1. // Amical
  2. // France/Brésil

Ils ont joué un France-Brésil

Pas besoin de s'appeler Zidane ou Ronaldo pour disputer un France-Brésil. D'autres joueurs, aux qualités plus discutées, ont déjà participé à cette opposition de prestige.

Modififié
0 16
- 20 mai 2004 / Match du centenaire (0-0) : Bernard Mendy


Le jour de gloire de Bernard Mendy. Le latéral droit dépose Roberto Carlos sur une accélération lors du match du centenaire de la Fifa. Feinte, pousse-ballon, centre en retrait : tout y passe. Mendy retrouve ensuite son vrai niveau à Paris puis à Hull City. Il évolue actuellement sous les couleurs de Larissa. On appelle ça une erreur de casting.

- 20 mai 2004 / Match du centenaire (0-0) : Olivier Kapo


69ème minute : Olivier Kapo remplace Zinédine Zidane lors de France-Brésil. Non, vous n'êtes pas dans un rêve mais dans la dure réalité du monde du foot. Kapo a profité de deux bonnes saisons à Auxerre pour être appelé en Bleu. Il n'obtiendra que neuf sélections avant de retomber dans ses travers. Levante, Birmingham, Wigan, Boulogne, Celtic et aujourd'hui Al-Ahli Dubaï. La boucle est bouclée.

- 7 juin 2001 / Demi-finale de la Coupe des Confédérations (2-1) : Ulrich Ramé


France-Brésil, demi-finale de la Coupe des Confédérations 2001. La France remporte la compétition avec Frédéric Née et Nicolas Gillet dans le groupe. Ulrich Ramé participe à cette épopée en étant le gardien titulaire des Bleus. A son tableau de chasse, un Brésil bis avec Rochemback et Vampeta. Mais un Brésil quand même.

- 12 juillet 1998 / Finale de la Coupe du Monde (3-0) : Stéphane Guivarch'


On peut être vendeur de piscines et avoir été champion du monde de football. Stéphane Guivarch' appartient à cette petite frange de personnes. Raillé pour son Mondial pourri, l'ancien attaquant breton était pourtant titulaire lors de cette finale historique. A défaut de planter un cageot, il aura marqué de sa maladresse cette démonstration française. Dans l'histoire. A jamais.

- 3 juin 1997 / Tournoi de France (1-1) : Marc Keller


Six sélections, un but contre le Brésil. Les stats de Marc Keller en équipe de France ne sont pas folichonnes. Mais l'actuel directeur général de Monaco a vu de ses propres yeux le coup-franc magistral de Roberto Carlos. Un exter du pied qui a fait le tour du monde. Lui a égalisé sur un but de renard. Une frappe qui est passée en boucle à Téléfoot. Chacun son truc.

- 3 juin 1997 / Tournoi de France (1-1) : Florian Maurice


L'ex-futur Jean-Pierre Papin aura joué un France-Brésil. Il devait se servir de ce match pour engranger de l'expérience avant de participer à la Coupe du Monde 1998. Aimé Jacquet en a décidé autrement en changeant son fusil d'épaule au dernier moment. Maurice ne le supportera pas et enchaînera les blessures. Il terminera sa carrière en Ligue 2. Dur.

- 26 août 1992 / Match amical (0-2) : Christophe Cocard


Le "bouffeur de craie" fait partie de la première sélection de Gérard Houllier. Mais l'ailier de l'AJA n'y restera pas longtemps. L'équipe de France ne joue pas à la manière de Guy Roux et Cocard a du mal à s'exprimer en Bleu. Il a quand même pu récupérer le maillot de Bebeto. C'est déjà ça.

- 26 août 1992 / Match amical (0-2) : Pascal Vahirua


L'autre ailier de l'AJA a eu plus de chance avec les Bleus. Le Polynésien participe à l'Euro 1992 et enchaîne quelques matches sous l'ère Houllier. Pascal Vahiura compte vingt-deux sélections avec l'équipe de France pour un seul cageot. Son cousin Marama pagaie toujours en Ligue 1 mais ne portera certainement jamais le maillot frappé du coq. N'est pas Pascal Vahirua qui veut.

- 23 juin 1986 / Quart de finale de Coupe du Monde 1986 (1-1 ap, 4-3 tab) : Thierry Tusseau


La doublure de Manuel Amoros était titulaire lors du fameux France-Brésil de 1986 à Guadalajara. Discret, polyvalent, Thierry Tusseau apparaissait comme un footballeur utile. Personne ne se souvient de lui mais il faisait bien partie du contingent bleu au Mexique. Titulaire en quart face au Brésil, Tusseau ne jouera pas la demie contre la RFA. On ne peut pas tout avoir.

