En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. // 4e journée
  4. // Astra/Celtic Glasgow (1-1)

Il accuse un arbitre d'avoir ri de lui

Modififié
Jeudi soir, le joueur du Celtic Glasgow Leigh Griffiths est reparti bien malheureux du déplacement des siens à Astra où ses partenaires et lui n'ont pu faire mieux qu'un match nul (1-1).

Lors de ce match de Ligue Europa, les Écossais ont dominé toute la rencontre, mais n'ont jamais su marquer le deuxième but libérateur. Après s'être fait rejoindre à 10 minutes de la fin, les joueurs du Celtic ont toutefois marqué… par Griffiths. Le joueur a profité de l'interception manquée de son adversaire Cristian Oros pour tromper le gardien roumain. Au final, le but a toutefois été refusé, au grand désarroi de l'Écossais. « J'ai revu l'action, tout le vestiaire a revu l'action et tout le monde dit qu'il n'y a pas faute, a déclaré Griffiths. Je sais qu'il n'y avait pas faute, je suis simplement resté sur mes appuis et le type m'a sauté dessus. »

Selon le joueur du Celtic, l'arbitre de la rencontre, l'Ukrainien Serhiy Boiko, aurait eu un comportement pour le moins étrange à son égard. « L'arbitre n'a même pas sifflé immédiatement, s'est plaint Griffiths. Il m'a laissé partir célébrer et après il a annulé. Et il s'est mis à rire de ça. Il m'a semblé que sur toutes les fautes qu'il sifflait contre nous, il se mettait à rigoler. »


Le Celtic n'aime pas l'humour. AR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9