1. //
  2. //
  3. // Le jour où...
  4. // 7 mai 2006

Il y a dix ans, Arsenal disait adieu à Highbury

D’aucuns en parlaient comme d'un temple sacré. D’autres y ont tout connu, la passion, la fièvre des grands soirs, la souffrance aussi. Il y a dix ans jour pour jour, les lumières d’Highbury s’éteignaient définitivement après près d’un siècle à écrire l'histoire. Un adieu chargé en émotions et encore ancré dans toutes les mémoires des Gunners.

Modififié
2k 21
Pour sa toute dernière course, le roi des lieux recule encore et encore. Comme s’il voulait arrêter le temps. Retarder cette échéance qui a tout d’un crève-cœur. Après plusieurs enjambées, Thierry Henry, le regard toujours aussi impassible, s’élance au coup de sifflet de l’arbitre. Et trompe, cette fois sur penalty, Mike Pollitt pour la troisième fois. Puis, en guise d’ultime hommage, l’attaquant français se met à genoux avant d’embrasser la pelouse d’Highbury. Son « jardin » , comme il aimait tant le rappeler. Grâce à son joueur fétiche – auteur d’un hat-trick portant alors son total à 216 buts toutes compétitions pour son club de toujours –, Arsenal clôt sa saison par une victoire probante contre Wigan (4-2) et subtilise par la même occasion la quatrième place synonyme de tour préliminaire en Ligue des champions à son rival honni de Tottenham. Pourtant, même si dans dix jours se profile une finale européenne historique au Stade de France, les Gunners sont partagés entre plusieurs sentiments ce 7 mai 2006. Parce que d’ici peu, la fameuse Clock End s’en ira offrir l’éternité à l’Emirates Stadium. Parce que dans quelques heures, Highbury ne sera plus, après quatre-vingt-treize ans d’existence. Alors chacun entend profiter jusqu’au bout de cet adieu mâtiné de nostalgie et d’allégresse.

Youtube

« Personne ne voulait quitter le stade, personne ne voulait partir, se remémore encore mélancolique Robert Pirès, buteur lors de cette journée si spéciale et désormais consultant sur beIN Sports. Pour nous, les joueurs, cela a aussi été une journée difficile et très triste. On voulait rester au maximum, en profiter jusqu’au bout. Je me souviens que les trois derniers à avoir quitté la pelouse, c’est Thierry Henry, Ashley Cole et moi. On n’avait pas envie d’y croire. On se disait : "Non mais attends, ce n’est pas possible." » Parmi les plus de 38 000 spectateurs tassés dans les gradins et arborant un tee-shirt rouge ou blanc avec l’inscription « I was there » , Francis Peyrat, président d’Arsenal France (association officielle des supporters francophones du club londonien) était l’un de ces rares privilégiés : « Une, deux heures après le match, les supporters étaient restés dans les tribunes. Le chanteur de The Who, Roger Daltrey, avait participé à la cérémonie, tandis qu’Henry et Wenger se sont vus remettre des prix. Aux abords du stade, les rues étaient toutes fermées. C’était comme une kermesse, mais on était tous à moitié contents, à moitié tristes. Parce que c’était comme quitter sa chambre de gosse. » C’était peut-être aussi, quelque part, la fin d’une lune de miel sans pareille.


« La souffrance de l’échec, l’extase, l’amour, je les devais tous à Highbury »


« Il y a quelque chose ici que vous ne trouverez nulle part ailleurs dans le monde. C’est spécial, ce stade est spécial, son histoire est spéciale. » C’était il y a une décennie, et cela reste encore les derniers mots d’Arsène Wenger à propos d’Highbury. Le technicien alsacien le savait mieux que quiconque, « Arsenal Stadium » – le nom originel du stade – était bien plus qu’une simple enceinte. Ce jour-là, un pan de l’histoire d’Arsenal s’en est allé. Après presque un siècle où se sont entremêlés l’ivresse, des moments de communion rares, des déconvenues brutales aussi. Highbury était avant tout un rêve caressé par un homme depuis 1910. Celui d’Henry Norris. Président de Fulham et de Woolwich Arsenal (nom de l’équipe jusqu’en 2014), le businessman anglais choisit de s’investir davantage avec les Gunners après une fusion avortée entre les deux clubs londoniens auprès de la Football League. Dans la foulée d’un exercice 1912-1913 passé à l’échelon inférieur, Highbury voit le jour en septembre 1913. Un bijou architectural pensé et dessiné par Archibald Leitch, lequel a également été impliqué dans la construction de White Hart Lane, de Stamford Bridge, d'Anfield, de Goodison Park, d'Old Trafford ou encore du Celtic Park.


