En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe D
  3. //
  4. // Dortmund/Arsenal (2-0)
  5. // Les notes

Immobile et Aubameyang, les increvables

Complètement étouffés par des Allemands infatigables, les Gunners n'avaient tout simplement pas les munitions nécessaires pour s'en sortir, encore moins les cannes.

Modififié

Borussia Dortmund


Weidenfeller (6,5) : Il n'a quasiment rien eu à faire, la faute à des Canonniers en manque de poudre. Il s'est tout de même permis de passer le ballon par-dessus la tête de Welbeck lors de sa seule intervention. Ce qui prouve sa confiance, tout comme sa faculté à juger le niveau de l'adversaire.

Subotić (6) : A passé sa soirée à faire peur à Welbeck et à lisser son bouc. La routine pour un Serbe.

Sokratis (6,5) : La même, version grecque. L'homme qui ne sourit jamais s'est, lui, chargé d'Alexis Sánchez. Même résultat, avec en prime une belle occasion face au but.

Schmelzer (6) : Pour son retour, Marcel a fait le travail. Des courses, des centres, des retours. Il a d'ailleurs passé la majeure partie de son temps dans la moitié de terrain londonienne. Par contre, ses coup de pied arrêtés semblent avoir perdu de leur précision. Du coup, il a arrêté de les tirer. Malin.

Durm (7) : L'année dernière, remplaçant au pied levé parfait de Schmelzer pour sa première saison en pro, il continue dans le même genre avec la Nationalmannschaft pour récupérer une médaille d'or. Sans jouer, certes. Maintenant, il profite de la blessure de Piszczek pour récupérer son couloir droit. Son véritable poste, droitier qu'il est. Du coup, c'est encore mieux.

Kehl (7) : Il devait raccrocher les crampons de 18 à la fin de la saison dernière. Mais voyant l'avalanche de blessures arrivée, il a rempilé pour une ultime saison. Il a même donné son brassard à Hummels. Après, pour récupérer des ballons dans les pieds des mecs et courir tout droit vers le but, c'est toujours là. Qu'importe s'il ne tient qu'une mi-temps. Remplacé par Ginter, son futur lui.

Bender (6) : Lui aussi de retour de blessure, il n'a pas pris de risques. Son esprit était sûrement trop occupé par sa conversation télépathique avec Lars, qui se sentait trop seul à Louis-II.

Mkhitaryan (7) : La gâchette arménienne élimine avec une facilité déconcertante. Passer en revanche, ce n'est pas trop au programme. Immobile s'en souvient encore. Ce qui ne serait pas un problème s'il n'avait pas oublié de viser.

Großkreutz (6) : Le couteau allemand. Ailier gauche, arrière droit. Des grosses chaussures noires, et une belle passe décisive pour PEA.

Aubameyang (7,5) : D'accord, PEA n'a absolument aucune technique, et somme toute presque aucune vision du jeu. Mais qu'est-ce qu'il cavale ! Une qualité parfaitement exploitée au BVB. Ce qui lui permet de mettre des buts tout en course et en chance, et de se créer une pelletée d'actions.

Immobile (8) : Ciro est irrémédiablement attiré par le but. Instinctivement, il veut toujours frapper. Et s'il est vraiment loin, il fonce vers les cages, comme un petit taureau. Comme sur l'ouverture du score, où il a prouvé qu'il avait déjà compris le jeu local (la course effrénée) sans oublier ses origines (le contre favorable et la frappe parfaite).

Arsenal


Szczęsny (6) : Il a longtemps retardé l'échéance, proposant des mains fermes et des bons positionnements. Il a fini par craquer face à Immobile sans pouvoir y faire grand-chose. Un tournant. Derrière, il prend un pion de PEA, et se met à multiplier les sorties kamikazes. Babtou fragile.

Mertesacker (4) : ……………………………………………………………………………… : le temps dont a besoin Per pour se retourner.

Gibbs (5,5) : L'auteur du seul frisson offensif des siens joue arrière gauche. Signera probablement à City ou Chelsea d'ici quelques années.

Koscielny (6) : L'arbre qui cache la forêt. Précieux dans les interventions, costaud dans les duels, impérial dans les airs, Laurent a essayé de tout faire. Ce qui ne dure qu'un temps, à l'inverse de la valse.

Bellerin (5) : Le joueur le plus rapide de l'histoire du club n'a pas vraiment eu l'occasion de le démontrer pour sa première en CL. Parce que se faire dribbler par KG, ce n'est vraiment pas bon signe.

Özil (?) : Ce soir, Mesut était atteint de « Fernando Torressisation » . Un maladie qui consiste à disparaître à l'intérieur de soi-même.

Arteta (2) : C'est bien mieux de vouloir gueuler sur ses coéquipiers pour les replacer. Encore faut-il soi-même l'être. On comprend mieux pourquoi Arsène cherchait à faire venir Morgan.

Wilshere (3,5) : Très fort ce week-end contre City, Jack n'a tout simplement pas résisté à l'intensité du gegenpressing des Schwarzgelben. En même temps, on le comprend : ce sont des mots qui font peur.

Ramsey (3) : Les seuls personnes dignes de s'appeler Ramsey se prénomment Charles et Alf. Certainement pas Aaron, ce prénom d'idole de Lizzie McGuire.

Alexis Sánchez (3,5) : Il a voulu faire le mariole en se frottant à Sokratis. C'est évidemment vain, malgré un corps tout gonflé. Force naturelle > bodybuilding.

Welbeck (5) : Lorsque l'on clame son envie de s'imposer en numéro 9, quand on a la moitié d'une occasion, il faut la mettre au fond. Pas vraiment la tasse de thé de l'ancien Mancunien, qui préfère se les procurer tout seul, et les rater. Une certaine idée de la lose.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17