1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Italie

Ils ont marqué le foot italien (70 à 61)

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On commence par l'Italie, avec les joueurs classés de la 70e à la 61e place.

Modififié
809 64

70. Fabio Capello

Quand on lui demande son plus grand souvenir en tant que joueur, il raconte toujours la même histoire : 14 novembre 1973, l'Angleterre accueille la Nazionale à Wembley. La veille, la princesse Anne se mariait, et les joueurs britanniques lui ont promis la victoire en cadeau. C'était sans compter sur ce renard de Capello qui surgit à la 86e minute de jeu. Victoire 1-0 sur le sol anglais. La première de l'histoire. Le lendemain, les tabloïds britanniques titrent : « Les serveurs italiens marchent sur la tombe du football anglais. » Plus de trente ans plus tard, un peu avant de prendre en main la sélection anglaise, Fabio déclare à l'Independent : « À l'époque, les journaux mentionnaient la présence dans les tribunes de 20 000 serveurs de café, façon de se moquer des immigrés italiens. C'est pourquoi j'ai dédicacé mon but à tous ceux qui ont quitté la maison pour travailler à l'étranger. » Un but tout sauf anecdoctique, donc. Pour un joueur tout sauf dénué de réflexion. Que ce soit avec la Roma, la Juve ou le Milan, il a été un des premiers à faire de sa tête, et non pas son physique trop souvent faillible, son principal atout. UB

Youtube

69. Roberto Pruzzo

Un homme, une moustache et des buts, beaucoup de buts. Trois titres de capocannoniere avec le maillot de la Roma dont deux dans des années Coupes du monde (1982 et 1986), pas de quoi émoustiller Bearzot qui lui préfère des éléments au caractère plus malléable. Meilleur goleador all-time des Giallorossi (138 pions), avant que Totti ne le dépasse, et formidable joueur de tête abreuvé par les centres millimétrés de Bruno Conti. Un coup de casque, il en plante justement un lors de la finale de C1 perdue aux penaltys contre Liverpool en 1984. Protagoniste du Scudetto l’année précédente au sein d’une Roma au sommet de son histoire au début des années 80. VP

Youtube

68. Walter Zenga

Non, Walter Zenga n'a pas toujours été chauve et n'a pas toujours eu du bide. Il fut une époque pas si lointaine où on le surnommait même « Spiderman » pour sa capacité à bondir. Il portait même une coupe type « nuque longue » très en vogue. À cette époque, il finit trois fois meilleur gardien des années 89, 90 et 91, élu par l'IFFHS (International Federation of Football History & Statistics). Ça vaut ce que ça vaut, mais il n'empêche qu'à l'Inter, il devient incontournable au début des années 80 et tient le poste pendant douze ans. Il réalise une année de porc en 86/87 en n'encaissant que 16 buts. Il remporte le championnat en 89 et l'UEFA en 91 et en 94. Des performances qui le font passer de remplaçant de Galli au Mondial 86 à titulaire en 90 à domicile. Et c'est d'ailleurs peut-être là qu'a démarré sa calvitie. UB

Youtube

67. Fabio Grosso

Fabio Grosso s’avance. Il pose son ballon sur le point de penalty, puis recule de quelques pas. Dans sa tête, les images défilent. Il revoit Marcello Lippi le désigner comme cinquième tireur, quelques minutes plus tôt à peine. Il repense aussi à ce que lui a dit le sélectionneur italien : « Tu es l’homme de la dernière minute. Tu t’es procuré un penalty, tu as marqué un but, vas-y tranquille. » Les images continuent de défiler. Fabio revoit la passe parfaite de Pirlo arriver sur son pied gauche. Il revoit son pied frapper parfaitement le ballon, puis celui-ci finir au fond des filets. Fabio ressent même à nouveau l’excitation et la joie qui l’ont envahi cinq jours plus tôt. Il se revoit aussi tomber contre l’Australie. Un regard vers le ciel lui échappe. « Y avait-il vraiment faute ? » , songe-t-il un instant. Le temps que sa réflexion soit interrompue par le coup de sifflet d’Horacio Elizondo. Fabio s’élance. Serein. Il est incapable de l’expliquer, mais il sent qu’il va marquer. Quand son pied entre en contact avec le ballon, la sensation devient une certitude. L’Italie est à nouveau championne du monde. Fabio Grosso vient, lui, de s'assurer une reconnaissance éternelle. EM2

