1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Espagne

Ils ont marqué le foot espagnol, de 30 à 21

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On continue avec l'Espagne, et les joueurs classés de la 30e à la 21e place.

Modififié
330 61

30. Pep Guardiola


Entrer dans la légende, marquer les esprits de son sang, de son sceau, être finalement quelqu’un. Faut-il pour autant qu’il parte à 30 ans ? Dieu seul le sait, lui seul le sait. Par la voix d’Akhenaton, Dieu s’est décidé à faire partir Josep Guardiola pour sa trentaine en Italie. C’était à Brescia, aux côtés de l’idole nationale Roberto Baggio, après avoir tant donné pour un FC Barcelone qu’il n’oubliera jamais. Numéro 4 du Barça dans le dos de 1990 à 2001, Pep possède du sang culé dans les veines, où qu’il aille et quoi qu’il fasse. « La nostalgie est dure quand tu sais que tu ne reviendras pas, expliquait le joueur en 2004, durant sa fin de carrière à Doha. Quand tu sais que tu reviendras dans six mois, tu es plus tranquille. Mon meilleur souvenir, c’est d’avoir joué pour le Barça. Je suis né dans ce coin fantastique qu’est la Catalogne, et j’ai connu des joueurs exceptionnels. Notre victoire en Ligue des champions (en 1992, ndlr), c’était comme une première page. » Des pages, Pep continuera d’en écrire avec le Barça. Devenu entraîneur après une année faite de voyages et de discussions avec des tacticiens comme César Luis Menotti, Marcelo Bielsa ou Johan Cruyff, El Filosofo prend les commandes du Barça pour l’emmener tout là-haut. De 2008 à 2012, le coach apporte en quatre saisons une Coupe du Roi, trois Ligas, trois Supercoupes d’Espagne, deux Ligues des champions, deux Supercoupes d'Europe et deux Mondiaux des clubs. Avec 13 titres remportés en un temps record, Guardiola devient l’entraîneur du FC Barcelone le plus titré de l’histoire, devant Cruyff et sa Dream Team. L’élève dépasse le maître et vole désormais vers des cimes encore inconnues. Les distinctions au Bayern Munich ou à Manchester City pourront s’empiler, Pep aura toujours son cœur à Barcelone et Viva la vida de Coldplay dans ses musiques favorites. Mes que un footballeur. AD

Youtube

29. José Martinez « Pirri »


Ne vous fiez pas à son mono-sourcil à la Emmanuel Chain. Même si son attachement avec le Real Madrid est capital dans sa carrière sportive, José Martinez Sánchez est bien ancré dans la culture espagnole. Né à Ceuta, le jeune étudiant fait ses gammes à Grenade, avant de partir pour Madrid en 1964 grâce à un match avec l’équipe d’Espagne de football amateur. D’une polyvalence rare – le garçon pouvait jouer aussi bien défenseur, milieu de terrain ou même avant-centre –, Pirri démarre alors une idylle de seize saisons sous la liquette merengue. Un passage rempli d’anecdotes, comme lorsque le Poumon blanc remporte la finale de la Coupe d’Espagne en 1975 avec de la fièvre et la mâchoire cassée. Vainqueur de la C1 en 1966, Pirri aura la particularité de remporter… 10 Ligas entre 1965 et 1980 ! Il est encore, avec 122 buts en 417 matchs, le huitième meilleur buteur de l’histoire du Real Madrid. Ce combattant aux 41 capes avec la Roja prend la direction du Mexique pour sa fin de carrière. Il termine ensuite ses études de médecine, puis revient au Real pour faire partie intégrante du staff technique. La fin de sa collaboration avec le Real surviendra en 2000, après la publication du « rapport Pirri » où l’homme, devenu directeur sportif, demandait le transfert de cadres comme Michel Salgado, Fernando Morientes ou encore Guti. Un coup de Pirripatéticienne. AD

Youtube

28. Josep Samitier Vilalta


On peut être culé et merengue. Josep Samitier Vilalta a expérimenté cela. Natif de Barcelone, en 1902, il a longtemps rêvé de porter le maillot du Barça. Un jour, alors qu’il tâte le ballon non loin de ses idoles du club blaugrana, Paulino Alcántara lui souffle un prometteur « Un jour, tu seras footballeur » . Effectivement, l’idole du club avait vu juste. À 16 ans, Samitier abandonne son travail de mécanicien et signe un contrat avec le club catalan. Les statistiques sont impressionnantes pour l’époque : le milieu de terrain a marqué plus de trois cents buts avec le FC Barcelone, le tout en treize ans. La collection de trophées est tout aussi hallucinante : cinq Coupes du Roi (nommée Campeonato de España à l’époque), douze championnats de Catalogne et surtout la première Liga disputée en Espagne en 1928-1929.


