1. //
  2. // Inter/Lazio

Inter-Lazio, objectif C1

Cet après-midi, l'Inter Milan et la Lazio Rome se disputent une place qualificative pour la Ligue des Champions. Il y a tout juste un an, l'une jouait le titre et l'autre maintien. Enfin un juste milieu.

0 3
C'était il y a un an. L'Inter rendait visite à la Lazio, à trois journées du terme, dans un stadio Olimpico tout acquis à sa cause. Les Romains, presque déjà assurés du maintien grâce à une victoire obtenue une semaine plus tôt à Gênes, n'avaient pas montré grande résistance. Car en face, l'Inter était en pleine lutte avec la Roma, l'ennemi juré, pour remporter le Scudetto. Alors, sans vergogne, les laziali ont laissé le champ libre aux interistes pour venir prendre trois points (0-2). Comble du comble, les tifosi de la Lazio, eux-mêmes, exposaient une énorme banderole «  oh noooon » à chaque but de l'Inter. Comme pour montrer que perdre leur importe peu, si c'est pour la « bonne cause » . Enième preuve qu'au final, leur haine de la Roma est presque plus forte que leur amour pour la Lazio. Edy Reja, le coach, avait pourtant gueulé dans les vestiaires, à la pause. «  Inadmissible, indigne » avait-il hurlé à ses joueurs. En vain. Au final, deux semaines plus tard, l'Inter avait gagné le titre, et la Lazio s'était sauvée. C'était il y a un an.



354 jours plus tard, interistes et laziali se retrouvent. Le théâtre n'est plus l'Olimpico mais le stade San Siro, et la bouffonnerie du 2 mai 2010 est loin derrière. Il n'est plus question de laisser gagner qui que ce soit. Au contraire. Inter-Lazio vaut désormais pour les deux camps. Un peu moins pour l'Inter. Beaucoup plus pour la Lazio. Celle qui a dû batailler pour le maintien l'an passé, joue aujourd'hui la qualification à la Ligue des Champions. Du tout au rien, du rien au tout. Et cette qualif' passe obligatoirement par San Siro. Les calculs sont simples à faire : l'Inter est actuellement troisième, avec 63 points. La Lazio suit à la quatrième place, avec 60. Une victoire et les biancocelesti chiperaient la troisième position aux nerazzurri, grâce à la différence de buts particulière. Or, sachant que l'Udinese, cinquième à un point de la Lazio, reçoit Parme, toute défaite serait compromettante, d'un côté comme de l'autre.



Moral au beau Fils



La position au classement est illusoire : à quelques heures du match, c'est bien du côté des troupes d'Edy Reja que le moral est au beau fixe. Après la traumatisante défaite à Naples (4-3), les Romains sont parvenus à enchaîner deux victoires consécutives (Parme et Catane) qui, cumulées aux résultats en demi-teinte de l'Udinese et de la Roma, les ont propulsés de nouveau à la quatrième place. Surtout, lors de la victoire à Catane (1-4), terrain hostile depuis 1961, la Lazio a fonctionné à merveille. Avec un Zarate retrouvé et un Mauri en grande forme, l'équipe a enfin fait parler la poudre offensivement, en inscrivant 4 buts pour la première fois de la saison. Convaincu par la prestation des siens, Reja le vieux briscard est intentionné à aligner la même équipe. A une différence près. Il ne pourra pas compter sur Radu, son latéral gauche, blessé au dos et indisponible jusqu'à la fin de la saison. L'occasion pour Garrido de prouver qu'il n'est pas juste une blessure vivante.



Mais la tâche des Romains est loin d'être aisée. Malgré la claque reçue face à Schalke (2-5), l'Inter reste une putain de machine de guerre à domicile. En trois saisons, avec Mourinho, Benitez et Leonardo, elle n'y a perdu qu'un seul match de championnat. C'était le 14 novembre dernier, lors du derby milanais. Depuis ce revers, les interistes ont enchaîné 10 victoires en autant de rencontres, dont quelques coups d'éclat face à Naples (3-1), la Roma (5-3) ou le Genoa (5-2). Néanmoins, impossible de nier que la déroute face aux Allemands a laissé des traces. Eto'o a le moral des chaussettes et ne marque plus, Milito a été remplacé par son grand-père, Lucio est bon un match sur deux, et même l'inexorable Zanetti semble montrer quelques signes de faiblesse. Du coup, la semaine dernière, à Parme, l'Inter est apparue fatiguée, lente, sans idée, et s'est logiquement inclinée (2-0). Et ce qui semblait acquis, à savoir la troisième place, est d'un coup devenu fragile. La Lazio et l'Udinese, telles des morfales, n'attendent que la première occasion pour venir bouffer du serpent nerazzurro. Sans risque d'indigestion.



Tabou depuis 13 ans



Moral ou non, forme ou méforme, Leonardo sait qu'il n'a pas droit à l'erreur. Le calendrier de l'Inter n'a rien de simple (Lazio, Cesena, Fiorentina, Naples et Catane) et passer à côté d'une qualification pour la C1 serait une faute professionnelle pour une équipe qui, pendant encore quelques jours, demeure détentrice du trophée. Battre la Lazio signifierait prendre une marge de six points avec le cinquième au classement. Confortable. Presque décisif même. Or, la Lazio est, depuis 1998, une victime sacrificielle. Depuis une rocambolesque défaite 5-3 un soir d'octobre 1998, les interistes n'ont plus jamais flanché face aux Romains à domicile. Ce serait con de le faire le jour où tout faux-pas est interdit. A l'opposé de ça, jamais la Lazio n'est arrivée à San Siro avec l'Inter à portée de tir depuis l'avènement de Claudio Lotito, en 2004. Raison de plus pour avoir envie de faire tomber le tabou Giuseppe Meazza. Et de caresser d'un peu plus prêt un rêve interdit. Mais pas sûr que l'Inter ait envie de leur faire une fleur, ou de leur rendre la pareille du non-match de l'an dernier. Bande d'ingrats.

Achetez vos billets pour l'Inter de Milan maintenant !


Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Mouais, moi je ne vois pas l'Inter en-dessous de cette troisième place...Qui serait le fond du trou pour eux, vu leur effectif.
Un effectif qui, justement, devrait leur assurer la CL...J'ai du mal à croire que des Sneijder et des Eto'o n'arrivent pas à assurer la C1, même en passant par le tour préliminaire...
de toute façon, le tenant du titre est qualifié d'office non ?

remember Liverpool 2006
Et quel rapport avec l'Inter?

Je ne vois pas non plus l'inter finir au-delà de la 3e-4e place, mais on y verra plus clair après le match contre la Lazio. En cas de défaite, ca risque d'être la double punition, avec le retour de la Lazio donc, et aussi Udine qui pourrait revenir à 1 point et qui finit fort.

Mais à domicile, l'inter ne devrait pas perdre, à priori...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ils n'ont gagné qu'elle...
0 3