1. // CM2010
  2. // Equipe de France/Anelka

Insupportables

Injures, rumeurs, exclusion, chasse au traître... Un climat incroyablement nauséabond entoure maintenant l'équipe de France. Du jamais vu, même au PSG.

Modififié
0 4
Impossible n'est pas français. Tu m'étonnes : à ce niveau, c'est carrément historique. Entre la sale affaire Anelka, entre les rumeurs selon lesquelles Zidane aurait agi dans l'ombre (d'après Libé, ZZ aurait influencé Evra, Henry, Ribéry et Gallas pour qu'ils aillent dire à Domenech sa façon de penser et surtout d'organiser l'équipe en 4-4-2 avec Henry et Valbuena pour Gourcuff et Govou), entre la chasse à la sorcière réclamée par Patrice Evra, entre Petit qui balance à la mi-temps de Ghana-Australie que d'autres joueurs souhaiteraient quitter l'EDF, et sans même parler de son niveau de jeu, l'équipe de France est dans une situation sans précédent. Et on se demande franchement jusqu'où cela va bien pouvoir aller. Demain matin, une dépêche AFP pourrait bien nous annoncer la démission de Domenech, le renvoi par pirogue de Ribéry et le suicide de Footix que ça ne changerait plus rien : le désamour grandissant qui entourait l'EDF est maintenant à son paroxysme. Car franchement, comment aimer une équipe pareille ?

Le pire dans tout ça, c'est que les Bleus ne sont même pas éliminés de la Coupe du Monde. Quasiment certes, mais pas mathématiquement. Aujourd'hui, cela semble accessoire, et c'est quand même dingue. Plutôt que de chercher la qualification, le capitaine des Bleus en appelle à chercher le traître. Enfin, quelque part, il a raison. Il est temps de faire le ménage dans cette équipe.

Mais le pire serait que la France s'en sorte miraculeusement, passe l'Argentine en huitièmes et que la victoire efface tout ce bordel. Heureusement, c'est peu probable. Et, au point où elle en est, elle ferait bien d'espérer qu'il y ait un vainqueur entre le Mexique et l'Uruguay, non pas pour se qualifier, mais pour foutre elle-même les buts qui permettraient alors au pays organisateur de se qualifier, et faire alors le bonheur de toute l'Afrique du Sud. Ce serait beau, et une manière autrement plus cool pour elle de continuer à marquer contre son camp...

Surtout, cela permettrait donc le grand déballage qui s'annonce. Un peu crade, il semble néanmoins des plus nécessaires. A force de passivité et d'incompétence, les responsables de l'EDF ont laissé des cancers pourrir l'équipe. Anelka donc, qui n'en fait qu'à sa tête et finit par insulter le seul mec qui lui ait vraiment donné sa chance en bleu. Ribéry, petite frappe jaloux de Gourcuff et de sa nouvelle dimension, gamin mal élevé et capricieux réclamant où jouer et surtout sans le Bordelais, pour un résultat pathétique. Gallas, chef de défense sur une patte, qui boude quand on ne lui donne pas le brassard, s'entraîne quand il veut mais n'a jamais l'honnêteté de s'avouer archi-cramé, décide ne plus adresser la parole aux journalistes mais préfère le langage des signes. Evra, capitaine courage qui, au lieu de s'excuser pour le comportement de ses troupes et la défaite pathétique, réclame maintenant la tête de la balance, ce salaud qui parle aux journalistes ; capitaine courage qui ne comprend rien, car quand bien même il y aurait effectivement un traître chez les Bleus, cela ne ferait que démontrer l'état d'esprit délétère du groupe.


On peut d'ailleurs en vouloir à tous les membres de ce groupe gangrené de ne pas avoir su sentir le désastre qui s'annonçait, ni donner l'alerte tant qu'il en était encore temps. Et surtout à son chef, Raymond Domenech, de ne pas avoir su gérer ses troupes. Lui qui se disait prêt à donner des coups de fusil... Un échec total. Bien sûr certains de ses joueurs sont des fouteurs de merde de première, mais alors, pourquoi les avoir pris ? Lui qui se voulait le chef de meute, le Catalan de tous les combats... Après tout, c'est bien pour cela qu'il a écarté Nasri et Benzema, non ? Soit dit en passant, quand on voit aujourd'hui le langage et l'attitude de certains, on se demande bien ce que ça devait être avec Samir et Karim, pour que Raymond s'en passe... Voilà où nous en sommes donc réduits avec cette équipe : à parler d'elle comme d'une classe de collégiens, avec ses bons et ses mauvais élèves, avec ses cancres et ses fayots. Une classe tirée vers le bas par des éléments qu'on qualifierait dans l'éducation nationale de "perturbateurs". Au comptoir des bars, on parle plutôt de racailles, de sales gosses de banlieue mal élevés... Triste situation : partout, on a les Bleus à l'âme, et surtout dans le collimateur, alors qu'il y a encore une semaine, le pays se rêvait d'un destin autrement plus glorieux. Dans le cul Lulu !!!

