Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Romance
  2. // Fiction (ou pas)

Il était une fois Adil et Pamela

Au bout de dix-huit mois marqués par un stand-up à l’Assemblée nationale sur le thème du gavage des oies, un soutien appuyé au « militant des droits des animaux » Mélenchon pour la présidentielle et quelques selfies avec Julian Assange, Pamela Anderson aurait donc décidé de braquer le mercato dès son ouverture en tombant dans les bras d’Adil Rami. Récit.

Modififié
Le hibou ne ment jamais, surtout quand il a un œil rouge et un œil vert. Alors, quand il est affiché sur une porte vitrée, il faut fermer les yeux et foncer. Un regard rapide au tableau suffit pour se rassurer : il y a ce duel pissaladière-beignets de fleur de courgette qui a la gueule d’un choc, mais il est surtout impossible de cracher sur le tian d’aubergine tomates confites. Quelques mètres à peine séparent le Chemin des Bouis et la D93 qui tient entre ses bras la mythique route des plages de Ramatuelle. Conseil : s’arranger avec son boss pour débarquer au premier service, sinon l’histoire se complique au moment de régler les comptes avec Luisa, neuf des neufs du Domaine des Moulins où Pamela Anderson a décidé d’installer sa Table du marché by Pamela Anderson pour l'été. Ici, le boss toqué, c’est Christophe Leroy. Oui, le même Christophe Leroy qui s’est fait dégager de deux restaurants à Saint-Tropez en février par le tribunal de commerce de Féjus.



Mais la reine, c’est bien la comtesse de Giglio : C.J. Parker. L’ouverture de la boutique est prévue pour le 4 juillet 2017, mais voilà déjà quelques semaines que l’ancienne saxophoniste de Ladysmith roule dans le Sud. Les réunions s’enchaînent, tout doit être parfait et une lettre a même été envoyée à la doublette royale Macron-Trogneux. « J’ouvre un nouveau restaurant vegan en juillet. (...) Rejoignez-moi le jour de l’ouverture et nous mangerons des bons mets en discutant de ce qu’on peut faire pour Julian. » Julian, c’est Julian Assange, Pamela ayant fini de jouer avec Perretta depuis déjà quelque temps, la sortie de son single I Cry en étant la preuve définitive. Détail, le bonbon sans fourrure a déjà la tête ailleurs. Tout va vite avec Pamela, c’est la règle. Kid Rock a quelques billes sur le dossier. Alors, pour prendre de la vitesse, il fallait voyager un bout ces dernières semaines, notamment entre Monaco et Nice. Henri Cueco avait sorti une base en 2004 avec Dialogue avec mon jardinier, Pamela Anderson en a fait un roman de Marc Levy.* Dominique Veilex, légende de l’ES Fréjus est clair : « Ici, personne n’est surpris. On a toujours su qu’Adil y arriverait. Tiens, le jour où on a passé le deuxième tour de la Gambardella contre Six-Fours-les-Plages, il avait hurlé Should I Leave avec un micro. Le stade Pourcin avait adoré. »

« C'était Adil quoi, son T-shirt serré et son shorty  »


À Forum Julii, c’est comme ça, Adil Rami est une référence qu’on aime placer au moment de situer la ville sur une carte ou qu’on cale sans trembler dans une discussion au même rang que Philippe Léotard et Julien Absalon. Alors, il suffit de se balader sur la place Formigé et de tendre l’oreille. Il y a bien ce type, échoué sous la chaleur d’un début juin anormalement brutal pour les physiques mal préparés, qui évoque le souvenir « d’un bon joueur, mais aussi un sacré déconneur. Adil, c’était un chouette type déjà quand il était ici » , mais il faut plutôt continuer sa route. Pourquoi ? Pour se poser quelques minutes face à Marcel, son ancien collègue aux espaces verts d’une mairie qui n’avait pas encore décidé de se saper en marine. Bille en tête, il fonce : « Bien sûr, on a tous vu la nouvelle. Il est venu la semaine dernière avec la petite pour nous la présenter. Bon, c’est plus la Felicity de Snapdragon, mais elle est plutôt bien conservée. »


Voilà quelques jours que Fréjus garde le secret donc. Le costaud Adil a bien été vu en compagnie de la grande Pamela. Marcel en rajoute une : « Tu imagines, toi ? C’est comme si Marinette Pichon se tapait David Hasselhof ! » Bref, le monde veut quand même comprendre. Alors, il faut gratter du côté des proches. Voilà David, l’ancien coéquipier qui se rappelle d’un Adil « beau parleur, mais qui était surtout hyper fan de K 2000. Le mec connaissait tout. Michael Knight était son phare. Dans le vestiaire, il avait même un petit poster d’Hasselhof qu’il embrassait avant de rentrer sur le terrain. On ne comprenait pas trop puis, pendant les soirées au club-house, ça lui arrivait de chanter le générique d’Alerte à Malibu. C’était Adil quoi, son T-shirt serré, son shorty et c’était parti : "Don’t you worry its going to be alright, because i’m always ready, I won’t let you out of my sight." Une machine, ce type ! » Bon, pourquoi pas.

Alain Souchon, le Fairmont et Peter Franquart


Mais reste cette question qui tracasse tout le monde : comment Adil a-t-il pu rencontrer Pamela ? Son passé parle pour lui et celui que l'on surnommait Shrek quand il était au LOSC est souvent décrit comme un « bon petit copain » , fidèle, à qui l'on trouve même un petit côté gendre idéal. Le tableau est chouette et le voile se lève. Mi-mai, Adil est invité par l'un de ses amis à dîner. En fond sonore, du Alain Souchon. Au ras des pâquerettes. Un bijou. « ... sans les seins de Sophie Marceau... qu'est-ce qu'on fait ? » Oui, Cyril Lignac peine à changer de disque, mais retrouver Adil lui fait du bien. « Tiens mon vieux, mon pote Christophe, tu sais Leroy. Il va ouvrir un resto avec Pamela, celle de Playboy. Un sacré bout de femme. Elle est comme toi, elle déteste la fourrure et adore les petites bêtes. On devrait organiser un petit dîner, ça serait top » , lâche le cuistot.



Hop, deux semaines plus tard, voilà le défenseur français à Nice face à l'ancienne Charvet girl. Adil a assuré : T-shirt blanc, grosse chaîne, quelques blagues affûtées... Kelly Slater est définitivement écrasé dans la mémoire de Pamela. Son mec à elle est un sportif, mais surtout un homme de convictions. Ils se plaisent, filent ensuite à Fréjus voir les potes et à Monaco où Adil roule des mécaniques. Mieux, il bombe le torse, explique à Pamela ses champions projects, fait tomber un Eddie Irvine un peu trop pressant autour de la piscine du Fairmont et lâche même un selfie pour Grég Malicki, Laurent Pichon et Peter Franquart. Il fait nuit sur la Principauté, Pamela connaît désormais tous les détails de la « bicycle » d'Adil contre Llagostera et le néo-couple se couche. Prévenante, la comtesse se lève et dégage une GoPro qui n'avait rien à foutre là. Une façon comme une autre de dire qu'elle est désormais contre l'arbitrage vidéo. Pamela peut désormais se coller contre son héros. Adil ne veut plus partir.

*NB : Ce qui suit est une fiction, et toute ressemblance avec des faits réels serait évidemment fortuite.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 45
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 9 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT)