1. //
  2. // Cardiff City FC

Idriss Saadi : « Faut pas tomber en panne d’essuie-glaces ici ! »

Excellent la saison dernière avec Clermont en Ligue 2, Idriss Saadi évolue désormais en Championship avec Cardiff. Revenu en forme après plusieurs mois de blessure, l’attaquant franco-algérien nous explique comment il a vécu ses premiers pas au pays de Galles. Entre surfeurs, chips et les yaourts Mamie Nova !

Modififié
Idriss, déjà, première question, elle est simple. Comment ça va ?
Tout rentre dans l’ordre. Je n’ai jamais eu de soucis supplémentaires avec mon genou opéré il y a un an. Ça n’a jamais été une histoire de genou en fait. Quand je suis arrivé à Cardiff, la visite médicale a été plus poussée qu’en France. J’ai fait énormément de tests. Ça faisait 7-8 mois depuis ma grosse blessure, donc c’était normal d’avoir encore des déficits musculaires légers. Pour les dirigeants, il était important de ne pas prendre de risques, ils ne voulaient pas que je rechute.

Tu as évoqué une visite médicale « plus poussée » . Tu peux nous expliquer ?
En fait, les dirigeants m’ont refait un programme individuel pour éviter que je me reblesse. Ils m’ont dit que tout était ok, qu’au niveau cardiaque, du sang, il n’y avait rien, mais, en revanche, ils n’aimaient pas qu’il y ait un déficit. Et avant de me faire jouer, ils voulaient me préparer pendant six semaines musculairement et athlétiquement, même si j’avais déjà refait des matchs avec Clermont. Les six semaines se sont très bien déroulées, car je n’avais pas de problème physique. Ils m’ont surtout fait bosser le physique au niveau des jambes, ce que je n’avais jamais trop fait, car j’ai des grosses cuisses naturellement, on va dire ça comme ça. Eux font vraiment de la musculation des jambes.

Et donc que s’est-il passé puisque tu n’as pas beaucoup joué avec Cardiff ?
J’en étais à ma troisième prépa en huit mois, donc j’avais une petite fatigue. Ils m’ont alors fait faire un test au biodex, sur la machine, pour voir si je n’avais pas de déficit quadriceps-ischio-jambiers. Ça, c’était bon. Ça s’est déroulé le vendredi après-midi, et le samedi matin, ils ont voulu me faire faire un test de sprints pour savoir si j’étais bien. Je leur ai dit que j’étais fatigué, mais ils pensaient que ça allait tenir. Et ça a lâché. Je me suis fait une déchirure d’un centimètre au niveau du tendon de l’ischio-jambier. C’était trois semaines, un mois, pas grand-chose. Et en fait, je suis revenu au bout de trois semaines et c’est là que j’ai effectué ma première entrée. Et avec l’adrénaline et tout, j’y suis allé et j’ai fait une rechute. Je n’étais pourtant entré en jeu que pour les 15 dernières minutes. Ça n’a pas tenu, ça a redéchiré au même endroit et en plus grave. Ça a mis 10 semaines depuis le 7 novembre.

« Ici, l'emmental est archi-cher et les petits pois sont des gros petits pois en fait. » Idriss Saadi

Du coup, tu es en train de revenir petit à petit. Tu as notamment marqué avec la réserve.
Je n’ai disputé que 45 minutes par rapport au terrain, très boueux. Le préparateur physique n’a pas voulu que je fasse plus, car ça pouvait être dangereux et que ça ne servait à rien de prendre des risques. Au final, ça s’est bien passé. Pour le terrain, on m’avait prévenu, car il avait beaucoup plu avant. D’habitude, les réserves évoluent dans les stades des pros, mais là, la pelouse venait d’être changée, donc on a joué sur un terrain de la mairie, à côté, qui n’appartenait pas au club. Donc c’était catastrophique, mais on le savait. Faut pas se trouver d’excuses, mais le terrain, ce n’était pas l’idéal pour jouer au football.