En 1933, il cède aux sirènes de Santiago Bernabéu et signe pour le Real Madrid. Et devient, à l’occasion, le premier joueur à porter les deux liquettes. Un transfert qui ne fait aucun bruit à l’époque. Mais, âgé de 31 ans et en fin de carrière, il ne brille pas sous le maillot merengue. Un passage par Nice, pour échapper à la guerre civile, signe la fin de sa carrière. Il revient à la maison en 1944, à la fin de sa carrière, pour occuper un poste dans le staff du Barça. Trois ans plus tard, il n’hésite pas à rejoindre une nouvelle fois le Real, pour s’asseoir sur le banc du club. Il meurt en 1972, et est enterré au cimetière Les Corts aux cotés de Paulino Alcántara. Avec Ricardo Zamora et Hans Gamper, il est le seul footballeur à posséder une rue qui porte son nom à Barcelone. Grande classe. RC

27. Emilio Butragueño


Le voilà enfin, El Buitre. Pour contrôler une équipe constituée d’individualités fortes en caractères, le Real Madrid de la fin des années 80 s’est trouvé un chef de meute. Comme Marc Landers dans sa Toho ou Olivier Atton chez la New Team, Emilio Butragueño était la grande star de sa Quinta. Redoutable attaquant toujours assoiffé par le but, son rôle principal consistait à rôder dans la surface et profiter de la moindre opportunité pour étaler sa collection personnelle de scalps des gardiens de but. Outre les 5 Ligas consécutives remportées entre 1986 et 1990, puis les deux C3 afin de ressusciter un Real en pleine disette de trophées, Le Vautour pèsera dans les pages ibériques malgré son petit gabarit d’un mètre 70. Lors du Mondial 86 au Mexique, son sens du but lui permet d’inscrire un quadruplé contre le Danemark en huitième de finale, ce qui fait entrer le buteur de la Roja dans un cercle très fermé en compagnie d’Eusébio, Just Fontaine ou encore Sándor Kocsis.

Youtube

Par la suite, la Belgique parviendra à stopper l’Espagne en quarts de finale. Un soulagement pour Carlos Bilardo, coach de l’Argentine, si l’on s'en tient à ses propos : « Messieurs, la Belgique vient d’éliminer l’Espagne, nous ne jouerons pas contre Butragueño. Nous sommes en finale de la Coupe du monde. » Après 123 buts marqués et onze saisons professionnelles sous les couleurs de la Casa Blanca, le seigneur blanc quitte l’Europe et revient au Mexique. Au sein de l’Atlético Celaya, El Caballero de la cancha (le chevalier du terrain, en VF) parachève son œuvre et garde toujours la même conduite : aucun carton rouge en quatorze années consécutives. Aujourd’hui, Butragueño s’occupe des affaires sportives du Real Madrid. Un vrai conquistador. AD

Youtube

26. César Rodríguez Álvarez


Mardi 20 mars 2012, Messi décide d’effacer un énième record. Pour lui, c’est la routine. Il devient ce soir-là le buteur le plus prolifique de l’histoire du FC Barcelone. Un exploit, puisqu'il prend la place d’une légende qui a tenu ce record pendant cinquante-sept ans. Messi a 24 piges quand il détrône l’ancien attaquant blaugrana. César Rodríguez a mis treize saisons pour planter ces 234 buts. Arrivé en Catalogne en 1939, il quitte la région pour réaliser son service militaire. Il y revient en 1942, et y restera jusqu’en 1955. Avec le club barcelonais, « El Pelucas » (la perruque en VF, surnom acquis pour sa calvitie), il était aussi le joueur qui a le plus marqué dans l’histoire du clásico contre l’éternel rival. Il détient aussi un record qui rend toujours fous les Madrilènes aujourd'hui : alors capitaine blaugrana, il soulève trois Copa del Rey à Bernabéu (en 1951, 52 et 53). César Rodríguez Álvarez, c’est aussi quatorze titre avec le Barça : 5 championnats, 3 Coupes du Roi (Copa del Generalisimo à l’époque, Franco oblige), 2 Coupes latines (ancêtre de la C1), 4 Coupes Eva Duarte (le Community Shield espagnol). Excusez du peu. Celui qui a remporté qu’une seule fois le titre de Pichichi pendant sa carrière a fini du côté d’Elche. Un an auparavant, il franchit la frontière pour jouer sous le maillot du Perpignan Canet FC. Avant de devenir entraîneur, notamment du Barça, lors de la saison 1953-54. César Rodríguez Álvarez s’est éteint, le 1er mars 1995, à Barcelone. Une des premières idoles non catalanes du Barça. RC

