1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 France

Ils ont marqué le foot français, de 10 à 6

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On termine donc avec la France, et les joueurs classés de la 10e à la 6e place.

744 188

10. Alain Giresse

Il est l'une des figures de proue de la grande équipe de France des années 80, l'un des quatre membres du carré magique. Sa démonstration de joie après son but en demi-finale de Coupe du monde 1982 contre l'Allemagne de l'Ouest reste l'une des images les plus fortes de l'histoire du football français. Mais la postérité ne retiendra pas Alain Giresse comme un perdant magnifique grâce à l'Euro 1984, dont il est l'un des joueurs clés de Michel Hidalgo et participe - contre la Belgique - à l'une des plus belles actions collectives du tournoi. Son histoire avec les Bleus, c'est deux demi-finales de Coupe du monde et un titre continental, de quoi faire des jaloux. Tout comme son parcours en club, où il passe 16 saisons à Bordeaux - 520 matchs et 159 buts en Première Division, deux championnats, une Coupe de France - avant de finir sa carrière à l'OM pour lancer le début de l'ère Tapie. Le second au Ballon d'or 1982 raccroche en 1988 et se lance dans une reconversion comme dirigeant puis entraîneur. Sans connaître les mêmes succès sur le banc que sur la pelouse, même si ses bons débuts à Toulouse lui valent une nomination au PSG en 1998, pour la courte et catastrophique période Charles Biétry. Depuis 2003, il a choisi de faire un tour d'Afrique comme sélectionneur et a déjà eu sous ses ordres le Gabon, le Sénégal et le Mali, qu'il a emmené en demi-finale de la CAN 2012. Un choix de carrière et de vie bien éloigné de celui de son compère Michel Platini. NJ

Youtube

9. Fabien Barthez

Parmi tous les exploits qu'ont réalisés Fabien Barthez et Laurent Blanc, il en est un qui restera plus grand que les autres : avoir réussi à rendre érotique un baiser sur un crane chauve. Fabulous Fab', alias le Divin chauve ne rassurait pas seulement les siens en étant un solide rempart sur sa ligne, mais en étant ce goal déconneur, décontracté en toute circonstance et capable d'aborder les plus gros matchs avec une vanne à la bouche. Les Guignols ne s'y sont pas trompés, et son « Ho putain, j'ai fait une connerie » est devenu l'un des gimmicks les plus connus des années 2000. Dans ses cages, Barthez n'a pas attendu bien longtemps avant de se faire un CV. Vainqueur de la Ligue des champions avec l'OM à 22 ans - il avait même des cheveux à l'époque -, il récupère deux championnats de France avec Monaco avant de filer à l'anglaise à Manchester United, tout juste auréolé de l'Euro 2000. Le retour en France quatre ans plus tard sera plus délicat, même s'il excelle sur le terrain pour son retour à l'OM. Une embrouille avec un arbitre entache la fin de son parcours marseillais, avant que sa carrière ne se termine tristement sur le parking du stade de la Beaujoire à Nantes, son dernier club, lors d'une engueulade avec les supporters. Il annonce son départ dans la foulée, puis sa retraite quelques mois plus tard. Nous, on préfère se souvenir de ce gardien qui arrête une bourre de Ronaldo à bout portant en finale de Coupe du monde, qui s'amusait à dribbler les attaquants adverses, et qui urinait parfois dans sa surface. AD

Youtube

8. Marius Trésor

Il a été le premier Antillais capitaine des Bleus, composé la « garde noire » avec Jean-Pierre Adams, et été l'un des premiers tauliers de la génération Platini. Pénalisé par des blessures au dos, il ne sera pas de l'Euro 84, mais aura eu l'honneur de vivre le brillant parcours du Mondial 1982 avec un but entré dans la légende en demi-finale contre les Allemands de l'Ouest. Cinq ans plus tôt, il avait déjà trouvé le chemin des filets dans un match de prestige, face au Brésil au Maracanã de Rio de Janeiro. Lancé à la Juventus... de Sainte-Anne en Guadeloupe avant d'être formé à l'AC Ajaccio, Marius Trésor porte les couleurs de l'OM dans les années 70, club avec lequel il remporte une Coupe de France, joue le haut du tableau, puis subi une relégation en fin de saison 1979-1980. Claude Bez profite de la situation pour intégrer le défenseur central international à son effectif bordelais. Une collaboration de quatre années qui débouche sur un titre de champion et plusieurs campagnes européennes, mais que le joueur ne peut savourer pleinement à cause d'un physique qui dit stop. Depuis 2003, il partage son savoir avec les joueurs de la réserve des Girondins de Bordeaux, aux côtés de son ancien compère chez les Bleus Patrick Battiston. NJ

