Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Le jour où
  4. // 7 octobre 1917

Il y a 98 ans naissait la Coupe de France

Le 7 octobre 1917, seize clubs de France et d'Angleterre s'affrontaient lors des 32es de finale de la toute première Coupe de France. Alors même que des milliers de soldats tombaient encore au front, le rêve d'Henri Delaunay et Charles Simon prenait vie.

Modififié
Dimanche matin. Il tombe encore des hallebardes dans les tranchées qui jouxtent le fort de la Malmaison. Dans quelques jours, baïonnettes au canon, les soldats français feront reculer les casques à pointe de l'autre côté de l'Ailette. Pour l'heure, ils sont tous occupés à lire Le Gafouilleur du jour, ce journal des tranchées qui leur relaie quotidiennement quelques informations. Alors qu'eux prient déjà pour que cette guerre soit la Der des Ders, ils apprennent qu'un peu partout dans le pays qu'ils défendent, des équipes de football disputent la Prem des Prems, la toute première Coupe de France. Pour beaucoup, le football, que les Rosbifs ont importé en France au début du siècle, est une véritable passion. Ce 7 octobre 1917, deux batailles se disputent donc simultanément : l'une pour mettre fin au conflit le plus meurtrier et le plus traumatisant de l'histoire de l'humanité, et l'autre pour faire naître et perdurer une compétition rêvée par deux hommes férus de sport et désireux d'aider la France à se relever par le biais des joies du ballon rond.

Charles Simon et Henri Delaunay, idéalistes combattants


Si le football français a toujours respecté son devoir de mémoire envers Jules Rimet, il a tendance à plus facilement oublier deux autres grands noms de son histoire : Charles Simon et Henri Delaunay. Le premier devient secrétaire général de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF) avant de fonder, en 1907, le Comité français interfédéral (CFI), ancêtre de l'actuelle FFF. Le second, son ami de longue date, pratique le football à l'Étoile des Deux Lacs avant de devenir arbitre. Seulement, après un accident – une frappe lui ayant cassé deux dents et lui ayant fait avaler son sifflet –, monsieur Delaunay rejoint son ami Charles Simon à la FGSPF. Tous deux vouent une admiration au football anglais, et leurs voyages outre-Manche leur donnent des idées d'unité. Alors qu'en France, quatre fédérations différentes organisent quelques compétitions dans leur coin, les Anglais se disputent déjà une Cup, pour le plus grand bonheur des foules, ravies de voir s'affronter sur les terrains le monde amateur et le monde professionnel.

Seulement, en 1915, Charles Simon part combattre au front. Son régiment s'en va à Écurie, participer à l'une des batailles les plus meurtrières de l'année. Près de Lens, le passionné de football participe à la conquête du Labyrinthe, le réseau de tranchées et de sous-terrains le plus élaboré de la guerre. Le 15 juin, la veille de l'assaut définitif qui verra les Français s'emparer du Labyrinthe, Charles Simon tombe au champ d'honneur. Sans attendre la fin de la guerre, Henri Delaunay décide de tout mettre en œuvre pour créer sa compétition. Aidé du docteur Paul Michaux, avec qui il s'associe, le nouveau dirigeant de la FGSPF prévoit de lancer la première Coupe de France en 1917. En 1916, le docteur Michaux se rend rue de la Croix-des-Petits-Champs à Paris, et demande à l'orfèvre monsieur Chabillon de créer un trophée. Quelques semaines plus tard, la commande est livrée : 3,2 kilogrammes d'argent fixés sur un socle de marbre blanc des Pyrénées. En hommage, le trophée est rebaptisé la Coupe Charles Simon.

Coup d'envoi le 7 octobre 1917


Ainsi naquît la Coupe de France. Pour les premiers 32es de finale, la date du 7 octobre 1917 est arrêtée. Bien évidemment, les clubs du quart Nord-Est de la France ne peuvent participer, la plupart n'étant même pas capables de trouver onze joueurs qui ne soient pas au front. Quelques clubs, comme le Red Star, à Saint-Ouen, refusent catégoriquement de participer alors que des camarades tombent quotidiennement sous les balles ennemies. 48 clubs des quatre fédérations existantes (l'USFSA, la FGSPF, la LFA et la FCAF) participent tout de même à cette première édition, et 16 d'entre eux sont exemptés de disputer le premier tour. À la surprise générale, deux équipes anglaises sont invitées dans le tableau initial : la British Aviation FC, qui s'impose sur le terrain du CA Vitry (2-3) avant d'être disqualifiée sur demande de l'une des fédérations, l'USFSA, et le London County SC, éliminé par le Paris Star (3-1) dès le premier tour. Henri Delaunay peut jubiler, son rêve et celui de son ami tombé au combat est enfin devenu réalité.


Le 5 mai 1918, alors que le conflit qui a décimé les populations européennes pendant quatre ans touche lentement à sa fin, 2000 spectateurs se massent au stade de la rue Olivier-de-Serres, à Paris, pour voir s'affronter en finale de la Coupe Charles Simon le FC Lyon et l'Olympique de Pantin. Jacques Bataille, l'arbitre de la rencontre, s'avance et donne le coup d'envoi. 90 minutes plus tard, les joueurs de Pantin remportent la Coupe grâce à une victoire nette et sans bavure (3-0, buts de Fiévet deux fois et Darques). Depuis ce jour, la compétition a bien changé. Elle est devenue la Coupe de France, sans que l'histoire n'oublie qu'elle a été un jour nommée en l'hommage d'un homme passionné tombé au combat. Elle implique aujourd'hui bien plus de clubs, professionnels comme amateurs. Mais elle demeurera à jamais le symbole d'un football français unifié, comme aurait aimé le voir, jadis, Henri Delaunay, Charles Simon et le docteur Paul Michaux.

Par Gabriel Cnudde et Raphaël Gaftarnik Pour plus d'informations, orientez-vous vers le livre d'Hubert Beaudet, L'aventure fantastique de la Coupe de France de football, paru aux éditions Carrère en 1989.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 14 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 22 heures La drôle de liste d'invités de la finale 37 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3