Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Lyon-CSKA

Igor Akinfeev, il était une fois en Russie

Adulé en Russie, parfois moqué ailleurs en raison de ses performances inconstantes, Igor Akinfeev n'a pas fait mentir sa réputation lors des huitièmes de finale aller de C3, en se rendant coupable d'une sortie hasardeuse, qui a permis aux Lyonnais de l'emporter face au CSKA, à Moscou (0-1). Du grand classique pour un type voué corps et âme à Mother Russia. Et qui a presque logiquement tendance à tourner de l’œil quand l'Europe pointe le bout de son nez.

Modififié

C'est une statistique qui en dit long sur le bonhomme. Le 22 novembre dernier, Igor Akinfeev mettait fin à une série historique. Alors que le CSKA s'impose deux buts à zéro en phase de groupes de C1 face au Benfica, le portier réussit à ne pas prendre de but en Ligue des champions pour la première fois depuis onze ans. Onze longues années, où il aura disputé 43 matchs dans la plus prestigieuse compétition européenne, en allant au moins une fois chercher la sphère au fond de ses filets à chaque rencontre.

Grandeur et décadence


Sans doute de quoi dégoûter à peu près n'importe quel gardien des joutes continentales. Pourtant, l'éternel portier du CSKA a initialement eu sa part de succès et de gloire en dehors des frontières russes. Il suffit de rembobiner sa destinée pour s'en rendre compte. Dix ans plus tôt, le 21 juin 2008, Akinfeev et la Russie éliminaient les Pays-Bas pour se qualifier en demi-finale de l'Euro 2008. À 22 ans, le dernier rempart de la Sbornaya, également vainqueur de la C3 avec le CSKA Moscou en 2005, a les gants chauds, la vie devant lui et une réputation alléchante de nouveau Lev Yachine. Mais aussi une belle brochette de clubs étrangers, surtout anglais, qui lui mangent dans la main pour tenter de lui faire quitter la Russie.


Sans succès. À chaque mercato, la réponse d'Igor est invariablement la même : « Niet. » À 25 piges, en 2012, le gardien décide de jouer cartes sur table une bonne fois pour toutes : « Demandez-moi si je veux quitter le CSKA. Je vous répondrai non. » Les dés sont jetés. Le temps passe, les modes aussi et le soufflé Akinfeev retombe. Désormais, les quelques fois où le portier fait parler de lui au-delà de la Russie, c'est rarement à son avantage. Son inhabilité à garder sa cage inviolée en C1 devient notamment un running gag qu'on ressort avec gourmandise du placard.



En sélection, tout va aussi de mal en pis : le Mondial 2014 d'Igor est cauchemardesque. Auteur d'une énorme cagade contre la Corée du Sud et d'une sortie complétement ratée contre l’Algérie, le portier coule à chaque rencontre, et la Russie rentre dès la fin de la phase de poules à la maison. Bis repetita à l'Euro 2016, où Akinfeev ne peut empêcher l'élimination des siens, qui terminent derniers de leur groupe. Pas terrible pour un futur Lev Yachine.


En 2013, Rinat Dasaev, l'ex-portier de l'URSS, avait sa petite explication sur la dés-évolution de son successeur : « Il était extrêmement prometteur, mais il n'a pas pu réaliser son potentiel. Il ne progresse plus depuis plusieurs saisons... C'est vraiment le moment pour lui de bouger à l'étranger... S'il ne le fait pas vite, il stagnera. » Cinq ans plus tard, c'est pourtant toujours la tronche d'Igor Akinfeev qu'on peut apercevoir dans les cages du CSKA. Une histoire de mauvais choix sportifs, donc. Mais des choix qui, aux yeux d'Igor, ne pèsent sans doute pas bien lourd face à un critère qui écrase tous les autres : celui de l'amour de son drapeau.


« J'allume une bougie et mon âme s’apaise »


S'il n'est plus aussi étincelant que dans ses jeunes années, Akinfeev reste une icône incontestée sur ses terres : élu neuf fois meilleur gardien de l'année en Russie par la presse nationale, fait chevalier de l’Ordre de l’amitié par Vladimir Poutine, il a également été nommé ambassadeur du Mondial 2018 par le comité organisateur de la Coupe du monde. Surtout, alors que seulement trois des 23 joueurs appelés pour les derniers matchs amicaux de la Sbornaya évoluaient à l'étranger, Igor personnifie mieux que quiconque ce football russe viscéralement enraciné sur ses terres. Et donc pas franchement obsédé par l'idée de partir chercher son bonheur ailleurs.


Un refus de bouger lié non seulement à l'amour de son pays natal, mais aussi à un rapport avec la religion et la spiritualité qu'Akinfeev avance ne trouver qu'en Russie : «  Je sais qu'il y a des équipes très fortes, mais en vérité, j'aime le CSKA et la Russie... Je pense même que personne n'aime le CSKA plus que moi... J'aime l'âme russe, les paysages russes, je crois en Dieu, et je suis les préceptes de l'église orthodoxe... En fait, j'essaie d'aller le plus souvent possible à l'église, j'allume une bougie et mon âme s’apaise... Je ne pourrais pas retrouver ça en Europe. La vérité, c'est que même deux semaines de mise au vert en Europe me dépriment. » Au moins ça de pris pour l'OL, qui pourra toujours compter sur le mal du pays qui semble invariablement habiter le gardien russe dès qu'il pose le pied un peu trop loin de son berceau. Mais quelle que soit la fin de l'histoire entre Lyon et le CSKA ce jeudi soir, Igor Akinfeev sait sans doute déjà où il veut achever la sienne : chez lui, en Russie.

Par Adrien Candau Propos d'Igor Akinfeev issus du livre The Outsider : A History of the Goalkeeper.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 92
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 4 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 15 lundi 13 août Rooney, héros de la 95e minute 18 lundi 13 août Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 27