1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Italie

Ils ont marqué le foot italien : Franco Baresi (5)

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On arrive dans la dernière ligne droite du Top Italie, avec le joueur classé cinquième, l'immense Franco Baresi, charismatique leader des Rossoneri pendant 20 ans de 1977 à 1997. Cap sur les premiers pas d'une légende.

Modififié

L’histoire tient souvent à bien peu de choses. Certains appellent cela le destin, d’autres le hasard. Mais qu’importe le terme choisi, une chose est sûre : à peine quelques infimes détails suffisent à faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Dans une réalité parallèle où ces détails auraient été différents, Franco Baresi est peut-être même une légende de l’Inter. Car en dépit de sa naissance dans une famille de confession milanista, c’est bien avec les Nerazzurri que Franco a passé ses premiers tests lors de l’été 1974, à l’âge de 14 ans. «  Je voulais suivre mon frère Giuseppe (son aîné de deux ans, ndlr) qui était déjà à l’Inter. Je m’en souviens très bien, j’avais fait un essai sur le terrain de Rogoredo (un quartier de Milan, ndlr), mais ça n’avait pas été concluant. Ils m’avaient dit : "Repasse l’année prochaine." Il faut bien le dire, ils pensaient que j’étais nul (rires). »

Franco ne se laisse toutefois pas abattre par ce refus et décide d’aller voir si l’herbe est plus verte du côté de son club de cœur rossonero. Aidé par Guido Settembrino, son coach à l’Aurora Travagliato (le club de sa ville de naissance, ndlr), Franco parvient également à décrocher un essai à Milanello. Néanmoins, après l’avoir vu à l’œuvre, les Rossoneri sont tout aussi hésitants, comme le narrera Francesco Zagatti, à l’époque coach de la Primavera du Milan : « Franco avait une énorme volonté et un gros caractère, et il était aussi très bon techniquement, mais il était vraiment très frêle physiquement. » Le potentiel du jeune garçon chétif finit toutefois par faire la différence. « Je me souviens avoir dit à Sandro Vitali, qui était responsable des équipes de jeunes : "Écoute, c’est plus facile de construire un garçon comme ça physiquement que d’apprendre à un autre à jouer. Tentons le coup !" » C’est le début de la grande histoire d’amour entre le Milan AC et Franco Baresi.

Contre mauvaise fortune bon cœur


Très vite, le jeune Franco récompense la confiance des Rossoneri. Italo Galbiati, son premier coach au Milan, fait état d’un garçon surdoué : « Je l’ai d’abord eu avec les Giovanissimi (U15), mais il était tellement fort qu’on l’a directement fait passer avec les Allievi (U17). Et même avec cette catégorie, il a peu joué, car on l’a encore rapidement surclassé en Primavera (U19). » Le temps d’impressionner le coach des U17, Pippo Marchioro, qui s’émerveille devant sa facilité à se projeter vers l’avant ( « Excuse-moi, jeune garçon, mais j’avais demandé un défenseur… Mais bravo, continue comme ça » ), Franco passe effectivement en Primavera avec Francesco Zagatti. À 16 ans, en février 1977, il impressionne même lors du célèbre tournoi de jeunes de Viareggio, malgré la défaite en finale du Milan face à la Samp. Au point de susciter l’admiration d’un certain Gianni Rivera, spectateur de l’événement.

Malheureusement, si la progression sportive de Baresi a des allures de conte de fées, c’est tout sauf le cas de sa vie loin des terrains. Déjà privé de sa mère Regina à l’âge de 13 ans, Franco apprend effectivement le décès de son père Terzo, écrasé par une voiture. Il n’a pas encore 17 ans et se retrouve déjà orphelin. Italo Galbiati se souvient des funérailles : « On y était tous allés avec les entraîneurs des équipes de jeunes. Voir ce jeune garçon porter le cercueil de son père fut très émouvant. Je ne l’oublierai jamais. » Très vite rattrapé par la triste réalité de la vie, Franco ne s’en concentre que plus vigoureusement sur le ballon rond : « Ce que j’ai vécu a fait que je me suis un peu refermé sur moi-même. Quand j’allais sur le terrain, je donnais, j’exprimais peut-être un peu tout ce que je n’arrivais pas à exprimer en dehors » , témoigne-t-il. Quelques mois plus tard, le 28 avril 1978, à l’aube de son 18e anniversaire, Baresi est lancé en Serie A par Nils Liedholm. La première apparition professionnelle d’une légende.

