Isla, Maurice chevalier

Il était l'un des chouchous de Bielsa, il arrive alors que son mentor est parti. Son meilleur poste est latéral droit, ils sont déjà deux à évoluer à ce poste. Autant dire que Mauricio Isla semble arriver à l'OM à contretemps. Mais l'homme sait faire face à l'adversité.

Modififié
2k 17
4 juillet dernier. Santiago peut célébrer, en battant l'Argentine aux tirs au but, le Chili remporte sa Copa América. Dans l'euphorie générale, Mauricio Isla, le latéral droit des champions d'Amérique du Sud, n'oublie pas de saluer l'homme qui est sans doute à la genèse de ce succès : Marcelo Bielsa. « Nous avons joué avec énormément de garra, et avec la garra, on peut tout faire. Tout cela vient couronner un processus long, qui a commencé à l'époque de Bielsa. » Mauricio Isla sait ce qu'il doit au Loco. Quand Marcelo Bielsa, fraîchement nommé sélectionneur chilien en septembre 2007, appelle pour la première fois l'ex-joueur de la Juventus en sélection, Isla n'a toujours pas joué un match en première division ! Un bizut qui a certes brillé l'été précédent avec la sélection des moins de 20 ans lors de la Coupe du monde au Canada, en compagnie de Medel, Vidal ou Sánchez, mais se contente de jouer avec l'équipe réserve de la Catolica.

Chevaux, avocats et raisins


En réalité, el Loco avait déjà fait le coup quelques années plus tôt, avec la sélection argentine. À l'époque, Javier Mascherano, pas encore en équipe première de River, avait été appelé en sélection, avec le succès connu. C'est dire la confiance que Bielsa accorde à Isla. Sans doute pour cela que quand le coach marseillais arrive à l'OM, Isla fait partie de sa short list. L'Argentin apprécie la polyvalence de son poulain, qui peut évoluer à peu près partout sur le flanc droit, et dépanner dans l'axe au besoin. Las, l'affaire n'est pas conclue, et Isla file en prêt aux Queens Park Rangers. Finalement, Mauricio débarquera un peu plus d'un an plus tard, après la démission de son mentor. À contretemps. D'autant que si l'OM dispose d'un seul avant-centre, elle a déjà avec Manquillo et Dja Djédjé deux arrières droits de bon niveau. Et si Isla est polyvalent, capable de dépanner en tant que milieu défensif, voire en défense centrale, son poste naturel est clairement celui de latéral droit. Mais la concurrence n'effraie pas Isla, qui a toujours dû affronter les vents contraires.

Depuis l'enfance en réalité. Mauricio Isla naît d'une mère adolescente à Buin, une commune rurale située à une petite heure de Santiago. Alors que la plupart des joueurs de la sélection vient des quartiers défavorisés de Santiago, lui est un enfant du « campo » , il vient du grenier du Chili, là où on l'on cultive les avocats et les raisins. Un endroit où les hommes se déplacent souvent à dos de cheval, et où le rodéo est presque aussi populaire que le football. De ses origines provinciales, Isla héritera d'un surnom, Huaso, un terme difficilement traduisible en français qui peut être considéré comme l'équivalent du gaucho argentin. Mais qui peut aussi être entendu comme « paysan » quand il est prononcé avec un certain mépris par les gens de Santiago.

Un terrain de foot en guise de jardin


Malgré le grand air de la campagne, Isla doit faire face à des problèmes pulmonaires à l'enfance. À l'adolescence, alors qu'il commence à se faire une réputation sur le terrain de Buin, c'est Alfonso Garcés, le scout de l'Universidad Catolica, qui le repère. À l'époque, Isla vit une adolescence heureuse malgré les difficultés économiques de sa mère qui l'élève seule : « Sa famille était très modeste, mais il était un peu plus libre que les enfants pauvres de la capitale. Vivre à la campagne lui a fait du bien. Sa maman était en plus gardienne d'un terrain de foot. Donc le terrain était son jardin » , racontait Garcés dans la Tercera. Son talent trop à l'étroit pour la campagne, Isla intègre donc les équipes de jeunes de la Cato au prix de nombreux sacrifices. Garcés toujours : « Il a fait des sacrifices terribles. Si c'était difficile pour Medel qui vivait à Santiago de venir, imagine pour Mauricio qui vivait à Buin. Sa mère m'appellait à 11h du soir pour me dire que Mauricio n'était toujours pas rentré. Nous qui étions proches le soutenions toujours, mais le mérite est le sien. Comme on dit, il est venu, il a vu et il a vaincu. »

En réalité, Mauricio n'a jamais vraiment vaincu à la Catolica, où le coach d'alors, le Péruvien Chemo Del Solar, se refuse à le lancer en équipe première. Pourtant, ses performances en sélection des moins de 20 ans et la confiance de Bielsa convainquent l'Udinese d'acheter el Huaso. Et c'est dans le Frioul qu'Isla se révèle. Rapide, puissant, travailleur acharné et doté d'une bonne qualité de centre, Mauricio prend les clés du flanc droit d'Udine. 5 saisons réussies dans l'équipe italienne, et de bonnes performances en sélection lui permettent de signer à la Juve en compagnie de son coéquipier Kwadwo Asamoah.

