1. //
  2. // Lens/OM (0-1)

Indispensable Cheyrou

Bollaert était un terrain maudit ces six dernières années pour l'OM. La série est cassée grâce une inspiration de Benoit Cheyrou à l'heure de jeu. Marseille est seul dauphin, a mis Rennes à trois points, Lyon à quatre.

0 1
Avec les nuls de Rennes, Paris et Lyon, il y avait deux points à gratter ce soir pour les Marseillais sur ses principaux concurrents. A Lens, Deschamps laisse Dédé sur le banc, et confie la pointe de l'attaque à Rémy, Valbuena et Ayew occupant les ailes. Boloni de son côté aligne une équipe offensive avec Roudet, Akalé, Eduardo et Jemaa sur la pelouse d'entrée. Pourtant Lens ne mettra pas souvent le nez dehors. En début de rencontre, les Sang et Or sont en grosse difficulté technique. Impossible de conserver un cuir, si bien qu'un involontaire une-deux Eduardo/Valbuena reste le plus bel enchaînement lensois. Taïwo est déjà aux avants-postes, le ballon circule bien ; à l'OM sur toute la largeur mais aucune occasion ne vient concrétiser pour l'instant cette domination. C'est même sur un contre mal géré par Akalé et une passe en retrait faisandée de Lucho que Marseille arrive à se faire peur. L'OM a quand même du mal à mettre du rythme. Bedimo et Aurier s'accrochent aux basques de Valbuena et Ayew. Une fois, Pti Vélo a réussi à déborder, en permutant avec Ayew. Mais Rémy ne cadre pas la tête sur le centre.

Le match manque clairement d'exploit individuel pour créer les décalages, la vitesse n'étant pas la caractéristique des quarante-cinq premières minutes. Si, M'Bia égaye un peu la partie en en faisant des tonnes à plonger avec les mains sur le ballon. Jemaa y répondra, bon acteur aussi sur un duel aérien avec le Camerounais. Mandanda est lui sur courant alternatif, partant à l'aventure sur un corner, se vautrant sur ses défenseurs et voyant Jemaa mettre une tête sur la barre du but déserté (33'). Mais il sera ensuite taille patron en claquant magnifiquement une nouvelle tête de Jemaa qui partait sous la lucarne, en ramassant tous les pseudos ballons chauds dans sa surface. Offensivement, toujours pas d'exploits marseillais à signaler. Rémy perd son duel à six mètres face à Runje (37è). Aurier et Bedimo s'accrochent toujours, Bedimo un peu trop même (semelle sur les jantes de Pti Vélo, carton jaune).

La deuxième période sera aussi crispée que la première. La palette à Doudouce dit même que les deux blocs lensois et marseillais récupéraient les ballons à 30 mètres de leur but. On connaît plus dangereux. Mandanda, lui, n'est plus crispé du tout, enchaîne les sorties aériennes et les arrêts décisifs (frappe laser d'Hermach). Du très propre. Les latéraux lensois, Bedimo et Aurier s'accrochent toujours. Valbuena et Ayew ne passent pas. Deschamps opère alors son premier coup de coaching. Gignac est lancé dans cette rencontre un peu terne, mais pas en pointe hein. Rémy, même inoffensif ce soir, reste dans l'axe, Ayew part se tester à droite face à Bedimo et Valbuena regagne, chafouin, le banc phocéen. Ce ne sera pas une mauvaise inspiration de DD. Pour Gignac en tout cas, plutôt à l'aise dans son rôle à gauche. Lens subit toujours autant mais résiste, résiste. Et puis finalement craque, sur une action individuelle pleine de talent de Cheyrou, crochet sur trois défenseurs, frappe et Runje qui reste bloqué. Contre-pied. 0-1 (68è).

Les Sang et Or sont cramés, n'avancent plus, parce que depuis le coup d'envoi, les quatre attaquants nordistes ont passé beaucoup plus de temps à défendre, n'ont plus rien dans les chaussettes pour se porter aux avants-postes. Il y aura bien quelques coups de pied arrêtés lensois mais Mandanda cueillera tous les ballons aériens. Sauf un, qu'il savonnera dans ses propres buts. Heureusement pour Steve, l'arbitre siffle légitimement une charge illicite de Jemaa dans les airs. Deschamps a eu une petite suée. Les changements s'accélérent. Kaboré, Maoulida, Sertic et Demont entrent dans le dernier quart d'heure. Gignac termine son match par une offrande en profondeur à Rémy, encore emprunté dans ses choix de dribbles. Lens attaque le temps additionnel avec les moyens du bord, c'est-à-dire les grands devants et on arrose. Mais soit des pieds et têtes marseillaises, soit des positions de hors-jeu empêcheront les Lensois d'arracher le point du nul. A partir de ce soir, l'OM peut être considéré comme le principal concurrent du LOSC. Le RC Lens est quant à lui tanké à la 19è place.

Ronan Boscher

Achetez vos billets pour l'OM maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
0 sélections en EDF pour Cheyrou, c'est quand même une honte!
Surtout quand tu vois toutes les chèvres à qui on a donné une chance et le niveau actuel de gourcuff...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les revenants de la Liga
0 1