Inter : Qui après Gasperini ?

C'est officiel : Gian Piero Gasperini n'est plus l'entraîneur de l'Inter Milan. Avant la fin de la journée, son successeur devrait être nommé. Voilà les noms.

Modififié
0 15
Le brouillard total. Voilà ce qui entoure en ces heures l'Inter Milan. Le club nerazzurro vient de se séparer de son entraîneur, Gian Piero Gasperini, qui aura donc tenu 5 matches officiels sur le banc interiste. Jamais, depuis 28 ans, l'Inter n'avait réalisé un début de saison si catastrophique. Battus en Supercoupe d'Italie par le Milan AC, les Interisti ont ensuite perdu lors du match inaugural de Serie A face à Palerme, avant de s'incliner en Ligue des Champions contre Trabzonspor. Un premier point a été glané contre la Roma. Mais hier soir, c'est le drame. L'Inter s'écroule sur la pelouse du promu Novara (3-1). Massimo Moratti, qui avait laissé un peu de sursis à Gasperini, coupe court. Après une nuit de réflexion, il vire l'ancien technicien du Genoa et remet temporairement l'équipe entre les mains de Beppe Baresi, frère de, et adjoint de Gasperini. Mais il va falloir trouver un vrai remplaçant rapidement. Car il y a urgence. L'Inter est à la dérive, notamment au niveau du jeu et du schéma tactique, et a des échéances trop proches pour tergiverser. Lors des dix prochains jours, le vainqueur de la Ligue des Champions 2009-10 doit jouer à Bologne, à Moscou contre le CSKA et recevoir le Napoli à San Siro. Moratti doit choisir qui aura la difficile tâche de relever l'équipe. Hypothèses.

Numéro 1 : Claudio Ranieri

Probabilité : 75%


L'hypothèse la plus crédible. Depuis plusieurs semaines, Claudio Ranieri multiplie les déclarations dans la presse. Pourquoi ? Tout simplement pour montrer qu'il est là. Après l'expérience à la Roma, où il a frôlé le Scudetto (chipé justement par l'Inter), Ranieri a fait le deuil de son équipe de cœur et assimilé le fait qu'il allait entraîner un autre club. Or, de loin, il a bien vu qu'entre l'Inter et Gasperini, le feeling n'est jamais vraiment né. Passer après Mourinho, Benitez et Leonardo n'était pas non plus la plus simple de toutes les tâches pour un type qui n'avait connu jusque-là que Crotone et le Genoa. Moratti fait donc signer Ranieri, parce qu'il a de l'expérience, qu'il a déjà entraîné des grands clubs, et qu'il connaît bien l'Inter, puisqu'elle a été sa pire ennemie pendant deux ans. D'ailleurs, lors du match retour à Rome entre la Roma et l'Inter, Ranieri reçoit une bombe agricole à quelques mètres de lui. Il perd 40% de son ouïe gauche. Il s'en fout, car l'Inter finit tout de même devant la Roma. Comme toujours.

Numéro 2 : Luis Figo

Probabilité : 45%


A l'Inter, on aime bien les entraîneurs portugais. Massimo Moratti le sait. Or, un Portugais, il en a déjà un dans son staff. Luis Figo. Officiellement, depuis la fin de sa carrière de joueur en 2009, il est le « dirigeant accompagnateur » de l'Inter. Putain d'emploi fictif. Le président nerazzurro, parce que ça le fait marrer, lui octroie le rôle d'entraîneur accompagnateur. Figo accepte. Pourtant, il n'a jamais entraîné. Mais il a bien appris aux côtés de Mourinho, puis de Benitez et Leonardo. Il essaie d'appliquer les méthodes des trois, mais s'emmêle un peu les pinceaux. L'Inter fait une saison entre hauts et bas, alterne les victoires 5-2 et les défaites toutes moisies 1-0. Au final, une quatrième place arrachée à la dernière journée. Après l'Euro, Moratti lourde Figo et prend Capello. Fin d'une saison parenthèse.