Vidéo

Et ta vie au pays de Galles, elle est comment ?
Elle se passe plutôt bien. C’est simplement un autre mode de vie. C’est différent, car il pleut tous les jours. C’est hallucinant. Je n’ai jamais vu ça. Si c’était la même chose en France, je pense qu’on aurait des inondations beaucoup plus souvent. Mais, je ne sais pas, ici, la terre doit mieux absorber qu’en France. C’est clair et net qu’il ne faut pas tomber en panne d’essuie-glaces. Il ne fait pas aussi froid qu’en France en revanche. Je n’ai pas connu les moments où il neige, où ça gèle. De toute façon, on m’a prévenu que c’était entre 0 et 25 degrés, les températures. C’est ni trop froid ni trop chaud. C’est température ambiante toute l’année. Le truc, c’est que tu n’as que juillet-août où tu n’es pas trempé. Le reste de l’année, t’es mouillé.

La bouffe, tu t’y es fait ?
Au niveau de la nourriture, on ne trouve pas non plus les mêmes choses qu’en France. Ce n’est pas le même régime alimentaire. Tout ce qui est produit laitier déjà. Ici, le fromage principal, c’est le cheddar et après trouver de l’emmental pour du gruyère, y’en a pas. Si t’en as un dans un magasin, c’est exceptionnel et il sera archi-cher car ce n’est pas un produit local. Les petits pois, ce sont des gros petits pois ici. Leurs yaourts à eux, c’est spécial en fait. Y a Bonne Maman, mais y a pas Mamie Nova ni Danone. En fait, il n’y a pas les marques qu’on a l’habitude de voir. Il n’y a pas d’Ice-Tea, Oasis et pas vraiment de boissons non-gazeuses.


As-tu fait des découvertes culinaires ?
La vérité, je suis resté dans mes standards. J’ai pas cherché à découvrir la nourriture locale. Ma femme cuisine bien, donc on a tout adapté. L’avantage aussi, c’est qu’on peut manger au club et que les cuistots font bien à manger. Pratiquement tous les midis, on mange là-bas. Je peux avoir à peu près ce que je connais, des pommes de terre, des pâtes.

« J’habite en face de la mer, à 100 mètres. Il y a du vent très souvent, la pluie qui va avec, de très grosses vagues et beaucoup de surfeurs. Ils en profitent. » Idriss Saadi

Là-bas, tu as dû te mettre à la conduite à gauche également ?
Les deux premières semaines, ça faisait bizarre, car je ne conduisais pas. J’étais passager et j’avais l’impression qu’on allait faire des face-à-face tout le temps. Mes yeux partaient à l’opposé de là où il fallait aller. J’étais inversé. Ça faisait drôle. Aujourd’hui, avec ma voiture française, ici, ça va. C’est une histoire d’habitudes. C’est vrai que j’ai acheté une voiture avec le volant à droite et ça a été difficile. Franchement, tous les repères sont perdus. On ne sait même pas comment regarder dans le rétro. Les choses simples dont on a l’habitude deviennent difficiles. Passer les vitesses, c’est main gauche. Il a vraiment fallu s’adapter et faire attention au début. Aujourd’hui, droite-gauche, y a plus de problème. Franchement, je ne vais pas me lancer des fleurs, mais niveau conduite, ça va. Je m’adapte vite.

C’est la même chose pour ta famille, elle s’est vite adaptée ?
Ils ne se plaignent pas trop. C’est plus difficile pour eux, car ils ne sont pas là dans un but précis. Faut retrouver des habitudes. Au niveau des activités, vu qu’il pleut beaucoup, c’est plus difficile d’en faire. Au niveau de la langue, moi, ça va, mais ma femme est en train d’apprendre. Ce n’est pas facile. On ne connaît pas tout le vocabulaire. L’adaptation n’est pas simple, mais ils s’y font. Après, ils rentrent régulièrement en France, tous les deux mois pour voir la famille. Ça les dépayse moins comme ça.

