1. // Euro 2016
  2. // Gr.A
  3. // Albanie-Suisse
  4. // Itw Michel Pont

« Il a fallu décomplexer le football suisse par rapport aux grands voisins »

Adjoint de la Nati pendant près de 13 années, Michel Pont a quitté son poste il y a maintenant deux ans. Désormais observateur avisé, l'homme affable raconte le projet suisse, et évoque non sans crainte l'opposition future face aux Bleus. Sans neutralité.

La Suisse n’a jamais dépassé le premier tour d’un Euro. Cette année peut-elle être la bonne ?
Oui, absolument. Ce serait un manquement de ne pas passer ce tour-là, compte tenu du groupe, compte tenu de la qualité de l’équipe, mais surtout de la nouvelle formule. Avec le passage de 16 à 24 équipes, en ayant les deux premiers qualifiés, puis les meilleurs troisièmes, ce serait vraiment une très grosse contre-performance que la Suisse ne soit pas en 8es. La donne a un peu changé par rapport à avant, car avant, vous aviez les 16 favoris, ce qui faisait un championnat plus relevé que maintenant.

« Il y a des joueurs qui ont du mal à faire leur place en club, il y a eu pas mal de blessures, notamment dans l’axe central défensif, donc on est pleins de points d’interrogation. J’ai un peu moins de certitudes que je n’en avais il y a deux ans. »

La place logique de la Suisse sera la deuxième place ?
C’est l’objectif avoué du sélectionneur. Il veut arriver contre la France pour jouer la première place du groupe.

L’équipe suisse, qui a intégré de nombreux jeunes joueurs, est-elle assez mature pour aller chercher des gros poissons ?
Ça fait maintenant deux ans que j’ai arrêté avec la sélection. Mais j’aurais aimé aller en France avec Hitzfeld parce j’étais convaincu que l’équipe sur laquelle on a travaillé quatre bonnes années était mûre pour la France. Aujourd’hui, je suis un peu moins dedans, mais à en juger par les contre-performances, notamment en matchs amicaux, le brassage a été plus important que ce que je ne pensais. Il y a des joueurs qui ont du mal à faire leur place en club, il y a eu pas mal de blessures, notamment dans l’axe central défensif, donc on est pleins de points d’interrogation. Il y a un manque de certitudes, un manque d’un certaine ligne, et cela me fait dire que malheureusement, on n'est plus dans cette dynamique-là. On a deux matchs amicaux encore pour corriger cela, et préparer l’Albanie, qui va être un match déterminant, surtout moralement. Donc j’ai un peu moins de certitudes que je n’en avais il y a deux ans.


Lesquelles ?
Le coach cherche encore sa formule. Il a joué en 4-3-3, en 4-4-2, il a pris certaines options qui ne s’avèrent pas encore claires et indiscutables. Ça fouine encore, ça cherche encore la meilleure solution, et à ce titre, quand vous n’avez pas de certitudes dans ce que vous voyez, les questions se posent. Aujourd’hui, les jeunes qui sont dans l’équipe sont des jeunes qui auraient du mûrir, et qui auraient dû être des leaders plus qu’ils ne le sont actuellement. Je pense à des garçons comme Seferović, Shaqiri… Xhaka est également un leader né, mais il doit le montrer en équipe nationale. Sur les autres jeunes qui arrivent, il n’y a qu’Embolo qui s’impose, car c’est un talent à l’état pur, on n’en pas 36 en Suisse à ce niveau-là. En 2014, je pensais que le fruit serait mûr pour la France. Mais entre-temps, le fruit s’est un peu dilué.

Comment les Suisses abordent une nouvelle rencontre face aux Bleus ?
L’équipe suisse a toujours eu peur de l’équipe de France. On rencontre notre grand frère. Jamais l’équipe suisse n’a eu la prétention d’être à la hauteur de l’équipe de France, peut-être encore moins maintenant, compte tenu des certitudes de l’équipe de France ces six derniers mois. Mais c’est peut-être dans ce genre de match-là que l’équipe de Suisse peut se révéler. Quand elle est dos au mur, quand elle a le couteau sous la gorge, quand elle a la bonne chiasse au cul, celle qui donne l’adrénaline nécessaire pour se surpasser. Mais encore une fois, c’est le troisième match, et les deux premiers seront décisifs, puisque la Suisse est favorite.