Youtube

25. Carlos Santillana


Un coup de tête peut vous faire entrer dans l'histoire. Zizou le sait, Carlos Alonso González, dit Santillana, aussi. Les siens étaient dévastateurs, impossibles à arrêter pour les gardiens. Véritable légende du Real Madrid, l’ancien attaquant est considéré comme l’un des meilleurs joueurs de tête que le football ait connu. Ce surnom, il le doit au trajet qu’il faisait depuis sa ville natale, Santillana, pour venir s’entraîner à l'adolescence : « Il n’y avait pas de bus pour aller à Barreda, où je jouais. On se mettait dans un camion depuis notre ville, et on revenait le soir avec le même. Du coup, quand j’arrivais en retard, les gens disaient : "Il n’est pas arrivé celui de Santillana ? Et ils ont commencé à m’appeler comme ça" » , raconte-il dans une interview pour Libertad Digital. Recruté à 19 ans par la Maison-Blanche, l’ancien international espagnol (à 56 reprises) a gagné neuf Ligas, quatre Coupes d’Espagne et deux Coupes UEFA. Tellement habile du crâne qu’il a marqué son dernier but en professionnel ainsi, en lobant le gardien facilement.


Une carrière pleine d’environ 300 pions. Avec sa patrie, il a connu le match historique contre Malte en 1983, quand l’Espagne devait gagner par onze buts d’écart pour se qualifier pour la Coupe d’Europe 1984. La suite est connue. La Roja gagne 12-1, et Santillana plante un triplé ce soir-là. Alors qu’il a terrorisé les défenses ibériques pendant toute sa carrière, il aurait pu voir celle-ci fauchée en plein envol à cause d’un problème rénal. Après avoir joué quelques saisons avec la mythique Quinta del Buitre, il se retire en 1988 sous le maillot du Real. Il ne choisira pas la vocation d’entraîneur comme bon nombre de ses anciens coéquipiers « parce qu’il faut être fait pour l’être et je ne l’étais pas » comme il le raconte dans l’entrevue citée plus haut. Aujourd’hui, il tape encore le cuir avec l’équipe vétéran des Madrilènes et travaille chez Reebok en Espagne. Sûr qu’il plante encore quelques golazos de la tête.. RC

Youtube

24. Manolo Sanchis (fils)


Du père au fils de la famille Sanchis, le Real Madrid a attendu trente-deux longues années avant de fêter une nouvelle Coupe d’Europe. Une disette interminable pour le Roi d’Europe qui prend fin un soir de mai 1998, lorsque Manolo, brassard vissé au bras, rejoint Lennart Johansson, président de l’UEFA, dans les gradins de l’Amsterdam Arena. Avec cette Septima en poche, le capitaine merengue rejoint son illustre padre, vainqueur de l’édition 1966 avec le Real des yé-yé, au rang des Madrilènes champions continentaux. Un exploit qu’il réédite deux ans plus tard, à Saint-Denis, et qui lui permet d’égaler son bilan en Ligue des champions avec celui de la défunte Coupe de l’UEFA - deux succès, en 1985 et 1986. Défenseur dur au mal, membre de la Quinta del Buitre, Manolo Sanchis reste le central d’un seul club. Ardent défenseur de la liquette blanche immaculée, il en est également le troisième joueur le plus capé avec ses quelque 700 matchs en professionnel. Lui avoue pourtant ne pas se rappeler de grand-chose : « J’avais une telle concentration, je faisais abstraction de tout, j’étais si focalisé que pour moi, c’était juste comme si j’avais fermé, puis rouvert mes yeux. » RD