Un « œuf pourri » ?


À Turin, Isla arrive blessé et a du mal à s'imposer. Malgré sa volonté d'or, ses lacunes techniques font vite surface. C'est le début de la traversée du désert. Sans être complètement nul, el Huaso affiche ses limites et ne peut prétendre à mieux qu'un rôle de doublure, une situation qui lui pèse. En sélection aussi son rendement diminue. Les fans de la Roja questionnent son statut d'indéboulonnable : on le dit emprunté, il rate un nombre considérable de passes, ses sorties sont moyennes. Prêté à QPR la saison passée, il coule avec l'ensemble de l'escouade londonienne et reçoit même une balle perdue de la part de Joey Barton : « Le vestiaire a laissé tomber, quelques œufs pourris (Isla inclus) ont tout gâché. »

Mais Isla s'accroche, Bielsa lui a inculqué quelques valeurs : « Ma mentalité, je la dois à Marcelo, c'est lui qui m'a appris la culture du travail. » Et c'est chez lui qu'El Huaso choisit de se refaire la cerise. En quarts de finale, il offre la qualification face à l'Uruguay, d'une frappe placée à l'entrée de la surface. Un but à l'image de sa superbe Copa América. Excellent sur son flanc droit, infatigable, Isla multiplie les montées et les dédoublements, offrant toujours une solution à ses coéquipiers. Ses centres sont à nouveau précis, millimétrés, sa panoplie du parfait joueur de couloir pourrait faire du bien à l'OM. Avant ça, il faudra faire face à la concurrence de Manquillo et Dja Djédjé. Pas sûr que cela effraie el Huaso.

Par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Manquillo semble déjà indéboulonnable à droite, ca m'étonnerait pas qu'il joue au milieu ou en ailier
Bin si il n'a pas été recruté pour jouer milieu ou ailier droit, je ne comprends pas.
et pendant ce temps, l'OM n'a qu'un seul attaquant ... J'ose même pas imaginer si Michy se blesse ...
floyd pink Niveau : CFA
Message posté par Eden95
Manquillo semble déjà indéboulonnable à droite, ca m'étonnerait pas qu'il joue au milieu ou en ailier


Heu "indéboulonnable" vraiment ? En deux match quoi ?
C'étais pas des mauvaises performances, mais vraiment rien d'extraordinaire quand même.
Attendons de voir. Après, à priori, ça parait vraiment dur d'être plus mauvais que Dja Djé Djé c'est sur...
Paolo Varane Niveau : DHR
Vraiment aucun rapport, mais j'ai pris le premie rarticle pour vous faire part d'un truc genre incroyable : la page wikipédia de Diabaté :

Lors de la saison 2012/2013, Diabaté doit faire face à la concurrence de Yohan Gouffran jusqu'au départ de celui-ci à la trêve hivernale. À son retour de la CAN, Diabaté entame une deuxième partie de saison plus riche en temps de jeu, le remplaçant de Gouffran, le jeune Urugayen Diego Rolán peinant à s'imposer. Les terrains retrouvés, Diabaté s'illustre dans les trois compétitions dans lesquelles sont engagés les girondins3, culminant à 18 buts toutes compétitions confondues au soir d'une finale de coupe de France remportée face à Evian-Thonon-Gaillard (3-2), le 31 mai 2013. Diabaté s'y illustre particulièrement en inscrivant le premier et le troisième but bordelais. Grâce à ce doublé, Diabaté offre la coupe de France au FC Girondins de Bordeaux, la quatrième du club, et devient meilleur buteur de la compétition avec 6 buts inscrits en 4 matchs4. Il est considéré pour beaucoup d'observateurs, comme étant le meilleur attaquant du monde[réf. nécessaire] derrière Philippe Coutinho qui fait actuellement les beaux jours du Liverpool FC en angleterre (non on déconne, faut pas abuser non plus ... Il reste en réalité bien loin devant cette chèvre brésilienne). La question demeure quant à l'avenir du Jan Koller d'ébène, quittera, quittera pas l'équipe bleu marine avant la fin du mercato ? Des noms comme Maazou circule, ancienne gloire du public bordelais (on trouve de très bonne compil youtube à son sujet), ou encore Ibrahima Bakayoko qui serait près à sortir de sa retraite pour donner un coup de mains au club girondin qui en a bien besoin. Quoi qu'il en soit, ce qui est sur c'est que le club ne dépensera pas 30 millions pour un vague attaquant italien plus à même de se distinguer en frappant son entraîneur que de la pousser au fond (comme dirait l'autre) et dont les statistiques sont formidablement gonflées par les penaltys. En effet, le FCGB n'a pas, ce qu'il conviendrait d'appeler, un comportement impulsif sur le marché des transferts ( = "mercato" ), en témoigne la seule arrivé d'un latéral droit peu connu du grand public , Milan Gadjic, lors de l'été 2015, le club ayant pourtant gagner pas mal de "sousous" par l'obtention de sa qualification en europa ligue via le championnat ainsi que par la vente d'un des joueurs clef de l'effectif, à savoir Mariano. Mais méfiez-vous du loup qui dort ! Encore récemment FootMercato évoquait une probable prolongation de contrat pour Julien Faubert joueur emblématique du club de la Gironde.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheick_Diabat%C3%A9

