1. // France – National – 26e journée – Le Poiré-sur-Vie/Créteil

Il se passe un truc en Vendée

À 12 journées de la fin du Championnat national, le match entre Le Poiré-sur-Vie et Créteil est un choc de haut de tableau entre le leader et son dauphin. Si c’est logique et attendu pour les Franciliens de se trouver en passe de remonter en L2, ça ne l’est absolument pas pour les Vendéens, qui évoluaient encore en CFA2 lors de la saison 2009-2010. Découverte.

Modififié
421 5
Les mecs, vous le situez sur une carte Michelin, Le Poiré-sur-Vie, ou pas ? Ayez pas honte de dire non, c’est pas forcément si facile. Et puis on est là pour ça. Donc Le Poiré-sur-Vie, c’est en Vendée, la patrie de Philippe de Villiers, du Puy du Fou, de la mogette, de la gâche, du Vendée-Globe – bah oui forcément – et de MC Circulaire. Et précisément, la commune du Poiré-sur-Vie est située un peu au nord du chef-lieu La Roche-sur-Yon. Ce n’est même pas une sous-préfecture, juste la 13e ville du département en nombre d’habitants, à peine plus de 8 000. Sportivement, le vélo est une activité historique du secteur – c’est la terre de la bande à Jean-René Bernaudeau – et le basket est pas mal populaire également. Le foot ? Il peine à exister au plus haut niveau. La dernière saison de La Roche VF en D2 remonte à il y a 20 ans et seul le tournoi de jeunes de Montaigu donne chaque année un petit coup de projecteur, en plus de quelques confrontations « David contre Goliath » épisodiquement en Coupe de France.

Du Guy Roux dans le texte

Quantité de clubs de foot se tirent pourtant la bourre en Vendée à un bon petit niveau amateur, mais aucun avant Le Poiré n’était parvenu à évoluer au-dessus du CFA. Ce n’était pourtant pas forcément l’équipe sur laquelle on aurait facilement misé il y a encore quelques saisons pour jouer le porte étendard du foot local. La Roche VF, notamment, semblait mieux armée pour un retour à la lumière. Jocelyn Gourvennec y a d’ailleurs débuté sa carrière d’entraîneur il y a peu, avant de bouger à Guingamp. Mais c’est bien le Vendée Poiré-sur-Vie Football qui a opéré récemment une croissance spectaculaire, avec deux montées successives : de CFA2 au CFA en 2010, puis directement du CFA au National l’année suivante. Débutant à ce niveau la saison dernière, le promu a mis du temps à prendre ses marques, en obtenant une première victoire après 8 journées disputées, mais le maintien a finalement été assez facilement obtenu avec une 12e place finale.

Pas de quoi s’enflammer tout de même : avec ses 2 millions d’euros de budget, la formation du 85 s’inscrit dans la moyenne des participants à ce troisième échelon du football français, très loin d’ex-pensionnaires de l’étage supérieur comme Metz, Boulogne ou Amiens. Et puis l’effectif apparaît comme l’un des plus jeunes et des plus inexpérimentés du championnat. Pourtant le classement ne ment pas : avec 48 points obtenus en 26 journées disputées, Le Poiré-sur-Vie occupe actuellement la deuxième place, derrière l’intouchable leader Créteil, qu’il affronte ce soir à domicile. La 4e et première place non qualificative pour la montée en L2 est à 8 points, occupée par le voisin Carquefou (qui a un match en moins cependant). De quoi commencer à envisager sérieusement d’évoluer la saison prochaine à l’étage au-dessus ? « Non, affirme l’entraîneur Oswald Tanchot. On peut savourer d’avoir le maintien d’acquis, ce qui n’était pas évident (il y a 6 descentes cette saison en National), mais on n’est pas encore à l’abri d’un temps faible qui pourrait nous faire tomber du podium. »

Kevin Lefaix, l’oublié du monde pro

En l’état actuel, le club ne semble pas non plus avoir les structures suffisantes pour se mesurer aux pros. Par exemple, le champêtre stade de l’Idonnière bénéficie simplement pour l’instant d’une dérogation. La construction d’une nouvelle enceinte a d’ailleurs déjà été évoquée par le président Patrice Cougnaud, du groupe éponyme, spécialiste du préfabriqué et dont la famille possède la 301e fortune française d’après le magazine Challenges. Même si ce n’est pas le style de la maison de flamber, il y a donc potentiellement de l’argent à dépenser pour continuer d’accompagner les étonnants résultats sportifs obtenus par une bande d’inconnus. Des jeunes recalés des centres de formation du Grand Ouest, des revanchards, des oubliés du monde pro, comme l’attaquant Kevin Lefaix, meilleur buteur du championnat avec ses 14 buts. La majeure partie de l’effectif a débarqué l’été dernier ou celui d’avant, grâce au flair et au carnet d’adresse d’Oswald Tanchot, ancien coach de La Vitréenne et arrivé lui aussi en Vendée en 2011 avec un staff de cinq personnes et un gros désir de donner les moyens au club d’évoluer vers le professionnalisme.

Son groupe, l’entraîneur le définit comme « homogène, sans noms ronflants, mais qui joue bien au ballon. C’était déjà le cas la saison dernière, mais offensivement il y avait un manque. L’arrivée de Kevin Lefaix a permis de régler ce problème.  » Il manque tout de même parfois d’un peu de « maturité » à l’équipe pour totalement s’épanouir dans un Championnat national « très dur, où l’engagement athlétique prime, avec beaucoup de disparités entre les clubs qui viennent de L2, ceux qui viennent de CFA et ceux qui sont habitués à jouer à cette échelle » . Invaincu depuis cinq rencontres, Le Poiré-sur-Vie connaît une popularité croissante cette saison, avec des spectateurs venus de tout le secteur garnir la tribune principale ou la butte naturelle du stade de l’Idonnière. Ce soir, comme souvent ces derniers temps, ce sera noir de monde autour d’une pelouse où les locaux sont invaincus depuis août, afin de pousser l’équipe à se sublimer face au leader cristolien. Ouais, vraiment, il se passe un truc en Vendée.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Merci d'avoir un peu des nouvelles de ce championnat.
Super équipe Créteil!
Et puis quels supporters, ça braille bien fort!
One Night Stand Niveau : DHR
Un club de Vendée en pro ce serait le pied! D'autant qu'il y a un super vivier de jeunes à la Roche pour créer une équipe compétitive.
Génial ce club du Poiré sur Vie, un excellent président, un excellent public bien chaud que j'ai connu en CFA2, à l'époque il se donnait "le National sous 5 ans" : objectif atteint! C'était hallucinant de les entendre dire ça, ils l'ont fait. Ce qui contredit un peu le "Ce n’était pourtant pas forcément l’équipe sur laquelle on aurait facilement misé" de l'article. Le reste est top!
Juste un petit commentaire pour rappeler:
Le club de l'ESO a la Roche/Yon évolue en D2 féminine et a un palmarès conséquent
La Roche sur Yon a évolué en D2 masculine au début des années 80 et a été rétrogradé car ne voulant pas de la professionnalisation des joueurs il me semble

et pour finir sur la place du basket en Vendée, relisez l'interview de Philip Katerine parue dans ces mêmes colonnes il y a quelques années
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Schalke 04, roi de la Ruhr
421 5