Ils ont marqué le foot sud-américain (de 100 à 91)

Après les tops européens, voici le classement des joueurs qui ont marqué le football sud-américain. Aujourd'hui, les joueurs classés de la 100e à la 91e place.

Modififié
461 144

100. Tomás Carlovich


Sur son CV, trois petits matchs en première division, tout au plus. Pas de statistiques, pas de vidéos. Enfin si, une seule : dans le film Se acabo el turro (1983), on voit Carlovich effacer avec facilité Héctor Scotta, grand joueur de San Lorenzo et du FC Séville. La vidéo dure deux secondes. Personne ne connaît « El Trinche » hors d'Argentine, pourtant il était l'idole de Bielsa, Menotti, Pékerman et d'un paquet de Rosarinos qui ont connu les années 70/80. Joueur barbu de Central Córdoba, Carlovich se présentait au stade quand il en avait envie, pour s'amuser, enchaîner les petits ponts et prendre un petit billet. Une légende tellement grande à Rosario que lorsque Maradona signe à Newell's fin 93, il déclare : « On m'a dit qu'il y avait dans cette ville un joueur meilleur que moi, un certain Carlovich. » Aujourd'hui, le vieil homme, veuf et fauché, erre dans les rues de Rosario. LR

Youtube


99. Marco Etcheverry


En 1994, la coupe mulet était à la mode. Marco Etcheverry et la sienne aussi. Lors de la Coupe du monde de la même année, le milieu de terrain, considéré comme l'un des meilleurs joueurs de l’histoire de sa patrie, se fait rapidement remarquer. Il entre en jeu face à l’Allemagne et prend un carton rouge quelques minutes plus tard. Mais rien ne détruira son statut d’idole nationale. El Diablo s’exporte même aux États-Unis, après une carrière bien remplie (en Bolivie, au Chili ou encore en Espagne). Passé par DC United, il y est devenu ambassadeur à la fin de sa carrière, avant d’enfiler le costard d'entraîneur.


Avec quelques anciennes gloires du football mondial, il travaille au développement du soccer, comme il l’expliquait pour le site de la FIFA : « Avec Carlos Valderrama, Roberto Donadoni et Jorge Campos, nous avons voyagé dans tout le pays pour rencontrer les fans et signer des autographes, dans l'espoir d'amener le public américain à aimer ce sport. » Depuis, celui qui possède des terres en Bolivie et a travaillé comme recruteur aux États-Unis, a acheté quelques clubs amateurs chez lui. Dans une interview pour La Razón, il a affirmé vouloir « redevenir entraîneur en 2017 et aider le football bolivien » . « El Diablo » s’habille en vert. RC

Youtube


98. Sebastián Battaglia


« Déjà, je suis honoré de faire partie de ce classement aux côtés de joueurs incroyables. Les meilleurs souvenirs que je garde de ma carrière, ce sont les dix-sept titres que j’ai remportés avec Boca (Battaglia est le joueur le plus titré de l’histoire du club xeneize, ndlr). Aussi les buts que j’ai marqués contre River. Quand je regarde en arrière, je me rend compte, et seulement maintenant, que je suis entré dans l’histoire du football. On parle là d’un des plus grands clubs du monde. J’ai passé seulement un an et demi en Europe, à Villarreal, mais j’ai énormément appris là-bas. Même si je regrette de ne pas m’être imposé en Europe, je sais que j’ai fait le bon choix en revenant à Boca Juniors. Je n’aurais jamais gagné autant de titres si je n’étais pas revenu. Quand mon nom est cité, on parle souvent de mes blessures (l’ancien milieu de terrain a dû mettre un terme à sa carrière après une blessure chronique à la cheville, ndlr) et de ce petit pont qui m’a brisé les ligaments. Mais je sais que j’ai fait de belles choses dans ma carrière, et on devrait se souvenir de moi pour les dix-sept titres avec le maillot du club de ma vie. » Propos recueillis par RC.

Youtube


97. Diego Forlán


Au milieu du bruit assourdissant et insupportable des vuvuzelas, la balle s'est élevée dans le Nelson Mandela Bay Stadium, est passée juste au dessus de Dennis Aogo et Sami Khedira, puis est venue frapper la transversale de Hans-Jörg Butt. Diego Forlán peut se prendre la tête à deux mains, mais jusqu'à la dernière seconde de la dernière minute de la Coupe du monde 2010, il aura assuré le show. Et même si son ultime coup franc en finale pour la troisième place n'a pas eu le sort qu'il méritait, c'est bien l'Uruguayen qui rentrera à la maison avec le titre de meilleur joueur du Mondial, en se permettant de terminer co-meilleur buteur.


