Interdiction de stade pour les occupants des balcons du Matusa ?

Le stade de Frosinone est une de ces nombreuses enceintes entourée d'immeubles où viennent se masser les supporters les jours de match. Une tradition qui pourrait bientôt être interdite par le préfet de la ville.

10 3
Pas besoin d'aller sur place pour comprendre la disposition du quartier, l'option street view de Google Maps fait l'affaire. En quelques clics, vous vous retrouvez rue Pietro Gobetti, celle qui longe une partie de la Curva Sud occupée par les ultras de Frosinone. Quelques immeubles d'une trentaine de mètres de hauteur se dressent derrière le stade : « C'est à partir du troisième étage que l'on commence à avoir une belle vue, raconte l'avocat Giovanni Sartancageli, c'est justement là où nous avons nos bureaux, et ce, depuis plus de 40 ans, j'ai assisté à l'ascension du club en premières loges ! » Monte le son Renaud !

Putain, c'qu'il est blême, mon HLM !


« Nous avertirons les syndics de copropriétés pour éviter que la foule de spectateurs ne mette en danger la sécurité publique à cause d'éventuels affaissements de la structure » , voici le passage central du communiqué rédigé par le préfet de police de Frosinone après la rencontre face à la Roma il y a deux semaines. Une menace qui a provoqué l'indignation des habitants du quartier, certains l'affichent même sur des banderoles suspendues aux balustrades : « Mieux vaut voir le match du balcon que votre répression » . On ne badine pas avec les traditions : « Ça a toujours été comme ça, et plus Frosinone montait de division, plus la fréquentation des "tribunes ajoutées" augmentait. Cela fait partie du folklore local, c'est le vrai foot, nous à Frosinone, on essaye juste de profiter d'une saison de Serie A, car on ne sait pas quand on en aura de nouveau l'occasion. »

En fait, ce sont surtout les toits des immeubles qui posent problème : « En théorie, l'accès est réservé aux proprios qui possèdent les clés, mais si l'un d'eux laisse ouvert et consent l'entrée de personnes non invitées… À ce propos, le syndic a convoqué une réunion fin juillet, mais les proprios ont protesté, car cette terrasse leur appartient, ils ne veulent pas qu'on leur impose des interdictions totalement illégitimes. On va leur mettre quoi, une IDS ? » Ainsi, toutes les deux semaines, c'est le même manège, des dizaines de personnes s'engouffrent dans l'immeuble et grimpent les escaliers pour s'installer sur le toit et assister à la rencontre à l'œil. « Le seul dérangement, c'est avant la rencontre, ça bouchonne dans le hall, mais rien de bien méchant. »

Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !


Mais quel type de supporters prennent place dans ces gradins abusifs ? « Ce sont des personnes tranquilles, il ne s'est jamais rien passé de particulier. Juste contre la Roma, il y a eu un échange de chants entre les ultras giallorossi et les occupants du toit de l'immeuble d'en face, mais ça s'est arrêté là. De toute façon, les vrais adversaires de Frosinone, c'est Latina, et il n'y a jamais eu aucun incident dans l'établissement. Les forces de l'ordre ont toujours tout contrôlé. » Certes, mais le risque d'effondrement est bien réel, non ? « Je ne crois pas que ce soit vraiment risqué, si vous êtes 100 sur un balcon d'accord, mais on n'est jamais plus de 10/15. C'est sur le toit que les gens squattent, mais depuis des années, donc si c'était dangereux, il se serait déjà passé quelque chose de grave. »

D'ailleurs, pour certains, c'est aussi l'occasion de se faire un petit billet : « Il y a des appartements habités par des personnes qui ont très peu de revenus, alors, ça leur permet une petite entrée d'argent, mais c'est rien du tout, faut pas les embêter pour ça. » Maître Santarcangeli se contente de recevoir ses amis ou sa famille : « Tout le monde a déjà réservé sa place, les Interisti, les Laziale, les Juventini, je ne peux pas refuser ! » De toute façon, l'équation devrait être rapidement résolue. En effet, le club de Frosinone a obtenu une dérogation pour continuer d'évoluer au Matusa, mais va bientôt restructurer le Stadio Casaleno où il a prévu de s'installer l'an prochain. L'ancienne enceinte, elle, sera complètement rasée, et Monsieur le préfet aura la paix.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Tout le monde a l'air de s'en foutre mais moi, j'ai aimé cet article. Merci Valentin.
Bénarbiatche Niveau : District
Super article!

A quand un arrêté préfectoral interdisant à tout supporter se prévalant de la qualité d'homme des toits, d'approcher le périmètre de son immeuble?
Onvientdelavilledefrancisheaulme Niveau : District
Pareil j ai bcp aimé! big up so foot...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Où en est Pipita ?
10 3