1. //
  2. // Top 100

Ils ont marqué le foot africain (60 à 51)

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, voici le classement des joueurs qui ont marqué le football africain. Aujourd'hui, de la 60e à la 51e place.

Modififié

60. Pierre Ndaye Mulamba


Ou la lutte contre la dictature. Lorsque le recordman de buts dans une Coupe d'Afrique des nations – neuf pions en 1974 – reçoit une médaille de la part de la Confédération africaine de football pour l’ensemble de son œuvre en 1984, l’attaquant retraité voit sa vie virer au drame. En effet, Mobutu Sese Seko, dictateur du Congo qui est alors rebaptisé Zaïre, fait tuer son fils de onze ans devant l’ex-joueur avant de blesser par balle et balancer Mulamba par-dessus un pont. La raison ? Ce dernier a refusé d’offrir sa médaille au président... Retrouvé par des passants, Pierre Ndaye s’en sort et se réfugie en Afrique du Sud. Annoncé invraisemblablement mort en 1998 alors qu’il gagne sa vie en tant que gardien de parking (une minute de silence lui sera même dédiée à la CAN), le vainqueur de la Coupe africaine des clubs champions 1973 et de la CAN a aujourd’hui soixante-huit ans. Toujours debout. FC

Vidéo


59. Mahamadou Diarra


Jean-Michel Aulas et sa clique ont parfois des inspirations sorties de nulle part. Rembobinons la cassette jusqu’au mois de juin 2002. L’Olympique lyonnais vient de remporter son premier titre de champion de France et compte bien le conserver. Marc-Vivien Foé parti, les Gones sont dans l’obligation de lui trouver un successeur. Mais au lieu de recruter un gars sûr, Bernard Lacombe insiste pour faire venir Mahamadou Diarra, anonyme milieu du Vitesse Arnhem. JMA sort les six millions demandés et accueille le Malien. La suite, on la connaît : Diarra marche sur les milieux adverses, forme un superbe triangle en compagnie de Michael Essien et Juninho (sans doute le meilleur entrejeu du monde à l’époque) et accroche cinq Ligue 1. Transféré au Real Madrid, il reste en Espagne cinq années, décrochant deux Liga. Un monstre. FC

Vidéo


58. Sunday Oliseh


Sunday Oliseh, c'est en vrac : quarante sélections avec le Nigeria, un titre de meilleur joueur de la CAN 1994, une médaille d'or à Atlanta, deux participations à la Coupe du monde, un titre de champion avec l'Ajax, un titre de champion avec Dortmund, une finale perdue de Coupe UEFA, un nom à faire la une des magazines, des passages remarqués à Liège, la Reggina, le FC Cologne, puis un bide de huit matchs à la Juventus. Mais dans le cœur des amateurs de football, Sunday Oliseh, c'est avant tout une demi-volée. Celle qu'il envoie à la 78e minute du match contre l'Espagne dans le petit filet de Zubizarreta, qui rentrera la tête basse au vestiaire. Vaincue 3-2 au terme d'un match irrespirable, l'Espagne sera éliminée dès le premier tour de la Coupe du monde 1998. En golf, on appelle ça un super eagle. CG

Vidéo


57. Jacques Songo’o


À l'été 1989, lorsqu'il fait venir du Canon de Yaoundé ce gardien déjà âgé de vingt-cinq ans, Rolland Courbis est persuadé d'avoir déniché un portier de grand talent pour son Sporting de Toulon taillé pour la baston. Un sentiment qui se vérifiera loin du Var, où Jacques Songo'o ne s'imposera jamais. Ce sera le seul échec de la carrière du sosie d'Eddie Murphy. Cédé quatre saisons plus tard au FC Metz, le grand Jacques entame en Moselle un seconde partie de carrière qui le mènera vers les sommets. En Lorraine, il arrache aux tirs au but une Coupe de la Ligue en battant Lyon, avant de s'envoler pour l'Espagne et le SuperDepor. En cinq saisons en Galice, il est élu deux fois meilleur gardien de la Liga, et champion d'Espagne en 2000. Dans le même temps, il est international à quarante-trois reprises avec les Lions indomptables, mais peut nourrir quelques regrets. Victime de la concurrence de Joseph-Antoine Bell, Thomas N'Kono et Alioum Boukar, il remporte les CAN 1988 et 2002 sans jouer, et ne participe en tant que titulaire qu'à une Coupe du monde, celle de 1998. ME

Vidéo


56. Victor Ikpeba


Victor Ikpeba est un précoce. Arrivé en Europe à seize ans, il s’y distingue presque aussitôt. À peine élu Soulier d’ébène (meilleur joueur africain) en Belgique, il s’envole pour Monaco, où Arsène Wenger insiste pour l’avoir. Il y devient l’idole de deux jeunes espoirs, Henry et Trezeguet, et participe à l’épopée du club de la Principauté jusqu’en demi-finales de la Ligue des champions 1998. Mais Ikpeba n’oublie pas les Super Eagles du Nigeria. Il fait partie de l’équipe légendaire qui triomphe lors des JO d’Atlanta en 1996. L’équipe Pro Evolution Soccer du Nigeria, composée entre autres de Babayaro, Babangida, Jay2, et Ikpeba donc, dispose de l’Argentine en finale. Dans la foulée en 1997, Super Victor devient Joueur africain de l’année, avant d’aller deux ans plus tard promener ses accélérations fulgurantes près de la Ruhr, du côté de Dortmund. Pas une grande réussite. Mais la carrière de Victor est faite, et bien faite. Un regret peut-être ? Cette couronne de roi d’Afrique, qui lui manque tant. RG

Vidéo


55. Ahmed Hassan


À ne pas confondre avec les frères Hossam et Ibrahim Hassan, qui ne sont pas de la même famille. Malgré un beau passage en Turquie et en Belgique, ses faits d’armes sont liés à son pays d’origine, l’Égypte. Attention les yeux : le palmarès d’Ahmed Hassan est riche de quatre Coupes d’Afrique des nations (1998, 2006, 2008, 2010). En 2006 et 2010, il en fut même le meilleur joueur. En club ? Trois championnats et deux Ligues des champions de la CAF. Et ce n’est pas fini : du point de vue statistique, le milieu est le recordman absolu de sélections dans le monde, avec 184 capes ! On va s’arrêter là, non ? FC

Vidéo


54 ans. Stephen Keshi


8 juin 2016. Le Nigeria est en larmes. Face à la mauvaise nouvelle, c’est tout un pays qui pleure son Stephen Keshi. Décédé d’un malaise cardiaque au bout de cinquante-quatre trop courtes années, l’ancien défenseur des années 1990 est une idole. Autant pour sa carrière de joueur (65 sélections, une CAN, huitièmes de finale de Coupe du monde 1994) que pour sa carrière d’entraîneur, qui l’aura vu qualifier le Togo au Mondial 2006. Il amena également les Super Eagles en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2014 et remporta la CAN un an avant. The Boss, littéralement. FC

Vidéo


53. Samuel Kuffour


Samuel Osei Kuffour et le Bayern Munich, c’est une histoire de cœur. De celle qui ne s’arrête jamais, même si les deux parties sont séparées. Taulier du club allemand pendant plus de dix ans, l’imprenable défenseur compte six Bundesliga et une Ligue des champions dans sa besace. L’aventure devint moins belle dès qu’il quitta le Bayern. Et avec le Ghana, ce ne fut pas non plus la même idylle, malgré la médaille de bronze gagnée aux Jeux olympiques de 1992. Clairement l’un des meilleurs défenseurs centraux que Munich ait connu. Et ce n’est pas rien. FC

Vidéo


52. David Efford Chabala


Sa vie est à la fois belle et tragique. Dix ans en sélection, une troisième place à la CAN en 1990. Gardien, grand artisan de la qualification de son équipe aux JO de 1988 au détriment du Ghana. Quand on demande au dernier rempart des Black Stars son secret, il répond : «  Tu dois juste croire en toi-même. » Chabala et l’équipe zambienne, c'est aussi une fin tragique. Pour le deuxième tour des qualifications pour la Coupe du monde contre le Sénégal, le voyage s’effectue en avion et des problèmes de moteur surviennent. Il s’écrase le 27 avril 1993 à 500 mètres des côtes gabonaises. FB


Vidéo


51. Chérif Souleymane


Ballon d'or africain en 1972, Chérif Souleymane est ce que la Guinée a fait de mieux au top niveau. Le chef de file incontesté d'une génération dorée, qui aura roulé sur le continent dans les années 70. Avec son club, le mythique Hafia FC de Conakry, l'attaquant « dur sur le ballon » remporte trois Coupes d'Afrique des clubs champions en 1972, 1975 et 1977. De quoi susciter des intérêts sur le Vieux Continent, même si le transfert en Europe ne se fera jamais, la faute à un imbroglio judiciaire qui le retient au pays. « Partir ne m’a jamais vraiment tenté » , relativisait-il au micro de RFI en 2013 : « Pour la simple raison que j’ai appartenu à une bande de copains. Si on avait quitté le Hafia à l’époque, ça aurait été une trahison. » Les regrets de Chérif sont plutôt à trouver du côté de cette CAN 1976. Invaincus, les Guinéens ne sont plus qu'à quatre minutes de soulever la coupe, grâce à un but de leur héros. Mais à la 86e minute, le Marocain Baba égalise, condamnant le Sily à la deuxième place de la poule finale. Terrible. Chérif le sait : « C’est cette CAN qui manque au palmarès du football guinéen. » Après sa retraite en 1980, l'ancienne gloire du Hafia va de l'avant, avec ambition. Il reprend ses études, entame une carrière d'entraîneur et devient finalement DTN de la Fédération en 2004. Joli... Comme il le dit lui-même : « Grimper n’est pas le plus important. Ce qui compte, c’est de se maintenir au sommet. » CG

Vidéo



Par Flavien Bories, Mathias Edwards, Romuald Gadegbeku, Christophe Gleizes et Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

"Diarra marche sur les milieux adverses, forme un superbe triangle en compagnie de Michael Essien et Juninho (sans doute le meilleur entrejeu du monde à l’époque)".

C'était tellement le meilleur entrejeu du monde, ils n'ont jamais atteint les demi-finales de la ligue des champions, HAHAHAHA (rire diabolique !)
@ZizouGabor

Je voulais te remercier pour ta dédicace à la fin de ton anthologie sur le rose.

http://www.sofoot.com/l-etg-n-est-plus-436083.html

Sinon, c'est vrai que c'est complètement exagéré de dire que ce milieu était le meilleur entrejeu du monde.
Par contre, le niveau été tout bonnement hallucinant, même si je préfère largement celui de l'année suivante composé de Diarra, Tiago et Juninho.

Milieu plus fin techniquement, beaucoup plus élégant.
ravi que ça t'ait plu, Algiers alias Don Johnson, lol !

Mais d'accord avec toi, Lyon avait un très beau milieu de terrain à cette époque, mais de là à dire meilleur du monde, hum ...

En tout cas Seedorf, Pirlo et Gattuso n'ont pas appréciés, HAHHAHA (le même rire diabolique !)
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Ah mince, du coup c'est moi Ricardo Tubbs ? :/

En tout cas si l'on était l'agence tous risques, je serais Looping. J'ai toujours voulu être Looping.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Bravo pour ton fabuleux article sur le rose.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Mes respects à mon jeune confrère Kirk, 100 ans today.
@Fred

Oui, je l'ai lu passionnément !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
J'ai toujours eu un peu de mal avec Kirk. Je reconnais qu'il a collectionné les grands films, mais ses compositions ne m'ont jamais vraiment emballées. Pas assez vulnérable pour être Gary Cooper, trop sophistiqué pour n'être qu'un Jack Palance, barré dans l'entre-deux par un Mitchum plus charismatique, il m'a souvent donné l'impression d'être trop monochrome.
Et puis je n'ai pas apprécié la façon dont il s'est comporté avec Kubrick sur Spartacus.

Néanmoins il y a deux films où je le trouve absolument brillant, irremplaçable : La Captive aux Yeux Clairs et Le Reptile.
Tu peux rajouter les sentiers de la gloire.
Kirk y est juste impeccable. Mais cela dit, je partage ton appréciation.
Ce commentaire a été modifié.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
D'accord pour la Captive, moins pour Le Reptile, j'ajouterais Les Vikings, La vie passionnée de Vincent Van Gogh, OK Corral, 7 jours en mai, les films noirs des débuts. Déjà du déchet dans les 60's et 70's.
De tous les grands acteurs américains apparus après-guerre, Mitchum étant à part, il a ma préférence, avec Heston, sur les Brando, Lancaster, Widmark, Ryan, Peck, Palance, Hayden.
C'est plutôt avec Anthony Mann qu'il s'est mal comporté sur Spartacus, puisqu'il l'a viré au bout de 2 semaines, comme un malpropre, pour mettre Kubrick à sa place .
Ce commentaire a été modifié.
Quand même, Brando faut aller le chercher...
Robert Mitchum, il est intouchable rien que pour la nuit du chasseur. Humphrey Bogart avec sa tronche de daron dépressif m'a toujours particulièrement plu aussi.

En revanche, Charlton Heston faut que tu m'expliques. A part dans la soif du mal où il est touchant malgré une composition de mexicain pathétique.. Cela dit, je n'ai jamais vu Soleil vert.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Brando est magistral au tout début, en gros 1950-1954, de The Men à Sur les Quais, après il collectionne les mauvais films et les mauvais rôles, avec quelques notables exceptions.
Ce n'est pas dans la Soif du mal qu'Heston m'impressionne le plus; je préfère Ben Hur, El Cid, Major Dundee, Will Penny, La planète des singes.
Quant à Mitchum, il suffit qu'il soit Là.
Ce commentaire a été modifié.
La toute fin de Sur les Quais en happy ending forcé me restera à jamais en travers de la gorge
GalateaTêtenjoy Niveau : National
C'est drôle, en commençant à lire ton commentaire, je me suis tout de suite dit que j'aillais te répondre en parlant de La Captive aux yeux claires, où il est simplement d'une beauté inouïe. Et puis j'ai lu la fin. Et puis je me suis dit qu'il fallait que je voie Le Reptile.
Ce commentaire a été modifié.
GalateaTêtenjoy Niveau : National
@ FredAstaire

Alors qu'Anthony Mann est un cinéaste bien plus brillant, fin et intéressant que Kubrick qui m'a toujours laissé de marbre, malgré le génial Dr Folamour.

Winchester 73, Les Affameurs et L'Appât sont d'immenses chef d'oeuvres, avec le plus grand de tous les acteurs de l'âge d'or, James Stewart.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Ah! Anthony Mann (rajoute La Porte du Diable, The Far Country), James Stewart (ses Hitchcock), tu prêches un convaincu. Les Westerns de Delmer Daves, de Ford (les bouleversants derniers plans de La Prisonnière du Désert).
Mais je place Gary Cooper encore au-dessus.
Brando? Dois-je te rappeler que Frederic n'a jamais tourne dans un film hollywoodien. Son film est Olympien.

Bien a vous,
Bises.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
@FredAstaire,

C'est drôle mais j'ai le même genre de réticences avec Heston qu'avec Douglas. Grands acteurs, beaucoup de grands films, mais des compositions parfois trop monolithiques. Cela dit, impossible de ne pas respecter leur formidable filmographie.

Brando, pour moi, c'est une cathédrale qui s'est laissée envahir par les lianes pour devenir un temple païen. Passé sa beauté et son animalité brute des débuts, que dire de ses choix de carrière ? C'était du pile ou face permanent. Rarement vu un acteur autant se mettre en danger. Moi, il me bouleverse, jusque dans ses mauvais choix.

Et que dire d'Anthony Mann ? L'appât est le plus beau huis-clos à ciel ouvert qu'il m'ait donné de voir. L'Homme de l'Ouest, avec son sadisme latent et son ambiguïté annonce finement le sort que Peckinpah réservera au western.
Mais il y a un western de lui, un peu moins côté, qui m'a bouleversé, c'est La Ruée vers l'Ouest (Cimarron) avec Glenn Ford. Un très beau western féministe.

Et je vous rejoins les amis sur Jimmy Stewart, probablement le plus sobre, le plus commun, le plus touchant des acteurs de l'âge d'or.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
J'en profite aussi pour saluer le génie éclectique d'Henry Fonda, aussi à l'aise chez Ford (Oh my darling, oh my darling, oh my darling Clementine !), Lang, Hitchcock, Lumet, Preminger ou Wellman (L'étrange Incident, quel film !).
Et juste pour finir, parce que ça me ferait de la peine de ne pas les voir citer, je me régalerai toujours de voir Edward G. Robinson et James Cagney au générique d'un film.
Pour moi Fonda, c'est ce visage à la fois serein et pensif de Douze Hommes en Colère.

C'est le papy qu'on aimerait tous avoir qui a une bienveillance infinie mais qui pensait toujours quelque chose de ce qui était en train de se passer. Son visage figé dans ce sourire conciliant cachant une effervescence intellectuelle complètement débordante.

Paradoxalement, je préfère Brando pendant sa période de décadence.
Plus jeune, je le trouve vraiment trop maniéré, un peu (mais pas beaucoup, faut pas exagérer) à la James Dean. En vieillissant, je trouve qu'il avait su dompter totalement son maniérisme pour réaliser des performances tout en toucher.

Par exemple, je trouve que le petit soupir à la fois triste et blasé qu'il lance quand Tom Hagen lui annonce la mort de Sonny dans le Parrain est la maîtrise incroyable de toutes ces performances où il forçait le trait et contorsionnait avec force toutes les rides de son visage.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Qui aurait dit que sur un site consacré au football, on aurait trouvé des fans de l'âge d'or du cinéma.
Fonda, bien sûr, l'immense Robinson, Cagney (dans l'Enfer est à lui la prodigieuse scène qui se déroule dans le réfectoire de la prison, où il fait une crise de démence après avoir appris la mort de sa mère).
Et ces acteurs admirables dans les films noirs que sont Dana Andrews, John Garfield, Ray Milland.
Et le plus grand acteur de composition peut-être que fut Charles Laughton (ses discours poignants dans certains de ses films, qui emportait les spectateurs).
@Fred Astaire

La dernière fois, sous un des articles concernant Pelé dans le TOP sud américain, nous avions discuté avec certains du Nouvel Hollywood (pour lequel j'ai une préférence).

C'est assez sympa de partir comme ça en cacahuètes, j'adore.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
J'en ai profité pour relire vos passionnantes digressions.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
L'une des choses qui me touche le plus chez Brando, c'est son manque d'articulation. Cette nonchalance qu'il met à déclamer, ce petit filet de voix qui semble sourdre derrière des mâchoires en permanence scellées.
J'y vois une façon de dire Fuck Stanislavski, Fuck Lee Strasberg, Fuck l'art de la représentation. Brando ne se représente pas car il est tout entier dans le présent.

De lui je retiens un superbe Viva Zapata !, je retiens qu'il donne une leçon de modernité à Sir Lawrence Olivier dans Jules César, je retiens une poignée de films superbement déviants ou ambigus comme L'homme à la peau de serpent, La poursuite impitoyable (il donne une leçon de martyrologie dans ce film), Reflets dans un œil d'or !
Par contre sur le Dernier tango, je trouve qu'il va trop loin, il se caricature dans l'idée, ça tient sûrement à la vision trop intellectuelle de Bertolucci je pense.

Et puis il y a Missouri Breaks et One-eyed Jacks, deux westerns totalement hallucinés, libres jusqu'à l'ivresse. Le second, qu'il a réalisé lui-même après avoir congédié Peckinpah et Kubrick (mais Brando avait le droit, contrairement à Douglas parce que)... parce que ce film est un opéra barbare.

