1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Angleterre

Ils ont marqué le foot anglais, de 40 à 31

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On enchaîne avec l'Angleterre, et les joueurs classés de la 40e à la 31e place.

Modififié
192 57

40. Jamie Carragher


Le chiffre 737 est associé au voyage. Le Boeing 737, ou le Vol 737 pour Sidney de Tintin. Jamie Carragher, lui, n'en a rien à carrer. 737, c'st le nombre de matchs qu'il a disputés pour Liverpool toutes compétitions confondues en plus de quinze ans de carrière pro. Born & raised dans la ville des Beatles, Carragher se plaisait manifestement sur les bords de la Mersey et en a profité pour garnir son armoire à trophées. Du chef-d’œuvre de la Ligue des champions 2005 en passant par une Coupe de l'UEFA et quelques Coupes de la Ligue ou d'Angleterre, Carragher a eu quelques coupes à soulever, même si comme son coéquipier Stevie G, le championnat lui a toujours échappé. Défenseur solide et hargneux, Jamie Carragher a fait vivre quelques cauchemars aux attaquants dont il s'occupait, et Didier Drogba a déclaré qu'il était « l'adversaire le plus dur » qu'il avait jamais affronté. Et dire que ce type avait grandi dans une famille où on supportait Everton... AD

Youtube

39. Nicky Butt


C’est peut-être le moins populaire de la bande, mais il en était le ciment. « Nicky Butt était là depuis le début. Les gens identifient Manchester United à la qualité de nos joueurs, à ceux qui arrivent, mais avant tout à ceux qui ont l’esprit United. Nicky en faisait partie. » Sir Alex Ferguson peut aussi avoir des regrets. Avoir laissé partir Butt à Newcastle en 2004 en est un. Lui aussi était l’un des Fergie’s Fledglings mais, comme Phil Neville, il restera dans l’ombre. Pour Butt, ce sera celle de Roy Keane dont il restera longtemps le remplaçant en chef. Reste que Nicky a le CV qui pète : six Premier League, trois FA Cup et une C1, rien que ça. Et qu’aujourd’hui, sa mission est énorme : relancer l’héritage de Ferguson avec l’académie de United. MB

Youtube

38. Michael Carrick


« Oh, oh, oh / It’s Carrick you know / It’s hard to believe it’s not Scholes. » Il suffit juste, parfois, de tendre l’oreille à Old Trafford pour mesurer la place de Michael Carrick dans l’histoire de Manchester United. Comme son alter ego rouquin, le milieu est un homme discret assurant le strict minimum auprès des médias. Comme Scholes, Michael se distingue par une vision de jeu panoramique, des passes d’une précision chirurgicale et une nécessité absolue de préserver l'équilibre de son équipe. « Ce qui m’impressionnait chez lui, c’est qu’il cherchait toujours à effectuer la passe vers l’avant, souffle à son sujet Alex Ferguson dans son autobiographie. Sa palette était large et il pouvait orienter le jeu. » Comme peu de personnes. Et c’est pourquoi Fergie a claqué 27 millions d’euros pour l’arracher aux Spurs en 2006, un montant jugé insensé à l’époque. Mais depuis largement rentabilisé, puisque celui qui a été façonné à West Ham s’est élevé en pierre angulaire de la réussite mancunienne sur la scène nationale (5 Premier League) et européenne (C1 en 2008) pendant plusieurs années. Seule incompréhension, sa présence sporadique en sélection où il a été vulgairement sous-utilisé. « Il y a une désinvolture chez lui qui empêche les gens de comprendre sa valeur et sa personnalité  » , dit encore de lui Ferguson. Qu’importe, à United, Michael Carrick reste un héros reconnu. RD

Youtube

37. Gary Neville


Gary Neville est une histoire de teintes. Fils spirituel de Ferguson, le soldat aura passé toute sa carrière en rouge. Celui de Manchester United. Mais il détestait le rouge, celui du Liverpool FC : « Je ne peux pas supporter Liverpool, je ne peux pas supporter les gars de Liverpool, je ne peux rien supporter de ce club. » Pendant 19 ans, Neville aura avancé avec la haine. La haine de la défaite, la haine de l’adversaire, la haine. Jusqu’à conquérir la confiance de Sir Alex qui se servira en fin de carrière de lui pour couver les jeunes pousses de United. Gary ne se dégonflait jamais, il ne souriait que rarement et ne se relevait que pour mieux reglisser. C’était un capitaine, un homme rare. Au point d’accrocher la tête de McManaman ou de venir célébrer un but de Ferdinand devant le kop de Liverpool. Gary Devil. MB

Youtube

36. John Barnes


Certains lui attribuent le titre de meilleur joueur de Liverpool de tous les temps. Il est en tout cas l'un des gars les plus appréciés de l'histoire des Reds, chez qui il a passé la décennie 1997-2007. Et pourtant, le charismatique Barnes aurait bien pu ne jamais faire vibrer Anfield, ni même un autre stade. Né à Kingston en Jamaïque où travaillait son père militaire, très loin des carrés verts de la Premier League, John Barnes est repéré presque par hasard dans un square et part squatter en Championship avec Watford alors qu'il est encore mineur. Multi-récompensé par ses pairs aussi bien que par les journalistes, Barnes s'est même autorisé quelques plaisirs du côté des arts, entre un couplet rappé sur la chanson de l'équipe d'Angleterre au Mondial 90, une participation à Danse avec les stars outre-Manche et son amitié avec Dr. Dre. AD

Youtube

35. Les Ferdinand


« Piloter mon hélicoptère est simplement quelque chose que j'aime faire. Quand tu es là-haut, tu peux disparaître complètement. Personne ne t'embête, et tu n'embêtes personne. » Sur un terrain, Les Ferdinand aimait appliquer le même principe que dans les cieux. Disparaître, pour mieux punir son adversaire le moment venu, en bon renard qu'il était. Une technique qui lui a permis de marquer 41 fois en 68 rencontres avec Newcastle, tout en partageant l'attaque avec Alan Shearer, Peter Beardsley et David Ginola. Et en passant ses permis moto et hélico, donc, lorsqu'il n'était pas pris par ses cours de saxophone et de cuisine (séparément). Buteur insatiable, le cousin d'Anton et Rio a pourtant dû s’exiler en Turquie pour se construire un palmarès, en réalisant le doublé coupe-championnat avec le Beşiktaş en 1989. ME

Youtube

34. Robbie Fowler


Robbie Fowler a toujours aimé les courbes. Mais Robbie Fowler savait aussi les utiliser. Le Chelsea-Liverpool de 1999 en aura été le théâtre, Graeme Le Saux la victime. À plusieurs reprises pendant la rencontre, l’attaquant mythique des Reds affichera son postérieur à la gueule du défenseur. Le Saux : « Mais je suis marié. » Fowler : « Elton John l’était également, mon pote. » Robbie finira au sol. Mais Fowler aimait surtout le but et écrivit sa carrière en rouge. Celui du Liverpool FC alors qu’il supportait Everton. Longtemps, il sera l’héritier de Ian Rush jusqu’à l’explosion de Owen. Et il aimait aussi les symboles, comme le jour où il afficha un T-shirt en soutien aux dockers de Liverpool. Un homme de classe, à tout jamais. MB

Youtube

33. David Platt


Anglais et Belges bataillent depuis 119 minutes sans parvenir à se départager, ce 26 juin 1990 à Bologne. Mais Paul Gascoigne et ses compatriotes n'aiment pas les séances de penalty. C'est donc dans un dernier rush que se lance un « Gazza » qui tient à peine debout. Stéphane Demol stoppe la course du meneur anglais, qui balance son coup franc dans le dos de la défense des Diables rouges. David Platt se retourne et claque une volée qui ne laisse aucune chance à Michel Preud'homme. L'Angleterre se qualifie pour un quart de finale mythique face au Cameroun, qui verra à nouveau Platt marquer, cette fois-ci de la tête, à la réception d'un centre de Stuart Pearce. Les Anglais se font sortir aux tirs au but en demi-finale par les Allemands, mais Platt est nommé dans l'équipe type du tournoi, aux côtés de Gascoigne. Le milieu de terrain à la gueule à jouer dans Memphis Belle séduit toute l'Italie, qu'il rejoindra un an plus tard en signant à Bari, puis à la Juve et à la Sampdoria. ME