Youtube

23. Xabi Alonso


Si Xavi et Iniesta ont longtemps été les danseurs étoiles de la Roja, Xabi Alonso en a été l’éminence grise. Ce statut, il l'a conquis dans toutes les équipes où il a évolué, sans exception aucune. Ainsi, lorsqu’il gagne ses galons de titulaire dans sa Real Sociedad formatrice à seulement 19 ans. Alors que les Txuri-Urdin se retrouvent aux portes de la relégation, John Toshack en fait son capitaine. Raynald Denoueix, débarqué à l’été 2002, en fait, lui, sa boussole. Une boussole qui guide la Real vers une saison historique en Liga, mais qui prend la direction de Liverpool dès l’été suivant. Alors qu’il s’impose illico en « meilleur passeur de la Premier League » , dixit son ancien coach gallois, il glane sa première coupe aux grandes oreilles.

Youtube

Cette idylle avec le Vieux Continent n’en est qu’à ses prémices, puisque, tout au long de sa carrière, il s’adjuge une seconde C1 avec le Real et deux Euros avec la Roja - sans oublier un Mondial. Comme un symbole de sa mainmise sur toutes les équipes où il a évolué, son départ de la capitale espagnole fait chavirer le précaire équilibre du Real d’Ancelotti et plonge le Madridismo dans une crise identitaire qui ne s’est toujours pas estompée. Pour sûr, Xabi et sa science de la passe, pour ne pas dire du jeu, resteront pour toujours comme un must de la formation à l’espagnole. Aupa ! RD

Youtube

22. Sergio Ramos


Sergio Ramos en chiffres, c’est 29 ans, 372 matchs de Liga, 87 de Ligue des champions, 130 sélections avec la Roja, 68 pions officiels… Et puis un palmarès long comme le bras : une Ligue des champions, trois Ligas, deux Copas, deux Euros, un Mondial… Autant dire, Sergio est un monstre, tant avec la Roja qu’avec le Real. Derrière cette myriade de statistiques se cache également un pur-sang parfois difficile à dompter - en atteste ses 14 cartons rouges avec le Real, un record. « J’ai eu Sergio sous mes ordres à ses 16 ans, rembobine Manolo Jiménez, l’un de ses formateurs au FC Séville. C’était un garçon qui avait besoin de mettre de l’ordre dans ses idées. C’était un diamant brut, il fallait le polir. Il était brut de décoffrage. » Un caractériel, donc, qui franchit les étapes plus vite que la musique. Et qui renvoie Joaquín Caparros, l’entraîneur de ses débuts pros, à ses souvenirs : « Je n’avais jamais vu un tel athlète de toute ma carrière. Si Sergio avait fait du tennis, il jouerait la Coupe Davis. S’il avait fait de la natation, il participerait aux Jeux olympiques. Génétiquement, je ne sais pas de quoi il est fait, mais il est plus fort que tous les autres. » Plus fort, et plus haut que tout le monde, comme peut en témoigner l’Atlético de Madrid. RD

Youtube

21. Fernando Hierro


Sur l’échiquier mondial, 1989 est caractérisé par la naissance d’un nouvel ordre mondial et la fin du régime rouge. Le 20 septembre de cette même année pourtant, la Roja célébrait la première sélection d’une silhouette longiligne, prête à marquer l’équipe nationale de son empreinte. Fernando Ruiz Hierro vient à peine de débarquer du Real Valladolid pour le Real Madrid que l’Espagne adopte déjà son nouveau stratège. Un stratège milieu défensif bientôt défenseur central, ce n’est pas une blague, mais une réalité. Hierro possède la vista des grands joueurs et le sang-froid des grands buteurs. La preuve : il est toujours le quatrième meilleur artificier de l’histoire de la Selección, derrière David Villa, Raúl et Fernando Torres. Son arme fatale ? Le coup franc. De près, de loin, excentré, centré, enroulé au-dessus du mur, enveloppé côté gardien, le tout avec grâce dans la gestuelle. Si Hierro signifie le fer en espagnol, ce joueur n’a jamais connu la rouille : 17 saisons passées en Liga, trois Ligues des champions soulevées pour le Real dont deux comme capitaine (1998, 2000, 2002), 5 Ligas remportées avec les Blancos et une nomination dans l’équipe type de la Coupe du monde 2002. Hierro restera orphelin d’un succès international suprême, toujours maudit en quarts de finale, mais l’esthète aura marqué son temps. « Depuis tout petit, je rêvais du Real Madrid, je les voyais jouer la Coupe intercontinentale, j’écoutais la radio avouait-il en 2005. Quand Valladolid m’a dit que le Real me voulait, je n’y croyais pas. Le meilleur contre qui j’ai joué ? Maradona. C’était mon idole. » Les grands esprits se rencontrent : après un Séville-Real Madrid en pleine saison 92/93, El Diez annonce que Hierro est le meilleur joueur espagnol qu’il ait vu de sa vie. Ça pose un mythe. AD