La naissance d’une étoile


« Des gens comme (Luciano) Tessari, (Italo) Galbiati et (Francesco) Zagatti (tous anciens coachs de jeunes au Milan, ndlr) en disaient énormément de bien » , se remémorera Nils Liedholm. « Mais naturellement, à cette époque, on y pensait à deux fois avant de faire débuter un joueur aussi jeune en Serie A. Je me rappelle que Nereo Rocco (mythique entraîneur du Milan, qui a également été ponctuellement directeur sportif du club) m’avait dit : "Tu es vraiment fou de faire débuter un joueur aussi jeune à un poste aussi important que celui de libéro." » D’ailleurs, même si la titularisation de Baresi doit aussi à la suspension de Maurizio Turone (le libéro titulaire du Milan de l’époque, 136 matchs avec le Diavolo de 72 à 78), les doutes du « Padrone » sont partagés par une partie du groupe rossonero, et notamment les très respectés Ricky Albertosi et Fabio Capello.

« Albertosi (qui était gardien, ndlr) ne me faisait pas confiance. Il me répétait sans cesse pendant le match : "Que fais-tu ? Sois attentif !" J’étais confus, j’aurais bien voulu lui répondre, méchamment d’ailleurs, mais comment aurais-je pu ? » confiera à ce titre Baresi. Capello avouera quant à lui s’être trompé dans son jugement : « La première fois que je l’avais vu jouer, c’était avec la Primavera. J’aimais beaucoup son style, mais je ne le trouvais pas bon en défense à cette époque. Il était bien meilleur quand il avait le ballon. » Malgré les réticences à son sujet, Baresi réalise pourtant une première apparition professionnelle largement satisfaisante. Le Milan s’impose 2-1 face à Vérone et Gianni Rivera en personne encense son jeune coéquipier : « Ce jeune garçon fera du chemin » , adoube en effet le Golden Boy, logiquement pas effrayé par l’inexpérience de Baresi. Et l’avis du principal intéressé dans tout ça ? « Honnêtement, je n’étais pas aussi satisfait que ça de moi-même malgré les félicitations de Rivera. Mais on avait gagné, donc ça allait… » Le perfectionnisme des plus grands.

Bandiera du Milan, légende du football


Outre le fait d’avoir réussi sa première, Franco Baresi gagne surtout sa place pour la saison suivante. Mieux, il profite du départ de Maurizio Turone et des matchs amicaux de l’été pour convaincre Nils Liedholm de faire de lui le patron de la défense centrale rossonera. « Ça se voyait qu’il avait la personnalité pour réussir. Sur le terrain, il s’est montré autoritaire dès ses débuts » , confirmera le regretté coach du Milan. Désormais titulaire indiscutable, Baresi réussit l’impensable. Pour sa première vraie saison en Serie A, il emmène en effet le Milan jusqu’au titre de champion d’Italie, à la surprise générale. 11 ans après son dernier Scudetto, le Diavolo est à nouveau sacré. Il décroche enfin le dixième Scudetto de son histoire, le « Scudetto della Stella » , celui synonyme d’étoile brodée sur le maillot.

Un immense exploit qui tient pour beaucoup au jeune libéro. C’est en tout cas l’avis de Liedholm, qui affirmera que « Franco a sans doute été le joueur le plus important cette saison-là  » . Une saison qui verra d’ailleurs un Rivera tiraillé par les blessures mettre un terme à sa carrière. Difficile d’imaginer meilleur passage de témoin. Baresi enclenche : « Je n’en revenais pas de jouer aux côtés de Rivera, mon idole de jeunesse. J’ai beaucoup appris de lui. Notamment sur la façon dont il savait se faire respecter. » Rivera termine : « C’était évident au vu de ses caractéristiques aussi bien techniques que mentales que Franco pouvait avoir une glorieuse carrière. » Ce fut effectivement le cas, et c’est peu dire. Car aujourd’hui, près d’une quarantaine d’années après ce premier Scudetto, Baresi est une historique bandiera, incontestable et incontestée, du Milan AC.


Logique, puisqu’il y a joué pendant près de 20 ans, de ce premier match face à Vérone en 1978, jusqu’à sa dernière apparition en Serie A en 1997, pour 719 rencontres disputées toutes compétitions confondues. Logique, puisqu’à peine sa retraite officialisée, il verra son numéro retiré, et deviendra temporairement vice-président du club et responsable du secteur jeune. Logique, aussi, puisqu’il y est resté malgré deux relégations en Serie B, en 1980 et en 1982. Logique, surtout, parce qu’il y a tout gagné (6 Scudetti, 2 Serie B, 4 Supercoupes d’Italie, 3 Ligue des champions, 3 Supercoupes d’Europe, 2 Coupes intercontinales) et a fait partie de deux des plus grandes équipes de l’histoire avec Arrigo Sacchi et Fabio Capello à leur tête. « Je crois que ce qui a fait la différence a été la confiance que Liedholm a tout de suite eue en lui quand il a débuté. Gagner le Scudetto della Stella a été sa première consécration, et ce que lui a permis de faire une telle carrière » , confiera Capello.

« C’est le plus grand joueur avec lequel j’ai joué. Le plus impressionnant a été sa continuité. Pendant 20 ans au Milan, il a toujours joué à un niveau incroyable comme personne ne l’a fait, même ailleurs » , encensera le fidèle milanais Mauro Tassotti. Enfin logique, car celui qu’on a surnommé Kaiser Franz en référence à Franz Beckenbauer, un autre libéro de légende, a réalisé des prestations individuelles qui ont marqué l’histoire à tout jamais. Avec en point d’orgue cette extraordinaire copie livrée en finale du Mondial 1994, à peine 24 jours après s’être fait opérer du ménisque. Même s'ils ont finis champions du monde, les attaquants brésiliens Romário, Mazinho et Bebeto ne l’oublieront jamais. Car ce jour-là, malgré son tir au but manqué comme Roberto Baggio, Franco Baresi est devenu une légende du football.



Par Eric Marinelli Tous propos extraits du reportage de la Gazzetta dello Sport « Baresi raconte Baresi » et de l'épisode « I Campionissimi » , réalisé par la RAI et le Corriere dello Sport, qui lui a été consacré.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Mammattela Niveau : DHR
Je connaissais le joueur de nom, jamais vu jouer mis bel article sur un joueur d'une belle longévité
Abilbelnarqaw Niveau : DHR
Exceptionnel. Et malgré ma réticence au début, je me suis rallié aux avis qui disaient que le top 100 italien serait le plus dense (même si j'ai hâte de voir le top 30-35 français qui peut être assez phénoménal).
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Ca y est, après l'avoir attendu fébrilement tout le week-end, enfin la suite de ce classement magique ! Que dire sur Franco Baresi ? Immense joueur, légende rossonera, sans doute le plus grand libero que j'ai vu jouer (trop jeune pour avoir vu Beckenbauer et Scirea) !
Perso, je l'aurais peut-être mis sur le podium mais les autres le méritent tout autant. Ca n'a pas dû être évident de savoir qui placer devant, entre Baresi et Maldini (un peu comme pour Totti / Del Piero) : j'avoue que je serais bien incapable de trancher entre les deux...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Sinon juste un petit détail sur la fin de l'article : Mazinho n'était pas du tout attaquant mais milieu de terrain si je me souviens bien.
Baresi était un joueur exceptionnel.

si tu ne le connais pas, je te conseille de commencer par visionner son match contre le Brésil en finale de la CM '94. Il avait plus de 30 ans, jouait contre la meilleure attaque du monde et il fait preuve d'une justesse technique, d'une débauche d'énergie et d'un courage ahurissant. 120 min, alors qu'il revenait d'une blessure contractée au début du tournoi (opéré pendant etc.).

https://www.youtube.com/watch?v=boPQNpPvJq0

C'è solo un capitano.