Une époque où l'attaquant de l'Atlético de Madrid cassait la baraque, lui qui avait failli se perdre lors d'un passage un peu raté à Manchester United. Et si son parcours après la Coupe fut parfois délicat, avec des expériences au Japon ou en Inde, le football se souviendra toujours de sa crinière blonde et de son jeu ambidextre follement élégant. Et dire que plus jeune, il voulait percer dans le tennis. AD

Youtube


96. Héctor Castro


L’Argentine a eu la Main de Dieu, l’Uruguay a connu le Manchot divin. En 1930, les deux pays séparés par le Río de la Plata se disputent la première Coupe du monde de l’histoire à Montevideo – deux ans plus tôt déjà, l’Uruguay a remporté le duel face à son voisin en finale des Jeux olympiques. Menée 1-2 à la mi-temps, la Celeste est repassée devant 3-2, mais se fait acculer devant son but dans les dernières minutes de la finale. Jusqu’à la délivrance, à la dernière minute. En inscrivant de la tête le quatrième but de l’Uruguay, Héctor Castro fait exploser le stade Centenario. El Manco devient alors el Divino Manco. Car dix-sept ans auparavant, Héctor Castro, alors âgé de treize ans, s’est tranché la main droite en manipulant la scie électrique de ce qui s'apparentait à une trancheuse à jambon. Ce qui ne l’empêchera pas de faire carrière sous les couleurs de Nacional en plantant un total de cent sept réalisations en championnat uruguayen. Et de sauter plus haut que les défenseurs argentins en finale du Mondial. FL

Youtube


95. Claudio Pizarro


Dans le top 20 des meilleurs buteurs de l'histoire du championnat allemand, peu de surprises : dix-huit Teutons. Giovane Élber pointe bien le bout de son nez, timidement, à la vingtième place, mais la vraie folie est la présence d'un drapeau péruvien dans le top 5, scotché au nom de Claudio Pizarro. Né à Callao, grosse ville portuaire péruvienne, Pizarro a donc réussi à se retrouver entre Manfred Burgsmüller et Ulf Kirsten dans ce classement des pistoleros de la BuLi.


Et ayant eu du mal à se décider entre le Werder Brême, son premier club une fois arrivé en Europe, et le Bayern Munich, il a passé la majorité de sa carrière à passer de l'un à l'autre, en ayant au bout du compte joué près de dix saisons avec le Bayern, et sept avec Brême. Avec à la clé six titres de champion d'Allemagne, six coupes, et une Ligue des champions. Icône absolue outre-Rhin, Pizarro a en revanche galéré avec le Pérou puisqu'il n'a jamais mis les pieds en Coupe du monde, se brisant à chaque fois les dents au niveau des qualifs. AD

Youtube


94. Willington Ortiz


De son visage métissé ressortent des traits indiens qui lui ont valu le surnom de « Viejo Willy » . « Vieux Willy » , c’est Willington Ortiz. Des Millonarios à América de Cali en passant par le Deportivo Cali, le buteur de poche a traversé les années 70 et 80 en dribblant. « Il savait tout faire avec une modestie émouvante. Il faut préciser que Willington Ortiz était à l’équipe nationale de Colombie ce que représente aujourd’hui la présence de Diego Maradona pour l’Argentine » , lâchera le sélectionneur de l’Albiceleste, Carlos Bilardo, quelques années après avoir entraîné les Cafeteros. Avec le maillot de l’équipe nationale, le milieu offensif chiffre à douze buts pour quarante-neuf sélections. Son malheur aura été d’être né dix ans trop tôt pour pouvoir côtoyer la génération dorée colombienne qui s’est qualifiée pour trois Coupes du monde consécutives – 1990-94-98. Willington Ortiz, lui, n’a jamais vu une seule phase finale. Trop Vieux Willy. Ou trop jeune. FL

Youtube


93. José Nasazzi


Quatre Copa América remportées, deux médailles d’or aux Jeux olympiques, une carrière pleine dans différents clubs de sa ville de Montevideo et une trace dans l’histoire, puisqu’il est le premier capitaine à avoir soulevé une Coupe du monde. Mais ce ne sont pas ces titres qui font de Nasazzi – ancien défenseur central uruguayen – un grand de ce sport, mais plutôt un hommage rendu par la FIFA. En l’honneur du meilleur joueur de la première Coupe du monde de l’histoire, l’instance du football mondial crée un trophée virtuel, appelé le Bâton de Nasazzi. Un titre symbolique, d’abord détenu par l’Uruguay et dont le principe est simple. L’équipe détentrice du bâton le remet en jeu à chaque rencontre officielle de la FIFA. Si cette équipe perd dans le temps réglementaire, elle lègue le Bâton, sinon elle le conserve. En 1931, L’Uruguay perd ce trophée après une défaite contre le Brésil. Aujourd'hui tombé dans l’oubli, le Bâton de Nasazzi est détenu par le Costa Rica. Le souvenir du « Capitaine des capitaines » est, lui, intact dans les têtes uruguayennes. RC