30 juin 1977 / Match amical (2-2) : Jacques Zimako


L'aîné de Christian Karembeu a connu treize sélections avec les Bleus, dont un France-Brésil amical en 1977. Michel Hidalgo, le sélectionneur de l'époque, l'a essayé en tant qu'attaquant. Mais c'est au poste d'ailier gauche que le Kanak brillait avec Bastia ou encore Saint-Étienne. Jacques Zimako possédait une particularité : il marquait sur corner direct. Il ne l'a jamais fait en EDF. Dommage, il a manqué une belle carrière internationale.

Romain Poujaud

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cruel mais intéressant. Si l'on devait se tenter à pareil exercice pour le match d'aujourd'hui, quel(s) joueur(s) désignerions-nous ? Matuidi ? Kochelny (comme dirait Blanc), Menez, Rémy ?
Après ce message vous comprendrez que je suis breton mais ce n'est pas la principale motivation de mon plaidoyer en faveur de Stéphane Guivarc'h qui, quoiqu'on en dise, a bien fait souffrir le défense centrale brésilienne ce 12 juillet 1998. Et si au lieu d'obtenir des corners, c'est lui qui plante un doublé ce jour là, Zidane ne serait peut-être pas devenu celui qu'il est et un breton aurait eu le Ballon d'Or !? et le Qatar n'avait pas la coupe du monde quelques années plus tard... Putain !

Bref, Zidane doit tout à Guivarc'h... ou presque !
Saison 97/98, guivarch, c'est 45 buts...
Disons que Guivarch et Ramé c'est clairement pas Mendy ou Kapo et à ce titre c'est un peu sévère pour eux d'être en aussi "bonne compagnie".
On aurait pu rajouter Eric Carrière et Ibou Ba.
merci so foot

toujours 1 régal de lire vos articles qui sont très drole, malgré la cruauté de ce que vous laissez pour certain ... mais c'est la réalité
Pour Denis Brognard : C'est d'autant plus ballot de claquer 45 buts dans une saison pour vendanger en coupe du monde !
Mais bon c'était pas un peintre non plus c'est sûr.
Comme je l'ai écris dans un autre commentaire, l'équipe de France valorise plutôt les milieux offensifs et gagne des titres quand ceux-là sont performants.
Pour moi on a une chance sur ce match. Comme je l'ai lu quelque part, il suffit de leur coller Zahia dans l'hôtel, Patrice Evra dans le bus et Anelka dans le vestiaire. Et là c'est eux qu'ont aucune chance de gagner...
Très bon, So6, très bon :)
Excellent ! Même si je ne partage pas ton avis pour Guivarc'h et Ramé qui étaient tout de même de vrais bons joueurs. Guivarc'h est moqué par les gens qui ont découvert le foot en 98, mais restait sur quelques saisons fantastiques ! Etre meilleur buteur du championnat de France sous les couleurs de Rennes puis Auxerre... J'sais pas si vous vous rendez compte du niveau ! Sans compter ses coupes et championnat avec auxerre, sa superbe campagne européenne en 98. Systématiquement lorsque j'entends parler de Guivarc'h je me dis que peu de gens comprenaient le foot avant 98.
Idem, je rajouterai Maurice dans le lot car avant ses blessures, c'était un très bon attaquant, ainsi que cocard et vahirua, on aurait pu mettre prunier aussi qui a joué ce fameux france brésil je crosi bien sa seule sélection.
Guivarc'h je crois 22 et 21 buts en l1 entre rennes et auxerre les deux saisons qui précédent le mondial, mais bon déjà son nom est mal orthographié alors qu'espérer de mieux, ceci dit l'idée de cet article est bonne.
Guivarch était loin d'etre une tanche. Lors de France Italie 98, il mena un combat titanesque à Cannavaro pesant sur la défense italienne grace à son impact physique et à son abnégation. Un travail de l'ombre, qui dans une époque bling bling, ne saurait etre apprécié à sa juste valeur. Tiens, ça me rappelle un joueur qui m'a marqué à l'Euro 92, le Danois Flemming Povlsen, un putain de bison!
P... Povlsen....
J'avais oublié ce joueur. Ce buffle. Il avait fait une super saison au Borussia, juste avant l'euro 92, en doublette avec Chapuisat qui avait explosé cette année là.
Si y a bien une chose que je reprocherai aux journaliste de So foot c'est ceci : vos liens de cause à effet. Exemple : "Aimé Jacquet en a décidé autrement en changeant son fusil d'épaule au dernier moment. Maurice ne le supportera pas et enchaînera les blessures. Il terminera sa carrière en Ligue 2. Dur."
Vous avez des conclusions parfois très hâtive, voir fantaisiste.
Mendy joue à Odense où il a signé hier et n'a jamais joué à Larissa (contrairement à Pancrate qui vient d'y signer).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Wenger est-il périmé ?
0 16