Youtube

32. Phil Thompson


Quoi de plus bandant pour un Scouse pur jus que de soulever la coupe aux grandes oreilles, liquette ​frappée du Liver bird sur ​la poitrine ​? En 1981, cet honneur revient à Phil Thompson, patron de l'arrière-garde des Reds tombeurs en finale du Real Madrid (1-0), au Parc des Princes. Bouclettes dorées ou mèche sur le front méchamment de son époque, le flair le plus fameux du Merseyside chiffre au total six Coupes d'Europe (3 C1, 1 C2, 2 C3) et sept championnats d'Angleterre en douze saisons au Liverpool FC ! Et qu'importe si Bob Paisley lui retire le capitanat pour pallier les mauvais résultats à l'issue du Boxing Day 81-82. « Quand j'ai perdu le brassard, nous pointions à la 12e place, à 18 points du leader » , rembobine Thompson sur le site LFC History. « À partir de là, on a redressé la barre pour finalement remporter le titre. » La grande époque des Reds, donc. FL

Youtube

31. Peter Beardsley


Gary Lineker, Andy Cole, John Aldridge ou encore John Barnes. Tous vous diront la même chose : Peter Beardsley était le partenaire offensif idéal. Véloce, vif et percutant, le striker de poche (1m73) a principalement exporté ses talents à Newcastle United, Liverpool, Everton et en sélection britannique avec laquelle il a pris part à la Coupe du monde 1986 au Mexique. Pour toujours les mêmes résultats. Des buts claqués, un sens aiguisé du collectif et un homme apprécié dans chaque vestiaire où il est passé. Mais Peter Beardsley, ce n’était pas seulement un joueur de talent. C’était, aussi et surtout, une dégaine improbable avec une coupe de cheveux directement sortie d’un monastère. Un homme en outre capable, du temps de son passage chez les Toffees d’oublier son dentier sur la banquette arrière d’un taxi au retour d’une soirée en boîte de nuit. Pris de panique, le bougre avait alors rappelé la compagnie de taxi qui lui assurera avoir retrouvé son précieux. Et Beardsley a pu ainsi continuer à sévir sur les prés du Royaume. Avec de fausses dents, oui. RD

Youtube


Par Maxime Brigand, Romain Duchâteau, Eddy Serres, Alexandre Doskov, Florian Lefèvre et Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

We all dream of a team of Carraghers, a team of Carraghers, a team of Carraghers !!
Voir Les Ferdinand aussi haut dans ce classement??????
Rien que sur cette page, tout le monde doit lui passer devant.
Il a rien fait en sélection, rien en Coupe d'Europe.

Sinon Barnes, un de mes joueurs préférés. Pied gauche sensationnel.
Neville, c'était un vrai patron : titulaire dans le plus grand des calmes à l'Euro 1996 à 21 ans (suspendu pour la demi-finale contre l'Allemagne)
JeanPierre-Pasdepain Niveau : CFA2
"une nécessité absolue de préserver l’équipe de son équipe"
Vous avez le droit de vous relire les gars..
Hölderlin Niveau : CFA2
J'aurais vu Carrick à une meilleurs place quand même. Ce gars là (sans remplacer Scholes) a su rendre le milieu de MU hyper compétitif aussi bien en championnat qu'en coupe d’Europe (carrick c'est trois finales de C1 dont une gagnée en étant titulaire au milieu durant toute la saison).