Youtube

66. Paolo Pulici

« Le numéro 11 est trop rapide pour jouer au football. Il ferait mieux de se mettre à l’athlétisme. » Le commentaire est signé Helenio Herrera, entraîneur de la Grande Inter. Testé ce jour-là par les Nerazzurri, Pulici, alors âgé d’une quinzaine d’années, est recalé. Comme quoi, même les plus grands peuvent se tromper, et pas qu’un peu. Car même si Herrera n’a pas cru en lui, ce fameux numéro 11 a marqué l’histoire du football italien. Pulici a même fait mieux, il est devenu une bandiera du Torino où il a passé 15 saisons de 1967 à 1982. Il est d'ailleurs encore aujourd’hui le meilleur buteur de l’histoire du club avec 172 buts au compteur. Pulici, c’est aussi un duo de rêve avec Francesco « Ciccio » Graziani : les premiers « Gemelli (jumeaux) del gol » . C’est aussi un lob de folie sur un certain Dino Zoff en 1972 lors d’un derby face à la Juve. Enfin, c’est aussi un Scudetto décroché en 1976 avec le Torino, le dernier en date du Toro. Appelé pour 2 Coupes du monde (74 et 78), Pulici ne dispute pas la moindre minute, la faute à une concurrence ahurissante (Chinaglia, Riva, Anastasi, Paolo Rossi, Bettega, Boninsegna, Graziani). Ne reste plus qu’à trouver le moyen de les aligner tous ensemble grâce aux équipes classiques PES. Après les avoir renommé évidemment. EM2

Youtube

65. Umberto Caligaris

37 ans, c’est le nombre d’années qu’a tenu son record de joueur italien le plus capé (battu par Facchetti en 1971), lui l’enfant de Casale Monferrato où il évolue avec le club de sa ville jusqu’en 1928 avant de rejoindre la Juve. Il y fait la connaissance de Virginio Rosseta et forme le premier grand duo de défenseurs italiens. C’est parti pour une razzia de cinq Scudetti consécutifs et une Coupe du monde 1934, durant laquelle il ne dispute pas le moindre match. Caligaris décède seulement six années plus tard d’une rupture d’anévrisme, lors d’un match avec les vieilles gloires bianconere, alors qu’il était justement entraîneur de la Vieille Dame. VP

Youtube

64. Giampiero Combi

Père fondateur d’une longue et fructueuse tradition de gardien de but. Surnommé « Fusetta » (pétard en patois piémontais), il culminait à... 1m71 et a fini plusieurs rencontres avec de graves fractures à une époque où tous les coups étaient permis sur les portiers. À deux doigts de stopper sa carrière pour un poste de représentant de la distillerie familiale de l’autre côté de l’Atlantique, il obtient finalement un contrat pro et garde les cages de la Juve pendant douze ans. Cinq Scudetti plus tard, il est le titulaire de la sélection italienne lors du victorieux Mondial 1934 et prend sa retraite au lendemain de la finale contre la Tchécoslovaquie, comme les plus grands. VP

