1. //
  2. // 28 novembre 1996
  3. // Le jour où...

Il y a vingt ans, l’interminable séance de tirs au but d’Ankara

Il y a vingt ans, Galatasaray et Gençlerbirliği s’affrontaient lors d’une séance de tirs au but d’anthologie, restée dans les mémoires grâce à la réussite insolente des tireurs. Trente-quatre tentatives, trente-trois réussies, et deux gardiens au bout du rouleau, dont l’un décidera même de ne plus jouer après ce match.

Modififié
521 7
Ankara, le 28 novembre 1996. Ce qui aurait dû rester un confidentiel huitième de finale de Coupe de Turquie entre l’épouvantail Galatasaray, porté par Hakan Şükür et Gheorghe Hagi, et l’outsider Gençlerbirliği, équipe de milieu de tableau de première division, s'apprête à entrer dans les livres d’histoire du football. Pourtant, les 120 premières minutes du match, conclues sur un 1-1, sont loin de sortir du commun. Un but de Roger Lukaku (papa de Romelu et Jordan) à la 9e minute pour Gençlerbirliği, une égalisation d’Hakan Ünsal en seconde période, et rien d’autre pour tenir en haleine les 15 622 spectateurs présents dans la capitale turque pour assister au match. Non, ce qui va faire basculer Ankara dans la folie ce soir-là, c’est l’insensée séance de tirs au but, longue d’une vingtaine de minutes, qui a été nécessaire pour départager les deux équipes. Un exercice où les tireurs ont glissé carotte sur carotte à deux gardiens au bord de la crise de nerfs... jusqu’à la 33e tentative.

Le long supplice des gardiens


Cette soirée est avant tout le cauchemar d’un homme : Hayrettin Demirbaş. Alors que la prolongation touche à sa fin et que les tirs au but se profilent, l’expérimenté gardien de Galatasaray, trente-trois ans, décide de la jouer au bluff : il ne plongera pas sur sa droite. Persuadé que sa stratégie est la bonne, Hayrettin s’obstine, sur chaque frappe, à rester au centre du but ou à plonger à gauche. Il le fait une fois, deux fois, trois fois... dix-sept fois de suite. Les tireurs de Gençlerbirliği, emmenés par Lukaku père, qui réussit ses deux tentatives, acceptent d’entrer dans son jeu et frappent en majorité à l’opposé. Pris quasi systématiquement à contre-pied, Hayrettin s’énerve, perd la guerre psychologique qu’il a lui-même lancée et n’arrête aucun tir, même pas celui du gardien adverse, Kubilay Aydin, qui le fusille sous la barre.


De l’autre côté, Kubilay, justement, n’est pas beaucoup plus brillant. Lui plonge à droite et à gauche, mais, comme Hayrettin, ne s’en sort pas. Les deux gardiens encaissent tout simplement les trente-deux premiers penaltys tentés, un record qui tient toujours aujourd’hui. Finalement, après avoir laissé filer les seize premiers tirs au but de Galatasaray, Kubilay parvient quand même à en stopper un, celui d'Ilyas, entré en jeu en fin de prolongation. Le mauvais sort est enfin rompu : Kubilay se relève, le ballon dans la main gauche, bien serré contre sa poitrine, et célèbre sa parade comme une rockstar retrouvant son public après dix ans de retraite. Derrière, Osman met fin au supplice d’Hayrettin d’un dernier tir... sur sa droite. Gençlerbirliği verra les quarts de finale de la Coupe de Turquie, Galatasaray est éliminé, mais cela n’est qu’anecdotique à côté du morceau d’histoire que viennent d’écrire ensemble les joueurs des deux équipes.