Cette 38ème place vient peut être sanctionner sa fin de carrière en dents de scie ou ses absences en équipe nationale occulté par la paire Lampard-Gerrard qui se marchait sur les pieds pendant près de 10 ans...
Vous vous êtes trompés d'une décennie pour John Barnes!
Pour moi, Fowler ce sera à tout jamais ça:

https://www.youtube.com/watch?v=TOBja7ZjGws
Maquer les Laids Niveau : District
Vol 737 pour Sidney? Vous êtes surs les gars?
Deluxe Ape Adrenal Niveau : District
"Vol 737 pour Sydney"

Vous me faites honte...
J'ai mal a mon Australie avec l'orthographe de Sydney!!! Putain les mecs vous etes vraiment devenus des tocards
 //  14:48  //  Amoureux de la Bolivie
"Vol 737 pour Sidney"

Ah ouais quand même faut le faire, vouloir faire le malin et se tromper sur un classique de Tintin et sur l'orthographe du nom d'une ville internationalement connue, chapeau au mec qui a écrit ça.
Il y a deux types de commentaires sur SoFoot :
-ceux qui commentent l'article sans l'avoir lu
-ceux qui ont lu l'article et qui s'indignent pour une faute d'orthographe

Je ne sais pas qui est le plus tocard dans l'histoire.

Et vive Carragher.
benarrivo Niveau : DHR
A croire que le foot anglais n'existe que depuis 20 ans...
DoutorSocrates Niveau : CFA
Fowler un homme de classe? Un débile homophobe oui.
 //  15:05  //  Amoureux de la Bolivie
Message posté par Milenko
Il y a deux types de commentaires sur SoFoot :
-ceux qui commentent l'article sans l'avoir lu
-ceux qui ont lu l'article et qui s'indignent pour une faute d'orthographe

Je ne sais pas qui est le plus tocard dans l'histoire.

Et vive Carragher.


"Vol 737" alors que c'est VOL 714 !!!

j'appelle pas ça une simple erreur d'othographe...

(que la ville de sydney soit mal orthographiée on s'en fout au final c'est de se tromper à ce point sur le titre)
Maquer les Laids Niveau : District
Message posté par Milenko
Il y a deux types de commentaires sur SoFoot :
-ceux qui commentent l'article sans l'avoir lu
-ceux qui ont lu l'article et qui s'indignent pour une faute d'orthographe

Je ne sais pas qui est le plus tocard dans l'histoire.

Et vive Carragher.


Il y a aussi ceux qui ne font aucun des deux
 //  15:06  //  Amoureux de la Bolivie
*orthographe
DoutorSocrates Niveau : CFA
Message posté par DoutorSocrates
Fowler un homme de classe? Un débile homophobe oui.


Euh, je me demande qui a bien pu mettre un -1 à mon commentaire sur Fowler. À la personne en question, tu trouvais ses provocations face à Greame Le Saux de bon goût? Moi pas. Elles sont ouvertement homophobes et, et c'est sans doute ça le plus grave, d'une bassesse absolument affligeante.
Parker, Pearce, Barnes, Gascoigne, Waddle, Platt, Shilton, Lineker : Mondiale 90 la seule fois où j'ai trouvé les three lions magnifiques. Ils pouvaient vraiment aller au bout, mais Waddle a envoyé dans les nuages son TAB en demi.
La honte les gars pour Tintin et Sydney...
Message posté par DoutorSocrates
Euh, je me demande qui a bien pu mettre un -1 à mon commentaire sur Fowler. À la personne en question, tu trouvais ses provocations face à Greame Le Saux de bon goût? Moi pas. Elles sont ouvertement homophobes et, et c'est sans doute ça le plus grave, d'une bassesse absolument affligeante.


Tu t'énerves tout seul. Fowler c'est un des derniers lads du foot anglais. De la provoc' parfois drôle (la ligne de but sniffée suit aux rumeurs sur une addiction à la coke), parfois pas drôle (Le Saux, je te l'accorde) mais aussi des valeurs, un attachement à son club (qu'il quitte la mort dans l'âme), du fair play (en ratant exprès un pénalty qu'il jugeait immérité), de la solidarité avec les dockers de Liverpool...
Le juger avec ce ton moralisateur et politiquement correct, c'est très réducteur et à vrai dire franchement saoulant.
Comme il est aussi question de Justin Fashanu dans l'article, garde plutôt ton accusation pour Brian Clough et grand nombre de ses coéquipiers qui l'ont conduit au suicide.
Mais Fowler franchement...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
192 57