1. // Ce jour là
  2. // 21 mai 1939
  3. // Isidro Langara

Isidro Langara : Quatre à la suite à Buenos Aires

Même le plus mielleux des scénaristes hollywoodiens n'aurait osé. Lors de sa présentation avec les Argentins de San Lorenzo, le buteur espagnol et militant de la cause républicaine, Isidro Langara, fait trembler par quatre fois les filets en moins de quarante-cinq minutes. L'avant-centre, l'un des meilleurs de son temps, avait passé les six jours précédents sur un bateau ...

0 5
En septembre 2009, Wesley Sneijder se met les fans nerazzurri dans la poche en s'imposant comme le meilleur joueur du derby de la Madoninna, à peine descendu de l'avion. De quoi susciter l'admiration. Mais que pensez alors d'Isidro Langara ? Le 21 mai 1939, la star espagnole débarque à Buenos Aires et joue son premier match sous les couleurs de San Lorenzo. Il arrive du Mexique. Six jours de traversée. A peine le pied posé sur le sol argentin, Langara se dirige vers le Gasometro, l'enceinte de son nouvel employeur, pour affronter River Plate. La venue de la star espagnole, trois fois pichichi (1934-35-36, avec le Real Oviedo), rend l'affiche encore plus courue que de coutume. L'attente est immense. Les spectateurs ne seront pas déçus. Après 35 minutes, Langara a déjà inscrit un quadruplé. River s'incline (4-2), balayé par la puissance du tank : 1,77m, 85 kilos, un gabarit qui en impose en 1939.

En Argentine, Langara est venue gagner sa vie. Car, depuis 1936, il joue pour la bonne cause. Pour une sélection basque montée pour récolter des fonds en pleine guerre civile. Le but de l'entreprise philanthropique : aider une région alors encerclée par l'armée franquiste et privée de l'appui d'une France non-interventionniste. Si la sélection s'échine pour une oeuvre humanitaire et politique, elle forme également un ensemble extrêmement compétitif. Lors des années trente, les joueurs basques, tels Langara, nourrissent alors en nombre les rangs de la Roja. Après quelques mois de tournée en Europe, cette sélection opte pour le Mexique, dont le gouvernement sympathise avec la cause républicaine. L'accueil mexicain est généreux, mais le football y est encore amateur. Au terme de la guerre civile, la défaite du camp républicain actée, les meilleurs éléments de la sélection filent en Argentine, convertie au professionnalisme depuis 1931. A San Lorenzo, Langara rejoint ainsi le prodige Angel Zubieta, plus jeune international espagnol, à 17 ans, en 1936.

110 buts en 121 matchs

Langara était un forçat du but. Pas un joueur élégant, mais un machine à faire trembler les filets. Le tank ne brillait pas par sa vitesse, mais par sa robustesse, son sens du placement, et sa sobriété. Lors de sa présentation face à River, aucune démonstration de joie ne vient accompagner ses buts. Il regagne le rond central en bon soldat, sérieux, impassible, comme s'il ne venait que de remplir son devoir. Pour Langara marquer tient de la routine. Avec San Lorenzo, le Basque secouera les filets 110 fois en 121 matches. « Langara n'est pas un joueur qui te permet d'organiser une offensive, il te permet de la résoudre » dira de lui Guillermo Stabile, le goleador argentin de la Coupe du Monde 1930. Alors avant-centre du Red Star, Stabile avait vu Langara à l'oeuvre à Paris, là où la sélection basque avait débuté sa tournée. Lors de son premier match face au Racing, l'équipe à vocation humanitaire l'avait emporté 3-0. Trois buts de Langara.

Deux buts de la tête, deux lourdes frappes, voilà comment s'est présenté Langara aux fans de San Lorenzo et à l'Argentine. Une présentation retardée, qui aurait dû avoir lieu en 1938. Cette année-là, la sélection basque s'était rendue au pays de Stabile et Gardel, pour disputer cinq rencontres face aux grandes institutions albiceleste (Boca, River, San Lorenzo …). Cinq matches qui n'auront jamais lieu. La FIFA vient alors de reconnaître la Fédération franquiste et une menace de suspension définitive pèse sur les joueurs basques et leurs adversaires. Les dirigeants de San Lorenzo profitent toutefois de la venu de la sélection militante pour nouer contact avec Langara. En 1940, le Basque sera sacré meilleur buteur du championnat argentin. Au terme de son bail avec El Ciclon, Langara retournera au Mexique pour participer au premier championnat professionnel au pays d'Hugo Sanchez.


Pour en savoir plus sur la sélection basque : voir So Foot n°82


Par Marcelo Assaf et Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
el santino Niveau : DHR
c'est tellement mieux que les rumeurs de transferts ce genre d'article...

suerte !
l'article et l'histoire sont juste Magnifiques

du SOFOOT comme on l'aime.


Plus d'articles comme ça et moins de rumeurs :)
ToshiroMifune Niveau : Loisir
Belle histoire sauf que vous allez un peu vite en besogne sur la tournée basque:

- les joueurs ne jouent pas pour la bonne cause mais sont rémunérés

- la tournée n'est aucunement philanthropique. Elle vise à promouvoir l'idéologie nationaliste basque et ne rapporte pas d'argent, bien au contraire. L'argent récolté est systématiquement réinvesti dans la tournée.

Cela ne veut pas dire que les joueurs le savaient mais il serait tout de même bon de ne pas reproduire le discours de propagande du gouvernement basque plus de 70 ans après. Ce qui est certain, c'est que José Antonio Aguirre ne s'était pas trompé en choisissant le football pour promouvoir la cause nationaliste basque dans le monde.
Je rejoins Toshiro. Article qui reste dans la basse propagande basque, c'est regrettable...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5