Il faut toutefois attendre la venue du très novateur Herbert Chapman (inventeur du WM, staff technique, numérotation des maillots, crampons en caoutchouc notamment) pour qu’Highbury ne vibre. Sous l’impulsion de l’Écossais aux idées sagaces, Arsenal domine outrageusement le football anglais pendant les 30’s (championnats en 1931, 1933, 1934, 1935 – année où Highbury établit son affluence record avec 73 295 spectateurs – et 1938, FA Cup en 1930 et 1936). Avant de connaître ensuite une longue période d’affaiblissement, puis de revenir ponctuellement sur le devant de la scène au début des années 70 (Coupe de ville des foires, championnat-Cup en 1971). Une époque dorée où George Graham, Pat Rice et Frank McLintock s’érigent comme les acteurs majeurs d’un écrin majestueux. Dans son célèbre livre Fever Pitch, qui relate sa vie de supporter des Gunners au commencement des seventies, le romancier anglais Nick Hornby dépeint avec beaucoup de justesse ce que la « Home of Football » (surnom donné à Highbury) était capable de procurer émotionnellement : « À cette époque, le football était ma vie et il ne s’agit pas ici d’une métaphore. Je l’éprouvais dans ma chair : la souffrance de l’échec, l’extase, l’ambition frustrée, l’amour et même l’ennui (la plupart des samedis à vrai dire), ces états d’âme, je les devais tous à Highbury. »

Le temple des grandes histoires


Mais réduire l’enceinte britannique essentiellement à cela serait pour le moins trompeur. Car Highbury est un temple chargé d’histoire. Un marqueur temporel, un théâtre où a eu lieu la première retransmission radio de l'histoire du ballon rond, la première retransmission télévisuelle, les premiers projecteurs pour jouer en nocturne, les premiers écrans géants, l’un des premiers films de cinéma liés au football réalisé en 1939 (The Arsenal Stadium mystery) et même un match de boxe pour le titre de champion du monde poids lourd entre Mohammed Ali et Henry Cooper en mai 1966. Les années 90 marquent toutefois un tournant. Dans la foulée du drame d’Hillsborough, le stade est soumis de s’astreindre à 38 500 places toutes assises en 1993. De là découle véritablement la singularité d’Highbury. « C’était un stade typique à l’anglaise, avec quatre tribunes très proches des joueurs, sans grillages ni barrières et pas de séparation entre les fans des deux équipes, souligne Robert Pirès, Gunner durant six saisons (2000-2006). Tu sentais que c’était très familial. C’était un stade particulier pour l’atmosphère qui y régnait à chaque match, pour le feeling qu’il y avait entre les fans et les joueurs. »


Un sentiment partagé par Francis Peyrat, lui qui fut un spectateur assidu dans les tribunes : « Pour nous, fans, Highbury était comme un temple. On sentait vraiment une proximité avec les joueurs, on pouvait les entendre parler entre eux sur le terrain. Je me souviens aussi d’un 7-0 contre Everton (mai 2005) où la foule avait été assez hystérique. » Aussi unique soit Highbury, l’écrin s’avère trop étriqué au fil du temps par rapport au gotha européen. Parce que sous l’impulsion d’Arsène Wenger, Arsenal garnit son palmarès, se développe à l’international et attire logiquement plus de monde, obligeant d’ailleurs le club à jouer certains matchs à Wembley. Conscient que la situation doit évoluer, le manager français et ses dirigeants amorcent la construction de l’Emirates Stadium en février 2004. « J'ai réalisé que ce club avait énormément de fans, soufflait il y a quelques années Wenger. Aucune entreprise ne peut laisser de côté 30 000 personnes chaque week-end. C'était injuste pour tous ces gens et il fallait bien faire quelque chose de spécial. On l'a fait avec ce nouveau stade. » Avant de s’y installer définitivement, Arsenal offre une dernière saison 2005-2006 sous le signe de l’hommage. Avec, notamment, un maillot grenat en référence à celui arboré en 1913 par les joueurs et le retour de la mascotte David Stacey qui marchait au bord du terrain dans les 50’s.

