, vous êtes français. Chez nous, c’est un peu bizarre. On est d’une nationalité par rapport à une confession.

Que veut dire être yougoslave ?
Ça veut dire être né dans un pays qui s’appelle la Yougoslavie. J’ai fini mes études dans un pays qui s’appelle la Yougoslavie. Quand je suis arrivé en France, j’étais fier d’appartenir à mon pays. Durant mon enfance, j’ai été élevé comme un bon citoyen et dans une certaine justice sociale. On avait une sécurité sociale gratuite.
« Il y avait quelqu’un qui s’appelait Tito, un président que j’ai connu et qui m’a énormément marqué. Je ne pourrai jamais l’oublier. »
On a vécu dans un pays qui nous donnait des choses essentielles. Et puis il y avait quelqu’un qui s’appelait Tito, un président que j’ai connu et qui m’a énormément marqué. Je ne pourrai jamais l’oublier. Après beaucoup de choses se sont passées. Aujourd’hui, je vis en Serbie, j’y suis très bien, je respecte énormément ce pays. Dans toute ville où j’ai pu jouer comme à Zagreb en Croatie, Ljubljana en Slovénie, Skopje en Macédoine, Sarajevo en Bosnie-Herzégovine ou au Monténégro, j’y ai toujours senti ce lien d’appartenance, sportif ou culturel. Je m’y sens comme chez moi malgré le passé récent qui n’a pas été facile. Je n’ai jamais renié quelque chose que je porte en moi.


Vous regrettez que la Yougoslavie n’existe plus ?
Je ne suis pas un yougo-nostalgique. C’est fini, mais c’est une époque qui m’a marqué, une période de bonheur pour moi et mon entourage. Aujourd’hui, on vit dans un État différent, mais je vis sans réelle nostalgie, je vis très bien. J’ai vécu en France, à Belgrade en Serbie. Mais je garde les bons souvenirs qui m’ont marqué.

Aujourd’hui quelle équipe nationale supportez-vous ?
Mon cœur bat avant tout pour l’équipe de Serbie. Ce sont les successeurs de la Yougoslavie d’une certaine façon. J’ai été dirigeant, vice-présent et même sélectionneur de ce pays durant les années 2000. Mais ma deuxième équipe, c’est la France.

Pas la Bosnie-Herzégovine, contrée dans laquelle vous êtes né ?
Je suis bien sûr attaché à cette équipe, c’est la République où je suis né, j’ai des amis là-bas. Mais vous savez, j’ai aussi des amis en Croatie, Slovénie, Macédoine, au Monténégro. Nous nous connaissons tous. Je suis un supporter serbe, mais je me réjouis toujours si une équipe de l’ancienne Yougoslavie se qualifie pour un tournoi européen ou mondial.


Avec votre papa, vous alliez voir le Velez Mostar.
Mon père était un joueur amateur. C’est lui qui m’a transmis le virus du football. Avec lui, je supportais le Mostar. À l’époque, on y disputait le championnat de Yougoslavie sur un terrain en terre battue. Le Velez Mostar a eu son vrai stade en 1958.

À 14 ans, vous intégrez le club et devenez le plus jeune pro du pays.
Pendant deux ans, j’y ai fait de la natation, c’était un club multisports. Le football restait toujours sacré pour moi, mais mes entraîneurs étaient contre.
« J’ai eu la possibilité de choisir entre les quatre grands clubs qui dominaient le football yougoslave à l’époque : le Partizan, l’Étoile rouge, le Dinamo Zagreb et l’Hajduk Split. J’ai choisi le Partizan. »
En 1956 ou 1957, le Mostar a organisé un tournoi de quartier pour recruter les jeunes talents. J’ai commencé dans le but. On m’a remarqué et j’ai signé ma première licence pour les juniors du Velez. J’ai commencé comme ça, sur la terre battue. J’avais les coudes et les genoux en sang tout le temps, mais j’ai continué et je me suis très vite révélé. J’ai commencé en pro à partir des années 1960 dans un match contre l’Étoile rouge, un monstre sacré. Et puis, au moment de partir, j’ai eu la possibilité de choisir entre les quatre grands clubs qui dominaient le football yougoslave à l’époque : le Partizan, l’Étoile rouge, le Dinamo Zagreb et l’Hajduk Split. J’ai choisi le Partizan.