Youtube


Par Antoine Donnarieix, Ruben Curiel et Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

"Emilio Butragueño était la grande star de sa Quinta"... mais pas le mieux classé.
Max_Payne Niveau : CFA
Je déteste Sergio Ramos mais waouh quelles stats...
130 sélections à 29 ans, c'est quand même dingue.

J'ai découvert Fernando Hierro également, moi je l'ai surtout connu en fin de carrière au Real puis Bolton. Où il était un peu sur le déclin.
Là ça replace le mythe (600 matchs avec le Real !! )
MightyMagyars06 Niveau : District
La page de hier était déjà belle, celle ci l'est encore plus.

Il y a toujours, je trouve, quelques soucis de classification, Butragueno derrière Santillana? Busquets devant Xabi Alonso (à la fin de sa carrière pourquoi pas mais aujourd'hui...) ?

Et surtout, a moins d'un début d’Alzheimer, il me semble que je n'ai toujours pas vu Mendieta. Le retrouver dans les 20 serait une aberration, mais ne pas le voir dans les 100 serait un oubli fâcheux.
Je n'ai jamais trop compris que, chez Butragueno, soit si souvent mis en avant quelque singulier caractère de buteur ; ce n'est en tout cas pas des qualités premières que je garde de lui.

Les 4 buts inscrits face au Danemark ont probablement contribué à cette imagerie, auquel cas l'argument est pauvre, match empreint d'offrandes et penalties.. Certes de grandes qualités de finition, indéniables, mais c'est à titre d'animateur voire dynamiteur du jeu qu'il m'a plutôt marqué, et puis cette espèce de morgue élégante aussi, grande classe.. Surtout il tranchait avec le football bien moche qui avait cour en Espagne, celle-ci lui doit d'ailleurs peut-être bien plus qu'on ne le croit..

Guardiola joueur je ne comprends pas ce qu'on lui trouve ; je ne comprenais pas dans les années 1990 et je ne comprends toujours pas..
DoutorSocrates Niveau : CFA
Exact,ne serait-ce que pour sa volée contre le Barça, il méritait sa place dans les 100.

Je ne suis pas un grand connaisseur du foot à travers l'histoire. Pour l'instant, je regrette néanmoins les absences de Gabi, Arbeloa (ne serait-ce que pour ses putasseries) et donc Mendieta. A l'inverse, des Santi Cazorla présents dans les 100 ou des Jordi Alba si bien classés...
Merengue_Celeste Niveau : DHR
Gabi faut pas déconner, il a rien fait, une Liga. Un très bon joueur de collectif et j'adore son abnégation mais il a pas sa place dans ce top.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Butragueño, découvert pour ma part lors du Mondial 86. Un joueur à la classe innée, très élégant sur un terrain, un vrai señor au sens "madridiste" du terme ! Et même si ce sont les qualités dont je me rappelle en premier chef le concernant, il faut quand même rappeler que sa finition était redoutable !
Je m'attendais vraiment à le voir dans les 20, je suis assez surpris...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Par contre, vous ne l'aviez déjà pas fait pour Juanito, je suis donc assez surpris que vous ne mentionniez pas les mythiques remontadas du Real en Coupe d'Europe pour Santillana (face à Derby County, Celtic, Anderlecht, Inter, Gladbach). Ces deux joueurs me paraissent en effet symboliser ce phénomène en tous points !
En tout cas, très belle dizaine, comme pour la précédente (depuis que votre top est arrivé à 50 ou 40, on a du lourd) !
Ronniesheva Niveau : CFA
hierro, superbe défenseur, quelle élégance...
le top 3 devrait être raul xavi casillas. iniesta dans les cinqs sûrement.
Message posté par Bota67
Je n'ai jamais trop compris que, chez Butragueno, soit si souvent mis en avant quelque singulier caractère de buteur ; ce n'est en tout cas pas des qualités premières que je garde de lui.