Youtube


92. Ramón Unzaga


« Deux fois, l’arbitre a sifflé faute contre moi, lorsque je sautais pour dégager la balle. Je me suis senti obligé de lui dire qu’il se trompait, que d’autres arbitres ne m’avaient pas sanctionné pour ce geste. On a échangé quelques mots, et il m’a demandé de quitter la pelouse. Je ne voulais pas, mais je l’ai fait. On s’est expliqué et ensuite, il y a eu un échange de coups. » C’est ainsi, en 1918, dans le journal chilien El Súr, que Ramón Unzaga explique sa manière assez violente de défendre sur son adversaire. Si ce Basque naturalisé chilien se fait passer pour un milieu de terrain violent, il a pourtant inventé l’un des plus beaux gestes du football : « la chilena » , le retourné en VF. En 1914, Unzaga réalise pour la première fois ce geste, dans le stade El Morro de Talcahuano. La presse argentine le baptisera tout simplement « chilena » plus tard. Capitaine de la sélection chilienne, Unzaga joue toute sa carrière dans des clubs amateurs, le football n’étant pas encore professionnel au Chili. Décédé en 1923, il a laissé son nom au stade où il a réalisé sa première prouesse. Et quelques golazos pour l’histoire du football. RC

Youtube


91. Gilmar


Stade Råsunda, Stockholm, 29 juin 1958. Huit ans après le Maracanazo – la défaite surprise du Brésil contre l’Uruguay, lors du Mondial brésilien –, la Seleção tient sa première Coupe du monde. Pelé, dix-sept ans et demi, éclate en sanglots. Pour sécher ses larmes, le futur Rei trouve l’épaule protectrice de Gylmar dos Santos Neves, dit Gilmar, le gardien élancé de la sélection auriverde. Si la Perla Negra a déjà entamé sa légende en inscrivant six réalisations durant le tournoi suédois, Gilmar, lui, n’a encaissé que quatre buts. Quatre ans plus tard, les deux hommes soulèvent à nouveau le titre planétaire au Chili. Aujourd’hui encore, Gilmar (décédé en 2013, à quatre-vingt-trois ans) reste le seul gardien double champion du monde de l’histoire de son sport et la référence à son poste au Brésil. Longtemps remplaçant dans les buts des Corinthians, le portier remporte une paire de Copa Libertadores avec le Santos FC, le club de sa ville natale, en 1962 et 1963. Et c’est à Santos, avec le club de Jabaquara, qu’il avait débuté... au poste d’ailier gauche. FL

Youtube


Par Léo Ruiz, Florian Lefèvre, Alexandre Doskov, Arthur Jeanne et Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:09  //  Hooligan de la France
Note : 1
Forlan derrière Pizzarro et aussi loin de ce classement, alors que le gars est le meilleur joueur uruguayen depuis 50 ans, devant les légendaires Recoba et Francescoli, pays qui a quand même remporté deux coupes du monde, qu'il a été le seul à redorer le blason de ce pays parmi ceux cités en remportant notamment une Copa America qu'il survole en 2011 et atteint la demi-finale du mondial 2010 (co-meilleur buteur, meilleur joueur), sans oublier une très respectable carrière en club, en étant le premier acteur du renouveau de l'Atletico et formant un terrible duo d'attaque avec Aguero et même Sinama Pongolle...

Je sens que j'vais encore me faire des amis sur ces classements.

<3
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:11  //  Aficionado del Uruguay
Je ne sais même pas si Forlàn serait dans le Top50 uruguayen, pour te dire...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:17  //  Hooligan de la France
Tu dois m'y t'y connaître que moi, qui n'a que mon regard d'européen, mais en tant qu'européen justement (So Foot étant un mag européen), je vois difficilement plus de deux Uruguayens au-dessus, vu sa carrière. D'ailleurs, j'aimerai connaître les cinquante mecs au-dessus : demi-finale de Coupe du Monde, une Copa America qu'il éclabousse de toute sa classe, c'est sous son leadership technique que l'Uruguay est devenu la sélection la plus titrée au monde...

C'est costaud quand même...
clement6628 Niveau : CFA2
Une demi-finale de Coupe du Monde et une Copa America pour une nation qui a gagné deux Coupes du Monde, quinze Copa America et deux titres olympiques, ce n'est pas grand chose. Et je suppose que lors de ces précédents titres, il devait y avoir pas mal de légendes.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:41  //  Aficionado del Uruguay
Attention, j'adore Diego Forlan, même si sa pige à Peñarol ne s'est pas passé comme prévu, il a tout mon respect. Brave type et super joueur, mais meilleur joueur uruguayen depuis 50 ans ?

Depuis 50 ans, donc a partir de 66 ? Julio Abbadie, Pedro Rocha, José Sasia, Luis Cubilla, Julio Cortés, Omar Caetano, Forlàn pére, Mazurkiewicz pour ne citer que les plus connu et ceux passé par Peñarol, c'est du pipi de chat ?

Même en se basant sur les 50 derniéres années, Forlàn rentrerait difficilement dans un top20, et je suis supporter de Peñarol, donc je parle en toute subjectivité...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:46  //  Hooligan de la France
Note : -1
Oui mais un pays dont la plupart de ses titres ont été obtenus à une époque où Emmanuel Macron n'était pas né...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:50  //  Aficionado del Uruguay
Note : 2
D'accord, niveau d'argumentation sensationnel...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  15:01  //  Hooligan de la France
Je parlais de Clément, ma question n'était pas de savoir ce que toi, centre de l'Univers et être supérieurement conscient des choses pensait de Forlan en ta qualité de fan de Penarol. Mais en considérant que tu connais un peu le football Uruguayen, qui sont les 50 mecs devant Forlan et en quoi ont-ils plus rayonné que Forlan ?

