1. //
  2. // Jeunes entraîneurs

Ils sont jeunes, italiens, et déjà tacticiens

Un entraîneur de 42 ans leader de Serie A, un autre de 41 ans en finale de Ligue des Champions : les jeunes coachs italiens sont véritablement en train de prendre le pouvoir. Revue d’effectif de cette nouvelle génération de techniciens.

Modififié
268 9
Il semble bien loin, le temps où Marcello Lippi, Fabio Capello et Arrigo Sacchi guidaient les plus grands clubs d’Italie. Aujourd’hui, les anciens techniciens se sont mis de côté, et laissent place à une nouvelle génération d’entraîneurs qui marchent bien. La moyenne d’âge des coachs a considérablement baissé, et ce n’est pas un hasard si les deux leaders du championnat sont aujourd’hui guidés par des hommes de 42 et 44 ans, qui étaient encore sur les pelouses il y a quelques années. Outre Antonio Conte et Max Allegri, la «  nuova generazione  » est complétée par Vincenzo Montella, qui réalise une superbe saison à Catane, et par la dernière découverte en date, Andrea Stramaccioni, qui est en train de sauver la saison de l’Inter. Mais qu’ont donc en commun ces entraîneurs, à part le fait d’être italiens et jeunes ? Une chose : ils osent. Ils osent révolutionner une équipe qui n’a plus rien gagné depuis 2006, ils osent répondre à Silvio Berlusconi, ils osent transformer une équipe de bas de tableau en une équipe capable d’aller lutter pour l’Europe, ils osent redonner leur chance à des joueurs que l’on disait perdus. Mieux encore, un autre coach, de l’autre côté de la Manche, a même osé se dresser face au grand Barça, et réussir là où un maître comme Guus Hiddink avait échoué. A l’heure où l’Italie peine à trouver des talents en mesure de prendre la relève des Totti, Del Piero et autres Inzaghi, ce serait donc les entraîneurs qui mettraient en marche la révolution. Le monde à l’envers ?

De la Primavera à l’équipe première

En réalité, même si l'Italie n’ose l’avouer qu’à demi-mots, cette émergence de jeunes entraîneurs transalpins a une date de commencement. En 2008, un tout jeune Pep Guardiola prend les rênes du FC Barcelone. Dès la première année, il remporte tout et son Barça impressionne l’Europe entière. Réaction immédiate en Italie : « Et pourquoi pas nous ? » . Le temps de terminer certains cycles (celui d’Ancelotti au Milan AC, par exemple), et voilà que de jeunes entraîneurs, qui ont tous terminé leur carrière de joueur dans les années 2000, font la queue pour être promus sur le banc d’une équipe de Serie A. Massimiliano Allegri, après deux bonnes années à Cagliari, arrive sur celui du Milan AC, et remporte le Scudetto dès la première saison. Là encore, cela donne des idées aux autres. Après les échecs encaissés par Zaccheroni ou Del Neri, la Juve remet les clefs de son jeu à Antonio Conte, un ancien de la maison, qui a raccroché les crampons en 2004. Encore une fois, le succès est au rendez-vous : la Juve, malgré son match nul concédé hier soir contre Lecce, est en passe d'aller remporter le Scudetto, avec le bonus d’être invaincue cette saison.

Les exemples peuvent s’étendre jusqu’à Vincenzo Montella et Andrea Stramaccioni. Les deux techniciens proviennent directement de l’équipe Primavera, et ont été promus en équipe première suite au limogeage de l’entraîneur. Coïncidence : aussi bien pour l’un que pour l’autre, le coach en question était Claudio Ranieri. Et leur fraîcheur a fait du bien. Montella a fait de belles choses en fin de saison dernière à la Roma, et confirme cette saison à Catane, tandis que Stramaccioni a pris 14 points en sept matches à la tête de l’Inter (malgré une première défaite hier soir). Évidemment, impossible de ne pas ajouter Roberto Di Matteo à cette liste. Le jeune coach, qui dit avoir tout appris de Zeman (même si contre le Barça, on n’a pas franchement assisté à une tactique zemanienne), réalise des miracles à Chelsea, avec une finale de C1 et une finale de FA Cup. A côté de cela, certains, à vouloir commencer trop tôt, se brûlent les ailes. L’ancien de la Roma, Eusebio Di Francesco, a été viré au bout de 13 matches du banc de Lecce pour mauvais résultats. Devis Mangia, quant à lui, n’a pas tenu beaucoup plus longtemps sur celui de Palerme. Ce qui est déjà un peu plus normal.

Faire du neuf avec du vieux

Cet essor des jeunes entraîneurs à la tête de grands clubs n’est pas simplement un effet de mode. S’il peut énerver les coachs qui se farcissent cinq clubs de Serie C avant d’arriver enfin sur le banc d’une équipe de deuxième partie de tableau en Serie A, force est de constater que la recette marche. Antonio Conte, par exemple, est sans nul doute l’artificier numéro 1 du potentiel futur Scudetto de la Juve. C’est lui qui motive ses troupes, c’est lui qui inculque la grinta, c’est lui qui, tactiquement, n’a pratiquement commis aucune erreur cette saison. Un entraîneur jeune qui a su rendre moderne une équipe qui, depuis sa descente forcée en Serie B, ne l’était plus. Le jeu de cette nouvelle Juve est effectivement bien différent du football italien de ces 20 dernières années. Conte a appris des grands maîtres du passé (à la Juve, il a eu Trapattoni, Lippi et Ancelotti), et sait désormais se servir de tous ces enseignements, en y apportant cette touche de modernité indispensable pour réussir au XXIe siècle.