Les 4 buts inscrits face au Danemark ont probablement contribué à cette imagerie, auquel cas l'argument est pauvre, match empreint d'offrandes et penalties.. Certes de grandes qualités de finition, indéniables, mais c'est à titre d'animateur voire dynamiteur du jeu qu'il m'a plutôt marqué, et puis cette espèce de morgue élégante aussi, grande classe.. Surtout il tranchait avec le football bien moche qui avait cour en Espagne, celle-ci lui doit d'ailleurs peut-être bien plus qu'on ne le croit..

Guardiola joueur je ne comprends pas ce qu'on lui trouve ; je ne comprenais pas dans les années 1990 et je ne comprends toujours pas..


En effet, le pur buteur du Real de cette époque c'était Hugo Sanchez. Le Buitre était avant tout un attaquant complet, une sorte de précurseur de Raul.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par MightyMagyars06
La page de hier était déjà belle, celle ci l'est encore plus.

Il y a toujours, je trouve, quelques soucis de classification, Butragueno derrière Santillana? Busquets devant Xabi Alonso (à la fin de sa carrière pourquoi pas mais aujourd'hui...) ?

Et surtout, a moins d'un début d’Alzheimer, il me semble que je n'ai toujours pas vu Mendieta. Le retrouver dans les 20 serait une aberration, mais ne pas le voir dans les 100 serait un oubli fâcheux.


Je ne peux pas croire que Mendieta ne soit pas dans ce classement, c'est impensable (surtout que des Navas ou Mata y sont) ! Cela veut donc dire qu'il sera dans les 20 premiers et malgré toute l'estime que j'ai pour Gaizka - joueur que j'ai adoré -, j'ai du mal à l'imaginer devant des Butragueño, Santillana, Amancio, Zamora ou Hierro...
lemudream Niveau : CFA2
Message posté par DoutorSocrates
Exact,ne serait-ce que pour sa volée contre le Barça, il méritait sa place dans les 100.

Je ne suis pas un grand connaisseur du foot à travers l'histoire. Pour l'instant, je regrette néanmoins les absences de Gabi, Arbeloa (ne serait-ce que pour ses putasseries) et donc Mendieta. A l'inverse, des Santi Cazorla présents dans les 100 ou des Jordi Alba si bien classés...


Jsuis d'accord, belles pages mais je trouve que c'est limite sévère pour Alonso. Du coup de la génération dorée on aurai uniquement Casillas qui se trouvera dans le top 20 et si on suit la logique, cad une baisse de régime en fin de carrière ( que l'on peut limite attribuer aussi pour Sergio Ramos, l'époque où il était AG c'était quand même pas mal du tout), il devrait pas être à la place qu'il mérite.. Si ?

Et du coup on se retrouvera avec les barcelonais Puyol, Xavi, Iniesta, Busquets, David Villa (si on peut le considérer comme tel) devant Ramos et Alonso. C'est légitime pour les trois premiers cités, un peu moins pour les deux suivants.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Il reste donc Xavi, Iniesta, Raul, Casillas, Luis Suarez, Gento, Busquets, Puyol, Zubi, Villa, Torres, Telmo Zarra, Aragones, Mendieta... après je sèche un peu (peut-être Begiristain que je me souviens pas avoir vu passer mais pareil, je l'aurais pas mis dans les 20) mais vu qu'il me manque encore plusieurs noms, je présuppose que Di Stefano, Puskas et Kubala y seront (pour le dernier nommé pourquoi pas, par contre Di Stefano est Argentin avant tout, comme Puskas est Hongrois).
Par contre, si ces trois-là n'y sont pas, curieux de voir comment vous avez pu en trouver 20 devant Butragueno et Hierro... et pourtant je suis pro-Barça depuis bien 25 ans mais ces deux-là m'ont vraiment marqué !
Dommage que vous ne développiez pas plus sur Guardiola joueur, qui était un des précurseurs de ces milieux reculés, architecte du jeu de leur équipe, maîtres du tempo, meneur d'homme.
Message posté par lemudream
Jsuis d'accord, belles pages mais je trouve que c'est limite sévère pour Alonso. Du coup de la génération dorée on aurai uniquement Casillas qui se trouvera dans le top 20 et si on suit la logique, cad une baisse de régime en fin de carrière ( que l'on peut limite attribuer aussi pour Sergio Ramos, l'époque où il était AG c'était quand même pas mal du tout), il devrait pas être à la place qu'il mérite.. Si ?