Pourquoi ?
C’était une grande équipe de champions. Il y avait beaucoup d’internationaux dont un gardien qui s’appelait Šoškić, une grande vedette à l’époque. Quand je suis arrivé, il est parti faire son service militaire, obligatoire à l’époque. J’ai pris sa place, on a gagné le championnat. En 1966, il est revenu, le Partizan jouait la Ligue des champions. On se partageait les matchs de championnat, mais en Coupe d’Europe, c’était lui le titulaire. Cette saison-là, le Partizan a été exceptionnel en Coupe d’Europe des clubs champions. On est arrivés en finale contre le Real Madrid en 1966 à Bruxelles. On a perdu malheureusement 2-1. C’était ma première finale de Ligue des champions.


La rivalité entre le Partizan et l’Étoile rouge de Belgrade ?
Une très grosse rivalité. Elle existe depuis la création des deux clubs, qui ont été reconstitués, tout de suite après la Seconde Guerre mondiale. Le Partizan été constitué de militaires. Ils se faisaient appeler les Partizans. Des joueurs, des résistants, sont arrivés de toutes les anciennes républiques yougoslaves. Ce club était un symbole de l’unité du pays, un club multi ethniques qui représentait la Yougoslavie dans sa diversité et quelques-unes de mes idoles y jouaient. Je ne regrette pas mon choix.

Depuis l’éclatement de la Yougoslavie, la ville de Mostar est divisée en deux communautés : croate et bosniaque, comment ça se passe ?
Avant cette guerre qui a éclaté dans les années 1990, toutes les communautés vivaient bien, il y avait de l’amitié, de la compréhension. On ne savait pas de quelle religion vous étiez.
« J’ai quitté Mostar en 1991. J’y avais fait construire une grande maison. Je n’y suis pas revenu avant 2002. Mon jeune frère a été assassiné par un sniper depuis l’autre côté de la rivière. »
Malheureusement, dans une guerre civile, il y a toujours un mélange entre la foi, la nationalité. Dans une telle situation, tout éclate. Je n’étais pas à Mostar à ce moment-là, mais ma famille y était. Ça a été une période terrible. Le club, qui avait l’étoile rouge comme symbole depuis toujours, a été marqué comme une équipe musulmane et a dû prendre un petit stade en périphérie. La ville a dû être aussi partagée en quartiers différents. Beaucoup se sont exilés. J’ai quitté Mostar en 1991. J’y avais fait construire une grande maison. Je n’y suis pas revenu avant 2002. Mon jeune frère a été assassiné par un sniper depuis l’autre côté de la rivière. C’est une tragédie.


En 2002, lorsque vous êtes revenu dans cette maison. Qu’avez-vous ressenti ?
De la tristesse, mais je me suis comporté en homme. J’ai gardé mes amis serbes, croates, etc. Ils étaient tous des amis de longue date et je n’ai jamais perdu contact. Aujourd’hui, dans mon esprit et dans mon cœur, Mostar reste comme avant. J’y vais une, deux fois par an.

En sélection, comment ça se passait entre les différentes ethnies ?
Vous savez, même durant ce conflit, le sport nous a unis. Il ne nous a jamais séparés.
« Même durant ce conflit, le sport nous a unis. Il ne nous a jamais séparés. »
On se connaît, on est amis de longue date. L’amitié sportive est la plus profonde, la plus soudée, la plus vraie. Beaucoup plus que l’amitié politique et du business où il y a de l’intérêt. Dans le sport, on est liés par l’émotion. On gagne ou on perd. On se voyait toujours, on était toujours ensemble. Malgré le conflit, on est toujours resté amis.