Même discours pour Vincenzo Montella, à qui la Roma a préféré cet été Luis Enrique. Choix pas forcément judicieux : la Louve a dépensé cet été 73,8 millions d’euros, Catane seulement 4,3. Pourtant, les deux équipes ne sont séparées que de cinq points. Le mérite revient incontestablement à Montella, qui a su inculquer un jeu offensif à son équipe. La preuve : Catane a déjà marqué cinq buts de plus que la saison dernière, alors qu’il reste deux journées. Quant à Stramaccioni, il semble avoir eu un rôle assez proche de celui de Di Matteo à Chelsea : celui de psychologue-entraîneur. Avec les mêmes joueurs qui étaient en train de sombrer avec Ranieri, il a réussi à redonner une nouvelle dynamique, en relançant notamment certains éléments en totale perte de confiance (Zarate, Alvarez et Sneijder par-dessus tous). La preuve que l’on peut faire du neuf avec du vieux, à condition d’avoir une vision nouvelle dans son esprit. Cette même vision nouvelle qui portera peut-être un jeune coach italien, le 19 mai prochain, à soulever le plus prestigieux des trophées européens. Comme le symbole d’une nouvelle époque ?

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Strangio Nirta Niveau : District
Ah..J'attendais un article sur ce thème, enfin on reconnait que le foot Italien change, ça se ressent même dans le jeu cette saison il y a une autre approche tactique les tifosi bianconeri se régalent du spectacle offert au Juventus Stadium, en tout cas cette saison sera une des plus belles saisons depuis des années.
Vraiment d'accord avec toi, la Serie A redevient un grand championnat, c'est dommage que les clubs comme l' Udinese ne jouent pas l' Europa League à fond...
manelmanel Niveau : DHR
Tiens, pour la première fois de ma vie je viens d'acheter So Foot en librairie. Pourtant je traîne souvent par ici,mais franchir le pas de lâcher 4 euros à la presse bourgeoise, je pouvais pas. Pour moi So Foot c'est trop gauche Libé Rotschild, trop gauche Inrocks Niel Bergé Pigasse (la troïka de merde°, putain), trop fausse gauche, quoi. Oui, je vous ai toujours trouvé un peu trop parisien, So Foot, un peu trop dans l'ironie cool de ceux qui sont pas dupes, tout le temps en fait, un petit peu trop puceau à lunettes des beaux quartiers. Un petit peu trop caricaturalement branchouille, le genre à vouloir se démarquer de la masse, de la vile multitude, avec un peu trop d'ostentation. En plus je viens de voir qu'il y avait Bégaudeau dans le Comité de rédaction. Vous le faites exprès, c'est pas possible. En fait j'ai acheté So Foot pour Chinaglia. Pour un putain de spaghetto.
Massimobor Niveau : CFA2
Selon toute vraisemblance, le Napoli va accrocher le tour préliminaire de LdC : ils sont en tous cas dans une situation très favorable.
J'ai bon espoir que l'an prochain, enfin, l'Udinese joue l'Europa League à fond. Cette année ils n'ont vraiment pas été ridicules face à Arsenal en tour préliminaire, et la sensation d'être rétrogradé en EL ne leur a pas donné le goût de se battre pour la coupe d'Europe du pauvre...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
je suis étonné qu'on ne parle pas dans cet article de Mazzari l'entraineur de Naples, qui est certes plus expérimenté que les noms cités mais qui est dans la même lignée. A savoir qu'il pratique lui aussi un football tourné vers l'attaque, le collectif et la vitesse. Bref, rien à voir avec ce qu'on observait il y a quelques années sur les terrains de Serie A. J'espère revoir Naples en C1 l'an prochain, pour qu'ils confirment tout ce qu'ils ont montré de bon cette année. Si les efforts de recrutement se portent sur la défense ils ont une vraie chance de jouer le Scudetto et d'aller loin en C1.
Bel article qui montre quand meme que le football italien est loin d'être en perdition...
Si ils jouaient un peu plus l'EL ca pourrait vraiment le faire !
Sinon le succès de Di Matteo c'est clairement un succès à l'italienne. Rigueur défensive, maitrise du temps et contre chirurgical.
Strangio Nirta :
Rien à rajouter !
Pour contrebalancer un petit peu, on peut noter le passage manqué de Ciro Ferrara à la Juventus. Maintenant il s'occupe des U21 italiens (sic).
Ferrara est passé de responsable des équipes jeune à entraineur de l'équipe première ce qui n'a rien a voir avec Conte qui a terminé 2 fois premier de série B avec Sienne et Bari. Il était juste pas préparé mais Ferrara fera une grande carrière d'entraineur et fait déjà un travail très intéressant en ce moment avec les under 21, c'était juste pas son heure.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
268 9