Et surtout, en considérant que c'est un Top Sudam' fait par des Européens, quel putain d'Uruguayen est plus connu sur le putain de Vieux Continent que Diego Forlan ? C'est plus clair comme ça ? Faut quand même essayer de saisir les nuances (pourtant aussi grossières qu'évidentes) avant de faire le grand écart sur deux grands chevaux en découpant tout ce qui passe sur ton chemin à coups de katana...
Ce commentaire a été modifié.
ThisIsAnfield Niveau : Ligue 2
Et Luis Suarez, t'en pense quoi ?
t'es devenu aigri mec
FredAstaire Niveau : DHR
Les champions du monde 1930 et 1950: Andrade, Gigghia, Schiaffino, tu en as entendu parler?
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:19  //  Aficionado del Uruguay
Forlàn meilleur joueur uruguayen depuis 50 ans ?

Mieux vaut en rire...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:21  //  Hooligan de la France
Comme dit plus haut, j'aurais peut-être pu dire "plus grand", mais je voulais ton éclairage et pourquoi ce regard aussi dur sur Forlan ?
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:49  //  Aficionado del Uruguay
Mon regard n'est pas dur, il est simplement objectif, c'est bien beau de placer Forlan comme chantre de la renaissance footballistique uruguayenne des 50 dernieres annees en se basant sur une coupe du Monde ou nos adversaires sont l'AFS (à domicile certe, mais...voila), la France, le Mexique, la Coree et le Ghana, mais il faut garder la raison un minimum.

Le niveau du football sud-américain était le plus élevé du Monde jusque dans les annees 60-70, les joueurs que j'ai précedemment cité firent par exemple parti du Peñarol qui marcha sur le continent (et même sur le Monde, si si...) dans les annees 60.
Pas sur que Forlàn fils ait eu sa place dans cette equipe (j'en doute trés fortement...)
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  15:16  //  Hooligan de la France
Note : 1
Ok, merci pour cette remise en place.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Ravi, mais absolument ravi de te recroiser Santiago. Tu m'as manqué, cabron !
Jacky Wilshere et Henri Michel Niveau : District
Vous êtes tous des fous. Autant ceux qui affirment que Forlan n'est pas dans le top 50 uruguayen que ceux qui le mettent sur le podium.
Forlan, c'est la classe à l'état pur, une magnifique carrière, et il a fait de superbes choses avec la selection, donc il a aisément sa place dans le top 50 uruguayen (dans le top 40 pour moi d'ailleurs), au milieu de beaucoup de légendes (Andrade, Cubilla, Francescoli, Gambetta, Ghiggia, Godin, Mazurkiewicz, Nasazzi, Recoba, Schiaffino, Varela par exemple), sans être non plus dans les meilleurs parce que sa carrière n'a pas été parfaite (il lui manque par exemple des matchs références en C1, et l'après Atletico a été trop faible), et puis il lui manque une victoire en coupe du monde.
Après tout dépend aussi si on parle de talent pur (là il est clairement très haut), du palmarès et tout ce qui va avec (le sien est correct sans être sensationnel), ou de ce qu'il a fait de marquant avec l'Uruguay (il serait bien placé mais clairement derrière les champions du monde).
Bien à vous.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Forlan pour moi (attention, subjectivité détectée) est un sublime inadapté. Inadapté aux contingences du foot européen.

Inadapté à l'horaire. Ce mec n'a jamais eu besoin de montre pour être ponctuel, il possède un rapport suffisamment intime avec le soleil pour savoir où situer le zénith et le crépuscule.

Il apparaît, disparaît - au gré de ses révolutions ; capable d'éclairer tout un système à lui-seul, ou bien de s'éclipser nonchalamment derrière de moindres satellites.

Ce fût rare de le voir au zénith - à moins d'être un assidu de l'Independiente. Certains - paraît-il - ont entraperçu son éclat ( " une grosse boule jaune - toute feu et flammes, filamenteuse, tissant derrière elle une traîne majestueuse, semblable à une aquarelle.")

Ce mec méritait de régenter un système à lui tout seul. Il a prouvé qu'il possédait suffisamment de ressources et d'éclat pour réchauffer des Pluton et les réveiller en Mercure.

Forlan, c'est l'un de ces nombreux cas suicidaires où le système a vaincu le soleil.
Loin de moi l'idée de te contredire mais qu'à gagné cet Uruguay des années 60 où forlan n'aurait pas eu sa place(à l'échelle mondiale vu qu'il me semble que le brésil ne jouait pas la copa à cette époque)?
Pour qu'il y ait eu une cinquantaine de joueurs d'un niveau au moins similaire à diego f, l'uruguay a dû faire des prestations plus que remarqué.
J'ai l'impression que tu surestimes le football sud-américain autant que celui ci est sous-estimé en Europe.

