Iker, Sara et les garçons

La dernière semaine, c'est toujours la plus longue. Alors pour s'occuper, rien de tel que les bonnes vieilles séries de notre adolescence. Real et Sevilla s'affrontent ce week-end. Attention aux doigts, les portes vont claquer.

0 2
« Cristiano va très bien. Il n'a pas besoin d'aller voir un psy pour lui expliquer qu'il ne doit pas se mettre autant de pression. Sur un terrain, il a toujours été égoïste et individualiste. Le Real le savait avant de l'acheter » . Sara Carbonero n'est pas à un poncif près. C'était en septembre dernier. Ronaldo avait du mal à faire démarrer son moteur à buts et même la femme du Saint se mêlait aux conversations de comptoir sur les plateaux de Telecinco. Trois mois ont passé mais la dernière semaine avant les vacances, c'est toujours la plus longue, surtout quand les vieux squelettes sont de sortie. Alors dans les médias espagnols, on se remémore les vieilles VHS en attendant le prochain épisode : Iker et Cri-Cri sont copains. Iker et Sara sont ensemble. Sara critique Cri-Cri, mais Iker défend Sara. Cri-Cri se sent trahi et va pleurer dans les bras de Flo(rentino). Vous suivez ?

Sergio Ramos, lui, est trop vert. Il aimerait aussi avoir un rôle dans la série. Mais il n'est que vice-capitaine. Alors il essaie de se faire remarquer par son metteur en scène portugais. Première étape : voler la vedette et tirer un péno à la place de Cri-Cri au Bernabeu (le 20 novembre contre Bilbao). Deuxième étape : créer le scandale en plein tournage de Clasico (neuf jours plus tard au Camp Nou), épisode-phare de la saison. Un rouge, deux baffes et une conférence de presse plus tard, Sergio n'a toujours pas décroché un premier rôle. Pire, il se nique le genou et c'est sa doublure officielle qui prend sa place sur le set. Car au Real, la vraie star, c'est Mourinho et avant de jouer Saragosse (victoire 3-1), le coach guesh en profite pour flinguer les starlettes : « Sergio est blessé mais de toute façon, c'est Arbeloa qui allait être titulaire. Il le mérite » . Et Florentino de résumer : « Tout ce qui se passe au Real Madrid a une répercussion mondiale » . Et c'est surtout grâce aux acteurs.

Mais les pantalonnades et les coups de théâtre surjoués à Madrid ne sont que le retour du refoulé. Jamais le Real n'avait été aussi fort depuis deux ans, jamais les Madridistes n'avaient eu autant envie de se venger du 6-2 maudit, jamais un Merengue n'avait été aussi confiant avant d'affronter l'invincible Barça. A l'époque, le Real marchait sur l'eau, Iker aimait Cristiano et Cristiano aimait Iker. Mais le Real en a pris cinq au Camp Nou. Du coup, Cristiano énerve tout le monde, surtout quand le Barça est premier. Même les pages transferts de Marca ne consolent plus personne. La presse locale sort donc ses meilleurs marronniers et s'en remet à une valeur sûre : Sara, Cristiano, Iker. Une femme, deux hommes, trois possibilités.

Scénario à l'andalouse

Dimanche, le Real reçoit un vieux copain acteur, lui aussi en pleine dépression. Le Sevilla du président Jose Maria Del Nido enchaîne les bides depuis un mois : cinq défaites d'affilée, deux escapades nocturnes de Romaric et Zokora à Barcelone la veille du match au Camp Nou (défaite 5-0 et 30.000 euros d'amende chacun) et un entraineur plus tard, le « meilleur club de Coupe du Roi depuis cinq ans » (dixit Marlon Del Nido himself) est onzième en Liga, à huit points de l'Europe. Pas terrible pour un candidat au titre de « champions des normaux » (idem) d'Espagne. Ce sont les pires statistiques du club depuis l'an 2000. Cette saison-là, les Andalous descendaient même en deuxième division pour fêter le nouveau millénaire. Mais cette semaine, Séville va mieux. Le club s'est même qualifié pour les huitièmes de finale de l'Europa League sans perdre contre Dortmund. Mais se rendre au Bernabeu en pleine convalescence n'est préconisé par aucun médecin sérieux. Le Real y guettera sa neuvième victoire à domicile d'affilée, histoire de passer l'hiver dans la roue arrière du Barça. Vivement 2011 et la nouvelle saison.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"Une femme, deux hommes, trois possibilités". Moi j'en vois même quatre!
Un article Voici (ou Gala) en guise de présentation du match de ce soir.

Je croyais que c'était le Bayern le FC Hollywood.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Solbakken, le surdoué
0 2