Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Manchester/Barcelone

Ils ont battu le Barça et Manchester

Toutes compétitions confondues, les deux ogres ont perdu six matchs chacun cette saison. C'est peu. Cela prouve cependant qu'ils ne sont pas infaillibles et qu'il est possible de les faire chuter.



Le 5 février, Wolverhampton bat Manchester United en championnat (2-1)

La Premier League, ce n'est pas la Ligue 1. Les petits respectent les gros. Aussi, quand Nani ouvre le score sur le terrain de Wolverhampton, on voit mal comment le match peut échapper aux Mancuniens. Mais avec leur seule réelle qualité, l'abnégation, les loups, qui sont alors lanternes rouges du championnat, vont réussir à rentrer au vestiaire avec l'avantage au tableau d'affichage. Les Red Devils ne se font pas violence pour autant. Eux qui sont revenus de nulle part sur le terrain de Blackpool sont persuadés qu'une fois de plus, le « Fergie Time » va opérer et qu'ils vont prendre l'avantage dans les dernières minutes. Preuve en est que ce n'est pas toujours le cas.


Le 16 février, Arsenal bat Barcelone en 1/8 de finale aller de la Ligue des Champions (2-1)

Surclassé comme il faut un an auparavant dans la même compétition par Barcelone, Arsenal l'est encore lors de la première mi-temps. Messi et Villa se procurent occase sur occase, Djourou et Koscielny se contentant de subir sans commettre l'irréparable. Au retour des vestiaires, Villa n'a concrétisé qu'une fois et Wenger se dit que c'est peut-être sa chance. Après l'heure de jeu, le Français sort Song et Walcott pour jouer avec deux attaquants (Bendtner et Van Persie) et deux joueurs rapides sur les côtés (Archavine et Nasri). Bingo, Van Persie égalise d'abord d'une frappe dans un angle mort dont lui seul à le secret avant qu'Archavine ne donne l'avantage sur un super contre mené par Nasri. Deux buts coup sur coup, aucune fausse note.


Le 1er Mars, Chelsea bat Manchester United en championnat (2-1)

Encore une fois, c'est Manchester qui ouvre le score, par l'intermédiaire de Rooney. Mais Chelsea va réussir à inverser la tendance par la grâce d'un seul homme, recruté au mercato. Tout le monde attendait Torres mais c'est David Luiz qui s'octroie le titre de héros du jour. Impérial derrière, Tahiti Bob gratifie Stamford Bridge de ses montées rageuses. Les milieux défensifs de Manchester, qui voient habituellement les centraux adverses souffrir avec le jeu en rupture de Chicharito, ne savent pas comment charger le Brésilien, qui se régale à apporter le surnombre. Attention samedi : Piqué sait aussi marquer des buts.


Le 16 avril, Manchester City bat Manchester United en demi-finale de Cup (1-0)

Ferguson et ses ouailles pensent au triplé très fort. Peut-être trop. Face à un rival qu'ils ont l'habitude de dominer sans trop de difficulté, United s'est peut-être vu trop beau et City a décidé de s'appliquer : Yaya Touré s'est sorti les doigts 90 minutes durant et, surtout, Balotelli a été impressionnant seul en pointe. Dos au but, l'Italien a su récupérer les ballons chauds de sa défense pour les garder jusqu'à ce que son équipe reprenne son souffle. Ce n'est pas vraiment la marque de fabrique du Barça, mais ça marche face à United.


Le 20 avril, le Real Madrid bat Barcelone en finale de la Coupe du Roi (1-0)

Pour le match de championnat qui s'était déroulé quelques jours auparavant, les observateurs avaient retenu le positionnement de Pepe au milieu. Perfectionniste, Mourinho avait lui noté qu'il n'avait pas assez existé devant avec Benzema. Alors il a remis Ronaldo dans l'axe, lui demandant de courir derrière tous les ballons qui passent la ligne médiane. Pour les autres, des rafales de tacle, encore et encore. L'espace d'un match, The Special One réussit à faire de Di Maria sa chose. Le petit argentin est survolté, file des coups dans tous les sens et finit même par se faire expulser. Xabi Alonso, Arbeloa, Adebayor et bien évidemment Sergio Ramos verseront eux aussi dans l'engagement limite. L'espace d'un match, ça a payé.



Le 30 avril, la Real Sociedad bat Barcelone en championnat (2-1)

D'accord, à ce moment-là, la couronne de champion ne pouvait plus se dévisser de la tête des Catalans. Il n'empêche, cette défaite montre à quel point le banc barcelonais est court, composé uniquement de 19 éléments pro. Sur ce match, plus que les joueurs du centre alignés au coup d'envoi, c'est le manque de solution offerte à Guardiola pendant la partie pour inverser la tendance qui est frappant. Avec Barcelone, on aligne tous ses atouts au coup d'envoi. Parce qu'il n'y a pas grand-chose dans la manche.

Mais aussi...

- Barcelone a également perdu en finale aller de la Supercoupe d'Espagne contre Séville, en tout début de championnat contre Alicante au Camp Nou, et contre le Bétis en Coupe du Roi, alors que le club s'était imposé 5-0 à l'aller. Comme quoi...


-Manchester a envoyé son équipe B perdre à West Ham en Carling Cup et s'est également incliné en championnat chez Liverpool et Arsenal. Rien de bien inquiétant, personne d'autre ne voulait être champion en Angleterre, visiblement.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25