Pour en revenir à la place de forlan à première vue elle me semble illogique puis je me rappelle de joueurs offensifs tel que romario, ronaldo, ronaldinho, rivaldo, batistuta, messi, maradona,riquelme, suarez pour les années fin 80-2010 uniquement et d'un coup ca me semble plutot credible finalement
ThisIsAnfield Niveau : Ligue 2
@PeñarolMiAmor et Luis Suarez t'en pense quoi ? Il en ferait partie du top 50 Uruguay ?
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Pourquoi tout ramener au palmarès ? C'est bien une vue d'européen ça.

C'est quand même drôle les clivages culturels.

J'espère que ce top 100 Sudam sera l'occasion de rappeler qu'un grand footballeur ne se résume pas au palmarès ni à l'impact médiatique, ni à rien de ce qui se rapproche de près ou de loin d'une quelconque notion de pérennité ou d'efficacité ( je sais, je vais volontairement trop loin ) et surtout pas d'une quelconque envie d'apparaître dans des putains de registres compilant l'excellence comme s'ils étaient réductibles à un article du Guinness Book.

L'élan qu'apporte un homme à un peuple, une communauté, aussi humble soit-il, la passion qu'il procure...

Putain, c'est une formidable occasion de disséquer le noyau de la Joie - pour une fois ! Loin loin, loin de toute logique calculatrice, de toute volonté de durer et se dissoudre dans le cynisme, l'efficacité permanente, la haute compétition qui tord tous génie païen en homme-machine, pour une fois on peut reconvoquer la raçine-mère de notre passion, et elle est clairement Sud-Américaine, il faut la sucer comme une racine de coca pour retrouver le monde initial de la passion.

Et vous, vous voulez la snifer ?

Vous êtes singulièrement malades.
Jacky Wilshere et Henri Michel Niveau : District
Tu es dingue. Et génial. Et génialement dingue.
FredAstaire Niveau : DHR
Les champions du monde 1930 et 1950: Andrade, Gigghia, Schiaffino, tu en as entendu parler?
22 réponses à ce commentaire.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:11  //  Aficionado del Uruguay
Un "top 100 sud-américains", je n'ai pas l'habitude de faire la fine bouche, mais ça me laisse assez dubitatif...

Je pourrais faire un top 100 de chaque pays sans probléme, voir Nasazzi a la 95éme place de ce classement me révolte personnellement. Je comprend que l'on soit sur un site européen, et que le foot sudam soit secondaire... Mais imagineons un seul instant si l'on faisait un "Top100 Europe", cela serait égalemment une stupidité sans nom...

J'attend la suite du classement, mais ça part assez mal (José Nasazzi 95éme, j'ai du mal à m'en remettre...)
Sofoot nous apprend que la France est plus riche de talents footballistiques que le Brésil et l'Argentine réunis puisque je constate déjà qu'il y a des uruguayens. La médiatisation étant moindre pour les Sud-américains un vrai top 100 pour chacun de ces 2 pays eût été une remarquable entreprise journalistique. Mais c'est le choix de la facilité qui triomphe.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:27  //  Hooligan de la France
Rien n'indique qu'ils ne feront pas un Top 100 Brésiliens ou Argentins...
Note : 1
Ce serait en ce cas illogique, car ils traitent déjà de Gilmar : un Brésilien... Maintenant, si nos posts les poussent à rectifier cette sottise, tant mieux!
3 réponses à ce commentaire.
Note : 1
Je ne suis pas contre l'idée d'un top 100 sud américain, mais totalement contre l'idée qui en découle eu égard au top 100 nationaux précédents : Est-ce à dire que les footballs brésiliens ou argentins sont moins riches que leurs prestigieux homologues européens au point qu'ils ne peuvent à eux seuls alimenter un top 100? Sofoot Vous faites là l'économie d'un travail remarquable et pédagogique. C'est bien dommage.
A la rigueur un top 100 sud américains hors Brésil et Argentine serait pertinents.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:13  //  Aficionado del Uruguay
Merci pour ce message, qui, en dehors de la derniére phrase, était parfait, l'ami :)
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:20  //  Hooligan de la France
Note : -1
Je suis pas contre un Top 100 européens. La Coupe d'Europe des Nations et les Coupes d'Europes de clubs ont pour elles d'avoir su créer un prisme commun entre les différents pays en matière de culture foot. Je trouve pas que ça soit injurieux de faire un Top continental. Que ce soit Sudaméricains ou européens. Voire même européens de l'Est.