Voilà! Désolé pour le HS mais je crois que chez wikipédia, ils font un important trafic de drogue.
senor_chang89 Niveau : District
Message posté par Paolo Varane
Vraiment aucun rapport, mais j'ai pris le premie rarticle pour vous faire part d'un truc genre incroyable : la page wikipédia de Diabaté : Jan Koller d'ébène


Au top.
Bielsa réclame Isla pendant un an, on lui dit que c'est pas possible. Et dès que le loco se casse, hop on trouve le moyen de le faire venir. Si ça c'est pas une crotte de nez envoyée par Labrune à l'argentin...
Message posté par Paolo Varane
Vraiment aucun rapport, mais j'ai pris le premie rarticle pour vous faire part d'un truc genre incroyable : la page wikipédia de Diabaté :

Lors de la saison 2012/2013, Diabaté doit faire face à la concurrence de Yohan Gouffran jusqu'au départ de celui-ci à la trêve hivernale. À son retour de la CAN, Diabaté entame une deuxième partie de saison plus riche en temps de jeu, le remplaçant de Gouffran, le jeune Urugayen Diego Rolán peinant à s'imposer. Les terrains retrouvés, Diabaté s'illustre dans les trois compétitions dans lesquelles sont engagés les girondins3, culminant à 18 buts toutes compétitions confondues au soir d'une finale de coupe de France remportée face à Evian-Thonon-Gaillard (3-2), le 31 mai 2013. Diabaté s'y illustre particulièrement en inscrivant le premier et le troisième but bordelais. Grâce à ce doublé, Diabaté offre la coupe de France au FC Girondins de Bordeaux, la quatrième du club, et devient meilleur buteur de la compétition avec 6 buts inscrits en 4 matchs4. Il est considéré pour beaucoup d'observateurs, comme étant le meilleur attaquant du monde[réf. nécessaire


La question, c'est surtout de savoir ce que tu branles sur le wikipedia de Cheick Diabaté.
Paolo Varane Niveau : DHR
Message posté par AlexMinot


La question, c'est surtout de savoir ce que tu branles sur le wikipedia de Cheick Diabaté.


Plusieurs raisons :
-Je me fais chier
-Je suis Bordelais
-J'ai vu un Zié Diabaté, et je me demandais si ils étaient de la même famille...
-Je me fais très chier
-Je me fais excessivement chier

Encore ou pas?
cardinaltisserant Niveau : DHR
la Isla Mauricio tube de fin des années 80 bientôt en ligue 1. ça va pistonner à Marseille
C'est sûr que techniquement, il est très moyen. Qu'il a une frappe de poussin (quand il tente, soit une fois tous les trois ans). Que son jeu de tête est au mieux ordinaire. Une qualité de centre moyennasse. Juste un honnête défenseur, rapide et avec du coffre pour enchaîner les aller-retours.
Ce qui est sûr aussi, c'est qu'au point physiquement et mentalement, pour une équipe qui essaie de jouer collectivement et de combiner, il n'est pas loin d'être un des meilleurs latéraux du monde.
Maintenant, avec Michel et une équipe créée à partir de rien, sans bases communes, pas sûr que son intelligence et sa volonté de jouer suffisent...

Putain, juste après avoir fait partir son Profe, ils ramènent un pur symbole du bielsisme, l'exemple parfait de comment arriver à être bon en étant intelligent, même sans être le mec le plus doué. Alors que je suis à peu près certain qu'il était près à suivre Bielsa presque n'importe où. Fumiers.

Et en plus je vais devoir me farcir des matchs de L1 maintenant.
Je ne l'ai vu jouer que quelques matchs avec la Juve, il y a deux saisons, en Europa et effectivement, il était le maillon faible de l'équipe (avec Asamoha d'ailleurs. Les dirigeants de la Juve devraient arrêter de faire leurs emplettes dans le Frioul).

Mais bon ...
Mikel Angelo Niveau : Loisir
Joueur atteint du syndrome Podolski : bon en sélection et moins en club.
Il a fait une super Copa America mais n'a jamais su confirmer à la Juve, en exemple sa rentrée chaotique face à l'Udinese lors de la 1ere journée.
Vincent_Monluc Niveau : District
Ce qui est malheureux, c'est de réussir à esquiver Isla pendant qu'il était dans la liste de Bielsa et finir par le prendre quand il n'y a plus besoin de brosser le psychorigide dans le sens du poil.
A la Juve c'était une pippasse depuis 2012, un vrai boulet.
Message posté par Mikel Angelo
Joueur atteint du syndrome Podolski : bon en sélection et moins en club.
Il a fait une super Copa America mais n'a jamais su confirmer à la Juve, en exemple sa rentrée chaotique face à l'Udinese lors de la 1ere journée.


C'est le cas d'une bonne partie de l'equipe du Chili d'ailleurs.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 17