Youtube

7. Thierry Henry

Rarement un mouvement de poignet aura autant fait parler. Ce 18 novembre 2009, alors que l'EDF se fait malmener dans son stade par la surprenante Irlande en barrages du Mondial 2010, Thierry Henry endosse le costume de sauveur. Une fois de plus. Sauf que là, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus (51 caramels) le fait de manière beaucoup moins classe en utilisant grossièrement sa main. L'ensemble de la presse, locale comme internationale, lui tombe alors dessus en raison de ce fait de jeu regrettable. Mais y avait-il vraiment de quoi autant gueuler au scandale ? En réalisant ce geste, l'attaquant a avant tout voulu faire gagner son équipe, son pays. La majorité du peuple a pourtant passé ses nerfs sur l'un des seuls qui n'a jamais déçu en sélection dans une période où le football national allait très mal. Quelques mois après, Henry, dégoûté de cette fin en eau de boudin, se vengera en restant silencieux dans le bus de Knysna. Dommage. Car, même si c'est peut-être un constat exagéré, Titi aura tout donné à la France durant sa carrière. Son talent, ses buts, ses passes décisives, ses courses, ses appels, son sens du collectif, ses exploits personnels, son leadership, son expérience, sa jeunesse, son insouciance, ses dribbles, ses enroulés. Son arrogance aussi, son égoïsme de buteur, sa personnalité bien tranchée, son caractère de cochon. Ce qui a donné naissance à l'un des meilleurs attaquants que le sport ait jamais connus : vainqueur de l'Euro, de la Coupe du monde et de la Ligue des champions, deuxième plus grande nombre d'apparitions en A, deux fois sur le podium du Ballon d’or, plus grand buteur français de l'histoire à l'étranger, triple champion d'Angleterre ou encore champion d'Espagne. L'aventure avec l'EDF s'est terminée par vingt tristes minutes contre l'Afrique du Sud dans une partie qui acheva un Mondial raté. Titi méritait une meilleure fin. FC

Youtube

6. Marcel Desailly

Marcel a beau être un gagneur, un compétiteur et un leader, sa force mentale, il ne la doit pas qu'à lui-même. Sa force mentale légendaire, il se l'est construite en rencontrant des gens, des modèles, des amis. En 1972, il n'a que quatre ans, habite encore à Accra au Ghana, et il s'appelle Odenkey Abbey. Sa mère décide alors de tout plaquer pour aller vivre en France à Nantes avec son nouveau mari : Marcel Desailly, fonctionnaire français aux ministère des Affaires étrangères. Le petit Odenkey est renommé Marcel Desailly Jr, intègre une école privée et cherche un sport pour se dépenser. En 1976, l'autre personne indispensable à sa vie, son demi-frère Seth Adonkor, lui fait découvrir les terrains d'entraînement du FC Nantes. C'est le déclic, Marcel se met au foot et intègre bientôt le même centre de formation que son demi-frère. Mais le 18 décembre 1984, Seth Adonkor décède dans un accident de voiture avec un autre joueur nantais.
C'est la troisième rencontre déterminante de sa vie qui prend la responsabilité de le lui annoncer. Didier Deschamps, son pote de chambrée depuis deux ans chez les jeunes, joue ce rôle si délicat. À partir de ce moment-là, plus rien ne pourra les arrêter. Ils gravissent les échelons à Nantes, se rejoignent à Marseille pour gagner la Ligue des champions, se retrouvent comme adversaires en Italie et s'offrent une dernière année ensemble à Chelsea, sans oublier de s'unir en équipe de France pour mener la sélection au succès. Mais justement, le binôme parfait de Desailly en EdF, ce n'est pas DD, mais un autre homme. Encore une rencontre. Laurent Blanc. La pieuvre noire, Marcello ou The Rock, appelez-le comme vous voulez, est associé au Président, pour former la charnière centrale la plus complémentaire de l'histoire du foot français. Une histoire de rencontres, on vous dit. KC

Youtube


Par Florian Cadu, Kevin Charnay, Alexandre Doskov et Nicolas Jucha
Feijoada e Caipi Niveau : DHR
Vous en connaissez beaucoup des gardiens qui ont pu être en couverture du jeu FIFA ? Et ouais mec ! Barthez c est la classe !
Feijoada e Caipi Niveau : DHR
Note : 3
Par contre Tresor devant Thuram c est non
Même si j'aurais échangé Barthez et disons Thuram, ça reste un peu moins scandaleux que le 20-10 qui a tout décrédibilisé
Note : 1
Message posté par Max_Payne
Joli top !
Il nous reste donc Didier, Zizou, Platoche, Kopa et... ?