Si tu veux voir l'estime que lui portaient les autres joueurs regarde cette courte vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=fF5OvYN1X-A

Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 1
Decu de le voir aussi tot...

Baresi, c'est peut etre le dernier defenseur central qui a fait rever les gamins. Quand tu jouais avec les potes, que chacun se prenait pour un joueur connu, y'avait tout le temps un Baresi.

Et cette classe sur le terrain... J'ai joue en defense grace a ce type.
U'Marranzanu Niveau : CFA
Message posté par Alain Proviste
Ca y est, après l'avoir attendu fébrilement tout le week-end, enfin la suite de ce classement magique ! Que dire sur Franco Baresi ? Immense joueur, légende rossonera, sans doute le plus grand libero que j'ai vu jouer (trop jeune pour avoir vu Beckenbauer et Scirea) !
Perso, je l'aurais peut-être mis sur le podium mais les autres le méritent tout autant. Ca n'a pas dû être évident de savoir qui placer devant, entre Baresi et Maldini (un peu comme pour Totti / Del Piero) : j'avoue que je serais bien incapable de trancher entre les deux...


J'allais poster un peu la même chose, Maldini et Baresi sont tellement proches que j'ai hâte de lire l'article sur Paolo pour savoir ce qui a fait la différence, sûrement infime.

Et effectivement Baresi est vraiment LE défenseur dans toute sa splendeur, qui concentre toutes les qualités indispensables au poste, mais qui en plus les développe et les sublime à un niveau très rarement vu dans l'histoire du football.

Bref 5ème place amplement méritée.
Il s'agit du défenseur qui aurait dû remporter le ballon d'Or. Il compensait sa petite taille par un sens de l'anticipation et du placement que je n'ai jamais vu chez personne, pas même chez Nesta.

En plus il était doué offensivement. Sans un être un grand scoreur, il était souvent à l'origine des actions, démarrait très vite et se projetait vers l'avant tout en garantissant un repli défensif. C'est qu'il courait beaucoup Franco.
L'article mentionne bien ses débuts au poste de libero (donc décroché derrière sa défense, comme c'était le cas dans les années 70) mais ne parle pas de sa "reconversion" comme arrière central dans une défense en ligne avec l'arrivée de Sacchi.
Hors, il me semble que c'est dans cette configuration que Baresi fait figure de référence absolue dans le temps.
Voilà donc tranché le dilemme du classement entre lui et Maldini. Le critère déterminant à donc été son palmarès qui a continué à s'enrichir après la retraite de son ainé.
Mais, a t'il révolutionné son poste de la même façon que Baresi? Je ne le pense pas. C'est à Facchetti que l'on attribue généralement la paternité du latéral moderne et complet. Même si la reconversion en défense centrale de Maldini en a bluffé plus d'un.
A t'il la même aura que Baresi auprès des Milanisti? Non. D'ailleurs la curva sud lui a cruellement fait savoir le jour de ses adieux à San Siro.
MarcusASR Niveau : DHR
Baresi 5 ème seuleument? ça va jaser, on se dirige bien vers un Baggio n°1 et au final c'est logique
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 1
Message posté par Ubriacone
L'article mentionne bien ses débuts au poste de libero (donc décroché derrière sa défense, comme c'était le cas dans les années 70) mais ne parle pas de sa "reconversion" comme arrière central dans une défense en ligne avec l'arrivée de Sacchi.
Hors, il me semble que c'est dans cette configuration que Baresi fait figure de référence absolue dans le temps.
Voilà donc tranché le dilemme du classement entre lui et Maldini. Le critère déterminant à donc été son palmarès qui a continué à s'enrichir après la retraite de son ainé.
Mais, a t'il révolutionné son poste de la même façon que Baresi? Je ne le pense pas. C'est à Facchetti que l'on attribue généralement la paternité du latéral moderne et complet. Même si la reconversion en défense centrale de Maldini en a bluffé plus d'un.
A t'il la même aura que Baresi auprès des Milanisti? Non. D'ailleurs la curva sud lui a cruellement fait savoir le jour de ses adieux à San Siro.