Un des buts d'Idriss, à Clermont (à 1 min 44)
Vidéo

Est-ce qu’il y a des Français qui t’ont aidé au début pour t’intégrer ?
L’intendant du club parle français, c’est un avantage. Il s’appelle Callum Davies. Il a étudié en France pendant un an. Il était à Montpellier l’année où le club a été champion de France. Il parle très, très bien. Au club, je parlais beaucoup plus avec Gaby (Gabriel Tamas est parti depuis au Steaua Bucarest, ndlr) qu’avec Bruno (Ecuele Manga), car il est plus réservé et timide. Après, chez les jeunes, il y a un Belge, capitaine de la sélection U18, Marco Weymans, et un Français aussi, Jordan Blaise, passé par Bordeaux. Après, j’ai pas peur de parler anglais et de me tromper. Vu que j’ai souvent été tout seul avec les kinés et que j’ai travaillé en marge du groupe, je me suis vite adapté et j’ai pu rapidement parler anglais.


Il paraît que la mer n’est pas loin de chez toi...
J’habite en face, à Ogmore-by-Sea. C’est à 100 mètres de chez moi. Il y a du vent très souvent, la pluie qui va avec et de très grosses vagues. Mais ici, ça ne les dérange pas, ils doivent avoir l’habitude. Il y a beaucoup de surfeurs. Vu qu’il y a des grosses vagues, ils en profitent.

« Deux fois par semaine, on fait pipi dans des pots afin de savoir si on est bien hydratés. Si ça n’est pas le cas, c’est sanction financière. » Idriss Saadi

Comment tu juges la ville de Cardiff ?
Elle est vraiment bien. C’est récent. Il y a le même type de magasins qu’en France. Il y a H&M, Zara, Primark, les magasins qu’on connaît quoi. Vu que ce sont des grandes enseignes, ça ne change pas de la France. Ce qui change beaucoup, c’est la manière dont ils font leurs courses. En France, on a l’habitude de faire un gros plein de courses et d’y retourner dix jours après. Ici, les caddies sont petits. Les gens, je crois, font leur course à la semaine ou au jour le jour. Au niveau de l’organisation des rayons, ce n’est pas pareil non plus. Au début, on est surpris. Par exemple, il y a des rayons entiers de chips et de sodas. Il y en a de toutes les sortes, c’est un truc de fou. Avec ma femme, on était choqués. Il y avait deux rayons remplis, mais remplis ! C’est pas la moitié cacahuètes, la moitié chips ou apéritifs. C’est que chips ! Ici, au restaurant, tu peux demander un menu avec des chips, comme si c’était des frites. Sinon, il y a des pommes de terre sautées ou de la salade. Mais les chips, ça fait partie du choix dans le menu. Je n’en raffole pas plus que ça, mais c’est impressionnant. C’est ce que tu vois en premier quand tu entres dans les magasins, donc tu te dis qu'il y a un souci (rires).


Revenons au football, les infrastructures, elles sont comment ?
C’est incroyable (il répète plusieurs fois). Par exemple, si on doit comparer la Ligue 2 et le Championship, il y a des années-lumière qui séparent les deux. C’est impressionnant. En France, on en parle souvent en disant que l’Angleterre, c’est mieux ceci, cela. C’est un mythe un peu. On ne connaît pas réellement tant qu’on ne l’a pas vécu. Et niveau football, c’est fou, fou, fou. C’est tout. À Cardiff, on a la chance d’avoir un stade qui est quasiment neuf (construit en 2003), c’est le top du top. La pelouse, on l’a encore changée dernièrement, donc on a des galettes. Les supporters, c’est en moyenne 20-24 000. Ça chante et tout. Ils démarrent le match par un chant traditionnel, car au pays de Galles, ils ont leur propre culture, leur propre langue parfois. Quand on passe de Clermont où il y a 3-4000 de moyenne à 24 000, ça change vraiment. C’est pas comme Saint-Étienne, où c’est un truc de fou aussi. En revanche, si on retrouve la Premier League, ça peut devenir comme Saint-Étienne. Ici, ce sont vraiment des amoureux du football. Dans la rue, les supporters peuvent t’arrêter, mais si je suis avec ma famille, ils me saluent juste. C’est une forme de respect, je pense. En revanche, les jours de match, quand c’est l’heure du football, là, ils t’arrêtent, demandent des photos, des autographes.