Y a bien eu un Top 100 global avec toutes les nationalités...
Je sais que tu aurais aimé un top 100 uruguayens mais je pourrais pardonner à Sofoot de ne pas le faire. Non pas que je partage cette idée mais je la comprendrais : faire un top 100 sur un pays de 3 millions d'habitants(et bien moins à son apogée footballistique) reviendrais en terme d'échantillonnage, sans doute a leurs yeux, à traiter de l'Histoire du football d'un quartier de Rio.
Je milite moi meme desesperement pour un Top 100 du Costa Rica...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:43  //  Hooligan de la France
Y a même pas eu de Top 100 Portugal et Pays-Bas. Ni Belge d'ailleurs. Pourtant, ce sont des football européens et donc plus proches de nous et mieux diffusés...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:52  //  Aficionado del Uruguay
Et j'appuie ta demande amigo !
Ces top 100 était en prélude à l'Euro; les Pays-Bas en étaient exclus car ils n'y participaient. Pour la Belgique, comment dire, c'est parce que Bota67 a refusé de faire le pigiste pour Sofoot.
7 réponses à ce commentaire.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  14:16  //  Aficionado del Uruguay
Note : -1
Et puis Willington Ortiz devant Hector Castro, c'est une blague, rassurez-moi !?
Ce commentaire a été modifié.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Ca va on a compris que t'es un pseudo puit de science de foot sud américain, donc quand t'auras fini de t'offusquer pour rien, tu reviendras aux valeurs de so foot et tout comme les autres top 100, ces classements sont SUBJECTIF et parsemés de mauvaise foi, ils ne l'ont jamais nié à la rédac !

SU-BJE-CTIF, S.U.B.J.E.C.T.I.F ok ? Tu l'as maintenant c'est bon ?

Allez file prendre ton cachet et laisse nous découvrir des noms, des histoires, merci
Rhaaaaaaaa...merci !
Ah c'est dommage comme reaction... Penarol mi Amor a toujours contribué de maniere intelligente aux commentaires, c'est pas la peine de le bruler sur la place publique... Certains ont + de connaissances sur certains sujets, ca me rappelle Franz qui se faisait lynché sur le top 100 allemand (et Dieu sait que j'etais pas d'accord avec lui sur Lothar Matthaus), c'est dommage, c'est ce qui fait la force de Sofoot les commentaires!
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 2
Personne ne critique Peñarol , bien au contraire, j'espère qu'il nous apportera ses splendides éclairages marginaux qui donnent toute leur dimension à des compositions trop classiques. Il va parachever le tableau d'une main de maître.

Mais c'est hallucinant de voir les premières réactions : que des types qui viennent cracher dans la soupe !
Moi ça fait des plombes que j'attends que Sofoot se relance dans un vrai projet de fond, historique et fédérateur, où chacun puisse disposer de ses connaissances et les partager autour d'une passion commune.

Et la première réaction, c'est du crachat à la gueule ? Du " c'est pas assez bien, pas assez pointu ? "

Les gars, l'important dans ce top, c'est précisément que chacun de nous puisse intervenir pour apporter sa science, sa passion, son objectivité ou sa subjectivité et nourrir et putain élargir nos horizons.

L'important dans ces tops, ce sont nos commentaires et la manière dont ils défoncent les barrières, les frontières du classement pour qu'on puisse communier jusque dans nos excès.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Note : 2
D'accord avec toi Alegria, bien content de pouvoir ressasser les anecdotes sur ces grands joueurs et en découvrir d'autres... même si, comme d'autres plus haut, je regrette de ne pas avoir de tops brésiliens et argentins séparés (avec pourquoi pas, un 3e top sudam hors Brésil/Argentine - même si ça plaierait pas à Penarol ^^).
Je defend pas les gens qui allument l'article, au contraire regarde mes autres commentaires, mais c'est qd meme interessant d'avoir des contributions de mecs qui si connaissent + sur certains sujets sans qu'ils se fassent traiter de Mr "je sais tout"
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Si tu parles de Mehmet Scholl, effectivement, il n'y met pas les formes et c'est bien dommage.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Nan mais que Penarol soit calé sur le sujet et que par ce biais on puisse apprendre des choses c'est très bien, c'est ce qu'on a sur So Foot et pas ailleurs, vive nous !

Mais venir m'attaquer l'article de manière pompeuse, hautaine ( parce que c'est ce qu'il a fait hein ) tout en insinuant détenir des connaissances bien plus objectives, bah ça m'a gonflé

Donc soit tu participes au débat de manière " positive " et on est tous content, soit tu la joues pseudo érudit arrogant et dans ce cas la bah ouais, va pendre des cachets et laisse nous découvrir des noms, des histoires

Voila j'vois pas quoi dire de plus, je n'ai rien contre Penarol bien evidemment
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  22:18  //  Aficionado del Uruguay
Note : 1
Désolé si c'est l'impression que j'ai pu laisser, mais j'essaye pourtant de faire dans la plus grande objectivité possible.
Et oui, désolé, mais pour moi, placer Ortiz devant Castro, excuse moi, mais c'est juste ÉNORME ! (et je pense que pas mal de colombiens honnête seront d'accord avec moi...)

Alors peut-être que je me suis mal exprimé et que mes propos ont pu paraître hautain ou "pompeux" (merci de m'apprendre une nouvelle expression), mais ce que je voulais dire, c'est que le début de ce classement commençait assez mal, voila tout.
Je comprend la subjectivité de So Foot, mais elle me parait pour ma par assez malsaine, déjà que la connaissance du foot sudam n'est pas très développé en Europe, pas sur que ça aide à arranger les choses. Enfin, attendons de voir la suite du classement...
10 réponses à ce commentaire.
clement6628 Niveau : CFA2
Ce mythe sur Carlovich me fascine. Je l'avais lu dans le So Foot papier, c'est assez incroyable. De voir qu'un mec inconnu, dont on ne sait rien, est considéré comme le plus grand talent par plusieurs entraîneurs de renom.
Merci Peñarol et Aerton, qui ont parfaitement résumé ma pensée.