Numéro 3 : Jose Mourinho

Probabilité : 3,5%


Voyant son Inter en train de faire n'importe quoi, José ne peut pas rester de marbre. Il monte dans les bureaux de Florentino Perez et va négocier un intérim à l'Inter tout en restant au Real Madrid. Il se sert de l'exemple de Hiddink, qui avait pris les rênes de Chelsea alors qu'il était sélectionneur de la Russie, pour faire jurisprudence. Le président madrilène accepte. Le Mou débarque à Milan sur un char, et est accueilli en empereur. Premier match, il fait le signe des menottes à l'arbitre qui exclut trois joueurs de l'Inter, mais son club gagne 2-1. C'est le début du renouveau. L'Inter enchaîne les victoires. Pour le Clasico face au Barça, le Mou ramène Thiago Motta et Lucio. Oui, il a le droit. En demi-finales de la C1, le Real doit affronter l'Inter. Le Mou devient fou, va d'un banc à l'autre, se parle à lui-même, écrit des notes en braille. Ses deux clubs sont disqualifiés pour entrave au règlement, et Milan remporte la C1. Villas-Boas le remplace à la tête de l'Inter.

Numéro 4 : Walter Zenga

Probabilité : 15%


Les succès d'Antonio Conte à la Juventus et de Pep Guardiola à Barcelone donnent des idées à Moratti. Lui aussi veut mettre un ancien de la maison à la tête du club. Alors, il propose le poste à Walter Zenga. “Spiderman”, qui commençait à s'emmerder sévèrement à Dubaï, accepte sans hésiter. Problème, la Serie A, ce n'est pas le championnat des Émirats arabes unis. D'Ismaël Bangoura et Mark Bresciano, Zenga passe à Diego Forlan, Diego Milito et Wesley Sneijder. L'ancien gardien de la Nazionale ne parvient pas du tout à gérer le vestiaire, même s'il tente bien de passer quelques coups de gueule trapattoniens. L'Inter implose et flirte avec la zone de relégation. Lors du match retour face à Palerme, à San Siro, Moratti tombe nez-à-nez avec Zamparini, qui lui conseille de virer son coach illico. Mais le patron lombard a un grand cœur et maintient sa confiance jusqu'à la fin de saison. L'Inter termine septième. Moratti engage Lothar Matthaüs.

Numéro 5 : Javier Zanetti

Probabilité : 8%


Moratti cherche partout. Capello, Delio Rossi, Ranieri, Matthaüs, Figo, Ballardini, Ancelotti... Personne ne lui convient. Un soir, Javier Zanetti vient toquer à sa porte. « Et moi, je peux peut-être essayer, mister presidente ? » Moratti se tâte. Et envoie son feu vert. Le nouveau recordman des capes avec le maillot de l'Inter enfile donc un costard par-dessus son short et s'assoit sur le banc. Pour le premier match, il craque au bout de 15 minutes, fait sortir Nagatomo et se fait rentrer lui-même. Finalement, il prend goût au banc et trouve que le trench lui va bien. De plus, les résultats de l'Inter sont plutôt bons. L'ancien champion d'Italie remonte au classement, et Zanetti se découvre une passion pour le 3-4-3. Incroyable mais vrai, à deux journées du terme, l'Inter passe en tête et remporte le Scudetto. Zanetti est porté en héros. Deux semaines plus tard, Chelsea lâche 15 millions d'euros et l'engage en lieu et place de Villas-Boas, qui devient son adjoint. La roue tourne.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Même si proposition 5 est tentante (sauf la fin), pourquoi ne pas tenter l'option Beppe Baresi (au moins jusqu'à Noël) ?
L'inter est en train de redevenir ce qu'il a toujours été pour moi: un club de losers.
euh M.Maggiori vous oubliez des entraineurs capables d'entrainer l'Inter : l.banide, r.domenech, g. lacombe ...