Cependant, Lulu, les joueurs et le sélectionneur, aussi coupables soient-ils, ne sont bien entendu pas les seuls. Pour atteindre un tel niveau de médiocrité, il faut être plus nombreux, et surtout plus haut placé. Le mal est aussi profond que partagé, entre les responsables de la FFF qui ont confirmé Domenech plus que de raison et qui ont cru qu'une fois la compétition entamée, tout entrerait dans l'ordre ; entre les anciens de 98, qui pensent qu'avoir fait partie du groupe de Jacquet, même en tant que remplaçants, leur donne la science infuse et le droit de dire tout, n'importe quoi et son contraire ; entre ceux qui qualifiaient de mauvais Français les yeux perçants qui ne faisaient que pointer les dysfonctionnements d'un système défaillant, ou dénoncer le caractère déjà détestable de cette équipe. Parce que niveau insultes, désinvolture, arrogance, foutage de gueule ou violence, elle n'en est quand même pas à son premier fait d'arme. Pourtant, elle n'avait encore jamais été aussi insupportable.

Telle est donc l'équipe de France d'aujourd'hui. Il va falloir faire avec, ou plutôt sans...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

«Quand beaucoup d'hommes sont ensemble, il faut les séparer par des rites, ou bien ils se massacrent.»
Jean-Paul Sartre
«Quand beaucoup d'hommes sont ensemble, il faut les séparer par des rites, ou bien ils se massacrent.»
Jean-Paul Sartre
Qui a vendu la mèche sur l'altercation ayant eu lieu entre Raymond Domenech et Nicolas Anelka dans le vestiaire ? Qui est le félon qui a donné Nicolas Anelka en pâture à ces vautours de journalistes ? L'équipe de... propose quelques pistes :

Thierry Henry avait tout intérêt à cramer Nicolas Anelka. L'homme lui avait pris le poste qui lui revenait de droit. Non seulement parce qu'il se sent meilleur que lui mais aussi en raison de ses années de service en équipe de France. En coulisse, Thierry Henry jugeait Nicolas Anelka mou du gland et tout pourri. C'est Cissé qui nous l'a dit.

Malgré son amitié apparente avec Nicolas Anelka, Eric Abidal le déteste. Tout ça parce qu'un jour à l'entraînement, l'attaquant l'aurait humilié en lui faisant un pont suspendu. Rappel des figures techniques de foot : le petit pont, le grand pont et l'extrêmement rare pont suspendu qui consiste à élever le ballon au dessus du défenseur en le lui montrant du doigt comme à un idiot puis à le passer en lui disant : « quel dommage que tu n'es pas sur toi ton appareil photo, t'aurais pu immortaliser ». Depuis ce jour, le défenseur attend le premier faux pas de Nicolas Anelka pour le pourrir. C'est Toulalan qui nous l'a dit.

La femme de Ribéry qui ne pardonne pas à son homme la tromperie avec Zahia et qui s'est jurée de le lui faire payer par tous les moyens possibles. C'est personne qui nous l'a dit, mais on sait très bien de quoi sont capables les femmes lorsqu'elles ont les nerfs (et puis balourder de la vaisselle de France sur la gueule de Frank en Afrique du sud, c'était pas possible)

Le colonel Moutarde avec le chandelier dans la bibliothèque. C'est madame Pervenche avec la clé anglaise dans la cuisine qui nous l'a dit.

William Gallas dont on sait qu'il rêve depuis sa plus tendre enfance d'être sponsorisé par Quick. C'est Mac Donald qui nous l'a dit.

Nicolas Anelka lui-même. Parce qu'il sait très bien que le match contre l'équipe d'Afrique du Sud risque d'être une nouvelle humiliation. Et aussi que malgré son clash avec Domenech, l'autre est encore capable de le titulariser. Pour preuve, c'est Raymond lui-même qui nous l'a dit.

Si avec ça, on avance pas...

Peter Smash de Vive le Sport !
"Les allumés de Knysna"

Voilà, cadeau, c'est offert !!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
De pire en pire
0 4