1. //
  2. // 27e journée
  3. // Celta Vigo/Athletic Bilbao

Iñaki Williams, ou le Bilbao 2.0

Irrésistible face au Real Madrid, Iñaki Williams s'est transformé en symbole de l'Athletic Bilbao. Mais plus que son statut de premier joueur d'origine africaine à porter le jersey basque, il en est surtout l'une des plus belles promesses.

16 20
La 75e minute du dernier rendez-vous de l'Athletic Bilbao dans son San Mamés dégageait une saveur toute particulière. Sous les cris de « Iñaki, Iñaki, Iñaki » , l'antre des Leones s'offrait un bonheur aussi simple que touchant. L'hommage au dernier né de sa cantera, Iñaki Williams, remplacé par Guillermo, était autant le symbole d'une victoire homérique face à l'ennemi castillan de toujours que d'une première dans l'histoire plus que centenaire du club. Car oui, en 117 années de joie et de souffrance, jamais le peuple zuri-gorriak n'avait pu ovationner un joueur dont les deux parents sont africains. « Une fierté » , dixit Daniel Ruiz Bazan, illustre attaquant de l'Athletic, qui n'en est plus à une révolution près sur les bords des côtes Atlantique de l'Espagne. Plus que ses origines venant du Berceau de l'Humanité, Iñaki Williams détonne également dans le modèle de formation basque. « Du dribble, de la vitesse, de la percussion » , selon les dires d'Iban Lumbreras, l'un de ses formateurs, sont quelques-unes des qualités qu'apportent le jeune attaquant de 20 ans. Présentation d'un jeune homme qui transpire « l'amour du football » .

Du camp de réfugiés aux champs navarrais


« À la connaissance de son histoire, on comprend mieux la personne » , entame Iban Lumbreras, son entraîneur durant deux saisons au Club Deportivo Pamplona. Son histoire prend racine à Accra. Bien avant sa naissance, c'est dans un camp de réfugiés proche de la capitale du Ghana que se rencontrent ses deux parents. Félix Williams, exilé libérien à cause de la guerre civile, et Maria Arthuer, Ghanéenne de naissance, décident d'embarquer ensemble vers le Vieux Continent. Ils débarqueront à Bilbao et y donneront naissance, en juin de la même année, au jeune Iñaki. En cette année 1994, ces deux immigrés enchaînent les petits boulots. Du travail des champs à celui du soin des animaux, ils emménagent finalement à Pampelune. Dans la capitale de Navarre, Iñaki prend sa première licence et tape illico dans l'œil des recruteurs de l'Athletic. Sitôt recruté à dix ans, il est renvoyé à son premier club. Iban Lumbreras, qui l'a bichonné de ses 16 à ses 17 ans, se souvient : « Il vient d'un milieu où rien ne lui était donné, il n'avait pas les facilités dans sa vie quotidienne que celles des autres joueurs de son âge » .

Qu'importe, puisque « sur le terrain, il n'y avait plus de différence avec les autres et il en profitait  » . «  C'était un jeune extraverti, très ouvert sur le monde, qui avait soif de découvrir. C'est ce qu'il transmettait à tout le monde autour de lui » , poursuit son ancien mentor. Assoiffé de buts, Iñaki Williams fait figure d'exception dans la formation basque. Plus habitué à façonner de robustes guerriers ou de fins milieux de terrain, le réservoir régional n'offre que peu de diversité dans ses profils. « Nous n'avons jamais formé de grands joueurs rapides, convient l'ancien Leones Daniel Ruiz Bazan. Notre centre de formation a eu tendance, ces derniers temps, à sortir des joueurs dits plus de "toque".  » Aguerri aux joutes basques, Iñaki revient au bercail de Lezama juste avant sa majorité. Pas à pas, pion après pion, il grimpe les échelons du club. En chiffres, ses deux saisons avec les U19 puis la réserve facturent plus de 30 buts chacune. Cet exercice 2014/15, il le commence également avec le Bilbao Athletic – le nom de l'équipe B – avant de faire le grand saut avec le groupe professionnel de Valverde à l'automne.