sinon plus sérieusement pour mourinho c'est juste impossible. entrainer 2 grands clubs en même temps c'est juste impossible.utiliser l'exemple d'hiddink n'est pas approprié car il entrainé 1 club et une sélection nationale (pas le même taf a faire que pour 1 club)
Nan mais le passage sur Mourinho était une touche d'humour (très réussi pour ma part).
ça fait des années que Zenga clame à tort et à travers qu'il se sent près pour entraîner le club de son coeur ... mais moi je mettrais plutôt une pièce sur une valeur sûre, style Ancelotti (et je vous parie que ce sera lui), vue la situation de l'équipe.
@Fab : Hiddik c'est impossible. A l'époque, il a été autorisé à entrainer Chelsea car il était à la tête de sélection russe, et que c'était Abramovitch en personne qui lui versait son salaire compte tenu des difficultés de la fédération russe.

Plusieurs tentatives ont été lancées afin de débaucher le Guus de la sélection, mais les turcs sont toujours restés inflexibles.

Les pistes les plus crédibles, pour ma part, mènent à Ranieri, Lippi et Ancelotti.
+1 Kuduro pour l'option Mourinho,
j'ai visualisé Mourinho sur les deux bancs en même temps dans ma tête et ça m'a bien fait rire ! !
il reste l'hypothèse du retour de Leo, qui prendrai dans ses bagages Pastore...et Chantôme bien entendu
Qu'il est bon de retrouver cet Inter tel qu'il a quasiment toujours été; peuplé de "stars" mais incapable de gagner un trophée.

Mourinho et surtout le calciopoli ont fait illusion, mais l'Inter n'a pas changé.

J'adorais cette équipe du temps des Ronaldo, zamorano, Ganz, Vieri, Recoba, Emre, Zanetti, Okan buruk. Où elle se faisait sortir par des Feijenoord, Helsingborg, Alaves, quand elle ne parvenait pas à se qualifier pour la CL. Malgré ses résultats catastrophiques, je la trouvais chouette à regarder .

C'est peut-être un peu trop tôt pour le dire mais j'ai l'impression que la hiérarchie d'avant l'an 2000 reprend doucement ses droit en Italie, La Juventus semble bien partie pour rejouer le haut du pavé, le Milan reste dominant, l'inter redevient bordelique, la Lazio ambitieuse, la Roma pleine de (faux) espoirs, manque plus que Parme.
Oui le passage sur Mourinho est juste terrible, vrai aussi que le retour de la Juve remettrait l'Inter plus bas dans la hiérarchie, Naples remplaçant Parme dans la celle émise par Dimitri.
Si la Samp pouvait se substituer à la Lazio a court terme ce serait encore mieux.

Ancelotti, ce serait une bonne idée mais par rapport au voisin milanais, je sais pas trop si c'est possible, Lippi je reste sur l'impression de la Coupe du Monde... donc je peux plus le voir en peinture avec ses cigarillos.
Bon, ben les probabilités ont eu raison, c'est Ranieri. Le genre qui se barre de lui-même sans attendre qu'on le vire.

Pour ma part, j'aurais aimé Materazzi. Pour le côté cérébral du job.
Ha! Des nouvelles de l'inter, il suffisait de demander. Merci Eric!
HAlala c'est bon le retour de ces footix rageux qui ne résume l'histoire du calcio qu'à ses 20dernières années. :-)
Ça aurait été si fou Mourinho qui entraîne les deux équipes... Ancelotti les mecs il n'ira jamais à l'Inter! À mon avis il va remplacer Wenger à Arsenal pour montrer à Abramovitch que c'est un gros con. Sinon Lippi... Mais si Pep part vraiment du Barça à la fin de l'année, ça ne peut être que pour l'Inter, donc il faut déjà trouver un entraineur qui soit d'accord pour faire le bouche trou. Raymond Domenech quelqu'un?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'OM n'a plus le temps
0 15