1. // CAN 2012
  2. // Le groupe des absents

Ils auraient pu être là aussi

On dit que les absents ont toujours tort. Pas faux. D’ailleurs, dans cette CAN, les grands absents tiennent quasiment le haut du pavé. En effet, quatre des cinq derniers vainqueurs de la compétition regarderont tout ça à la télévision. Revue d’effectif.

Modififié
5 6
Egypte
C’est la surprise de cette Coupe d’Afrique des Nations. En 2006, l’Egypte accueille pour la quatrième fois la compétition sur le sol. Et la remporte pour la cinquième fois. Deux ans plus tard, rebelote au Ghana. Les Pharaons battent le Cameroun en finale. Jamais six sans sept. En 2010, c’est le Ghana qui chute en finale face aux désormais invincibles Egyptiens. Troisième trophée consécutif, et une suprématie totale sur le continent africain. Bizarrement, l’Egypte ne concrétise jamais cette domination au niveau mondial, puisqu’elle ne s’est plus qualifiée pour la Coupe du Monde depuis 1990. Dans un groupe de qualification où figuraient le Niger, la Sierra Leone et l’Afrique du Sud, l’Egypte faisait donc figure d’ultra-favori. A la stupeur générale, elle termine dernière de son groupe. L’équipe entraînée par Hassan Shehata semble en fin de cycle, et l’hégémonie est terminée. Le nouveau sélectionneur, l’Américain Bob Bradley, va devoir reconstruire une sélection qui a subi une terrible gifle, avec, en ligne de mire, la Coupe du Monde 2014. Dommage, quand même. On aurait bien aimé voir un Zidan à l’œuvre sur les pelouses du Gabon et de la Guinée Equatoriale.

Cameroun
Fils n’a pas réussi. Il n’a pas réussi à qualifier son Cameroun pour la phase finale de la CAN. Quadruple vainqueur du tournoi en 1984, 1988, 2000 et 2002, le Cameroun a trouvé sur sa route un Sénégal beaucoup trop affuté lors des phases de poule. Incapable de battre les Lions de la Téranga lors des deux confrontations, le Cameroun de Javier Clemente n’aurait pu espérer se qualifier que par le classement des meilleurs deuxièmes. Même pas. A ce petit classement, les Lions indomptables terminent septièmes, laissant la Libye et le Soudan décrocher leur ticket. Un véritable échec pour le Cameroun, qui n’était plus rester sur le carreau en Coupe d’Afrique depuis 1994. Pourtant, avec une équipe composée de joueurs évoluant pour la plupart dans des grands clubs, les Assou-Ekotto, Chedjou, Song, M’Bia et autres Eto’o, le Cameroun tient là une génération pas forcément détonante, mais qui aurait largement pu faire quelque chose. Surtout si l’on considère que la Libye, le Niger ou le Botswana sont qualifiés.

Afrique du Sud
Aux absences de l’Egypte, vainqueur de la CAN en 2006, 2008 et 2010, et du Cameroun, vainqueur en 2000 et 2002, s’ajoute celle de l’Afrique du Sud, qui triompha en 1996. Et puis, l’Afrique du Sud, c’est tout de même le tombeur de la France lors de la dernière journée des phases de poule du Mondial 2010. Une équipe séduisante, jeune, qui laissait présager de belles choses pour les années suivantes. Elle termine effectivement première de son groupe de qualification, mais à égalité de points avec le Niger et la Sierra Leone. Le sélectionneur, Pitso Mosimane, s’est alors rendu célèbre en assurant à ses joueurs que le nul suffisait, lors du dernier match de poule. Son équipe a fait 0-0, et a célébré la qualification avec ses supporters. Problème : le règlement est formel et c’est finalement le Niger qui composte son billet, grâce aux points glanés lors des confrontations directes avec l'Afrique du Sud et la Sierra Leone. Malgré cette énorme bourde, l’ami Mosimane a été conforté dans ses fonctions. Mais l’élimination a laissé des traces : depuis, l’Afrique du Sud a perdu en amical contre le Zimbabwe, et fait 0-0 contre la Guinée Equatoriale. Chercher les garçons.

Nigéria
Le Nigéria d’Okocha, de Babayaro, de Yékini. Un souvenir lontain. Champion d’Afrique en 1994, année où il atteignait un huitième de finale de Coupe du Monde (défaite contre l’Italie de Baggio), le Nigéria contemple aujourd’hui les ruines de son paradis perdu. Le pays compte encore quelques talents (Utaka, Uche, Taïwo, Ameobi…) mais aucun en mesure de transcender l’équipe. Lors des tour préliminaires, le Nigéria a chuté en Guinée, et a été incapable de s’imposer au match retour lors de la « finale » du groupe, succès qui lui aurait garantit la qualification. Le sélectionneur, l’ancien Nantais Siasia, n’a pas résisté à cette élimination, et a été remplacé par Stephen Keshi. Eternel troisième de la CAN depuis le début des années 2000, suspendu en 1998 pour avoir boycotté l’édition 1996, le Nigéria devra se contenter cette année d’être un acteur passif de la fête. Rappelez donc Clemens Westerhof. Le seul, le vrai.

Les autres absents : L’Algérie, le Togo, la Gambie, l’Ouganda, le Rwanda, le Tchad, le Kenya, le Bénin, la République démocratique du Congo, l’Ethiopie, le Cap-Vert…

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Roazhon 1901 Niveau : District
"Un véritable échec pour le Cameroun, qui n’était plus rester sur le carreau en Coupe d’Afrique depuis 1994"...

SoFoot, merci de faire relire vos papiers par des personnes qui écrivent le français correctement.

Merci
je vois pas ou le probleme Roazhon...
Peux-tu preciser? Je suis curieux de savoir. Merci
Eric Cantona Niveau : Loisir
Et puis y'a pas d'accent sur Nigeria...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La semaine Twitter
5 6