« Il a fallu faire comprendre à tout le monde qu’il n’y avait pas de différences entre qui que ce soit, qu’ils soient fils d’Italiens, fils de Portugais, d’Espagnols de la deuxième génération d’immigration des années 60-70. »

C’est une habitude de la Nati de se révéler dans les moments difficiles ?
Oui, car nous n’avons pas assez de qualités pour en garder sous le coude. Chaque fois qu’on arrive un peu faciles, ou à 80% de nos capacités, on est une équipe qui redevient banale. Régulièrement contre les équipes plus petites, comme Chypre par exemple, dès qu’on a une once d’excès de confiance, de manque de concentration, on devient une équipe à la portée de n’importe qui. En revanche, quand elle réussit à se mobiliser, elle peut déranger n’importe quelle équipe. Maintenant, on n'est pas dans ces certitudes-là actuellement.

Et cette équipe de France, vous lui trouvez des défauts ?
J’émets juste un petit doute sur la défense centrale, qui selon les blessures, l’état de forme des uns et des autres, me semble être le point un peu vulnérable. Mais le bloc de l'équipe de France reste solide, et je pense que l’on a un très gros favori. L’amalgame s’est très bien fait, même après vos problèmes extra-sportifs.


Comment la Suisse gère-t-elle l’intégration de toutes ses communautés, qu’elles soient régionales ou en provenance d’autres pays ?
Nous, c’est naturellement une priorité, et une philosophie. Quand on a repris l’équipe nationale en 2001 avec Köbi Kuhn, nous étions deux entraîneurs suisses et nous connaissions bien les différences naturelles que le pays a. C’est dans notre nature de devoir nous entendre, de devoir ouvrir nos esprits, d’avoir de la tolérance. Et c’est ce qui s’était perdu au sein de l’équipe nationale avant notre arrivée. Dès le premier jour, ça a été notre leitmotiv et notre base de travail. Il a fallu faire comprendre à tout le monde qu’il n’y avait pas de différences entre qui que ce soit, qu’ils soient fils d’Italiens, fils de Portugais, d’Espagnols de la deuxième génération d’immigration des années 60-70. Avec Benaglio, Barnetta par exemple, on a tout de suite travaillé sur cet esprit-là, pour qu’il n’y ait aucune différence. On a voulu en faire une force, et c’est ce qui a été notre succès. Avant qu’on arrive, il y avait des clans, des clans de langue, des clans de couleur… On a balayé tout ça, en mettant des règles très strictes, un fonctionnement, un cadre… Finalement, la génération des Balkans est arrivée, et puis ça a été la même dynamique, le même travail, en ce sens qu’on rajoutait une différence, une mentalité supplémentaire, puisque les Benaglio-Barnetta étaient toujours, et que cette jeunesse galopante et balkanique est arrivée là avec cette insouciance, cette envie, et cela nous a amené un plus dans la fraîcheur, le fait qu’ils n’auraient aucun doute contre n’importe quel adversaire avec cette faim de réussir.

« La Suisse est politiquement correcte, la Suisse est polie, bien éduquée. On aime le consensus, on n'aime pas les bagarres. On a appris dès notre plus jeune âge à s’aimer les uns et les autres et à ne pas être dans le conflit. »

Dans l’opinion publique, la jeunesse balkanique ne pourrait pas être ciblée en cas d’échec ?
Ça, je ne peux pas le promettre, parce que lorsqu’on y était, on l’a expliqué, on l’a développé, on l’a travaillé. Maintenant, en deux ans, tout peut changer. C’est un travail de tous les instants, et il faut le rappeler à chaque rassemblement, appuyer là où ça fait mal. Autant c’est difficile à créer, autant ça se défait en deux temps trois mouvements si on n'y prend pas garde. Donc aujourd’hui, je ne sais pas exactement comment ça se passe en interne de l’équipe, mais les joueurs sont ce qu’ils sont, avec leur ego, leur évolution de carrière…