J'etais en train de me faire la reflexion. Le changement tactique monumental qu'a ete le passage a une defense a plat rend le regne de Baresi encore plus impressionnant je trouve.

J'etais trop jeune encore pour remarquer des choses comme ca, mais j'aimerais bien savoir combien de defenseurs ont perdu leur place a cause de ca, ou ont vraiment eu du mal a assurer la transition.
Je ne pense pas me tromper en disant que c'est le joueur le plus adoubé par les supporters milanais (devant les Maldini, Tassotti, Weah, Sheva, Rijkaard ou autre Kaka).
Je l'ai plus vu en cassette qu'en vrai car j'étais un peu jeune mais c'était un sacré phénomène.

PS : toujours aussi difficile de commenter, noter, citer.
PS2 : merci Éric pour ce bel hommage, on tape souvent sur les rédacteurs (syntaxe, erreurs) mais quand c'est bien, comme souvent, il faut le souligner.
Message posté par samotraki
Baresi était un joueur exceptionnel.

si tu ne le connais pas, je te conseille de commencer par visionner son match contre le Brésil en finale de la CM '94. Il avait plus de 30 ans, jouait contre la meilleure attaque du monde et il fait preuve d'une justesse technique, d'une débauche d'énergie et d'un courage ahurissant. 120 min, alors qu'il revenait d'une blessure contractée au début du tournoi (opéré pendant etc.).

https://www.youtube.com/watch?v=boPQNpPvJq0

C'è solo un capitano.

Si tu veux voir l'estime que lui portaient les autres joueurs regarde cette courte vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=fF5OvYN1X-A


Je suis fan du Milan, et à chaque fois que je te vois poster un message parlant du plus beau club du monde, c'est toujours un pur régal !
J'apprends plein de trucs, tu mets des supers vidéos, etc.
Bref c'est super cool de te lire ! :)
Forza Milan !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Ubriacone
L'article mentionne bien ses débuts au poste de libero (donc décroché derrière sa défense, comme c'était le cas dans les années 70) mais ne parle pas de sa "reconversion" comme arrière central dans une défense en ligne avec l'arrivée de Sacchi.
Hors, il me semble que c'est dans cette configuration que Baresi fait figure de référence absolue dans le temps.
Voilà donc tranché le dilemme du classement entre lui et Maldini. Le critère déterminant à donc été son palmarès qui a continué à s'enrichir après la retraite de son ainé.
Mais, a t'il révolutionné son poste de la même façon que Baresi? Je ne le pense pas. C'est à Facchetti que l'on attribue généralement la paternité du latéral moderne et complet. Même si la reconversion en défense centrale de Maldini en a bluffé plus d'un.
A t'il la même aura que Baresi auprès des Milanisti? Non. D'ailleurs la curva sud lui a cruellement fait savoir le jour de ses adieux à San Siro.


Oui je pense aussi que c'est le palmarès qui a fait pencher la balance en faveur de Maldini. Mais pour les mêmes raisons que toi, j'aurais plutôt mis Baresi devant et même sur le podium (2e ou 3e, peu importe)...
Message posté par Ubriacone
L'article mentionne bien ses débuts au poste de libero (donc décroché derrière sa défense, comme c'était le cas dans les années 70) mais ne parle pas de sa "reconversion" comme arrière central dans une défense en ligne avec l'arrivée de Sacchi.
Hors, il me semble que c'est dans cette configuration que Baresi fait figure de référence absolue dans le temps.
Voilà donc tranché le dilemme du classement entre lui et Maldini. Le critère déterminant à donc été son palmarès qui a continué à s'enrichir après la retraite de son ainé.
Mais, a t'il révolutionné son poste de la même façon que Baresi? Je ne le pense pas. C'est à Facchetti que l'on attribue généralement la paternité du latéral moderne et complet. Même si la reconversion en défense centrale de Maldini en a bluffé plus d'un.
A t'il la même aura que Baresi auprès des Milanisti? Non. D'ailleurs la curva sud lui a cruellement fait savoir le jour de ses adieux à San Siro.


