1. //
  2. // 30e journée

Incorrigible Manchester

Manchester United qui l'emporte une fois réduit à dix. Et Arsenal tout près de renverser une situation fort compromise. Le duel à distance entre le leader et son dauphin s'est livré dans une ambiance multiplex.

Modififié
0 0
Manchester United – Bolton Wandererers : 1-0


Buteur : Berbatov (88e)

Une confirmation au coup d'envoi : la disgrâce de Berbatov. Ferguson reconduit le duo Rooney-Chicharito, et dès la 10e minute, le Mexicain est tout près de remercier son coach de sa confiance, mais la main d'un défenseur banlieusard vient contrer sa frappe. Totuefois, la véritable info majeure de ce début de match, c'est la ligne fixe installée dans les tribunes d'Old Trafford pour le confort d'Alex Ferguson. Trosième minute, ça sonne : WBA vient d'en mettre un d'entrée à Arsenal. Contraint d'innover devant son effectif décimé, Sir Alex a opté pour une formation résolument offensive, avec le seul Carrick à la récup', et le trident Giggs-Nani-Valencia pour alimenter le duo d'attaque. Malgré l'incontestable domination mancunienne, la mayonnaise ne prend pas vraiment. Peut-être rendus prudent par l'absence de Vidic et Ferdinand, les latéraux des Red Devils dédoublent trop rarement pour perturber un Bolton en pleine bourre, demi-finaliste de la Cup et invaincu depuis le 5 février, toutes compétitions confondues. Rooney a beau tenter une incroyable reprise en pivot à l'entrée de la surface (25e), MU semble en panne d'idées, et si Bolton ne se crée pas de véritables occasions, la jeune charnière centrale mancunienne (Evans-Smalling) rend les banlieusards ambitieux sur leurs opportunités de contre.

58e minute, nouveau coup de fil : WBA mène 2-0. Ferguson reste impassible. Pour inscrire ce petit but qui pourrait peser lourd au bout de la saison, le coach écossais avait lancé dès le retour des vestiaires, Berbatov et Fabio, à la place de Chicharito et d'un Wes Brown fantomatique. A la 75e, ça sonne à nouveau : Ferguson se fait confirmer la légitimité de l'exclusion de Jonny Evans. Le jeune défenseur central, sur un excès d'engagement mais sans manifeste intention de nuire, entaille le genou de Stuart Holden qui sort sur civière. Se trouverait-on au coeur d'un tournant de la saison, alors qu'un nouvel appel apprend trois minutes plus tard l'égalisation des Gunners ? Peut-être, mais pas dans le sens que l'on présage. Car, secoué par l'exclusion d'Evans, MU retrouve l'agressivité qui lui faisait défaut. Les Red Devils bénéficient aussi de la maladresse de Matthew Taylor, qui seul au point de pénalty envoie sa tête sur Van der Sar plutôt que de la croiser (84e). Une tornade rouge s'abat alors sur les buts de l'équipe de la banlieue de Manchester. Nani frappe une première fois, mais Jaskaleinen repouse (87e). Dans la minute suivante, le Portugais bisse et le portier finlandais repousse encore, mais cette fois dans les pieds de Berbatov qui offre la victoire aux siens. 20e réalisation de la saison pour le meilleur buteur de Premier League. Un but qui vaut de l'or pour Manchester et pour le statut contesté du Bulgare.

West Bromwich Albion – Arsenal : 2-2


Buteurs : Reid (3e) et Odemwingie (58e) pour WBA. Arshavin (70e) et Van Persie (78e) pour les Gunners.

Menacé de relégation, West Bromwich Albion n'en reste pas moins sur trois nuls et une victoire. Pas une proie aussi facile que l'indiquerait son classement, donc. Privé de Song, Fabregas et Diaby, Wenger relance Denilson et Ramsey qui accompagnent Wilshere dans l'entre-jeu. Sur le premier corner des coéquipiers d'Abdoulaye Meïté, le jeune gallois oublie Steven Reid au marquage, et Arsenal se met d'entrée une bonne épine dans le pied. Pour tenter de la retirer, Van Persie place une tête après un superbe une-deux entre Clichy et Arshavin, mais la barre repousse sa tentative (25e). Au repos, Arsenal a trouvé le cadre à seulement deux reprises. Inquiétude sur le banc, et mouvement. A l'instar de Ferguson, Wenger ne tarde pas à bouger ses pièces. Il lance Chamakh pour donner plus d'impact et d'options à son attaque, et retire Denilson. Décevant, Ramsey ne tarde pas non plus à aller se reposer pour envoyer Bendtner à l'assaut des cages de WBA (57e). Résultat : Arsenal s'en prend un deuxième après une sortie folle d'Almunia que Squillaci ne voit pas venir. Peter Odemwingie en profite pour pousser le ballon dans les buts vides. Un peu comme l'exclusion d'Evans à Old Trafford, ce but du break va agiter les Gunners et acculer WBA dans son camp. Récompense d'un nouveau magnifique une-deux entre Arshavin et Clichy, le Russe réduit le score d'une cinglante frappe croisée (70e). L'ex du Zenit, rayonne à nouveau à la 78e minute, où il parvient à centrer malgré un marquage serré. Bendtner touche plus qu'il ne reprend la balle au second poteau, et Van Persie s'arrache pour donner l'égalisation. Au bord du gouffre un quart d'heure plus tôt, Arsenal va t-il finalement s'imposer et profiter de la contre-performance qui s'annonce à Old Trafford ? Les supporters gunners, venus en masse dans les West Midlands, y croient et donnent de la voix. Mais malgré quelques situations brûlantes, Arsenal est à nouveau contraint de baisser la tête au coup de sifflet final. Avec un match en retard, il pointe désormais à cinq points de son meilleur ennemi.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Fofana : « Tout ou rien »
0 0