Une grande symphonie naïve dirigée par un chef d'orchestre Peau-Rouge. Il y a des scènes de neige dans ce film, et surtout des scènes de mer ! totalement inouïes pour un western.
Et c'est important car le western, c'est la conquête du paysage sauvage par la civilisation. Au moment où il tourne son film, Leone, Peckinpah sont déjà à l'œuvre pour enterrer ce regard, et Brando arrive à entrevoir de nouveaux territoires, l'horizon onirique du Western, l'au-delà du Western.
Oh putain en tant que lyonnais (non supporter de l'OL) qu'est-ce que j'ai pu l'entendre ça ... Et en tant que fan de la Roma je vous laisse imaginer le plaisir qui a été le mien de les voir marcher sur l'OL (pour reprendre l'expression).

L'arrogance des supporters de l'OL n'avait pas d'équivalent et d'ailleurs si je reconnais la qualité de Diarra et surtout Essien qui étaient vraiment dans le gratin mondial, on ne m'enlèvera pas de l'idée que Juninho était largement surcoté. Je ne remettrai pas son génie du coup-franc en question mais dans l'étranger c'était un joueur correct au niveau mondial et très bon au niveau L1, ni plus ni moins.
@gck69

J'aurai du mal à te suivre concernant Juninho qui était un excellent joueur européen. Je veux bien concéder qu'il ne faisait pas partie du gratin historique, mais il ne rougissait pas face à lui en tout cas.

Juninho possédait un pied droit divin, et son aptitude à marquer des coup francs masquait clairement ce qu'il en faisait dans le jeu qui n'était pas anodin.
Tu oublies aussi sûrement que Juninho était titulaire dans une équipe vainqueur de Libertadores avant de signer à l'OL, qu'il était parfois sélectionné dans l'équipe du Brésil juste après la Coupe du Monde 1998 (avant de disparaître temporairement à son arrivée à l'OL) et qu'il était généralement titulaire dans le Brésil 2005-2006 qui ne comportait pas que des chèvres.

Il possédait également une âme de leader unique, qui manque cruellement aujourd'hui à Lyon et une capacité à se transcender dans les grands rendez-vous tout à fait appréciable.

Bref, dans la fin des années 1990 et durant les années 2000, que tu le veuilles ou non, Juninho comptait en Europe et dans le monde.

J'arrêterai ici la digression, on touche pas à mon joujou comme ça !
Hors coup franc, j'adore le but que met Juninho contre le Real Madrid en coupe intercontinentale 1998, son contrôle avant la frappe est un régal: https://www.youtube.com/watch?v=21MgwfCUJUg
Bah voilà, Juni c'était ça.
Il marquait beaucoup contre les grosses écuries européennes.
28 réponses à ce commentaire.
Luis suarez Niveau : DHR
Ce classement est un plaisir surtout qu'on découvre certains joueurs qu'on ne connaitrait pas autrement. Merci SoFoot !

Cependant, j'ai l'impression que dans le haut du classement on ne va retrouver que des joueurs ayant performé en Europe. Seulement, un joueur comme Hossam Hassan devrait être dans le top 20 au moins vu son impact sur le continent. Certes la ligue des champions de la CAF ça ne vaut pas la C1 mais si dans un top africain on n'y accorde pas d'importance, c'est désespérant.

Sinon, le fait qu'ils aient cité la CAN 1976 me laisse un espoir de voir des marocains plus haut dans le classement comme Ahmed Faras (vous avez dit chauvin?).
En effet, Ahmed Hassan arrive bien trop tôt, à mon humble avis !
C'est clair, mais il faut faire des sacrifices pour que le grand l’immense Ibrahima Bakayoko trouve sa juste place dans les 20.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Pour les Marocains, j'avoue avoir été déçu de voir Hadji et Naybet si bas, je les imaginais tous deux dans le top 30 ! En plus, ça signifie qu'on ne verra pas Bassir...
Je pense qu'il y aura quand même au moins trois Marocains dans les 50 premiers : Ahmed Faras, Merry Krimau et Badou Zaki.
Il n'y a pas eu beaucoup d'algériens jusqu'à présent (je défends ma paroisse).

J'aurais bien vu un joueur de l'époque des années 2000 dans le classement, sur la toute fin : Ziani, Saïfi ou Yahia.
Ce sont des joueurs qui sont maintenant très importants en Algérie, beaucoup plus que les Mahrez actuels.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
@ Algiers, certes mais c'est aussi parce qu'on devrait retrouver les grands anciens du foot algérien très bien classés, notamment les stars de l'Algérie 82 (Belloumi, Madjer, Dahleb, Assad) et les leaders de l'équipe du FLN (Mekhloufi, Zitouni, Ben Tifour)...
Ce commentaire a été modifié.
Je t'avoue ne pas digérer la présence d'Ali Benarbia en fait.

Il est né en Algérie, mais a réalisé toute sa carrière loin des frontières algériennes et n'a finalement joué que neuf matchs en sélection, pour aucun but.
Neuf sélections pour la simple raison qu'il refusa longuement l'Algérie (pour des raisons que je respecte, le terrorisme ne devant pas aider le choix sportif, en plus) au profit d'une hypothétique sélection en Bleu (ce qui montre le niveau des Bleus de l'époque).

Les algériens ne pensent pas grand chose de ce joueur et le mettre dans un classement devant Yahia ou Saïfi ressemble à une hérésie.

Et je ne parle pas du niveau du gars, qui était très très bon.
7 réponses à ce commentaire.
LesterFreamon Niveau : District
Songo'o sosie de Eddy Murphy... Ouais mais nan en fait, vous donnez pas ce mal
Par contre Barry Copa est clairement le sosie de Tupac
1 réponse à ce commentaire.
Ahmed Hassan est bien trop bas, comme c'était déjà le cas pour El Hadary. Je les aurai personnellement mis dans le top 20 facilement.
Note : 1
Oui, les 2 égyptiens sont bien trop bas ! surtout Ahmed Hassan !
surement du a une carrière européenne peu importante (El Hadary est toujours resté en Egypte il me semble), même si Ahmed Hassan a fait un très bon passage au Besiktas, et surtout je pense que les non-participations de l'Egypte à un mondial dans les années 2000 ont joue en leur défaveur.
Parce que pour ce qui est de marquer l'Afrique, les victoires à la CAN et en Ligue des Champions avec Al Ahly, et les récompenses individuelles ne font aucun doute à une présence dans les 30 premiers.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Pareil, j'aurais mis Ahmed Hassan et El Hadary bien plus haut.
Parmi les Egyptiens qui restent, j'en vois au moins trois incontournables : Aboutrika (top 10/15), Mahmoud Al-Khatib (top 20) et Hossam Hassan.
Ce commentaire a été modifié.
Chikhaoui,

Je m'en "plaignais" un peu l'autre jour, les gardiens sont vraiment mésestimés.