Youtube

63. Gianfranco Zola

Gianfranco, c'est une histoire de coup franc. Au Napoli, au début de sa carrière, où il remporte son premier Scudetto, il raconte à la Repubblica : « J'ai tout appris de Diego. Je l'espionnais à chaque fois qu'il s'entraînait et c'est là que j'ai appris à enrouler les ballons. » À Parme où, malgré ses douze coups francs et ses 49 buts, il a du mal à se faire une place à la fin des années 90 aux côtés de Stoichkov et dans le 4-4-2 d'Ancelotti. À Chelsea, où il est devenu une légende. On y a notamment retiré son numéro 25. En tout, il en marque quatorze directement et en fait marquer tant d'autres indirectement, dont celui en finale de FA Cup contre Aston Villa que Di Matteo était bien content de mettre au fond. Et enfin à Cagliari où il finit sa carrière sur quelques merveilles. Une histoire de coup franc, oui. Mais sans oublier qu'il était à l'époque considéré comme l'un des joueurs les plus créatifs du Calcio avec Baggio et Del Piero. UB

Youtube

62. Gabriele Oriali

« Una vita da mediano » , chantait et chante encore l’Interiste Ligabue. Peu nombreux sont les joueurs qui peuvent se targuer d’avoir une chanson entièrement dédiée, surtout lorsqu’on est un porteur d’eau. À l’Inter, il a incarné ce rôle à la perfection au service de Mazzola, Beccalossi et Altobelli, mais aussi en sélection. Quand Rossi renarde dans la surface, Conti régale sur le côté droit, Antognoni distribue les caviars, et Cabrini et Tardelli se projettent vers l’avant, Oriali ratisse durant la victorieuse expédition espagnole de 1982. « Une vie passée milieu, en travaillant comme Oriali, des années de fatigue et de coups, pour gagner un Mondial. » Bon là, ça ne rime pas hein. VP

Youtube

61. Mauro Tassotti

Pendant 20 ans, il a dû subir la vanne lourdingue de Berlusconi à chaque visite de ce dernier à Milanello : « Alors Mauro, avec tout l’argent que je vous donne, vous ne vous êtes pas encore refait le nez ? » C’est vrai que le tarin est de tout respect, mais la carrière aussi. Arrivé dans un petit Milan en 1980 en provenance de la Lazio, il occupe le côté droit de la mythique défense des années Sacchi/Capello. Probablement celui qui a le plus surpris, puisque considéré comme un simple gregario avant que son pied ne s’affûte au fil des saisons. En revanche, il dut patienter jusqu’à l’arrivée d’Arrigo pour faire ses débuts en sélection, à seulement 32 ans et planter son coude dans la tronche de Luis Enrique lors de la World Cup 94. VP

Youtube



Par Éric Maggiori, Eric Marinelli, Valentin Pauluzzi et Ugo Bocchi
Modifié

Dans cet article

Georgesleserpent 2.0 Niveau : National
Grosso, Zola, Tassoti...
Quels joueurs.

Les autres aussi.

Encore merci sofoot.
Note : 3
ANDIAMO A BERLINO BEPPE ! Superbe !
Message posté par Jean-Marcel Colissimo
MaraZola ! Et ouai Chelsea après. J'aimais bien cette équipe avec les faux retraités italiens,Zola, Vialli, Leboeuf(jdéconne) etc...


Ce chelsea de cette époque là, d'une déjà c'était rare à l'époque qu'une équipe anglaise aligne tant d'étrangers outre les italiens Zola, Vialli et Di Matteo, il y avait la colonie des frenchies Leboeuf, puis Deschamps 1 ou 2 saison, et Desailly après. Avec cette peste de Denis Wise au milieu, sans oublier ce bon vieux Dan Petrescu derrière avec son écarteur de narine ! 1 ou 2 FA Cup de glâner il me semble.
fuoriclasse Niveau : DHR
Note : 2
L'expulsion de zola en 94? Tout simplement une énorme erreur arbitrale: le referee croyant que le petit sarde avait agressé son adversaire alors qu'il ne le touche même pas!

https://youtu.be/tq_ebu1H-2Y?t=37
fuoriclasse Niveau : DHR
Note : 1
Le remplacement par sacchi de roberto baggio contre la norvège fut le moment précis où la relation entre les deux hommes se détériora inexorablement. Rien qu'à voir l'expression du divin codino, on devine ce qu'il murmure, à ce moment-là, sans même avoir besoin de savoir lire sur les lèvres.

https://www.youtube.com/watch?v=FLtoBDMb0N4
Message posté par samotraki
Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français.