Youtube

Le dernier match d’Hayrettin


En plus de l’élimination, le pauvre Hayrettin garde en travers de la gorge les reproches qui lui ont été faits sur sa prestation pendant la séance de penaltys : « Kubilay s’est mangé seize buts, il est devenu un héros. Laissez-moi rire. Moi, j’en ai pris un de plus et on dit que je suis un incapable » , se défend le goal de Galatasaray dans les médias nationaux, le lendemain du match. Malheureusement pour lui, sa baisse de forme est bien réelle. Quelques semaines avant ce match, Hayrettin avait déjà coûté à son équipe une élimination en 8es de finale de la Coupe des vainqueurs de coupe face au Paris Saint-Germain de Raí, à cause de deux grosses fautes de main réalisées au match aller, à Istanbul (4-2). De plus en plus contesté, Hayrettin décide finalement d’annoncer à son entraîneur, la tempête Fatih Terim, aujourd’hui sélectionneur de la Turquie, qu’il renonce à son poste de numéro 1. Hayrettin ne reportera plus jamais le maillot de Galatasaray. Drôle de jubilé.



Par Albert Marie
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

supernabot Niveau : DHR
Quand on compare au Bayern qui avait loupe tous ses penos il y a quelques annees, le fait qu'aucun joueur n'ait rate est effectivement une performance.

Au fait est-ce que quelqu'un sait si une equipe a eu un expulse si elle perd si on va jusqu'au 11e tir ou pas ?
Ahh sacré record que celui-ci !

Je suppose que c’est depuis cette période-ci que Galatasaray a traditionnellement toujours eu ses cages gardées par un gardien étranger réputé (Taffarel, Mondragón, Leo Franco, De Sanctis, Muslera…).

Triste de se rendre compte que Gençlerbirliği, qui compte 45 saisons passées au plus haut niveau du football turc, n’est jamais parvenu à s’installer durablement dans le haut de la Süperlig. La faute à l’inénarrable İlhan Cavcav, 81 ans et président du club depuis 1978 ! A un degré extrême, c’est l’exemple-type des clubs républicains de Turquie : extrêmement mal géré, sans aucun projet de long-terme si ce n’est se maintenir, gagner le plus d’argent sur les transferts, et alimenter l’illusion de l’implication aux yeux des supporters en recrutant à tour de bras et en virant les entraîneurs en abondance à faire pâlir Zamparini (4 entraîneurs utilisés l’an dernier, déjà 2 cette année !).

Dommage car c’est un club ancien, avec une base respectable de supporters, un talent certain pour dénicher de jeunes pépites étrangères, et un vivier intéressant de joueurs locaux à disposition (Hacettepe, club de 3e division, appartient aussi au club et lui sert de réserve).

Il y aurait bien sûr besoin de rénover les infrastructures et le stade, mais surtout Gençlerbirliği aurait besoin miser plus sur le long-terme, créer un projet viable avec les jeunes et les étrangers que le club arrive à attirer à moindre coût ; frustrant que de constater que le club est gelé par son président !
Avec encore et toujours, Fatih Terim sur le banc.
Et oui, c'était même le début de sa période fastueuse avec Galatasaray, avec en point d'orgue cette coupe de l'UEFA en 2000 !

Mais bon, ces méthodes, consistant principalement en discours de motivation, sont plus que datées pour le football d'aujourd'hui. Voilà ce que Pirlo disait de lui dans son livre :

https://twitter.com/search?q=terim%20pirlo&src=typd

S'il pouvait s'éloigner de la sélection turque cela lui ferait le plus grand bien !
1 réponse à ce commentaire.
Nerazzurro Niveau : CFA2
Quand il y a une série de tab à 11 contre 10 (ou 9, etc...), l'équipe qui a un joueur en plus enlève un joueur de son choix, pour qu'il y ait le même nombre de tireurs de chaque côté.
Et une fois que les 11 ont tiré, on peut changer d'ordre ou pas ?
haretin Demirbas la 1er fois que j ai entendu ce nom j avais alors 14 ans c etait lors du match monaco - galatasaray 1/4 aller de lacoupe des clubs champions (0/1). Hayretin est rentrer en seconde periode suite à la blessure du gardien titulaire Simovic portier de l équipe national de yougoslavie a l époque ; c etais un trés bon gardien , c est justement apres ce match historique que j ai connu pour la premiere fois galata et que je suis devenu fan de galata ; qui c etait qualifier ; merci donc mr albert marie pour cette article qui m a plonjer dans mes souvenirs en voyant la photo de Demirbas.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
521 7