Valbuena ou Gignac.....(pas taper)
Note : 1
Message posté par Max_Payne
Joli top !
Il nous reste donc Didier, Zizou, Platoche, Kopa et... ?


Papin
Note : 2
Dessailly je suis fan de ce mec ! Et puis quel joueur, une détermination hors norme.

"Joueurs de Manchester City, fuyez, fuyez, Ibra le décisif dinosaure arrive, à la tête du Paris Saint Germain... Ah Ah Ah Ah..."
Lucien Laurent ?

Merde je crois qu'on a loupé quelqu'un.
Note : 1
Pardon mais le gimmick de Barthez dans les guignols c'est "je peux dire une connerie ?" et non pas "j'ai fait une connerie".

Un peu de rigueur merde.
GougouleBxl Niveau : CFA2
Je vais faire ma fine bouche mais il me semble que pour les autres Top 10-6, les paragraphes étaient plus longs et plus consistants.

Même si pour la plupart, on a déjà lu et relu beaucoup de choses à leur sujet, j'aurais aimé pouvoir en lire plus alors que le dénouement approche.
Note : 2
J'ai remonté tout le classement et j'ai pas trouvé William Gallas ? Il méritait une place dans le Top 100 quand même, 85 sélections, titulaire indiscutable en 2006, et le doigt d'honneur à David Astorga !
Verrattinho Niveau : DHR
Desailly au Milan, c'est la version Beta de tout ce qui se fit au milieu de terrain aujourd'hui... On peut se foutre de la gueule du bonhomme, mais sur le terrain de 1992 à 2000 environ le mec est au sommet.
Note : 2
Message posté par LoloB
Pardon mais le gimmick de Barthez dans les guignols c'est "je peux dire une connerie ?" et non pas "j'ai fait une connerie".

Un peu de rigueur merde.


La meilleure étant la plus courte:
"Est-ce que je peux dire une connerie?
-Très vite alors!
- Franck Leboeuf."
Desailly, très fort..mais jamais aimé..

A plusieurs égards, je ne peux par ailleurs m'empêcher de le voir comme un prototype.. Quelqu'un a usé du mot "cyborg", pas faux.. Après, on aime ou on n'aime pas..
Note : 2
Jonquet et Marche faut le faire pour les zapper du top 100, mais bon depuis hier on est plus à une ineptie près.

Barthez, un des rares français à avoir réussi le triplé Coupe du Monde-Euro-Ligue des Champions (doit y avoir aussi Zizou, Desailly, Deschamps, Henry, Lizarazu).

Dommage qu'il a fini sa carrière sur un flop à Nantes, sinon ça reste un des meilleures gardiens de sa génération (malgré quelques passages à vide surtout sur sa période mancunienne), a contribué aussi à moderniser son poste.

Henry meilleur buteur de l'EDF, légende à Arsenal mais il sera toujours réduit à cette main contre l'Irlande pour la génération actuelle, avant ça, quand on évoquait Henry c'était débordement côté gauche et frappe enroulée plat du pied, sa spéciale, maintenant Henry = main contre l'Irlande, triste.
mackallaway Niveau : CFA2
Cette image de Barthez, pendant la séance des tirs au but contre les Italiens en 98, qui en a rien à péter de l'évènement.

La même décontraction qu'un Verratti qui joue de la même manière contre le Real ou dans sa cité.
Note : 1
Message posté par didier gomis
Zizou number one, déconnez pas les mecs. je viens de me remater ça
https://www.youtube.com/watch?v=kNxu_RGi8ek

Y'a pas photo, ce mec te donne des orgasmes à petites secousses dès qu'il frôle le ballon, le mec avance en reculant, dribble en sautant à 360°, a des yeux sous ses pieds et derrière son cul. Il fait des râteaux des deux pieds et voit tout le terrain depuis le ciel alors qu'il est sur le terrain.

Franchement je respecte Platoche pour sa tignasse et son short court mais Zidane c'est au dessus, y'a pas photo !