« Un merveilleux symbole »


L'ascension d'Iñaki Williams dans la plus haute sphère du football basque atteint son summum en décembre. Face à Cordoue, dans un San Mamés crispé pour cause de résultats chaotiques, il est le rayon de soleil d'une équipe en manque de confiance. Rapidement, il s'impose comme une alternative plus que crédible. D'apparitions sporadiques en entrées convaincantes, il glane ses galons de titulaire face au Real Madrid. Plus que le supplice qu'il a imposé à Pepe, ses gâteries techniques ou ses efforts défensifs, « c'est une grande fierté pour tous les supporters de l'Athletic de voir, pour la première fois de la grande histoire de notre club, un joueur de parents africains porter ses couleurs » , expose le retraité Daniel Ruiz Bazan. Entre ouverture d'esprit et respect de ses règles ancestrales, l'Athletic Bilbao s'offre « un merveilleux symbole  » avec un gamin « aussi basque que moi ou que tous les autres » , relance El Guerrillero. Désormais, le plus dur s'offre à Iñaki Williams : s'imposer comme un buteur redoutable et s'émanciper de ce statut de symbole pour celui de valeur sûre. « C'est tout le mal que je lui souhaite  » , sourit Iban Lumbreras.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Équipe qui pratique la xénophobie. A bannir. Je considère que si des joueurs sont discriminé du a leurs origines cela doit être a vomir. Et qu'on vienne pas avec le 'c'est leur choix'. Car alors que dire des associations 'racistes'. C'est aussi leur choix?
C'est vrai qu'une équipe parisienne qui rentre sur le terrain avec 0 joueur français, financée le Qatar (pays ami de la démocratie et grand sponsor des mouvements progressistes à travers le monde), c'est tellement mieux.

Je vous conseille de lire Claude Lévi-Strauss, vous trouverez peu-être matière à réflexion...
Note : 9
Le seul club au monde qui a jamais eu a souffrir de l'arret bosman !
Ce club est non seulement une fierté de tout un peuple , mais un exemple dans cette ère moderne du tout et n'importe quoi .

Concernant le gamin il est né au Pays Basque point final , ses origines Africaines limite on s'en fou , autant que Amorebieta soit né au Venezuela , ou meme que Laporte ne soit pas Basque !

Fermeture d'esprit de ce club , pas forcément , c'est juste que la politique du club est identitaire , au contrario des 3/4 des clubs dans l'élite du football qui comporte plus de joueurs étrangers , que de joueurs du pays meme !
Message posté par El Xeneize
Le seul club au monde qui a jamais eu a souffrir de l'arret bosman !
Ce club est non seulement une fierté de tout un peuple , mais un exemple dans cette ère moderne du tout et n'importe quoi .

Concernant le gamin il est né au Pays Basque point final , ses origines Africaines limite on s'en fou , autant que Amorebieta soit né au Venezuela , ou meme que Laporte ne soit pas Basque !

Fermeture d'esprit de ce club , pas forcément , c'est juste que la politique du club est identitaire , au contrario des 3/4 des clubs dans l'élite du football qui comporte plus de joueurs étrangers , que de joueurs du pays meme !


Double langage. Toute discrimination doit être bannie. Si tu lis la définition de xénophobie, cela englobe également 'territoire géographique'. Et la xénophobie n'est pas à être une fierté comme tu dis.
Le fait même d'être Basque est contraire à la xénophobie dont tu parles.

Le Basque "euskaldun" (celui qui possède la langue basque) se définie uniquement par sa langue et non par le "territoire géographique".

Donc n'importe qui peut être Basque s'il apprend la langue, qu'il soit Chinois ou Liliputien. Ce n'est donc pas le territoire, l'origine ou le sang qui nous définit...