« Ce jour-là, une petite partie de moi s’est éteinte, parce que j’aimais cet endroit »


Puis vient le 7 mai 2006, le 1689e match des Gunners en championnat et le moment de dire au revoir. « On était que de passage. Et quand tu n’es que de passage, l’important est de marquer l’histoire de ton empreinte. Je crois qu’on l’a fait, notamment avec les « Invincibles » , assure Pirès, qui a par ailleurs acheté un appartement au sein du complexe immobilier qui trône désormais à la place de l’ancien stade. Aujourd’hui, si tu discutes avec les supporters d’Arsenal, ils sont très nostalgiques d’Highbury. Après, l’Emirates est un très beau stade, notamment en ce qui concerne l’architecture. Mais ce n’est pas pareil, je préférais l’ambiance et l’atmosphère d’Highbury. (Sourire) » « C’est vrai qu’il a fallu deux-trois ans avant de voir vraiment de l’ambiance à l’Emirates. Mais je me rappelle de certains matchs à Highbury où on n'entendait que les mouches voler, nuance pour sa part Francis Peyrat. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’Highbury était surnommé par certains "The library" (la bibliothèque en VF). » Dix ans ont maintenant passé. Mais pour Thierry Henry, lui dont l’attachement viscéral à la « Home of Football » a toujours été peut-être plus palpable que chez quiconque, les souvenirs demeurent encore intacts, comme il le révélait dans le livre Invincible d’Amy Lawrence. « Je dirais que c’est quelque chose qui me revient en tête une fois toutes les deux semaines. Quand j’étais assis avec Ashley sur ce petit podium, je savais que je ne reverrais plus ce stade. C’était un jour triste. Je me sentais être devenu comme un fan d’Arsenal. Je comprenais ce que c’était. J’aimais Highbury. Et, ce jour-là, une petite partie de moi s’est éteinte, parce que j’aimais cet endroit. » Depuis, le roi a toujours refusé de revenir sur place. Là où son jardin d'antan était aussi son plus beau terrain de jeu.

Par Romain Duchâteau Propos de Robert Pirès et Francis Peyrat recueillis par RD // Photos : @FrancisPeyrat
Modifié

Dans cet article

Note : 2
Pas le choix... Arsenal devait changer de stade. Le complexe immobilier qu'ils ont fait à la place garde l'esprit d'un stade de foot et a gardé l'esprit de l'architecture du stade, c'est pas mal!

Pour ceux que ça intéresse (architecte, urbanistes, etc.): http://www.alliesandmorrison.com/projec … ry-square/
Note : 1
Wow, joli article, merci!

Cette image de Henry, Cole, Pires elle est belle, un peu comme celle des français après la finale contre l'Italie en 2000, assis autour de la coupe à discuter à la cool. L'envie que ce plaisir ne s'arrête pas, de repousser la fin au maximum...

Ca me rappel des derniers jours de cours, de taff, de séjour prolongé... quand tu sais que t'achèves une période de ta vie, que tu sais pas trop de quoi le lendemain sera fait... T'as du mal à t'en aller, du mal à réaliser que c'est peut être la dernière fois que t'es dans ces lieux, que tu vois certaines personnes...
Message posté par badaboum
Pas le choix... Arsenal devait changer de stade. Le complexe immobilier qu'ils ont fait à la place garde l'esprit d'un stade de foot et a gardé l'esprit de l'architecture du stade, c'est pas mal!