Vous parliez du grand frère français. Est-ce un complexe d’infériorité ou une réaction à la suffisance française ?
Vous savez, je suis suisse romand de Genève, donc je suis imbibé du football français, de la mentalité française. Comme les Suisses allemands par la Bundesliga et les Suisses italiens du championnat italien. On est tous dans nos régions le petit frère de quelqu’un en quelque sorte. Quand l’équipe suisse joue contre l’Allemagne, on chie nos culottes, quand on joue contre l’Italie et la France, c’est la même chose. Ça a une consonance très derby pour nous et on a été éduqués footballistiquement par nos trois grands voisins. Et pour moi, avec les joueurs qui sont suisses romands, c’est toujours particulier de jouer contre la France, parce que c’est un ogre pour nous. Alors, on a travaillé là-dessus pour atténuer ce complexe suisse. Mais vous savez, c’est dans nos gênes, dans notre éducation. La Suisse est neutre, la Suisse est politiquement correcte, le Suisse est polie, bien éduquée, on aime le consensus, on n'aime pas les bagarres. On a appris dès notre plus jeune âge à s’aimer les uns et les autres et à ne pas être dans le conflit. Donc quand vous avez affaire avec la haute compétition, quand il faut aller faire mal aux autres, se sortir de ses gonds pour affronter une équipe qui fait rêver de l’autre côté de la frontière, ça rend ce complexe suisse compliqué pour un entraîneur et des joueurs pleins d’ambitions. Donc il a fallu décomplexer nos mentalités et le football suisse par rapport aux grands voisins. Ça s’est atténué aujourd’hui, parce qu’on joue souvent contre eux, parce que l’écart se réduit un peu, notamment grâce au gros travail de formation, mais il reste toujours. Ça n’a rien à voir avec l’arrogance française, mais on est conscient que le potentiel de ces pays est supérieur et qu’il est difficile de l’atteindre.

Propos recueillis par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
C'est quand même assez marrant parce qu'en Suisse Romande quand on joue contre la France c'est vraiment le derby, LE match où on est censé (je dis bien censé cf 2014) tout donner. Alors qu'à l'inverse j'ai l'impression que les français en ont strictement rien à foutre de jouer contre nous (à l'exception peut être des dept. 74-01) et que c'est un match comme un autre. C'est le genre d'indifférence qui doit rendre fou notre très cher "soswiss"

Sinon, vraiment dommage que Pekto n'ait pas proposé à Michel Bridge de rester dans le staff de l'équipe nationale.
einmaleinstern Niveau : CFA2
"[...] quand elle a la bonne chiasse au cul"
Je me disais que le début d'interview était trop clean, sacré Michel ahah

Sinon c'est vrai qu'on vit une jolie période sportive en Suisse. C'est assez analogue au hockey sur glace où tu sais que tu peux être dans les meilleurs (cf. la récente 2ème place aux mondiaux) mais sans oublier que tu peux te faire marcher dessus par les gros. Faut se la jouer outsider!
Dan_Petrescu Niveau : CFA
Message posté par cfc1905
C'est quand même assez marrant parce qu'en Suisse Romande quand on joue contre la France c'est vraiment le derby, LE match où on est censé (je dis bien censé cf 2014) tout donner. Alors qu'à l'inverse j'ai l'impression que les français en ont strictement rien à foutre de jouer contre nous (à l'exception peut être des dept. 74-01) et que c'est un match comme un autre. C'est le genre d'indifférence qui doit rendre fou notre très cher "soswiss"

Sinon, vraiment dommage que Pekto n'ait pas proposé à Michel Bridge de rester dans le staff de l'équipe nationale.


Les amateurs (et connaisseurs) de football considèrent le match toujours comme un petit derby presque fraternel. On est voisins, c'est comme un France Belgique, la proximité linguistique joue beaucoup, donc ce n'est pas un match anodin.

Après du coté suisse allemand comme tu dis ils sont plus dans l'optique derby suisse allemand, pour vivre de ce coté là de la suisse c'est pas juste en football mais dans pas mal de sport.
"le Suisse est polie, bien éduquée"

De rien pour la relecture ;)
steven.mugiwara Niveau : DHR
Ahhh Michel .. nostalgie ! Un bon travail qui a été fourni durant toutes ces années, ce qu'il dit est vrai surtout au niveau des blessures.
Comme dit plus haut, j'ai aussi l'impression que nos petits copains frontaliers attendent impatiemment le match contre la Nati, mais hormis nos voisins l'attente est surtout de notre côté.
Aujourd'hui à la fan zone de Plainpalais à Genève, ça risque d'être chaud bouillant !
PierreFanFanJoséKarl Niveau : CFA
Hônnetement, pour l'euro on va être poli et bien éduqué. Parce qu'avant le mondial on pensait (moi le premier) qu'on taperait la France easy. Je l'avais même longuement théorisé sur So Foot.

Et on s'est pris 5-2.

Je parie qu'on va faire que des 0-0, je sais pas pourquoi, je le pressens...
il y a 40 minutes Crivelli à Angers 1
Hier à 22:21 City remporte le derby de New York 6
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 09:50 Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 10 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 10
vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8
Article suivant
Évra, prince des Ulis