Je suis aussi de la génération Zidane et longtemps ça a été mon joueur préféré mais apparemment Platini c'était quand même autre chose.
Je ne l'ai pas vécu mais tous ceux qui ont vécu Platini joueur m'ont dit que c'était encore supérieur à Zidane, qu'il était encore plus décisif et qu'on savait que dans un match bloqué, il y allait avoir un moment où Platini débloquerait le match par un coup franc ou une action de folie.

Alors je ne sais pas si c'est un truc générationnel, si comme pour nous qui avons connu Zidane au firmament, personne ne pourra le remplacer à nos yeux.
Message posté par Sittius
J'ai pas vu passer Govou et Coupet. Je les ai loupés ?

7 titres de champion de France, tout de même.


Le classement est globalement raté.
Sur un top 100 c'est toujours délicat. Voilà pourquoi je ne m'interessais qu'au top 10, plutôt cohérent je trouve.
Ehrmantraut Niveau : Loisir
Note : 1
J'espère que l'arnaque Zidane va pas être première...
Entre es interviews monnayées, ses pubs, son coup de boule, sou soutien pour le Qatar, etc... Il est une honte nationale.
c'est du lourd en tout cas le top 10 Francais...
Note : 2
C'est vrai que c'est un Top 100 qui a de la gueule !
Le simple fait qu'on débatte pour savoir qui de Platini ou Zidane sera n°1 montre le niveau des Fuoriclasse français.
Sauf que.
Sauf que le palmarès reste maigre pour de si grands talents, quand même : une coupe du monde, deux euros, une C1, une C2. En 70 ans.
Peut-être que la source du problème est à chercher dans un autre top 100 de SoFoot, celui des entraineurs. Seulement 4 français dans les 50 premiers (Suaudeau, Wenger, Roux, Batteux), aucun dans le top 10.
Il y a visiblement un souci historique de culture tactique, que confirme malheureusement aujourd'hui le niveau de la ligue 1 sur la scène européenne ou l'expérience hasardeuse du 3-5-2 un soir de 1/4 de C1.

peut-être que la France de DD gagnera l'euro, mais les exploits ponctuels masquent difficilement ce problème de fond, il me semble.
Ne pas voir Di Méco dans ce classement me fait vraiment très mal. Je m'en doutais un peu qu'il serait pas dans le top 10, mais bon, j'attendais avec espoir. C'est con, Vous auriez pas mis les 6-7 joueurs en activités, vous casiez les noms que vous avez osés oublier et votre top 100 auraient été nickel.
Andy Millman Niveau : DHR
Note : 1
Message posté par bestclic
Valbuena? C'est pas ce joueur moyen qui se morfond sur le banc à lyon? Il n'a rien à y faire déjà qu'ils ont matuidi dedans.

Sinon je trouve que le classement devient enfin intéressant. Quelle joie de relire un peu les parcours de ces grands champions. Juste de voir leur nom est un plaisir avec les souvenirs qui reviennent. Souvenirs d'une époque hélas révolue.


Toi tu n'es plus crédible concernant Valbuena.
Message posté par mariano
C'est vrai que c'est un Top 100 qui a de la gueule !
Le simple fait qu'on débatte pour savoir qui de Platini ou Zidane sera n°1 montre le niveau des Fuoriclasse français.
Sauf que.
Sauf que le palmarès reste maigre pour de si grands talents, quand même : une coupe du monde, deux euros, une C1, une C2. En 70 ans.
Peut-être que la source du problème est à chercher dans un autre top 100 de SoFoot, celui des entraineurs. Seulement 4 français dans les 50 premiers (Suaudeau, Wenger, Roux, Batteux), aucun dans le top 10.
Il y a visiblement un souci historique de culture tactique, que confirme malheureusement aujourd'hui le niveau de la ligue 1 sur la scène européenne ou l'expérience hasardeuse du 3-5-2 un soir de 1/4 de C1.

peut-être que la France de DD gagnera l'euro, mais les exploits ponctuels masquent difficilement ce problème de fond, il me semble.


Plus un problème de style que d'entraîneurs, je crois. Voire d'ambition et de liberté d'action, aussi.

Question de légitimité historique de ce sport en France, enfin, susceptible peut-être d'expliquer bonne part de certains retards à l'allumage.. Et puis il faut considérer aussi quels furent parfois les moyens mobilisés ailleurs pour l'emporter..