Pour ceux que ça intéresse (architecte, urbanistes, etc.): http://www.alliesandmorrison.com/projec … ry-square/


Pas mal effectivement l'architecture. Il manque juste un city stade au milieu avec des mômes jouant dessus, les parents les regardant jouer au balcon...

Pour le développement du club oui ça paraissait inéluctable de changer de stade, et d'avoir un vrai stade perso (comprendre par là que s'installer à Wembley aurait dénaturé un peu le truc). Enfin j'espère pour les gunners d'en voir les effets rapidement car pour le moment, depuis que le stade est payé et ramène plus d'argent que ne le faisait Highbury, les résultats ne sont pas meilleurs.
Note : 2
Message posté par badaboum
Pas le choix... Arsenal devait changer de stade. Le complexe immobilier qu'ils ont fait à la place garde l'esprit d'un stade de foot et a gardé l'esprit de l'architecture du stade, c'est pas mal!

Pour ceux que ça intéresse (architecte, urbanistes, etc.): http://www.alliesandmorrison.com/projec … ry-square/


Pas le choix? Bof..

Highbury était magnifique et fonctionnel ; sa réfection, récente, un modèle du genre même, et qui n'avait sans doute d'équivalent qu'à celle faite d'Ibrox..

Surtout : qu'y a gagné Arsenal? Ce club est devenu inoffensif depuis son installation à l'Emirates, cas d'ailleurs de plupart des clubs ayant opté pour des enceintes en mode "Arena".. Le problème des Gunners est bien sûr plus profond, c'est l'intégralité de son identité que ce club a sacrifié sur l'autel d'une économie mondialisée, mais dieu sait combien Highbury était précisément part critique de son identité..
Note : 1
C'est marrant, mais depuis qu'Arsenal a déménagé d'Highbury, je trouve que le club a perdu un peu son âme de club anglais à l'ancienne. Avant, je les aurait volontiers comparé à un Liverpool, avec ce charme particulier d'un stade historique. Maintenant, avec l'Emirates avant tout rempli de touristes (au sens premier du terme), ils m'indiffèrent...
Note : 1
Crève, pourriture capitaliste!
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Note : 1
Ce match là a fait de moi un fan définitif d'Arsenal, je ne l'oublierai jamais, y avait une ambiance incroyable, et le triplé d'Henry en prime, quoi de mieux.

Si je savais que l'Emirates allait nous mettre dans cette merde, je l'aurais jamais accepté, chaque fois qu'on joue à domicile c'est tellement fade, nos supporters font plus de bruit lors d'un déplacement à Palace ou Albion.

Et puis l'abonnement annuel à 1400 pounds, non mais WTF ? 1400 pounds pour voir Gabriel et BFG se faire prendre dans le dos comme des merdes par Shane Long et voir Giroud se faire manger par Damian Delaney !!!
Note : 1
Depuis le dernier titre d'Arsenal en PL, Leicester a été relégué en Championship, puis en League One, a remporté la League One, ensuite la Championship et enfin la Premiere League!
CQFD
Message posté par gushino63
Depuis le dernier titre d'Arsenal en PL, Leicester a été relégué en Championship, puis en League One, a remporté la League One, ensuite la Championship et enfin la Premiere League!
CQFD


Joli !
Message posté par Bota67
Pas le choix? Bof..

Highbury était magnifique et fonctionnel ; sa réfection, récente, un modèle du genre même, et qui n'avait sans doute d'équivalent qu'à celle faite d'Ibrox..

Surtout : qu'y a gagné Arsenal? Ce club est devenu inoffensif depuis son installation à l'Emirates, cas d'ailleurs de plupart des clubs ayant opté pour des enceintes en mode "Arena".. Le problème des Gunners est bien sûr plus profond, c'est l'intégralité de son identité que ce club a sacrifié sur l'autel d'une économie mondialisée, mais dieu sait combien Highbury était précisément part critique de son identité..