Le foot sud-américain a une histoire aussi riche, sinon davantage encore, que le foot européen (il a en tous cas fourni au moins autant des "meilleurs joueurs de l'histoire"), le traiter ainsi transpire un certain mépris.
Je me suis arrêté à Marco Etcheverry, parce qu'il y a une grosse erreur.

"l'unique coupe du monde disputée par la Bolivie"; Nope. La Bolivie a joué celle de 1930 et celle de 1950.

Je retourne continuer la lecture
Rado & milinko Niveau : District
Bordel le bâton de nasazzi je l'avais complètement oublié celui là
"le Bâton de Nasazzi est détenu par le Costa Rica. " Yeahhhhh!!!!

Je le savais meme pas!
Rado & milinko Niveau : District
Faudrait rechercher mais il me semble que la France l'a eu au début des années 2000
Rado & milinko Niveau : District
Ouais je sais on s'en contrefout
3 réponses à ce commentaire.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:32  //  Hooligan de la France
Note : -1
ça fait pas trop recette pour l'instant...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  15:49  //  Hooligan de la France
Bah mettez-vous d'accord, tout le monde se plaint ! Je critique So Foot on me tombe dessus, je les défends pareil. C'est vraiment... étonnant, comme dirait Dugarry.
hey, pssssst, fais gaffe, t'es suivi par mr moizun
2 réponses à ce commentaire.
Je vous trouve un peu dur les gars... Il me semble que Sofoot avait commencé par un top 100 mondial avant d'en faire un par pays (du moins certains)... Esperons qu'il prepapre des TOPs 100 pour au moins le Bresil et L'Argentine meme si certains pays meriteraient leur top 100, je pense a toi l'Uruguay et a toi aussi le Chili...
Le suspense pour les 2-3 premières places va être insoutenable ...
el.maestro Niveau : DHR
la 1ere place étant jouée d'avance avec so foot, je suppose que tu parlais des places 2 à 4 ou 2 à 5 évidemment ;)
Je dirai qu'on connait les 2 premiers dans l'ordre, c'est plutot de 3 a 5 que ca va etre tendu...
Ravière Pastauré Niveau : National
Désole, je t'ai mis un -1 sans faire exprès... Je me rattraperai la prochaine fois!

Sinon, je vois bien l'immense Fernando Redondo très bien classé. SoFoot nous l'avait mis 8ème dans leur top 100 des meilleurs joueurs de tous les temps, donc si la logique est respectée...
Ce commentaire a été modifié.
Ahahah ordure!!!!

8eme? ca me parait bien haut non?

Meme si... la grande classe

https://www.youtube.com/watch?v=AjrjjSTonp4

EDIT: tu as totalement raison il est 8eme

http://www.sofoot.com/s-il-ne-devait-en … 63155.html



Ravière Pastauré Niveau : National
Oui, j'avais vérifié avant, je me souvenais qu'il était classé très haut.

Donc je le vois bien s'inviter dans les 10 premiers.

Et je mettrai bien une petite pièce sur Mr Juan Roman Riquelme, il correspond à l'esprit SoFoot...
5 réponses à ce commentaire.
Note : 1
Ce classement va être énorme. Rien que les derniers présentés, ce sont des légendes.

En plus de leur qualités sportives, il y a une dimension humaine puissance 10 avec les Sud Américains.
el.maestro Niveau : DHR
Du coup puisque tout le monde tape sur so foot, on dira juste qu'on peut regreter de ne pas avoir un top 100 au moins pour les 3 gros pays d'Amérique du Sud. Après perso ça me fera me remémorer certains joueurs non actifs aujourd'hui, d'autres que je découvrirai sans doute, c'est pas la peine de s'énerver de la sorte. Et puis qui sait, peut être que so foot fera un top 100 par pays d'ici peu.
D'autres part, puisque j'aime bien les pronostics, et de mémoire suite au top 100 monde, on devrait avoir dans le top 5 Diego, Ronaldo, Pelé, Socrates, le 5e Sud Am du classement mondial m'échappant. Même si la logique purement sportive pourrait y faire figurer Messi (ou Garrincha, ou Zico, ou... merde ya sacrément du monde dans ce classement, je pense qu'on va au devant de sacrés surprises), je ne le vois pas dans les 5 premiers selon les critères subjectifs de So foot.
Bref hâte de lire la suite, et arrêtons de nous énerver ! Peace
el.maestro Niveau : DHR
C'est vrai que je n'ai pas mentionné Don Alfredo, machinalement dans ma tête je l'ai considéré comme espagnol . Oublie de ma part . Mais bien qu'immense joueur je pense pas qu'il ait tant que ça marque le foot sud americain contrairement au foot espagnol (je peux me tromper et j'attend donc les réactions de gens connaissant mieux sa période que moi). En tout cas pas de quoi le mettre dans le top 5 je pense, mais je peux me tromper
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Les 6 premiers pour moi, dans le désordre : Maradona, Pelé, Messi, Ronaldo, Di Stefano, Garrincha
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  22:01  //  Aficionado del Uruguay
Di Stefano... Attention à la propagande médiatique européenne mon bon Alain ;)
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Note : 1
héhé j'ai pas dit (ou alors je me suis mal exprimé) que c'était les 6 premiers que je choisirais forcément mais plutôt ceux que je vois aux 6 premières places du top So Foot.