Malgré plusieurs belles générations de joueurs, réputés pour leur technicité, la Yougoslavie n’a remporté « que » les JO.
Nous avions des joueurs de talent, mais composer une équipe est très difficile. On manquait un peu de professionnalisme et on n’avait pas le sens de l’improvisation. Il nous aurait fallu le réalisme allemand, la persévérance des footballs espagnol et italien. À l’époque, le professionnalisme qu’on trouvait dans les principaux pays de football n’existait pas chez nous. On manquait aussi parfois de caractère malgré une bonne tactique et des joueurs techniques.

Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

ElNinoFerrer Niveau : DHR
Très intéressant
Quelqu'un sait ce que signifie Velez ? car c'est aussi le nom d'un club argentin et peut être ailleurs aussi, c'est du style "association" "club"?
ManodesMontagnes Niveau : National
 //  10:58  //  Aficionado del Real Madrid
Vêler ; intransitif 1er groupe :

(Élevage) Mettre bas, en parlant d’une vache.

Je vêle, tu vêles, il/elle/on vêle, nous vêlons, vous Velez.

Qui a dit que wikipedia était une source peu fiable ?
C'est le nom de la montagne qui surplombe la ville de Mostar .
Et le nom de la montagne a été donné à partir d'un dieu de la mythologie Slave "Veles"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vélès_(mythologie)
3 réponses à ce commentaire.
Note : 1
J'ai beaucoup aimé cet interview, merci les mecs.
Interview très agréable à lire. Merci
Hop, pour le fun ! La Yougoslavie made in 2017 :

GARDIENS :
Asmir Begovic (BOS/Chelsea)
Jan Oblak (SLO/Atlético Madrid)
Danijel Subasic (CRO/AS Monaco)

DEFENSEURS :
Branislav Ivanovic (SER/Zenit Saint-Pétersbourg)
Tin Jedvaj (CRO/Bayer Leverkusen)
Aleksandar Kolarov (SER/Manchester City)
Sead Kolasinac (BOS/Schalke 04)
Dejan Lovren (CRO/Liverpool)
Matija Nastasic (SER/Schalke 04)
Stefan Savic (MON/Atlético Madrid)
Sime Vrsaljko (CRO/Atlético Madrid)

MILIEUX :
Marcelo Brozovic (CRO/Inter Milan)
Ljubomir Fejsa (SER/Benfica)
Mateo Kovacic(CRO/Real Madrid)
Jasmin Kurtic (SLO/Atalanta Bergame)
Nemanja Matic (SER/Chelsea)
Luka Modric (CRO/Real Madrid)
Miralem Pjanic (BOS/Juventus)
Ivan Rakitic (CRO/FC Barcelone)

ATTAQUANTS :
Edin Dzeko (BOS/AS Rome)
Stevan Jovetic (MON/FC Séville)
Mario Mandzukic (CRO/Juventus)
Ivan Perisic (CRO/Inter Milan)

Ça va en demie de coupe du monde ça non ?
ramirez le roi des merguez Niveau : District
C'était déja aussi fort y'a 40 ans mais ça n'allait pas en demi. Seule l'équipe de basket a régné et battu la dream team 2américaine. Ca n'allait pas en demi passe que régulièrement les questions politiques pourrissaient le groupe. Mais quel putain de joueurs ils ont et ont eu. Du caractériel, du talent, du bosseur, du fils de P....du beau, du laid bref des équipes de rêve avec une base technique hallucinante.
Souvent aussi l'équipe avait un mental en carton, doutait.

La Croatie actuelle pourrait bien aller en 1/2 avec de la réussite, mais pareil, l'équipe peut battre l4espagne en les dominant, puis se voir trop belle, puis douter, puis se faire éliminer.
2 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Très belle interview d'un gardien mythique: son match retour à Eindhoven en 76 (0-0) est une des plus grandes performances de gardien que j'ai jamais vues.
Beaucoup d'âneries dans cette itw. On devine le mec avec un QI négatif qui essaie de faire de la géopolitique pour les nuls.

