1. //
  2. // Primera Division
  3. // Independiente

Independiente aux portes de l'enfer

Monument du foot argentin et sud-américain, Independiente s'apprête à découvrir, pour la première fois de sa glorieuse histoire, la seconde division. Un nouveau coup de tonnerre en Argentine après la relégation de River Plate il y a deux ans.

Modififié
0 22
Un miracle ne suffirait pas. Il en faudrait deux ou trois. Pour rester en première division, Independiente doit remporter ses deux derniers matchs, Argentinos Juniors doit perdre les deux siens, et San Martin de San Juan ne doit en gagner aucun. C'est une quasi certitude, El Rojo, un grand d'Argentine et d'Amérique du Sud, découvrira la B Nacional (la L2 locale) la saison prochaine. Un coup de tonnerre. Le deuxième en deux ans, après la relégation de River Plate. C'est d'ailleurs dans le stade de ce dernier, ce week-end, au Monumental, que les Diables rouges ont fait un grand pas vers l'enfer. Une défaite 2-1, une trentaine de supporters devenus fous, arrachant les sièges et les balançant sur les fans adverses, le reste quittant le stade en pleurs, tout comme leur joueur Hernán Fredes, formé au club et inconsolable à sa sortie du terrain. Le soir même, le Racing d'Avellaneda, l'éternel rival, faisait la grosse bringue dans son Cilindro, où il recevait et battait Boca Juniors (2-0). En tout début de seconde période, un fan déguisé en fantôme, avec un immense B sur le ventre, mettait le stade en transe en s'offrant sans trop de problèmes un tour de terrain. « Le fantôme de la relégation. »

Youtube

1,143 point par match en trois ans

Pour bien comprendre ce que la descente d'Independiente représente en Argentine, il suffit de regarder son palmarès. Sept Copa Libertadores, record continental, qu'il partage avec Boca Juniors. Deux Intercontinentales. Quatorze titres de champion. Et un statut, auquel les supporters tenaient très fort car il les différenciait de tous les autres (sauf de Boca) : celui de ne jamais avoir été relégué. Dans les médias, dans la rue, dans le bus, au café ou sur les réseaux sociaux, c'est le principal sujet de conversation à Buenos Aires. Independiente se va a la B. Et ses plus de 80 000 socios avec. Cela fait un an déjà, que le club est menacé, mais personne n'y croyait vraiment. D'autant qu'en Argentine, tout est fait pour protéger les gros de la relégation. Un système de moyenne sur trois ans, qui leur permettait de foirer complètement une ou deux saisons sans trop s'inquiéter. En clair, si Independiente se retrouve aujourd'hui dans cette situation, c'est parce qu'il truste les fonds de classement depuis trois ans. Lors des cinq derniers championnats (disputés sur six mois) pris en compte pour le système de relégation, les Diables rouges ont terminé 20e, 6e, 8e, 16e et 18e. Ils sont actuellement 12es du Tournoi Final. Ce qui donne une moyenne de points pris par match de 1,143. Trop peu pour rester dans l'élite.

Gestion économique et sportive calamiteuse

Comment le club d'Agüero et de Forlán a-t-il pu en arriver là ? D'abord du fait de la crise financière qu'il traverse, produit de la gestion calamiteuse de l'ancien président d'Independiente, Julio Comparada. Avec les ventes en Espagne du Kun (28 millions d'euros) et du gardien Oscar Ustari (6 millions) en 2006 et 2007, plutôt que de construire une bonne équipe, Comparada a décidé de rénover le stade, devenu l'Estadio Libertadores de América. Sauf que les fonds n'ont pas suffi et qu'aujourd'hui encore, une tribune entière, non achevée, est fermée au public. En 2011, un nouveau président est élu. Javier Cantero mène une lutte sans relâche contre les barras bravas, les supporters violents et mafieux, qu'il réussit à éloigner du club. Mais sa gestion sportive est moins convaincante. Très limité économiquement, il ne fait venir que des joueurs de second rang, qui n'ont rien à apporter à l'équipe. Les entraîneurs se succèdent (trois depuis un an), les joueurs emblématiques (Eduardo Tuzzio, l'ancien Marseillais, Ernesto Farías, l'ancien buteur de Porto) passent sans transition de capitaine à porté disparu. Résultat, les gamins du club, limités et sans expérience, se retrouvent titulaires. Pauvreté économique, pauvreté du jeu, le monument Independiente, le « Roi des coupes » , s'effondre. Ne lui reste que ses fidèles supporters. Et l'espoir d'un, de deux ou de trois miracles.

