1. //
  2. // 8es
  3. // Italie-Espagne

Italie-Espagne 2004 : la dernière cape de Baggio

Cet Italie-Espagne d'avril 2004 ne devait être qu'un amical. Mais il est surtout devenu le dernier match de Roberto Baggio avec la Nazionale. Pour un dernier tour de piste et, surtout, cinq ans après sa dernière convocation.

Modififié
1k 9
Le CV de Roberto Baggio avec la Squadra Azzurra est du genre à affoler les Wikipedistas les plus assidus : il y a bien sûr les premiers pas en sélection en 1988, la révélation aux yeux du monde lors de la Coupe du monde 1990 ou la non-sélection à l’Euro 96, mais il y a surtout son rôle essentiel dans le parcours de l’Italie en 94 (avant d’en être le héros malheureux face au Brésil en finale), les neuf buts inscrits en phase finale de Coupe du monde ou encore l’hommage bien senti de son sélectionneur, Giovanni Trapattoni, en 1993 : « J’ai travaillé avec Rossi, Platini, Bettega, Boniek et Matthaus. De tous, Baggio est le plus fort balle au pied. » Bref, ce bon vieux Roberto n’est pas un joueur lambda, c’est un mec capable de tutoyer l’excellence presque à chaque sélection et à qui il convenait de rendre dignement hommage lors de son dernier match sous le maillot azzurro.

« Maradona + Pele = Baggio »


La scène se passe le mercredi 28 avril 2004 à Gènes, au stade Luigi Ferarris, face à l’Espagne. Ce soir-là, l’Italie compte ses absents (Totti, Nesta, Toldo, Gattuso et Cassano) et le sélectionneur Giovanni Trapattoni a l’idée de rappeler le Ballon d’or 1993. Pour combler les trous, mais aussi pour service rendu. Roberto Baggio, 37 ans, est censé mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison. Il n’a plus joué avec la Squadra Azzurra depuis le 31 mars 1999 face à la Biélorussie lors des éliminatoires de l’Euro 2000, mais le quatrième meilleur buteur de l’histoire de la Nazionale se dit prêt à aller à l’Euro 2004 s’il le faut. « Si je peux encore donner un coup de main à l’Italie, je le ferai avec plaisir » , clame-t-il fièrement, avant de préciser, histoire d’être diplomatique, que « c’est Trapattoni qui décide » .

Fatalement, le match face à l’Espagne est un événement. Quelques heures avant la rencontre, le maillot de la Nazionale frappé du numéro 10, et floqué au nom de Baggio, se vend par centaines, le stade est plein à craquer (30 300 supporters ont répondu présent) et les banderoles en hommage à « Roby » fleurissent au sein des tribunes : « L’Italie sans Baggio, c’est comme les poires sans fromage » , « Maradona + Pele = Baggio » , « Le monde t’a apprécié, l’Europe t’a admiré, l’Italie ne t’oubliera jamais, bon retour Roby Baggio ! » , « Avec Baggio dans la Nazionale, nous pouvons conquérir l’Europe » , « Baggio à Lisbonne ! » , « Sans Baggio, l’Euro ne m’excite pas » …

« Je ne peux rien dire d’autre que : merci »


Sur le terrain, c’est loin d’être aussi dingue, mais Roberto Baggio fait le job comme on dit. En début de match, il sert en retrait Zambrotta avant de laisser filer entre les jambes le centre de ce dernier pour que Perrotta puisse armer sa frappe, détournée de justesse par un défenseur espagnol. En deuxième mi-temps, c’est pareil. Désormais capitaine, pour la seconde fois de sa carrière internationale à la suite de la sortie à la pause de Fabio Cannavaro, il est lancé en profondeur à la 67e minute, élimine de justesse Casillas sans pour autant parvenir à redresser le ballon. Hormis un coup franc à la 85e minute, c’est la dernière véritable action de Baggio en équipe nationale. Trois minutes avant le coup de sifflet final, il est remplacé par Miccoli sous un tonnerre d’applaudissements à faire jalouser Angelo Peruzzi, lui aussi de retour en sélection après quelques années d’absence.