Dans son top100 des entraîneurs, et comme à son habitude, Sofoot passa à côté de l'essentiel.. On ne juge en tout cas pas des qualités, des mérites et des apports des hommes depuis des anecdotes ou des palmarès bien souvent vérolés..

Depuis un postulat plus solide, l'un ou l'autre entraîneurs français y eussent mérité leur place quand bien d'autres, français ou non, assurément certainement pas..
Note : 2
Marius trésor, premier défenseur français de classe internationale depuis Jonquet. Rien à dire.

Gigi, la plus belle conduite et protection de balle des 80's. Rien à dire. Dans l'équie type 82 alors qu'il y avait Diego, Falcao, Socrates, Zico, Conti, Breitner, Littbarski ...

Henry, injustement décrié alors qu'il saborde sa réputation en faisant la main en barrage, qui nous qualifie.

Barthez, le gardien de l'EDF qui gagnait tout. Normal.

Dessailly, comment ne pas regretter son frangin qui était beaucoup plus technique et capable comme lui de jouer tous les postes de la défense. C'est Seth Adonkor qui nous a manqué en EDF pour faire la paire avec Boli dans le trou générationnel qui a suivi la retraite des cadors des 80's.

Votre top 10 tient la route, on va pouvoir continuer à vous emmerder avec Benzema et Ben Barek.
Thierry Henry 7e, "putain les mecs, sérieux !" comme dirait Guy Lacombe. Il est 3e pour moi. Sinon, j'attends Platoche en 1 et Zizou en 2.
Note : 2


Il est avec sa femme, Fontaine.
Message posté par BertXV
Le paragraphe sur Marcel a failli m'arracher une larme, bravo messieurs.

En revanche, vous avez créé un véritable Benzemagate...


Il n'y a pas de benzemagate. Il mérite sa place dans le top 20.
12 ème c'est trop haut aussi je trouve, mais il n'a que 28 ans et probablement encore 6 ans de haut niveau vu son style de jeu. On verra ce qu'il accomplira d'ici la fin de sa carrière.
Je pense que ce n'était pas une bonne idée d'inclure des joueurs encore en activité.
didier gomis Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par bandinidakar
Deux finales de coupe du monde!!! Mais combien de footballeurs ont fait deux finales? Pfff je vois pas quel trophée est plus important!!!


Cafu en a 3 d'affilée dont 2 gagnées ! Legend of the Cafu crème !
Govou on pouvait effectivement le mettre dans le classement, 7 championnats de France !!! C'est vraiment le marqueur français de la période de domination de de l'OL.

A cela on ajoute 49 sélections. Le seul bemol c'est qu'il n'a pas vraiment brillé en équipe de France avec aucun gros match décisif marquant.

Valbuena je suis un poil plus dubitatif, c'est un bon gars qui a toujours fait le boulot en club et en sélection. Mais au final il a un palmares assez faible et en LDC ces beaux buts on été marqué ... en phase de poule !

Si il avait été dans le top il n'y serait pas resté très longtemps.
Note : 1
En passant, le classement de Just FONTAINE est une honte. C'est pas le foot français qu'il a marqué, c'est le foot mondial!!
Dans 1000 ans, son record tiendra encore.
Il n'y avait pas plus dégueulasse encore comme vidéo pour Henry ?
Note : 1
Message posté par GougouleBxl
C'est marrant tout ce débat sur Platini et Zidane, pour la place de #1, alors que lorsque SoFoot avait fait "S'il ne devait en rester que 100" et avait placé Zidane en #11 et Platini en #4, ça n'avait dérangé personne.


Mettre Kopa en 1 ressemblerait à quelque chose.

4 podiums de suite au ballon (seuls Messi et C. Ronaldo ont fait mieux...); premier français à avoir remporté le C1; leader du grand Reims et de la 1ère grande EDF. Star au Real (aux côtés de Di Stefano, Puskas et Gento).

Ça aurait de la gueule et éviterait le débat Platini / Zidane.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Message posté par Ubriacone
Plus que Tusseau, j'aurais aimé voir JF Domergue. Le mec fait une Thuram en demi finale de l'euro 84 et les qualifie pour la finale. Si c'est pas marqué le foot français çà!


Bien d'accord, l'absence de Domergue m'a surpris aussi, son doublé contre le Portugal en 84 a indéniablement marqué le foot français, à une époque où l'EDF n'avait jamais passé ce maudit cap des demi-finales !

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La Gambardella, et après ?
744 188