Et du coup on se retrouvera avec les barcelonais Puyol, Xavi, Iniesta, Busquets, David Villa (si on peut le considérer comme tel) devant Ramos et Alonso. C'est légitime pour les trois premiers cités, un peu moins pour les deux suivants.


Busquets est un monstre. Un mec réellement indispensable (plus qu'Iniesta aujourd'hui) sans qui le milieu du Barça ne tourne plus rond (cf le Clasico de l'an dernier). Le meilleur au monde à son poste depuis ses débuts où il a d'emblée envoyé Yaya Touré sur le banc. Un palmarès hallucinant. Et il n'a que 27 ans. Il pourrait bien être dans le top 5.
On ne peut pas en dire autant de Ramos et Alonso.
Pour Villa, oui ça se discute. C'est surtout le voir devant Butragueno qui me gêne.
Hierro en dehors du top 20, normal...
Pendant toutes les années 90, les deux stars espagnoles, c'était Raul et lui.

Donc Mendieta, Busquets, David Villa, Fernando Torres devant Hierro... mouais.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Ubriacone
Busquets est un monstre. Un mec réellement indispensable (plus qu'Iniesta aujourd'hui) sans qui le milieu du Barça ne tourne plus rond (cf le Clasico de l'an dernier). Le meilleur au monde à son poste depuis ses débuts où il a d'emblée envoyé Yaya Touré sur le banc. Un palmarès hallucinant. Et il n'a que 27 ans. Il pourrait bien être dans le top 5.
On ne peut pas en dire autant de Ramos et Alonso.
Pour Villa, oui ça se discute. C'est surtout le voir devant Butragueno qui me gêne.


Perso Busquets, je le mets dans le top 10 pour toutes les raisons que tu cites (ça dépend aussi si Di Stefano ou Kubala figurent dans ce classement) donc le voir devant Xabi Alonso et Ramos me choque pas du tout !
Quant à Villa, je pense que c'est son palmarès, aussi bien avec la Roja et le Barça, qui joue... sachant qu'on ne peut pas occulter le fait qu'il a bien souvent été décisif dans les grandes compétitions, que ce soit à l'Euro 2008, au Mondial 2010 ou en finale de LDC.
Mais pareil, je trouve Butragueno trop loin dans ce classement, pour moi il est top 20 facile !
Un peu triste de ne pas voir Puchades dans ce classement mais bon... Sinon en ce qui concerne Gaizka, j'espère qu'on n'assiste pas à un vulgaire oubli de SoFoot.
PassEnProfondesHeures Niveau : District
De cette liste je retiens surtout Hierro ! Whaou quand j’étais plus jeune c’était clairement le genre de joueur dont tu prenais le nom dans des matchs entre pote " je suis Hierro" " je suis Maldini " etc.... Bref un très grand joueur des années 90 , encore une fois, qui ont marqué a jamais mes rêves d'enfant....olé !
Message posté par Alain Proviste
Perso Busquets, je le mets dans le top 10 pour toutes les raisons que tu cites (ça dépend aussi si Di Stefano ou Kubala figurent dans ce classement) donc le voir devant Xabi Alonso et Ramos me choque pas du tout !
Quant à Villa, je pense que c'est son palmarès, aussi bien avec la Roja et le Barça, qui joue... sachant qu'on ne peut pas occulter le fait qu'il a bien souvent été décisif dans les grandes compétitions, que ce soit à l'Euro 2008, au Mondial 2010 ou en finale de LDC.
Mais pareil, je trouve Butragueno trop loin dans ce classement, pour moi il est top 20 facile !


Oui, je comptais sans les naturalisés.
Mon top 5: Xavi, Iniesta, Gento, Luis Suarez, Busquets.

Sinon ça fait 7ème avec Di Stefano et Puskas devant (pas nécessairement Kubala)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
330 61