Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Groupe C
  3. // Espagne/Italie (1-1)
  4. // Notes

Iniesta porte la Roja, Torres la plombe

Dans ce match beaucoup plus compliqué que prévu pour le champion du monde espagnol, Iniesta et Xavi ont à nouveau brillé par leur classe et leur vista. Dommage que Fernando Torres ne soit pas aussi affuté que Messi quand il s'agit de la foutre au fond.

Modififié
Casillas (6,5) : Énormissime sur la tête de Thiago Motta, il ne peut pas grand-chose sur le but de Di Natale. Bilan mitigé. Mais bon, y aura quand même un bisou de la Carbonero...

Arbeloa (5,5) : Il a pas mal souffert sur son côté droit. En même temps, c'est de là que sont venues toutes les attaques italiennes. Lien de cause à effet ?

Piqué (5,75) : Ni étincelant, ni à la pêche. Un match moyen pour Shakiro, qui se fait tout de même bien bouffer par l'appel de Di Natale. Question : avait-il préparé un T-shirt "I miss you Carles" sous son maillot ?

Sergio Ramos (5) : Son match se résume à l'occasion de Balotelli. Il se fait chourer le ballon comme un bleu, tape un sprint derrière et empêche l'attaquant de City de marquer. À part ça, on ne l'a pas senti ultra-serein sur les attaques de la Squadra. En tout cas, il s'était fait une très belle raie. Ça a dû lui prendre un sacré temps.

Jordi Alba (6,5) : Maggio n'a pas réussi un centre de la soirée. Deux options : soit il est tout pourri, soit Jordi Alba a été excellent. Certainement un mix des deux, en fait.

Xavi (7) : Bah oui, il joue juste. Bah oui, il ne perd quasiment jamais la balle. Bah non, il n'a jamais eu le Ballon d'Or. Bah oui, il attend encore l'appel en profondeur d'un vrai avant-centre pour lui glisser le ballon. Bah non, Torres n'est plus un vrai avant-centre.

Busquets (6) : Comme toujours, on le voit peu, mais il est là, diaboliquement là. À droite, à gauche, au milieu. Bon, après, on ne va pas vous mentir, on a été déçus qu'il n'y ait même pas un petit clash avec Thiago Motta. Juste comme ça, en l'honneur du Mou, quoi !

Xabi Alonso (6) : Pas mal de fautes au milieu de terrain, un gros boulot abattu et la balle de match sur ses pieds, à la 92e minute. Concours de dégaine perdu face à De Rossi.

Iniesta (7,5) : En l'absence de Messi, il a dû prendre à son compte le jeu du FC Barcelonespagne. Oui, sauf que quand la Pulce n'est pas là, c'est lui qui doit être au four et au moulin. Pour un peu, c'est lui qui débloquait la situation. Pour un peu, c'était le meilleur joueur sur la pelouse. Ah oui, c'était le meilleur joueur sur la pelouse.

Fàbregas (6) : Ce soir, on peut l'appeler Mario Gómez Fàbregas, tant son match ressemble à celui du buteur allemand. Le néant, puis un but venu de nulle part qui remonte sa moyenne. Bon, à sa décharge, il ne jouait pas franchement à son poste de prédilection.


David Silva (6,5) : Il y en a qui, avec le ballon, ne savent pas quoi faire. Ils regardent, ils regardent et ils ne font rien. Lui, c'est plus simple. Il ne regarde pas et il fait. Putain, cette passe quand même...

REMPLAÇANTS :

Fernando Torres (4) : Non, mais sérieusement, le vrai Fernando a été capturé lors de l'Euro 2008 et, depuis, c'est son cousin qui joue ? Comme diraient Éric et Ramzy : nous ne voyons pas d'autre explication.

Jesús Navas (7) : Quelle entrée... Le mec arrive avec ses yeux de loup, bim, bam, boum, des dribbles en veux-tu en voilà, et pas une seule balle perdue. Une bonne indication pour Vincent de la Forêt en vue des prochains matches.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3