Baresi est clairement le joueur le plus emblématque du Milan. Il représente la transition entre l'ère de Rivera et celle de Van Basten. Il a gagné le scudetto della stella, a accepté quelques années plus tard de descendre en Serie B pour l'amour du maillot et a enchaîné les victoires sous l'ère Sacchi-Capello.

Quand Berlusconi a racheté le club et commencé à engranger, beaucoup de jeunes supporters, des enfants de 7-9 ans sans attaches footballistiques (dont moi) ont choisi le Milan comme équipe de cœur. S'en est suivi un dénigrement de ces nouveaux tifosi, que l'on qualifierait aujourd'hui de footix, et une critique des succès glanés par le Milan,construit avec l'argent de cet insupportable nouveau riche affairiste (toute ressemblance avec des événements se déroulant en France de nos jours est purement fortuite).

Baresi, était le garant de l'histoire du club avant l'arrivée de Silvio. Le Milan était déjà un grand club, avec de grands joueurs, charismatiques et fidèles et il le rappelait chaque semaine.
Message posté par Max_Payne
Je suis fan du Milan, et à chaque fois que je te vois poster un message parlant du plus beau club du monde, c'est toujours un pur régal !
J'apprends plein de trucs, tu mets des supers vidéos, etc.
Bref c'est super cool de te lire ! :)
Forza Milan !


Merci Max, j'suis vachement ému.
Ce classement a été établi par des gars d'une quarantaine d'années maxi pour qui le summum du calcio a été le Milan de Berlusconi.

C'est vrai que ce Milan a été déterminant dans le renouveau du foot italien des années 90.

Déjà on avait eu Sacchi coach numéro un, l'an passé.

Je ne conteste pas ce classement qui, au fond, n'est là que pour faire causer foot et n'a pas de valeur absolue.

Mais bon, j'apporte mon bémol. Pour moi, le club numéro un de l'histoire du calcio est la Juve et pas le Milan. Baresi et Maldini n'ont pas gagné la coupe du monde et n'ont rien à faire si haut. Et Sacchi était une pipe.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Pour comprendre l'essence du style de Baresi, regardez cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=Ni0PnUMkmrI

Et encore, aucune vidéo ne peut témoigner de son leadership tactique incroyable.
Je ne pense pas que le palmarès soit le seul critère pour départager les deux car au final Maldini a effectivementcontinué à l'enrichir dans les années 2000 mais Baresi compte une Coupe du Monde à son palmarès (certes sans jouer), ce qui aura manqué à Maldini pour couronner une carrière déjà exceptionnelle...
Briggy1897 Niveau : DHR
C'est très certainement mon chauvisime qui parle, mais des 4 joueurs restant, bien que Baggio ait été un joueur de folie, seul Buffon peut être numéro 1.

Pour la simple et bonne raison que quand on cherche des rivaux à Maldini, on en trouve, Baggio, on en trouve (oui, Maradona ou Messi ont au moins autant de talent), mais Buffon.

Buffon, est d'ores et déjà LA référence, Le mètre-étalon auquel tous les gardiens devront se comparer. On connait peu Yachin. Les Casillas, Schmeichel ou Kahn ont été exceptionnels. Mais Gigi les aura eu, par une longévité, un palmarès et des performances exceptionnelles, saison après saison.

Seul lui, peut en tout cas se targuer d'avoir été absolument incontestablement le meilleur italien à son poste, depuis plus d'un siècle.
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11 Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16
mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 29 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4