En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 38e journée

Inzaghi et Del Piero vous saluent bien

C’est la journée des adieux en Italie. La Juve célèbre son 28e Scudetto au Juventus Stadium, et pleure le dernier match de son capitaine Del Piero, buteur contre l’Atalanta (2-1). De son côté, Inzaghi salue San Siro de la même manière.

Modififié
Tous debout. Le Juventus Stadium. San Siro. Tous debout pour deux des plus grands champions que l’Italie ait connus lors des vingt dernières années. Alessandro Del Piero et Filippo Inzaghi. A 37 et 38 ans, les deux champions tirent leur révérence. Et ils ne pouvaient pas le faire d’une autre manière que celle-ci : en marquant un but. Un dernier but. Le 291e pour Del Piero depuis qu’il a débuté, en 1991, sous les couleurs de Padova. Le 288e, dans sa carrière, pour Superpippo. Deux jumeaux, qui, un temps, ont joué côte à côte. D’abord à la Juve. Puis en équipe nationale. Aujourd’hui, les deux jumeaux du but ont poussé le mimétisme jusqu’à s’en aller le même jour, et saluer leur public de la même manière. Un public qui n’a pas pu masquer bien longtemps son émotion. Comment ne pas retenir ses larmes lorsque de tels champions s’en vont ?

Vivre sans Alex

Les matches du jour ne sont qu’anecdotiques. La Juventus recevait l’Atalanta, sept jours tout juste après avoir remporté le Scudetto sur la pelouse de Trieste, contre Cagliari. Un match pour la gloire, que la Juve a remporté facilement, 3-1, atteignant ainsi le total final de 84 points. Mais les vrais moments de la rencontre, ceux dont on se souviendra encore dans de nombreuses années, ont eu lieu à 15h28 et 16h15. Première étape : alors que la Juve mène déjà 1-0 grâce à un but de Marrone, Alessandro Del Piero, titularisé par Antonio Conte, fait trembler les filets pour la 290e fois avec le maillot bianconero. Une jolie frappe enveloppée à l’entrée de la surface. Presque un classique.

Pendant de longues minutes, le stade applaudit. Deuxième étape. Un quart d’heure après le retour des vestiaires, Antonio Conte offre à Del Piero la sortie qu’il mérite. Le capitaine est remplacé par Simone Pepe. Le Juventus Stadium applaudit, crie, chante. De l’émotion à l’état pur. Alex remercie, les larmes aux yeux, puis s’en va saluer les virages. Le match continue mais tout le monde s’en fout. Les yeux sont rivés sur ce joueur, qui porte pour la toute dernière fois son numéro 10 sur les épaules. Les deux derniers buts de la rencontre, inscrits par Lichtsteiner contre son camp, et Barzagli sur pénalty, ne changent pas grand-chose aux sentiments des supporters turinois : oui, ils sont champions. Oui, ils terminent la saison invaincus, un exploit exceptionnel. Pourtant, ce soir, tous les tifosi ont une boule au ventre. Il faudra apprendre à vivre sans Alex.



Pippo, même pas hors-jeu

A quelques centaines de kilomètres de là, à San Siro, c’est plus ou moins la même histoire. A la différence que ce n’est pas à un, mais à six joueurs que les supporters rossoneri doivent faire leurs adieux : Gattuso, Zambrotta, Nesta, Van Bommel, Seedorf et Inzaghi fêtaient en effet aujourd’hui leur dernière apparition. Hormis Van Bommel, sur le banc mais pas convoqué, tous les autres étaient là. Et là aussi, l’histoire retiendra que les champions ont toujours le chic pour marquer de leur patte les grands rendez-vous. Alors que Milan est mené 1-0 par Novara, déjà relégué en Serie B, c’est Flamini qui inscrit son premier but de l'année. Un but libérateur, pour celui qui a manqué l’intégralité de la saison à cause d’une grave blessure. Mais le grand moment de frisson arrive dans les dix dernières minutes. A la 83e minute, très exactement.


C’est l’instant choisi par Allegri pour faire entrer Alessandro Nesta à la place d’Aquilani. Le défenseur, qui va quitter le club après 10 ans de bons et loyaux services, reçoit une ovation. Quelques secondes s’écoulent. Inzaghi, entré en jeu quelques minutes auparavant, reçoit le ballon, le contrôle de la poitrine, et fusille le portier de Novara d’une frappe du droit. Explosion. Joie de dingue. Pour la première fois dans sa carrière, Superpippo a failli terminer une saison sans marquer le moindre but. Tu parles ! Il aura fallu attendre un an pour voir le 288e. Mais San Siro l’a vu. Clap de fin. Milan s’impose, et les supporters peuvent célébrer dignement ces joueurs qui, pendant de longues années, leur ont offert des Scudetti et des Ligues des Champions.

Del Piero. Inzaghi. Nesta... C’est l’une des plus belles générations du football italien qui s’en va cet après-midi. Ils ne pouvaient pas nous quitter autrement que de cette façon. Ciao, campioni. Et merci.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9