Et le centre d’entraînement, il est comment ?
Je ne sais pas comment c’est dans toute l’Angleterre, mais ici, j’ai l’impression qu’au niveau de la technologie, on a les moyens de la moitié des clubs de Ligue 1 au moins, voire plus. Deux fois par semaine, on fait pipi dans des pots afin de savoir si on est bien hydratés. Si ça n’est pas le cas, c’est sanction financière. On a l’obligation de manger au club. On a des protéines, des compléments alimentaires mis à disposition. Tous les joueurs peuvent en avoir s’ils en ont besoin. Tous les entraînements, on a les GPS sur le dos, et nos résultats sont analysés. Ils te prennent en photo dans toutes les positions possibles et imaginables quand tu arrives au club. Il faut faire des sauts. Ils t’enregistrent en vidéo. Ils calculent si tu n’as pas un déficit au niveau d’une section de ton corps. Ça m’a surpris. Ils ont toutes les données qu’il faut sur moi, il n’y a plus de secrets (rires). Ils regardent ton équilibre aussi et ils ajustent ton travail par rapport à tes manques. Comme quand ils avaient vu pour moi. Ils m’ont rééquilibré et maintenant je marche droit (rires). Avant l’entraînement, ils te demandent ton état de fatigue, l’état musculaire, si on a bien dormi, et après l’entraînement, on met une note sur vingt pour la séance. Tous les jours ! Si c’est dur, je dis que ça a été dur. Ici, il y a de quoi de travailler. Je progresse et il ne manque plus qu’à montrer sur le terrain.

Il y a d’autres choses qui t’ont marqué côté foot ?
Ce qui m’a marqué, c’est que moi qui viens de Ligue 2, un championnat qui n'est connu qu’en France quasiment, et bah quand j’ai fait ma première entrée juste quinze minutes, j’avais déjà un chant à mon nom. Ça m’a choqué. On me l’a dit, car je n’ai pas tilté vu que j’étais dans mon match. Et c’est l’intendant qui m’a dit ça. Les paroles, ça fait : « Saadi, baby, Saadi oh oh oh ! » Je ne connais pas l’air, seulement les paroles. Ça m’a vraiment marqué. C’est fou. En ville, les supporters ont beaucoup de maillots de toutes les époques. Ils sont attachés à l’identité du club, moins aux joueurs.

« Personne ne s’attendait à ça de la part de Riyad Mahrez ! Même ici, à Cardiff, on m’en a parlé. À l’heure actuelle, on peut sans doute le comparer à Eden Hazard. Ici, ça va très, très vite. C’est incroyable. » Idriss Saadi

Comment s’est déroulée ton arrivée à Cardiff ?
Avant que je me blesse (au genou), j’avais beaucoup de demandes, ça c’est normal. Après la blessure, beaucoup moins, ce qui est normal aussi (rires). Je savais que les clubs gardaient un œil sur moi et qu’ils attendaient de voir comment je revenais, ce qui est assez logique. Le chirurgien était content de l’opération et j’ai tout fait pour revenir vite et bien. En rejouant, je pensais avoir des contacts qui allaient revenir plus rapidement. Il y a très peu de clubs qui ont pris le risque, alors que beaucoup étaient intéressés. Ils se posaient des questions, ils attendaient. Au final, j’ai eu le Gazélec Ajaccio. Ce sont eux qui sont venus en premier. C’était la Ligue 1, donc ça m’avait intéressé dans un premier temps. Mais ils ne pouvaient pas recruter à titre onéreux, je crois. Clermont ne voulait pas me laisser en prêt. Ça a mis du temps ensuite. J’ai eu une offre concrète de Courtrai en Belgique et puis celle de Cardiff. Par rapport à tout ce qu’il y avait eu en janvier, c’est vrai que c’était très limité. Avant ma blessure, j’ai dû avoir entre dix et quinze propositions. Avant l’été et la préparation physique, j’en avais zéro. Quand j’ai commencé à rejouer, deux trois clubs se sont finalement manifestés. C’est un peu logique aussi, car après, au mois d’août, les clubs n’ont plus forcément le budget pour ça, car le recrutement a déjà été fait. Fin août, on a beaucoup moins de possibilité qu’au début du mercato. Ça fait partie du foot. Ce n’était pas une désillusion. Au moment où je me suis blessé, je savais que ça allait être difficile. Quand tu fais du foot, tu sais que ça va vite, qu’il y a tellement d’enjeux que la plupart des clubs ne prennent pas trop de risques. Je me suis blessé le 24 janvier. Et les propositions, je les avais depuis décembre. Mais il me restait deux ans et demi de contrat à Clermont. Et j’aime pas partir comme ça, surtout que le club n’était pas bien classé, pas serein. Je me voyais mal abandonner tout le groupe, alors que Clermont avait misé sur moi, quand, à Saint-Étienne, on ne voulait plus me faire jouer. Je voulais aussi que le club s’y retrouve financièrement. Il ne faut pas partir pour partir. Une blessure comme les croisés, on ne peut pas la prévoir.