À la même époque Pantelic et Petrovic étaient bien meilleurs que lui.
Clive Bissel Niveau : DHR
Et quelles sont les erreurs historiques, politiques et footballistiques dont témoigne l'interview ? Je suis bien curieux de les connaître...
Va à Mostar et dis que tu es serbe, tu seras lynché très vite. Son angélisme béat : je suis serbe, croate, slovène, monténégrin, bosniaque, macédonien est juste risible. J'ai même arrêté de lire devant tant de conneries. Par ailleurs, il adore Tito le dictateur, maréchal, mégalomane, celui qui a créé le camp de Goli Otok pour y torturer les opposants. Lors de ses funérailles, Valéry Giscard d'Estaing et Fidel Castro n'ont pas daigné s déplacer.
Clive Bissel Niveau : DHR
Lynché ? Peut-être aujourd'hui, depuis la guerre. Mais il est loin d'être le seul mec de sa génération à tenir ce discours. C'est la position qui correspond à son vécu, à un milieu où certainement les mariages mixtes étaient courants. Milieu loin d'être minoritaire.
Sur Tito, on peut en effet le trouver angélique. Je crois qu'il a justement refusé d'entrer dans les détails, pensant qu'il s'adressait à un journal sportif. C'est critiquable, mais instructif sur un certain état d'esprit.
Clive Bissel Niveau : DHR
Pour ce qui est des clubs par lesquels il est passé, ses choix de carrière, c'est intéressant de connaître son avis sur la Yougoslavie des années 70, considérée à travers le prisme du foot. Son parcours vient appuyer son discours.
Aussi, son goût et son travail pour la sélection serbe alors que, comme il le rappelle, il est catholique et donc assimilé comme croate.
Clive Bissel Niveau : DHR
Ensuite, si Castro n'a pas rendu hommage à Tito, c'est notamment parce qu'il était en froid avec le bloc soviétique. Et Giscard ? La guerre froide, non ?
Non je ne pense pas, la Yougo était le chef de file des non-alignés, cette fameuse troisième voie ! Giscard, je crois que c'était une histoire de contrats ou de transferts de technologies non tenues.
Clive Bissel Niveau : DHR
Après vérification: 3 jours de deuil national à Cuba.
Giscard a prétexté un sommet à Nice avec plusieurs présidents africains pour ne pas se déplacer. Il a présenté ses condoléances et a envoyé le Premier Ministre et le ministre de la Défense à Belgrade. Les obsèques de Tito ont été retransmises en direct sur la télévision publique française.

Archives du 20h de FR2:
https://m.youtube.com/watch?v=d1nLAmmGQ50
Ce n'est pas parce que lui se sent comme ça que tout le pays va bien!
Un peu de positivisme et d'ouverture ne fait pas de mal à l'être humain! Et il ne fait qu'exprimer son point de vue
Après il ne faut pas oublier qu'il vit dans un milieu privilégié, c'est plus facile. La haine pousse mieux sur la misère...
Perso (même si tout le monde s'en tape), je suis d'origine croate et catholique, et je m'en tape que les gens soient serbes, albanais, bosniens, orthodoxes ou musulmans, j'ai des amis de toutes les confessions..J'aime juste pas les cons, peut importe leur origine!
Concernant Tito, devant les difficultés socio-économiques de l'ex-yougoslavie et l'absence de perspectives, beaucoup de jeunes aussi, se réclament "yougo-nostalgiques" sans l'avoir vécu, car le souvenir d'une unité, cohésion d'apparence et d'une vie moins difficile prend le pas sur le souvenir des dérives d'un régime dictatorial
9 réponses à ce commentaire.
Et Saint Etienne BorDel ????
il y a 6 heures Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 7 Hier à 22:17 La douceur de Bruma 10
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 12:35 Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 Hier à 12:17 Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 Hier à 11:50 Le FC Sochi prend une année sabbatique 16
jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 54 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11 dimanche 4 juin Suivre SO FOOT sur les réseaux sociaux 1