Par Léo Ruiz, en Argentine
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Triste, vraiment, la Primera a déjà perdu le classico de Rosario, on a perdu le Superclasico, qui est vite revenu heureusement, et maintenant un des plus beau derby d'Argentine, Racing-Independiente ... Franchement c'est dommage. Et puis je flippe, après River, Independiente, il ne reste plus qu'un "gros" à voir descendre pour la première fois, c'est Boca ... et vu la tronche des dernières saisons, ça devient crédible ...
C'est pour ces articles que je lis SoFoot.

MerciMr Ruiz.
Paradoxale d'etre aux portes de l'enfer en s'appelant les Diables Rouges !

_ Le vieux stade était d'un autre siècle , c’était maintenant ou jamais !
et quand on voit la maquette ou esquisse , le résultat final est joli .

_ Faut dire que l'argent du transfert de Aguero était censé payer le nouveau stade remodeler construit sur l'ancien !
et spécialité Argentine , la corruption ou détournement de fond , résultat un stade qui est loin de ce qu'il devait etre avant commencement des travaux .

_ Independiente c'est le troisième grand club Argentin , et le premier continental avec 7 Libertadores gagnés sur 7 finales joués !

Autant dire un des plus grands clubs mondial serait en 2 ème division d'ici peu .
el infierno rojo en la B jajaja

@Leo , Boca en compte 6 des Libertadores ;)
madjerinho Niveau : CFA2
"Noooooooooo ... SOMOS EN LA BBBBBBBBBBBBB ... SOMOS EN LA BBBB ... (pleurs)"
Marek Hamsik Niveau : National
Putain mais sérieux, comment on peut faire un système de championnat aussi complexe ? Faut avoir fait polytechnique pour le comprendre...

Mais sinon, merci à Sofoot grâce à qui je découvre de plus en plus l'Amerique du Sud et notamment le championnat argentin. C'est vraiment intéressant, même si je dois dire que j'ai parfois été un peu déçu du niveau des matchs, plus physiques que techniques, au contraire du cliché qui colle a la peau des sud-américains.
Message posté par Marek Hamsik
Putain mais sérieux, comment on peut faire un système de championnat aussi complexe ? Faut avoir fait polytechnique pour le comprendre...

Mais sinon, merci à Sofoot grâce à qui je découvre de plus en plus l'Amerique du Sud et notamment le championnat argentin. C'est vraiment intéressant, même si je dois dire que j'ai parfois été un peu déçu du niveau des matchs, plus physiques que techniques, au contraire du cliché qui colle a la peau des sud-américains.


Pour te répondre sur ta dernière phrase, en fait chaque sélection sudaméricaine a un cliché différent qui lui colle à la peau, l'Argentine et son toque, le Brésil son football samba, l'Uruguay son jeu dur etc...
La réalité c'est que le football rioplatense (Argentine/Uruguay) est un un mélange de technique (le jeu court et rapide), de projection rapide vers l'avant, et d'une agressivité qui peut être excessive parfois, on l'appelle garra charruà en Uruguay ou grinta en Argentine, et c'est d'ailleurs pas si éloigné du football italien en fait (les deux pays ont en passant une très importante colonie d'origine italienne dans leur population)
Bref, le football sudaméricain est assez mal connu ici (normal, avant youtube pour en avoir des nouvelles fallait se lever tôt au propre comme au figuré...)Si tu lis des articles sur les finales d'intercontinentales des 60's et 70's, tu verras que les européennes se ch... dessus face à l'agressivité argentine plus encore qu'uruguayenne et il me semble que les sudam ont largement dominé cette période (à vérifier^^)
Bel article. Avellaneda restera toujours le bastion d'Independiente étant donné que le Racing à construit son cilindrio dans les années 50, eux qui séjournaient avant dans BA Capital. Depuis 1928, el Rey de Copas a sorti les tous meilleurs, Bochini l'idole de Maradona, Burruchaga sans qui l'Argentine aurait peut-être qu'une étoile sur le maillot, Agüero plus récemment...