Sinon, il devient quoi Yacine chikhaoui? Un joueur assez élégant en qui j'avais beaucoup d'espoir et qui finalement a déçu pas mal de monde..
Trop de blessures malheureusement. C'est vraiment dommage car intrinsèquement c'est peut-être le meilleur joueur tunisien de l'histoire.
Le meilleur tunisien de l'histoire aurait pu être Ben Arfa (bon j'arrête le troll ;))

Côté tunisien, je suis déçu de la tournure que prend la carrière de Msakni, car lui aussi a (avait ?) un sacré potentiel ... Autant Chikhaoui, ce sont ses graves blessures qui ont fait que sa carrière est ce qu'elle est, autant Msakni paie peut être son choix d'aller jouer au Qatar. Et visiblement, son comportement n'était pas exempt de tout reproche, ce qui lui a valu quelques non-sélections, si je ne dis pas de bêtises.
Effectivement Msakni a un potentiel de dingue mais qu'il a plombé à cause d'une mentalité exécrable (mentalité qu'il partage avec beaucoup de joueurs tunisiens de sa génération malheureusement).
Dans les grands joueurs, il y a quand même eu Tarak Dhiab de l'Espérance de Tunis, ballon d'or 1977, qui a joué le mondial 78. En battant le Mexique (3-1), la Tunisie est devenu la première nation africaine à remporter un match de phase finale de coupe du monde. Demi-finaliste de la CAN 78, l'équipe quittera le terrain pour protestation dans le match de la 3e place après l'égalisation du Nigéria et perdront le match 2-0 par abandon.

La génération de la CAN 2004 victorieuse était très belle avec Hatem Trabelsi, Ali Boumnijel, Riadh Bouazizi, Khaled Badra, Radhi Jaïdi (mon préféré), Adel Chedli les "brésiliens" Clayton et Santos. Adel Sellimi dans les années 90, c'était pas mal non plus je trouve.
Et Jaouar Mnari, c'est du poulet ? ;-)

On peut citer aussi Hassan Gabsi qui aurait pu avoir une toute autre carrière, avant que sa grave blessure (en 97 je crois) ne bloque sa progression.

Et surtout, surtout, le regretté Hédi "Balha" Berrekhissa ...
Hédi Berrekhissa, mort sur un terrain de foot, c'est terrible ...
L'Espérance de Tunis était balèze à cette époque. En pointe ils avaient l'attaquant zambien Kenneth Malitoli.

Zoubaier Baya de l'Étoile du Sahel des années 90 (et de la génération tunisienne finaliste de la CAN 96) était pas mal aussi.
Et Skander Souayah, dont mes amis tunisiens me disaient qu'il aurait pu aller encore plus haut, s'il n'avait pas cet attrait pour la bonne bouffe ....

effectivement l'Espérance de Slim Chiboub était bien meilleure que celle actuelle, même si elle se redresse depuis quelques temps.

Et ne pas oublier le gardien du temple ... Choukri El Ouaer. On se faisait la réflexion, lors de la WC 98, que Si El Ouaer avait été marocain, le Maroc aurait passé ce premier tour ....
@Zizou cette improbable CAN tunisienne 2004, Lemerre l'a mise à l'envers à tout un continent (l'Euro 2000 pour moi n'est que la conséquence logique de la CDM 1998) et prouvé qu'il n'était pas qu'un bouche trou! Cela dit génération exceptionnelle (j'étais trop jeune pour analyser quoique ce soit mais rétrospectivement, vu que comparé aux gros individuellement ils étaient quand même inférieurs, qu'ils se sont imposés en se basant sur le collectif non?) effectivement mais à part eux qui y croyait? Cela dit croire en soi c'est le plus important pour y arriver mais merde la Tunisie quoi en tapant le Nigéria Jay Jay, Babayaro, Kanu en demies et le Sénégal génération CDM 2002 (et finaliste de la CAN 2002) en quarts, RESPECT Roger! Comment ca c'était à la maison?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
@ ZizouGabor, tu fais bien de citer Tarek Dhiab, on en parlait justement hier avec Ravière. Perso, j'en fais même le plus grand joueur tunisien de l'histoire, en tout cas le plus classe (mais je suis pas Tunisien, possible que certains glorieux anciens me soient inconnus) !
Le maestro de la Tunisie 78, qui formait un magnifique trio avec deux autres artistes de cette grande génération : Hammadi Agrebi "le magicien" et l'attaquant Temime Lahzami, passé notamment par l'OM.
Le major galopant Niveau : District
@Alain Proviste
il y eut taher chaïbi qu'on qualifiait également de joueur extraordinaire. Hélas il y a peu voire pas du tout de vidéo de "taher boy" en action.En effet ne se trouve sur le web que celles comportants des témoignages sur lui, et vu ces derniers très élogieux , ça en dit long sur la qualité du joueur qu'il fut
14 réponses à ce commentaire.
Ce qui me gêne un peu avec ce top, c'est que pour la plupart des joueurs, vous ne relatez que leurs parcours Européen. je prends en exemple le paragraphe sur Diarra (j'ai pas encore lu la suite), même s'il n'a pas remporté grand chose avec le Mali, il a quelques fait d'armes notoires à son actif.
En effet, il avait fini 3eme de la coupe du monde U20 en 99 où ils étaient sortis premier de leur groupe composé du Portugal,de l’Uruguay et la Corée du Sud. Ils ont aussi sorti le pays hôtel, Nigeria avant de céder face à l’Espagne en demi-finale (avec un but de Djila à la clé), compétition qui avait vu Seydou Keita nommé meilleur joueur devant...Xavi, Casillas, Ronaldinho, Gerrard, Cambiasso, Marquez, Duff etc..

Avec l'équipe A, il a aussi atteint deux fois de suite les demi finale de la CAN en 2002 et en 2004 en jouant à chaque fois un rôle clé.

Maintenant je peux aller lire la suite.
@Elji

Je t'ai répondu sur Belhadj.

Sinon, je trouve effectivement que ces articles sont encore une fois écrits avec les yeux d'européens. Mais, au fond, c'est normal.
Considérons-les encore une fois comme une occasion pour échanger dans les commentaires !
Algiers,

Je viens à peine de te répondre à mon tour.