Faut lire aussi les mecs...


Ah j'ai bien vu,mais je pose la question dans l'espoir d'avoir une réponse positive.

Personnellement je trouve ça dommage de mettre en avant le football espagnol et ne pas le faire pour les Pays-Bas qui à mes yeux a plus apporté que l'Espagne, que ce soit en termes de joueurs, entraîneur ou même vision du football.

Et je trouve ça dommage de ne pas le faire au pretexte que les Pays-Bas n'ont pas réussi à se qualifier.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 3
Je ne suis pas pro-italien pour un sou, mais je reconnais qu'historiquement, c'est la nation qui a accouché du plus grand nombre de talents.

C'est dingue. Même les brésiliens ne font pas le nombre.
Note : 2
Merci Alegria. En tant que Pro Italien à fond, je sais reconnaître un honnête homme quand j'en vois un.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Message posté par O Alegria Do Povo
Je ne suis pas pro-italien pour un sou, mais je reconnais qu'historiquement, c'est la nation qui a accouché du plus grand nombre de talents.

C'est dingue. Même les brésiliens ne font pas le nombre.


C est beau un homme qui trouve le chemin de la raison.
Note : 1
Message posté par fuoriclasse
Le remplacement par sacchi de roberto baggio contre la norvège fut le moment précis où la relation entre les deux hommes se détériora inexorablement. Rien qu'à voir l'expression du divin codino, on devine ce qu'il murmure, à ce moment-là, sans même avoir besoin de savoir lire sur les lèvres.

https://www.youtube.com/watch?v=FLtoBDMb0N4


A cet instant même mon père a cassé la TV...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par Ronniesheva
Sinon je constate que mon top 10 est toujours valable... je le réitère:
1. Baggio
2. Baresi
3. Pirlo
4. Maldini
5. Rivera
6. Buffon
7. Totti
8. Del Piero
9. Mazzola
10. Facchetti
Avec deux jokers : Meazza et Rossi


Meazza y sera obligatoirement, c'est "Le" joueur des années 30 et c'est surtout le joueur le plus titré de l'histoire de la Nazionale. On est obligé de le mettre dans les dix
Note : 1
Grosso <3 !!

Le but qui a réveillé les voisins de mon quartier!

Il mérite pas d'être devant un Gattuso ou un Toni, mais il mérite pas d'être derrière !

S'il est devant c'est probablement pour le symbole romantique, et les images qui restent ! Tu me dis Toni, je vois sa célébration de but. Tu me dis Gattuso, je vois sa tronche de barbu.

Tu me dis Grosso, j'ai ses images qui apparaissent direct, en particulier sa course d'après but !
https://youtu.be/qXv0Rr2Mthg?t=21s
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par trinakria38
La demie finale contre l'Allemagne reste pour moi le plus beau souvenir footballistique de toute ma vie et le but de grosso me donne encore des frissons ... il mérite la premiere place stu babbu :)
palla messa fuori , pirlo di tacco... tiro goal! (version courte)
je redescendais sur terre que Del Piero avait déjà mis le 2eme...

Auf Wiedersehen :)

salutamo, mangia spaghetti e suona il mandolino


pour moi la demie de l'Euro 2000 passe de justesse devant le demie de 2006, en termes d'émotions. J'ai jamais été aussi tendu durant un match et j'ai jamais vu une équipe aussi courageuse face à l'adversité. L'Italie a joué 90 minutes à 10 et Toldo a dû arrêté deux pénalties pour nous permettre de rester en vie dans le match.

En plus la séance de tirs au but est mythique avec Toldo qui continue à tout arrêter, Totti qui met une panenka, Di Biagio qui met une lucarne comme un symbole après sa transversale en 98 et le mur orange des supporters hollandais derrière le but qui s'éteint petit à petit.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
809 64