La Doble Visera sera pleine samedi, comme à chaque match d'ailleurs. Primera comme Segunda, l'attachement restera. C'est ça l'Argentine. Independiente vos sos mi pasion, vos sos mi locuuuuuuura !
Independiente a raté l'occasion de redevenir un grand club en 'perdant' deux championnats dans la dernière ligne droite ces cinq dernières années. A partir de là, la pente ne pouvait être que descendante pour ce club géré de façon très...approximative et qui a été victime des promedios qui est un système qui peut s'assimiler à une corde autour du coup qui se reserre lentement mais inexorablement. La descente n'est pas encore effective (beaucoup craignent un 'coup' de Grondona, le tout puissant président de l'AFA qui est hincha du club), mais si elle le devient, qu'elle serve -au moins- à restructurer le club. Lorsque River est descendu, Passarella avait dit une chose importante (ça lui arrive)...'il est plus encore plus important de gagner le championnat économique que le championnat sportif' et je dois avouer que mon club est en bien meilleur santé financière après son petit passage en NB (avec des affluences records) et qu'il remonte doucement mais sûrement au sommet du foot local. Exemple à suivre?

Enorme fête par contre en perspective du coté des supporters du Racing qui rêvent de ce 'délicieux' moment depuis toujours...j'ai des amis qui n'iront même pas travailler lundi prochain en cas de relégation du CAI, ce sera presque un jour ferié.

Un derby de (peut-être) perdu et deux de retrouvés pour la prochaine temporada...celui de La Plata avec Gimnasia qui remonte (c'est notre présidente qui va être contente) et surtout celui de Rosario (le plus fou du pays pour moi).

En parlant de remontée, il faut signaler (pour les nostalgiques) celle de la T en BN...le weekend du Super, le stade le plus rempli était celui de Cordoba pour le match de Talleres.

Un mot pour mes amis bleus et jaunes, il est de plus en plus (sur les réseaux sociaux argentins) question d'une théorie du 'complot' pour que leur club descende en 2015...vu le niveau de jeu actuel du club, ce ne serait pas vraiment une grande surprise, attention à ne pas se rater pour le prochain Inicial sinon vous pourriez sentir les premiers symptomes de la fameuse corde autour du cou.

Dernière information passée sous silence, le décès d'un supporter de Lanus lors du match contre Estudiantes
C'est vrai que les finales intercontinentales des années 60 étaient "dantesques" pour ne pas dire ultraviolentes, Nestor Combin peut en témoigner (Estudiantes-Milan AC). Le couperet de la B commence à se rapprocher pour Boca. Je ne sais ce que va faire El Virrey pour le prochain championnat. Je crains le pire.
Quant au retour de Central, j'espère que So Foot vous fera découvrir le clasico le plus fou du monde, Rosario Central - Newell's Old Boys.
El Bostero
Merci à So foot!
Etant un passionné du foot sud américain (argentin en particulier), j'adore ce genre d'articles!
Independiente vos sos de la B, hahahaha

Une nouvelle tragédie de plus dans ce championnat où le plus intéressant est la passion que les argentins mettent dans leur sport préféré.
Dommage, avec moins de corruption, cela pourrait être le meilleur championnat du monde quand on voit la quantité et la qualité de footballeurs argentins en europe.
Haaaa super si Central remonte, j'avoue ne même avoir suivis la B cette saison, River n'y étant plus.
Bonne nouvelle pour Gimnasia aussi, les masques de lobos en tribune m'ont manqués :D Le bon vieux temps des soirées sur Tyc Sport ...
vous oublié qu'on perd aussi le clasico de Santa Fe Colon vs Union ... un beau clasico aussi , mieux que celui de La Plata , a mon simple avis ...
Ah ce fameux folklore !!!

entre les affiches , et les vidéos , incroyable .


Concernant el descenso pas besoin de s'alarmer vu le classement , los Cuervos etant plus pret d'etre en B comme grand club ..

ce qui etait pas le cas pendant le mandat de Ameal , ou on pouvait commencer a flipper !!
Messieurs, vous qui semblez bien profiter du championnat argentin. Connaissez-vous un bon moyen de regarder les matchs à partir de la France avec les commentaires en VO (genre Tyc sports ou le canal national?)Merci.
Boca ne compte que 6 Libertadores, pas 7...
new order 44 Niveau : District
Très bon article avec néanmoins une erreur de taille :
Boca malgré son impressionnant palmarès est toujours derrière n'a que 6 libertadores à son compteur contre 7 à Independiente (certes la dernière remonte à 1984 avec le nantais Burruchaga mais le club d'avallaneda a raflé la sudamericana y'a deux ans)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 22