Maintenant, ne serait-ce pas toi le xénophobe, à porter des jugements de supériorité sur d'autres cultures?
Quand tu dis "toute discrimination doit-être banie", mais discrimine toi-même les Basques dans ton propos.
Note : 6
Si avoir une identité c'est etre xénophobe , je comprend pourquoi alors tu es fan du real !
Discours d'un punk d'extrème gauche que tu tiens , ou une quelque frustration envers un club qui fait avec ses moyens pour recruter dans un périmètre limité , tout le contrario de ce que représente l'opulence de ton club sans limite qui est a vomir !!!

T'a pas du digérer la défaite dernièrement au San Mames et le but de Aduriz , dans ce cas ton excuse haineuse de la xénophobie envers ce club a bon dos .
Patchwork Niveau : DHR
Message posté par ralos


Double langage. Toute discrimination doit être bannie. Si tu lis la définition de xénophobie, cela englobe également 'territoire géographique'. Et la xénophobie n'est pas à être une fierté comme tu dis.


Fais comme la photo de ton avatar.
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Il a fait un très bon match ce soir face au Celta. Il est puissant, technique et rapide. Malgré quelques déchets, il a un bel avenir devant lui.

En tout cas, il fait du bien a l'Athletic. Il amène enfin un peu de puissance physique dans cette équipe de joueurs assez frêles.
Clinton Njie avait fait un essai là-bas, ainsi qu'à Mönchengladbach et à Bordeaux avant de venir à Lyon. Bon ils l'auraient sans doute pas pris mais ça prouve qu'ils sont plus souples qu'on ne le dit.
Message posté par ralos
Équipe qui pratique la xénophobie. A bannir. Je considère que si des joueurs sont discriminé du a leurs origines cela doit être a vomir. Et qu'on vienne pas avec le 'c'est leur choix'. Car alors que dire des associations 'racistes'. C'est aussi leur choix?


Bha bravo mon con, t'as réussit à non montrer ton niveau d'intelligence.
christophe-maillol666 Niveau : District
Les basques (et les catalans) sont encore plus racistes que les espagnols eux même, en ça le parcours de Williams pour se faire accepter là bas est un exploit.
francis_kuntz Niveau : Loisir
À vomir. Cet «homme» ne devrait même pas avoir le droit de passer le balai dans les tribunes et il est ovationné par ces supporteurs «sin cojones» comme on dit là-bas. Leurs ancêtres doivent s'en retourner dans leurs tombes. Ce club a perdu son âme.


Francis Kuntz, en direct de Bilbao le Hobbit
francis_kuntz Niveau : Loisir
Message posté par ralos


Double langage. Toute discrimination doit être bannie. Si tu lis la définition de xénophobie, cela englobe également 'territoire géographique'. Et la xénophobie n'est pas à être une fierté comme tu dis.


Ralos, retourne aux manifs LGBT et aux réunions «Moustachus et sodomie», ici tu es sur So Foot, pas sur un forum de gauchistes.
A tous ceux qui pensent que je suis coincé. Mon avis est que si tu ne peux pas faire partie d'une assoc' quelconque du a une question d'identité c'est de la discrimination. La langue basque a bon dos... Quant a mêler d'autres clubs dans la discussion y a t'il d'autres club qui pratiquent la discrimination ?
J'en connais pas. PS que vient faire le gauchisme la dedans ?
Je ne vois pas vraiment en quoi l'affirmation d'une exception culturelle peut être prise pour de la xénophobie... Et dans ce cas, comment devrait on juger au regard de l'histoire les efforts castillans de centralisation et d'effacement des identités culturelles régionales en Espagne ? Comment devrait on juger un club dont le stade porte le nom d'un "xénophobe" notoire ?

De plus, il n'est pas forcément nécessaire d'être basque pour être recruté à l'Athletic : avoir été formé dans un club basque est suffisant, quelques soient les origines du joueur. Donc ton argumentation basée sur l'exclusion territoriale ne tient pas.