Il y a quelques mois, ton nom circulait pour l’équipe d’Algérie. Est-ce que les membres du staff algérien ont pris de tes nouvelles ?
Je n’ai pas eu de nouvelles du staff algérien. Pas du tout.

On vient de parler de l’Algérie, tu évolues dans le championnat anglais, tu ne vas pas échapper à la question. Riyad Mahrez, alors, c’est la folie ?
Personne ne s’attendait à ça de sa part ! Même ici, on m’en a parlé. À l’heure actuelle, on peut sans doute le comparer à Eden Hazard. Ici, ça va très, très vite. C’est incroyable.

Propos recueillis par Tanguy Le Séviller
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

GovouLegend Niveau : CFA
Cœur sur toi Idriss !

Signé : Un Clermontois Anonyme.
Il était annoncé comme la pépite de l'époque à Sainté et puis ça a fait flop!
Peu de temps de jeu et lorsqu'il en avait il était moyen! Dommage car en CFA il plantait à tout va.

Par contre ce qui m'impressionnait c'était son physique. A 18 ans il avait déjà une masse musculaire hallucinante!
GovouLegend Niveau : CFA
J'en profite pour souligner le recrutement clermontois qui récupère justement pas mal de ces "flops" de centres de formation (en général gratuitement) et parvient à les relancer.
Le fait que la pression autour du résultat soit quasi nulle dans ce club aide certainement beaucoup. N'empêche qu'ils multiplient les jolis coups.
Exactement, Clermont a acheté 1 joueur sur ces 10 dernières années il me semble (sans avoir la stat précise) et s'est toujours retrouvé avec une équipe pas mauvaise. Quand on regarde les joueurs passés (en pret ou en signature libre) par Clermont c'est pas que des tops players mais c'est pas mal non plus: Brahimi, Alessandrini, Privat, Salibur, Da Silva, Imorou, ... pour les premiers qui me viennent en tête
Message posté par Nola
Exactement, Clermont a acheté 1 joueur sur ces 10 dernières années il me semble (sans avoir la stat précise) et s'est toujours retrouvé avec une équipe pas mauvaise. Quand on regarde les joueurs passés (en pret ou en signature libre) par Clermont c'est pas que des tops players mais c'est pas mal non plus: Brahimi, Alessandrini, Privat, Salibur, Da Silva, Imorou, ... pour les premiers qui me viennent en tête


Oui, tout à fait on peut aussi rajouter Medhi Benatia.

Habitant sur Clermont, Saadi a vraiment pas eu de chance avec cette blessure, il portait l'équipe a bout de bras. J'aurai bien aimé le voir dans une équipe de Ligue 1 car c'est un attaquant solide et rapide, instinctif devant le but ce qu'on aime voir dans les stades en faite !
il y a 2 heures Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 1
Hier à 20:54 L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 Hier à 19:06 Kembo Ekoko à Bursaspor 2 Hier à 18:17 La bastos de Marcos Alonso 3 Hier à 16:53 Il foire sa panenka à la 96e minute 21
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 13:45 La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 Hier à 12:40 Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 56 Hier à 11:46 Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 7 Hier à 11:19 Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 Hier à 10:18 La demi-volée de Gignac 10 Hier à 09:01 Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6
samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15