Sinon je te rejoins, je vais pas faire la fine bouche non plus. Déjà je pensais pas qu'ils allaient faire ce top du fait qu'ils parlent déjà pas assez du foot africain si ce n'est pour montrer des vidéos gags ou autres conneries du genre.
La meilleure partie de ces articles (sans faire offense aux journalistes) réside dans les commentaires où on en apprend encore davantage.
Tu as totalement raison sur le fait de citer le palmarès continental mais si il faut commencer à descendre aux compet u20 pour le trouver, c'est peut etre que le mec n'est pas à la bonne place. Quand je vois un Ateba dans la dizaine hier, c’est du manque de respect...ou la preuve que ce top est fait du point de vue européen...et par un Zambien apparemment !
Tu dois confondre Atéba avec Abéga ;)
Tant qu'il ne le confond pas avec Lou Bega
Merci Tafisco, je commençais déjà à avoir quelques doutes. Abega, en voici quelqu'un qui est classé très très bas quand on considère que le nommé Milla disait de lui qu'il était, je cite: "le meilleur joueur de (sa) génération". ça te situe un peu le bonhomme!
je pense qu'on peux dire qu'il est le troisième grand joueur camerounais derrière Eto'o et Milla, enfin sans compter Bell et Nkono.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Oui ce bon vieux Docteur Abega était bien trop bas, tout comme Hadji et Naybet ou encore Ahmed Hassan aujourd'hui...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
@ Tafisco, tout à fait, Abega est pour moi sur le podium des joueurs de champ camerounais, juste derrière Eto'o et Milla (et dans le top 5 Cameroun en général avec N'Kono en plus et un 5e joueur à définir).
C'est vraiment pas facile, Lauren, Geremi, Mboma, Omam Boyik, Kunde ou ce bon vieux Rigobert, ça se joue entre un de ceux la. Ils devraient tous être dans ce top 100 d'ailleurs selon moi
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Pour prêcher pour ma paroisse, je suis d'ailleurs assez fier de voir deux anciens Lavallois figurer dans le top 10 des joueurs camerounais : François Oman-Biyik et Emmanuel Kundé.
12 réponses à ce commentaire.
N'importe quoi !
Jacques Songo'o est le gardien titulaire du Cameroun au mondial 98. C'est qui qui se prend un coup franc direct contre le Chili ? Réponse: https://www.youtube.com/watch?v=pT9TV__fOuI
Mathias Edwards Niveau : District
C'est corrigé, mea culpa !
Bonne lecture, on se régale à lire vos commentaires.
Eh ben dis donc, sofoot.com est de plus en plus professionnel, n'est-ce pas ?
2 réponses à ce commentaire.
luigidibiagio Niveau : CFA2
Encore 17 sélections et Buffon détrônera Hassan !
Je trouve le classement d'Ahmed Hassan pas du tout normal, si on parle de joueur qui ont marqués le continent africain il mérite au moins le Top 20, le mec a tout gagné plusieurs fois en étant le capitaine/meilleur joueur de son équipe !

Mahamoudou Diarra était un super joueur mais il n'a pas marqué le foot africain à ce point.

J'attend de voir le classement de Worku et Vassalo (si tant est qu'ils en aient un), deux des meilleurs attaquants du continent à leur époque et surtout des légendes de leur pays qui on donnés la CAN à l'Ethiopie en 62.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Ah oui j'ai zappé les Ethiopiens que je connais très mal.
Dans la mesure où So Foot a cité un joueur du Soudan 70 (Nasr El Deen Abbas), j'espère qu'il y aura aussi un représentant de l'Ethiopie 62... mais j'en doute un peu malheureusement.
1 réponse à ce commentaire.
Une très belle dizaine.

Content de voir apparaître les premiers membres des super eagles et leur génération en or des 90s. l'équipe africaine qui m'a fait le plus rêver, ce match contre l'Espagne (un très bon match dans mes souvenirs) et ces 2 buts en 5 minutes pour renverser la vapeur, match qui résume cette équipe, talentueuse, insouciante, imprévisible, très complète mais aussi irrégulière.
Belle fournée. Je dirais même belle Kuffournée.

Je vais bien entendu commencer par Diarra, qui est le joueur que je connais le mieux de la liste, et vous savez pourquoi.
Ce que j'aimais chez Diarra, c'est qu'il avait un geste de prédilection : la transversale. Je ne comptais plus ses changements de jeu distribués au millimètre, dans les pieds de coéquipiers se trouvant à l'autre bout du terrain. Toujours le même geste, sur un pas, avec une facilité déconcertante.
En plus de cette technique d'orfèvre, le brave garçon était aussi un leader incontestable, du genre à prendre les choses en main lorsque les situations devenaient difficiles, comme lors de son égalisation rageuse à San Siro en 2006.
Je suis lyonnais, mais je n'ai jamais beaucoup aimé Essien. J'ai par contre eu une affection tendre et infinie pour Diarra, et je pourrais en parler des heures. Contrairement à beaucoup de mes amis supporteurs, Essien ne ferait jamais partie d'une de mes sélections de meilleurs milieux lyonnais des vingt dernières années, Diarra si.

Je n'ai pas connu le joueur Keshi. J'étais bien trop jeune.
Le sélectionneur, par contre, me plaisait beaucoup car il savait créer une cohérence absente de beaucoup de sélections africaines ces dernières années.
Son Nigeria manquait un peu de talent, j'avais dit à quel point je n'aimais pas Mikel par exemple, mais son équipe était vraiment cohérente sur toute la ligne (j'adore Musa par contre, mais ne digressons pas).
Paix à son âme, ce serait vraiment bien que les sélections africaines se mettent enfin à refaire confiance à leurs techniciens locaux ou, à minima, aux rares sélectionneurs qui connaissent vraiment parfaitement le continent.

Samuel ! Quelle puissance chez Kuffour ! Il n'a pas eu la chance d'apparaître au bon moment, il faisait partie de ce Ghana qui glanait les succès en jeune mais se heurtait à un plafond de verre en senior. Ce fait a bien changé depuis, mais Kuffour est parti entre temps.
J'ai toujours bien aimé le Bayern, mais il faut dire qu'il y avait de sacrées têtes de lard au FC Hollywood. Kuffour, lui, au contraire, en plus d'une vélocité impressionnante donnait également une impression de bonhommie qui venait comme une bouffée d'air frais au milieu de ces visages trop sérieux et aigris.

Comme je l'ai dit plusieurs fois, j'ai découvert le football en 1998. Un samedi, alors que je pensais regarder un énième épisode de Mac Gyver, je tombais sur un match entre les espagnols et les nigérians. J'ai directement été séduit par ces supers aigles, au détriment du technicien américain.
Quelle folie, quelle poésie !
Quand on est petit, on est facilement impressionnable. Et je n'eu pas besoin de beaucoup de discussions pour tomber amoureux de Sunday Oliseh.
Quelle frappe divine ! Elle me heurta aussi fort que le ballon le poteau. Je pense que je vivais là mon premier but de longue distance, et je me souviens encore que ce match fût joué un samedi en début d'après-midi, c'est dire (à vérifier tout de même !).
Ces super aigles me marquèrent alors fortement et je tombais amoureux, si bien que je suis encore aujourd'hui très exigeant avec l'équipe du Nigéria. C'est toujours insuffisant, ce n'est jamais assez beau.

Hassan m'a toujours marqué avec son port altier. Il avait vraiment la dégaine du général et si je tiens El Hadari, Zaki et Aboutika en haute estime, je considère qu'Hassan était le vrai métronome de son équipe, le vrai chef sur le terrain. Tout se jouait à sa main et il était largement au dessus de toutes les CAN jouées par son équipe. Il distribuait avec un temps d'avance énorme sur les adversaires et était en quelque sorte protégé par ses coéquipiers qui l'entouraient et qui étaient tous plutôt physiques. Je le considère comme un vrai beau joueur de football.

Concernant Songo'o et Ikpeba, même combat à mes yeux : j'étais bien trop jeune pour les apprécier à leur juste valeur. Trop jeune et pas assez marqués par des exploits de leur part.

Je ne connaissais ni Mulamba, ni Chabal ni Chérif Souleymane.
Cela dit, l'histoire horrible de Mulamba montre encore une fois la folie incommensurable de Mobutu, sûrement un des êtres les plus abjects du siècle dernier, de ce que j'en sais.
Ndaye Mulamba et toute la génération de la fin des 60' et début des 70' ont fait rêver tous les Congolais. Beaucoup de nostalgique du maréchal se servent de l'épopée de ces Léopards pour regretter ce "bon vieux temps".. Alors que ce pauvre Mulamba est l'exemple vivant de ce que Mobutu avait comme respect pour eux.

La plupart ont été contraints à l'exil, la plupart voyaient leurs primes de victoires confisquées et encore aujourd'hui aucun d'eux ne bénéficie d'une quelconque aide de l'Etat alors qu'ils ont participé au rayonnement du pays.

D'ailleurs, certains ont fini seuls, ruinés et abandonnés à l'image de la légende Yekini à cause de l'instabilité et de l'amnésie d'un régime ingrat et sanguinaire.
Ce commentaire a été modifié.
Je ne connais pas cette histoire et elle est vraiment horrible.

Il ne savait même pas applaudir ceux qui nourrissaient sa nation et qui lui donnaient un peu de valeur.

C'est détestable.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 1
Merci Algiers d'avoir rappelé ce superbe joueur qu'était Diarra.

A son top de forme, et lorsque son corps daignait le laisser tranquille, le type était parfaitement injouable. Puissant à la récupération, un jeu long absolument époustouflant (certaines de ses transversales m'ont procuré une émotion rare - il arrivait à trouver des trajectoires que lui seul pouvait soupçonner). Sur ses deux premières saison au Réal, Zidane n'y était plus, Guti récitait à chaque match le final du Lac des Cygnes, le véritable patron, c'était lui.

A son top, c'était vraiment un très beau joueur.
"Guti récitait à chaque match le final du Lac des Cygnes, le véritable patron, c'était lui."

Que tu es beau à lire Alegria! En plus je plussois parfaitement à ce com', il régnait en maître au milieu du Real. Mais quand on a un corps à mousse (j'exagère à peine!) c'est complètement frustant de pas pouvoir répéter ses gammes dans la continuité.
@O Alegria

De rien, je goûte largement plus Diarra qu'Essien qui était un excellent joueur également.

Les blessures d'Essien ne lui ont pas permis d'emmener les ghanéens comme Diarra a géré les maliens.

La sélection malienne était plutôt moyenne, mais avait trois joueurs de grande qualité avec Diarra, Kanouté et le grand Keita.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Algiers, je voulais te plussoyer, mais c'est n'importe quoi, je n'ai droit qu'à un point par jour.
Fred,

You owe me, je l'ai fait à ta place ;)
Salut Elji,,

Comme promis, voici mon contact

garyajargary@gmail.com

C'est une adresse que j'utilise comme adresse "poubelle", je te donnerai la vraie quand on sera en contact.
Tu imagines bien que je ne veux pas donner mes réelles coordonnées ici.

Vous pouvez me spamer si ça vous amuse, les autres hahaha.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Gary/Ajar, dis donc tu serais pas du genre à avoir un double-compte toi ? Et une femme magnifique en prime ? ;)
@O Alegria

Je n'ai pas de double compte, haha, et je suis un pauvre célibataire.

Mais alors que je cherchais une adresse de messagerie de substitution, la figure d'Ajar s'est imposée naturellement.
Algiers,

Je viens de voir ton commentaire, je te contacterai ce soir, promis ;)
12 réponses à ce commentaire.
"Super Victor devient Joueur africain de l’année, avant d’aller deux ans plus tard promener ses accélérations fulgurantes près de la Ruhr, du côté de Dortmund. Pas une grande réussite."

Si ce ne fut pas une grande réussite, c'est parce qu'au même moment sa femme avait un cancer du sein. Elle en mourra et laissera Victor seul avec 3 enfants, Ikpeba perdant peu à peu le goût de jouer au foot.
Mobutu sese seko, l'ami de nos chers présidents ....
Bald&bearded Niveau : CFA2
J'aurais vu Ikpeba plus haut dans le classement. Mais c'est sans doute une vision de nostalgique des 90's et de PES qui me fait penser ca.
GLOBULES ROUGES ET BLANCS Niveau : CFA2
Guy Lacombe insiste pour faire venir Mahamadou Diarra,

C'est pas Bernard Lacombe plutôt ?

Sinon Ikpeba en tant que supporter monégasque m'a clairement fait rêver dans ma tendre jeunesse
Oui, c'est Bernard.

J'ai également tiqué, mais j'ai oublié au moment d'écrire mon (trop long) pavé !
1 réponse à ce commentaire.
Espagne - Nigeria... De mémoire le premier match que j'ai vu dans ma vie. C'était quand même sympa pour démarrer. Un beau samedi après-midi de juin où je verrai dans la foulée Mexique - Corée du Sud de toute beauté, plein de belles couleurs. Et le premier match de l'EDF que je vis fut le France-Danemark sans enjeu (il y aait école le lendemain pour les deux précédants)
Haha mon ami !