Youtube

De Zidane à Ibrahimović, nombreux sont les grands joueurs à avoir quitté la sélection par la petite porte, mais il faut croire que Baggio est encore d’une autre espèce. Sa 56e et dernière cape, c’est sous les honneurs de supporters venus de toute l’Italie que ce baroudeur (passé par Vicence, la Fiorentina, la Juve, l’Inter ou encore Brescia) l’a passée. Même si lui, à l’issue du match, préférait se la jouer modeste : « Que voulez-vous que je dise ? Je ne peux rien dire d’autre que : merci ! Cette soirée a été magnifique pour moi. Je suis un peu déçu d’avoir manqué ma dernière occasion, car j’aurais aimé offrir un but au public. Le match n’a pas été évident face à une équipe composée de joueurs de très grande qualité. Je dirais que nous avons réalisé un match discret. Pour ma part, je suis très heureux d’avoir pu jouer jusqu’aux tout derniers instants du match, je m’attendais à sortir plus tôt. Aujourd’hui, ma décision est mûrement réfléchie et je ne reviendrai plus en arrière. »

Par Maxime Delcourt
Modifié

Dans cet article

Lana Del Rey l'esprit libre Niveau : Loisir
"De Zidane à Ibrahimović, nombreux sont les grands joueurs à avoir quitté la sélection par la petite porte"

Roh les mecs vous avez pas osé... Le genre de phrase qui te fout en dépression pour la journée :
-Mettre Zlatan dans la même phrase que Zizou et Baggio en parlant de "grand joueur" c'est effrayant.
-Zidane ne sort pas par la petite porte, ou en tout cas il y'a carrément débat là-dessus ! Moi je considère que sa sortie est un sommet de dramaturgie, mais par pitié ne comparons pas une finale de coupe du monde avec un misérable match de poule de l'euro...

L'article est pas mal mais sérieux vous êtes vraiment des suceurs de parisiens, ça file de l'urticaire de lire des trucs pareils.
Geste très classe de la part de la Trapp d'offrir une dernière cap à Baggio qui est le meilleur joueur italien, c'était l'époque des N°10.
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
Note : -1
J'ai honte mais je plussoie la grosse raie, la sortie de Zizou n'est en rien comparable à celle du Z, certes elle n'est pas forcément heureuse, sauf pour ceux qui aiment les héros avec des failles, mais elle restera à jamais dans l'histoire du football contrairement à celle du Z qui elle était clairement par la petite porte puisque sur une petite élimination dans un match quelconque.

Zizou c'était en finale de coupe du monde après une partition ou il était l'un des principaux chefs d'orchestre, petite porte si vous voulez mais en la démolissant d'un coup de boule.
Roberto Piaggio Niveau : District
Amore mio !!!
Lana Del Rey l'esprit libre Niveau : Loisir
Note : -1
Message posté par souzadeoliveira
J'ai honte mais je plussoie la grosse raie, la sortie de Zizou n'est en rien comparable à celle du Z, certes elle n'est pas forcément heureuse, sauf pour ceux qui aiment les héros avec des failles, mais elle restera à jamais dans l'histoire du football contrairement à celle du Z qui elle était clairement par la petite porte puisque sur une petite élimination dans un match quelconque.

Zizou c'était en finale de coupe du monde après une partition ou il était l'un des principaux chefs d'orchestre, petite porte si vous voulez mais en la démolissant d'un coup de boule.


Tu devrais avoir honte de supporter ouvertement un club de fachos financé par des islamistes surtout.
bandinidakar Niveau : CFA2
Zidane c'est la sortie par la plus grande porte, une finale de coupe du monde... relisez vous !!!
Faut vraiment être le dernier des teubés (pas de surprise finalement) pour mettre un comparatif entre un Zidane qui avait une équipe de grands joueurs avec lui et Zlatan qui est...seul dans sa sélection pour conclure que l'un est un grand joueur et l'autre non.
Message posté par souzadeoliveira
J'ai honte mais je plussoie la grosse raie, la sortie de Zizou n'est en rien comparable à celle du Z, certes elle n'est pas forcément heureuse, sauf pour ceux qui aiment les héros avec des failles, mais elle restera à jamais dans l'histoire du football contrairement à celle du Z qui elle était clairement par la petite porte puisque sur une petite élimination dans un match quelconque.

Zizou c'était en finale de coupe du monde après une partition ou il était l'un des principaux chefs d'orchestre, petite porte si vous voulez mais en la démolissant d'un coup de boule.


Fait gaffe quand tu parles de Z c'est bordel entre le Zlatan et le Zizou
Top-player Niveau : CFA
La sortie de Zizou était par la grande porte. Problème : il a forcé sa sortie d'un coup de boule violent sur cette porte.

Zlatan c'est par la petite porte puisque c'est sur une élimination en poules, on peut la comparer aux sorties De Gattuso, Cannavaro (je crois), Gerrard, Lampard, Thuram, Xavier, Xabi Alonso,..

Ou encore a ceux qui n'ont pas eu la chance de jouer leurs derniers tournois pour blessures ou par choix du coach comme Pirlo, Beckham, Viera, Ashley Cole, Puyol,..

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 9