Pour finir, il faut être d'une incroyable mauvaise foi, ou d'une indécrottable stupidité pour porter de telles affirmations sur un article où l'on explique justement comment le fils d'immigrés africains est devenue la coqueluche de tout un stade.
Message posté par ralos
Équipe qui pratique la xénophobie. A bannir. Je considère que si des joueurs sont discriminé du a leurs origines cela doit être a vomir. Et qu'on vienne pas avec le 'c'est leur choix'. Car alors que dire des associations 'racistes'. C'est aussi leur choix?


On peut être basque et noir, basque et musulman, basque et gay ...
Il n'y a pas de discrimination. Ou alors tu ne dois pas non plus comprendre comment on peut vivre en France en tant qu'immigré, y travailler, y payer des impôts et ne pas pouvoir y voter.

CQFD
tous ces posts pour dire qu'être gauchiste est forcément à considérer comme étant une insulte.

1-oui je suis de gauche

2- je trouvais un peu excluante l'ancienne politique de l'athletic, bcp plus restrictive qu'aujourd'hui. en gros si on n'est pas de culture basque (innée ou acquise) on n'a rien à faire au club.

3- entre un club composé de 11 basques (ou catalans etc) et un club composé de 11 étrangers, il y a une marge possible.

4- je suis du barça, donc la culture identitaire d'un club je connais, mais au delà d'une certaine limite je la vomis.

voilà , lâchez les chiens

ps : bravo à ce joueur , je lui souhaite vite de mener ce débat à sa date de péremption.
Message posté par ralos
A tous ceux qui pensent que je suis coincé. Mon avis est que si tu ne peux pas faire partie d'une assoc' quelconque du a une question d'identité c'est de la discrimination. La langue basque a bon dos... Quant a mêler d'autres clubs dans la discussion y a t'il d'autres club qui pratiquent la discrimination ?
J'en connais pas. PS que vient faire le gauchisme la dedans ?


Excuse moi , j'y suis aller un peu fort avec toi j'admets !
Le gauchisme , que vient t'il faire ici ? > ton opinion .

Encore plus proche d'une personne d'extrème gauche je dirais meme , je me répète , mais néanmoins compréhensif si tu avais un avatar ayant un rapport avec le Rayo Vallecano !
Mélanger d'autres clubs dans la conversation a rien de discriminatoire , ca s'appelle juste une comparaison Ralos :)
Bref tes messages sont assez sec .
MC NightO Niveau : DHR
Message posté par ralos
A tous ceux qui pensent que je suis coincé. Mon avis est que si tu ne peux pas faire partie d'une assoc' quelconque du a une question d'identité c'est de la discrimination. La langue basque a bon dos... Quant a mêler d'autres clubs dans la discussion y a t'il d'autres club qui pratiquent la discrimination ?
J'en connais pas. PS que vient faire le gauchisme la dedans ?


Oui en effet le gauchisme n'a rien à voir avec ton propos. En revanche il se rapproche plus du libéralisme sauvage comme le propose le TAFTA, où les "discrimination locales" sont bannies. Pour faire simple, si l'école primaire de St Brieuc propose des pommes du producteur du coin à la cantine et qu'elle n'a pas pris en compte l'offre d'une multinationale américaine sur un même produit, alors elle sera hors la loi!
Qu'y a t-il de mal à se concentrer sur un bassin géographique pour former une équipe?
- Peu de coûts de scouting
- Même langue donc intégration facilitée
- Famille assez proche pour les jeunes du centre de formation
- Défendre des valeurs communes sur le terrain, tempérament
- Se concentrer sur la formatin
- Peu de coûts de transfert
- les supporteurs s'identifient à l'équipe ...
Evidemment, il faut de tout dans le foot et de la mixité, mais c'est l'exception qui confirme la règle comme le dit M.Jeannot directeur de l'école de St Brieuc!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
16 20