Après tu fais bien de le mentionner, j'en profite pour rebondir sur son cas : je sais que tu as des réticences envers Di Stefano mais on peut quand même pas lui enlever son énorme carrière au Real et ses multiples titres de C1 et Liga. Néanmoins, dans la mesure où on parle des joueurs qui ont "marqué le foot sud-américain", leur éventuelle carrière en Europe devrait moins compter que leurs performances en sélection (CDM et Copa America) et au sein de clubs sud-américains (Copa Libertadores, Coupe Intercontinentale)...
Du coup, pour en revenir à Di Stefano, qui n'a jamais disputé de CDM, ses titres remporés avec River et les Millionarios pèsent sans doute moins, par exemple, que ceux glanés par ses presque contemporains de la Maquina de River... La logique voudrait donc qu'il soit classé derrière des Moreno, Labruna ou Pedernera.
On pourrait presque dire la même chose de Messi, énormissime avec le Barça mais qui n'a pas remporté de titres avec l'Argentine et est parti très tôt de Rosario... A l'opposé d'un Riquelme qui a emmené Boca sur le toit du monde en 2000 ou de Zico, maître à jouer du grand Flamengo de 81.

Bref, vaste débat... et je répète que je ne parle pas du niveau intrinsèque de ces joueurs mais bien de leur marque laissée sur le foot sud-américain. En gros, tout dépend des critères retenus pour élaborer ce top. Du coup je vais choisir de ne pas faire trop attention à ce classement (trop subjectif par essence) et de plutôt savourer le souvenir de tous ces grands joueurs du passé (c'est d'ailleurs le but de ce top) ! ;)
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Di Stéfano n'est devenu une superstar mondiale que grâce à une demi-carriére en Europe, dans un continent alors trés en retard par rapport à l'Amérique du Sud footbalistiquement parlant (les 50 meilleurs joueurs du Monde étaient tous sud-américains dans les années 40-50).

C'est d'ailleurs pour cela qu'il décida de rejoindre le Vieux Monde, parce qu’il savait très bien qu'il n'aurait jamais eu la reconnaissance internationale qui est la sienne aujourd'hui en restant en Amérique, ou il n'était en rien considérer comme un joueur sortant du lot. Des Di Stefano, il y'en avait au bas mot une bonne vingtaine en Amérique du Sud dans les années 50-60...
FredAstaire Niveau : DHR
Logiquement, Alfredo plutôt dans un top européen (même 1er ou deuxième).
FredAstaire Niveau : DHR
C'est pour ça qu'il était considéré comme le meilleur joueur du monde dans les années 50, avant le règne de Pelé.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Oui, mais considéré par qui ?
Encore une fois, la version est bien différente que l'on soit d'un côté ou l'aure de l'Atlantique...
9 réponses à ce commentaire.
Allah au Bar Niveau : Loisir
Top 100 sud amerloque...


rien qu'avec le bresil on peut faire un top 200!
Ravière Pastauré Niveau : National
C'est vrai que c'est dommage de regrouper tous les pays sud-américains, l'Argentine et le Bresil (je connais que très peu l'histoire de l'Uruguay, peut être qu'on peut en faire un aussi) auraient mérité un top pour eux seuls, il y a largement de quoi aller chercher 100 joueurs.

Mais bon, faut avouer que ces tops sont tous le temps biens faits et nous permettent de découvrir/redécouvrir de superbes joueurs, donc on va pas se plaindre, au contraire ;-).

Encore un pour les Pays-Bas, un autre pour Ex-Yougoslavie/URSS et on sera bon!
Pas bete le top 100 ex-yougoslavie! il y aurait du beau monde...
Ya pas eu de top 100 des pays bas? il m'a semblé en voir un...

Sinon pourquoi la redac de Sofoot s'associerait pas avec des membres pour creer certains Top 100? Voir Top 20 ou 10 selon le pays
1 réponse à ce commentaire.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  15:12  //  Hooligan de la France
Clique sur chargé les commentaires, ca s'affichera sur la droite...
1 réponse à ce commentaire.
Ça part certainement d'un bon sentiment mais je trouve assez insultant de faire un top 100 sur le continent sud américain alors que le nombre de pays ou le foot est une religion dans cette partie du globe est plus que conséquent.

Je vais lire quand même mais j'ai du mal à voir la logique de la démarche.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Vous étiez au courant pour ce top 100 ?

Moi, je le découvre - et même si je comprends vos critiques légitimes, je ne vais pas bouder mon plaisir.

Z'êtes des putains d'enfants gâtés parfois.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Maintenant je vais lire les articles et me taper une queue, un coiba et une caïpi.

C'est ça mon top 3.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
461 144