Arsenal y a tout gagné puisque sans ça, ils ne pourraient pas avoir les rentrées nécessaires à leur gestion. Highbury n'aurait jamais pu soutenir toutes les activités de l'Emirates, qui sont une part importante des revenus du club.
Note : 1
Message posté par badaboum
Arsenal y a tout gagné puisque sans ça, ils ne pourraient pas avoir les rentrées nécessaires à leur gestion. Highbury n'aurait jamais pu soutenir toutes les activités de l'Emirates, qui sont une part importante des revenus du club.


On jurerait le maire capitaliste dans "La soupe aux choux", leitmotiv de "l'expansion économique"..

Arsenal y a tout gagné? Ses actionnaires peut-être, mais le club absolument plus rien (dont sur le plan sportif).. Quant à son identité, et dieu sait ce que signifiait Arsenal aux Îles jadis : une coquille vide désormais..
pierrot92 Niveau : CFA2
Avant Arsenal etait un club de foot, c est devenu aujourd hui une entreprise d entertainment. Meme avec le boring arsenalde georges Graham Y avait plus de magiz qii se degageait du stade.
Message posté par pierrot92
Avant Arsenal etait un club de foot, c est devenu aujourd hui une entreprise d entertainment. Meme avec le boring arsenalde georges Graham Y avait plus de magiz qii se degageait du stade.


Beaucoup plus, même..
Peñarol mi Amor Niveau : National
C'est vrai que maintenant que tu le dit Bota, je me souvient que le stade d'Highbury me faisait pas mal d'effet à chaque fois que je regardais Arsenal à la Télé (ce qui arrivait quand même assez rarement à vrai dire...). L'Emirates est une horreur sans nom !!
Pareil avec l'Allianz Arena de Munich, je trouvais personnellement que l'Olympistadion avait un certain charme, malgré cette ignoble piste d'Athlétisme...

Le seul club qui a fait un remarquable boulot concernant la construction d'un nouveau stade est la Juventus je trouve avec un très beau stade trés fonctionnel et à dimension humaine (Peñarol aussi avec le Campeon del Siglo).

D'ailleurs, j'ai de plus en plus peur que ces conneries de stades "types Arena" comme tu dit se propagent en Amérique du Sud, le président de River Plate a d'ailleurs fait pas mal de déclaration en faveur de la construction d'un nouveau stade (River Plate hors du Monumental, Brrr...).

Sinon, il s'est passer quelque très grave incidents en Argentine il y'a deux jours, lors d'une réunion au sujet du projet de nouveau stade de Boca,un gang est rentré et a poignardé plusieurs personnes...
Campeon del Siglo, j'ignorais..et il me plaît bien (je viens d'en visionner quelques images), veinard.. Vous restez préservés, mais pour combien de temps (regarde le Maracana..)?

Argentine : pas suivi, compliqué à suivre d'ici..

Highbury? Sorte de Wembley bis, théâtre hors-Arsenal de bien des affrontements mythiques, façades art déco.. Je ne comprends pas qu'il n'ait été classé (ou qu'il fût déclassé?), d'autres stades ont eu cette chance, au plus grand bénéfice de l'Histoire patrimoniale (et de la mémoire!) du football européen..

La destruction de Highbury a participé, à mes yeux, d'une annihilation plus vaste, plus profonde.. Je m'en répète : tout, en Angleterre, fut entrepris pour faire table rase des grands marqueurs de l'ADN du football anglais.. Hillsborough, rapport Taylor.. Création de la PL, adoubement aux forceps de joueurs (toute cette masturbation autour de Cantona..) et styles continentaux.. La perte d'identité qui en a découlé n'est pas que symbolique, bien au contraire : aux antipodes de ce qu'il fut jadis, et qui en fit la grandeur, le football de clubs anglais est devenu des plus inoffensifs malgré tout le fric qu'il est, désormais, parvenu à mobiliser..

Mais d'aucuns s'évertuent à croire que le fric fait tout, voire est une finalité, et justifie toutes les moyens (dont ce suicide anglais).. Ton football illustre encore le contraire, fort heureusement : c'est la culture qui est première..

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 21