Nous avons donc les mêmes souvenirs, après ce fameux Egypte-Côte d'Ivoire de 2006 !

Merci de me confirmer que c'était donc bien un samedi après-midi.... mes souvenirs sont bons. Ce n'était pas mon premier match, mon premier souvenir étant la demi finale de Coupe de France entre Lyon et Lens, quelques semaines plus tôt.
Je me souviens également vaguement du PSG-Barça de 1997 et du 5-0 contre Bucarest.

Je me souviens de ce match entre la Corée et le Mexique, à Gerland, qui avait débuté sous une petite pluie, je crois.
La Corée avait rapidement ouvert le score et le buteur Ha avait été expulsé pour un tacle non maîtrisé quelques secondes après son ouverture du score sur coup franc.

Hernandez était ensuite sorti de sa boîte pour ne faire qu'une bouchée des futurs demi finalistes de la compétition, quatre ans plus tard.
1 réponse à ce commentaire.
Je ne sais pas s'il apparaita prochainement dans le classement mais selon moi, le joueur Africain le plus sous côté est très crtainement Anthony Yeboah.
Sa carrière est juste incroyable. Le mec empilait les buts ( du droit, du gauche, de la tête ) à Francfort et avait même été meilleur buteur deux fois d'affilé en Bundesliga (93 puis 94 ). Tout ça pour être transféré à Leeds United puis Hambourg. Clubs où il marqua régulièrement. Je ne me souviens même pas d'un appel du pied du Bayern ou d'un autre gros club.
La folie avec Yeboah, c'est qu'il avait une propension unique à marquer des buts de malade.
C'est dommage que le Ghana des années 90 n'a pas exprimé tout son potentiel à cause des querelles entre Abedi Pelé et Anthony Yeboah, qui ont divisé l'équipe en 2 clans.
2 réponses à ce commentaire.
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais hier en voyant certains joueurs au palmarès continental plus important que le sien devant un Geremi (qui au passage devrait etre devant certains joueurs de la dizaine d'aujourd'hui en prenant ce critère mais ce n'est pas le sujet on a dit), je me satisfaisais que le top prenne avant tout en compte le palmarès africain pour determinerr ceux qui ont marqué le foot africain, ca faisait sens. Et aujourd'hui je tombe des nues en voyant un Diarra (qui fut un joueur énorme, ne vous méprenez pas) et un Ahmed Hassan (symbole de l'Egypte que tout bon suiveur des CAN des années 2000 non égyptien a pris un malin plaisir à detester, perso j'étais pour qu'ils soient éliminés le plus tot possible et en finale j'étais d'office pour l'équipe d'en face même si elle avait éliminée mon équipe préférée) dans cette dizaine!
Je ne souhaite pas que les auteurs nous expliquent sur quels critères est établi ce classement qui est de évidemment subjectif mais c'est perturbant! Sur ce je retourne en PLS!
Je suis complétement d'accord, je trouve que le Top sud américain respectait un peu plus l'idée. Après je me dit que c'est parce que les journalistes Sofoot connaissent mieux les clubs et le foot local sud américain qu'africain (ce qui n'est pas aberrant) mais dans ce cas la il fallait faire le Top des joueurs africains ayant marqué le foot.

Sur l'Egypte je comprend le sentiment, mais mon meilleur pote à l'époque était égyptien et j'allais mater la CAN chez lui du coup j'avais pas le choix j'était supporter des pharaons à fond.
1 réponse à ce commentaire.
avec kuffour je positive !
ce mec me filait la banane (ne dégainez pas la LICRA trop vite), alors qu'il jouait au bayern (rien contre le bayern, mais c'était pas ce que j'appelerions des boutes en train).
je me souviens de ses larmes en 99, j'étais content pour ce superbe MU mais le voir s'effondrer était déchirant.
Ce commentaire a été modifié.
sunday oliseh, le blaze, le jeu, et ce but... un de ceux qui me restera gravé en mémoire, tout comme cette équipe du nigéria 94 (haaaaaaa, yekini...). tout simplement parce que la possibilité d'une équipe africaine sacrée championne du monde devenait réalité grâce à cette bande de zouaves.
et çà, ça n'a pas de prix, même si ça ne s'est pas (encore) réalisé.
C'est la première fois où l'éventualité d'une Coupe d'une Monde pouvant être gagnée par une équipe africain a été énoncée.
1er match : 3-0 face à la Bulgarie, dont ce but plein de rage pour le taureau de Setubal
1 réponse à ce commentaire.
C'est clair que Geremi est trop bas dans ce classement, après faut voir la suite. Je me demande bien qui, selon les critères so foot, sera le plus haut entre Eto'o, Milla et Weah.
Me suis posé la même question avec ces 3 joueurs tiens. A moins qu'ils nous sortent un vieux joueur que je connais pas, en principe, le trio de tête est là oui !
A priori oui, entre le seul ballon d'or africain, la légende Milla et Eto'o qui a tout gagné et plusieurs fois (hormis la coupe du monde et la danone cup). Un Yaya ou un Drogba peut venir s'intercaler mais bon il seront tous la haut toutes façons.
A titre tout à fait personnel et subjectif, je placerai Weah dans numéro 1!
La 5e place semble promise à Yaya, à moins que j'ai oublié quelqu'un.

Mais sinon, je crois qu'ils mettront dans l'ordre Milla, Weah, Eto'o, Drogba et Yaya. Moi j'aurais mis Drogba avant Eto'o, pour sa générosité de coeur que je trouve supérieure, et son agréable humilité. La marque des vrais champions.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Le podium semble effectivement promis au trio Milla-Weah-Eto'o, après dans quel ordre ?
Quant aux deux autres places du top 5, je vois plusieurs concurrents possibles : les Ivoiriens effectivement (Droba, Yaya Touré, Pokou) mais aussi les Algériens de 82 (Belloumi et Madjer, voire Dahleb ou Assad) ainsi que Salif Keita et Abedi Pelé...
Ce commentaire a été modifié.
A priori je vois comme étant les mieux classés : Eto'o-Weah-Milla-Drogba-Madjer-Keita-Yaya Touré. Ceux sont eux qui ont la plus grande renommée.
6 réponses à ce commentaire.
Hier à 20:54 L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 1 Hier à 19:06 Kembo Ekoko à Bursaspor 2 Hier à 18:17 La bastos de Marcos Alonso 3 Hier à 16:53 Il foire sa panenka à la 96e minute 21 Hier à 13:45 La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 12:40 Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 54 Hier à 11:46 Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 6 Hier à 11:19 Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 Hier à 10:18 La demi-volée de Gignac 10 Hier à 09:01 Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12
samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29