Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finales retour
  3. // Bayern Munich/Barcelone

Ils avaient fait 3-0 à l'aller...

Un score de 3-0 à l'aller, c'est à se demander s'il y a un intérêt à suivre le match retour. Les précédents en Ligue des champions n'incitent pas à l'optimisme.

Modififié

Saison 2013-2014 / Real Madrid-Dortmund / 3-0 à l'aller, 2-0 au retour


En quarts de finale, le Real Madrid d'Ancelotti ne fait pas de détails contre Dortmund. Un rapide but de Bale, puis une frappe vicelarde d'Isco, et la réalisation règlementaire de Cristiano Ronaldo en seconde période, ça fait 3-0. De quoi souffler pour le Mister, se dire que le cauchemar de la demie de la saison précédente est enterré pour les Merengues, et préserver Cristiano Ronaldo au retour. Sauf que Dortmund mène rapidement 2-0 dans son stade grâce à un doublé de Marco Reus. Qui marque le premier sur une remise foireuse de la tête de Pepe. Le Real et Ronaldo sur le banc trembleront jusqu'au bout.
Même scénario cette année ? Il faut reconnaître que Piqué a tout à fait le profil du central un peu trop dilettante dans un match comme ça. Et puis, pour son dernier match au Bayern, il avait déjà fait n'importe quoi en se rasant la tête le jour du match.

Saison 2012-2013 / Real MadridGalatasaray / 3-0 à l'aller, 3-2 au retour


C'est à croire donc que c'est une stratégie pour le Real Madrid en quarts de finale. Pour ce match-là, les présentations étaient toutes anglées de la même manière : les retrouvailles entre José Mourinho et son ancien buteur, Didier Drogba. Si l'Ivoirien joue tout le match, il n'est pas vraiment remis de son passage en Chine quelques mois plus tôt. Dans le direct d'après-match sur beIN Sports, Papin n'hésite d'ailleurs pas à lui dire qu'il l'a trouvé lourd. En même temps, Nounkeu en défense, c'est pas de sa faute. Au retour, Cristiano Ronaldo coupe toute envie de remuntada avec un but dans les premières minutes. Mais en seconde, les stars du Bosphore se lâchent : un but d'Eboué, un but de Sneijder et un but de Drogba. Cela valait bien le coup de faire péter le chéquier en janvier.
Même scénario cette année ? Un but de Messi dans les première minutes, c'est tout à fait possible. Mais si derrière, il y a des buts de Thiago Alcántara et Thomas Müller, ça pourrait réconcilier tout le monde en Bavière et ça serait déjà ça de pris.

Saison 2011-2012 / APOEL NicosieReal Madrid / 0-3 à l'aller, 5-2 au retour


Vainqueurs surprise de Lyon en huitièmes de finale, les Chypriotes se disent que la blague ne devrait plus passer contre le Real. Mais en football, tout est possible, non ? Non. Même s'il faut attendre le dernier quart d'heure, un doublé de Benzema et un but de Kaká. Au retour, Mourinho fait tourner, mais vu son effectif, ça donne un match sacrément ouvert, avec Hamit Altıntop et Nuri Şahin titulaires quand même ! Kaká, Cristiano Ronaldo pour un doublé, mais aussi des pions de Di María et Callejón. Une belle fête de football.
Même scénario cette année ? Si Luis Enrique a envie de faire tourner pour assurer en championnat, il pourrait quand même sortir un onze qui a de la gueule : Ter Stegen – Montoya, Bartra, Vermaelen, AdrianoSergi Roberto, Rafinha, XaviPedro, Messi et Suárez, parce qu'il a faim.

Saison 2004-2005 / Werder BrêmeLyon / 0-3 à l'aller, 7-2 au retour


C'est le fameux Lyon le plus fort sur la scène européenne. Celui avec un milieu puissant composé d'Essien, Mahamadou Diarra et Juninho. En huitièmes, tomber sur le Brême de Micoud, Ailton et Ismaël, ça ne leur fait absolument pas peur. Parce que l'OL s'était fait sortir 4-0 après avoir gagné 3-0 à l'aller en Coupe UEFA en 1999. Victoire 3-0 en Allemagne à l'aller, avec un Wiltord en grande forme. Pour le retour, les hommes de Le Guen ne feront pas de détails avec une victoire 7-2. Triplé de Wiltord, encore, doublé d'Essien, un pion pour Malouda, et même un penalty de Jérémy Berthod à la fin, pour le fun. TF1, qui diffuse le match, en a pour son argent, puisque les deux Français d'en face marquent les buts des visiteurs.

Même scénario cette année ? Si Barcelone veut dérouler, ça peut dérouler. Et un penalty de Dani Alves, ça peut être fun. Et si tous les Espagnols du Bayern doivent marquer, bah ça va finir sur un 9-4.

Saison 2000-2001 / Leeds–La Corogne / 3-0 à l'aller, 2-0 au retour


Le fameux Leeds de David O'Leary. Une sacrée légende : Gary Kelly, Ian Harte, Olivier Dacourt, Lucas Radebe, Jonathan Woodgate, Robbie Keane, Harry Kewell, Lee Bowyer, Alan Smith, Danny Mills, Rio Ferdinand... et Mark Viduka. En quarts de finale aller, ils font plier La Corogne sur trois coups de pied arrêtés. Mais au retour, ils concèdent rapidement un penalty. Et ce diable de Diego Tristán, qui avait déjà fait plier le PSG avec Walter Pandiani en phase de poules dans un match renversant, met le second à 20 minutes de la fin. Mais Leeds tient. La Corogne se vengera deux ans plus tard sur le Milan AC.
Même scénario cette année ? Un final avec 20 minutes sous haute tension, ça pourrait être fatal au Bayern, avec un Thomas Müller qui en viendrait directement aux mains avec Guardiola.


Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 10
Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE