En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Cardiff City FC

Idriss Saadi : « Faut pas tomber en panne d’essuie-glaces ici ! »

Excellent la saison dernière avec Clermont en Ligue 2, Idriss Saadi évolue désormais en Championship avec Cardiff. Revenu en forme après plusieurs mois de blessure, l’attaquant franco-algérien nous explique comment il a vécu ses premiers pas au pays de Galles. Entre surfeurs, chips et les yaourts Mamie Nova !

Modififié
Idriss, déjà, première question, elle est simple. Comment ça va ?
Tout rentre dans l’ordre. Je n’ai jamais eu de soucis supplémentaires avec mon genou opéré il y a un an. Ça n’a jamais été une histoire de genou en fait. Quand je suis arrivé à Cardiff, la visite médicale a été plus poussée qu’en France. J’ai fait énormément de tests. Ça faisait 7-8 mois depuis ma grosse blessure, donc c’était normal d’avoir encore des déficits musculaires légers. Pour les dirigeants, il était important de ne pas prendre de risques, ils ne voulaient pas que je rechute.

Tu as évoqué une visite médicale « plus poussée » . Tu peux nous expliquer ?
En fait, les dirigeants m’ont refait un programme individuel pour éviter que je me reblesse. Ils m’ont dit que tout était ok, qu’au niveau cardiaque, du sang, il n’y avait rien, mais, en revanche, ils n’aimaient pas qu’il y ait un déficit. Et avant de me faire jouer, ils voulaient me préparer pendant six semaines musculairement et athlétiquement, même si j’avais déjà refait des matchs avec Clermont. Les six semaines se sont très bien déroulées, car je n’avais pas de problème physique. Ils m’ont surtout fait bosser le physique au niveau des jambes, ce que je n’avais jamais trop fait, car j’ai des grosses cuisses naturellement, on va dire ça comme ça. Eux font vraiment de la musculation des jambes.

Et donc que s’est-il passé puisque tu n’as pas beaucoup joué avec Cardiff ?
J’en étais à ma troisième prépa en huit mois, donc j’avais une petite fatigue. Ils m’ont alors fait faire un test au biodex, sur la machine, pour voir si je n’avais pas de déficit quadriceps-ischio-jambiers. Ça, c’était bon. Ça s’est déroulé le vendredi après-midi, et le samedi matin, ils ont voulu me faire faire un test de sprints pour savoir si j’étais bien. Je leur ai dit que j’étais fatigué, mais ils pensaient que ça allait tenir. Et ça a lâché. Je me suis fait une déchirure d’un centimètre au niveau du tendon de l’ischio-jambier. C’était trois semaines, un mois, pas grand-chose. Et en fait, je suis revenu au bout de trois semaines et c’est là que j’ai effectué ma première entrée. Et avec l’adrénaline et tout, j’y suis allé et j’ai fait une rechute. Je n’étais pourtant entré en jeu que pour les 15 dernières minutes. Ça n’a pas tenu, ça a redéchiré au même endroit et en plus grave. Ça a mis 10 semaines depuis le 7 novembre.

« Ici, l'emmental est archi-cher et les petits pois sont des gros petits pois en fait. » Idriss Saadi

Du coup, tu es en train de revenir petit à petit. Tu as notamment marqué avec la réserve.
Je n’ai disputé que 45 minutes par rapport au terrain, très boueux. Le préparateur physique n’a pas voulu que je fasse plus, car ça pouvait être dangereux et que ça ne servait à rien de prendre des risques. Au final, ça s’est bien passé. Pour le terrain, on m’avait prévenu, car il avait beaucoup plu avant. D’habitude, les réserves évoluent dans les stades des pros, mais là, la pelouse venait d’être changée, donc on a joué sur un terrain de la mairie, à côté, qui n’appartenait pas au club. Donc c’était catastrophique, mais on le savait. Faut pas se trouver d’excuses, mais le terrain, ce n’était pas l’idéal pour jouer au football.

Vidéo

Et ta vie au pays de Galles, elle est comment ?
Elle se passe plutôt bien. C’est simplement un autre mode de vie. C’est différent, car il pleut tous les jours. C’est hallucinant. Je n’ai jamais vu ça. Si c’était la même chose en France, je pense qu’on aurait des inondations beaucoup plus souvent. Mais, je ne sais pas, ici, la terre doit mieux absorber qu’en France. C’est clair et net qu’il ne faut pas tomber en panne d’essuie-glaces. Il ne fait pas aussi froid qu’en France en revanche. Je n’ai pas connu les moments où il neige, où ça gèle. De toute façon, on m’a prévenu que c’était entre 0 et 25 degrés, les températures. C’est ni trop froid ni trop chaud. C’est température ambiante toute l’année. Le truc, c’est que tu n’as que juillet-août où tu n’es pas trempé. Le reste de l’année, t’es mouillé.

La bouffe, tu t’y es fait ?
Au niveau de la nourriture, on ne trouve pas non plus les mêmes choses qu’en France. Ce n’est pas le même régime alimentaire. Tout ce qui est produit laitier déjà. Ici, le fromage principal, c’est le cheddar et après trouver de l’emmental pour du gruyère, y’en a pas. Si t’en as un dans un magasin, c’est exceptionnel et il sera archi-cher car ce n’est pas un produit local. Les petits pois, ce sont des gros petits pois ici. Leurs yaourts à eux, c’est spécial en fait. Y a Bonne Maman, mais y a pas Mamie Nova ni Danone. En fait, il n’y a pas les marques qu’on a l’habitude de voir. Il n’y a pas d’Ice-Tea, Oasis et pas vraiment de boissons non-gazeuses.


As-tu fait des découvertes culinaires ?
La vérité, je suis resté dans mes standards. J’ai pas cherché à découvrir la nourriture locale. Ma femme cuisine bien, donc on a tout adapté. L’avantage aussi, c’est qu’on peut manger au club et que les cuistots font bien à manger. Pratiquement tous les midis, on mange là-bas. Je peux avoir à peu près ce que je connais, des pommes de terre, des pâtes.

« J’habite en face de la mer, à 100 mètres. Il y a du vent très souvent, la pluie qui va avec, de très grosses vagues et beaucoup de surfeurs. Ils en profitent. » Idriss Saadi

Là-bas, tu as dû te mettre à la conduite à gauche également ?
Les deux premières semaines, ça faisait bizarre, car je ne conduisais pas. J’étais passager et j’avais l’impression qu’on allait faire des face-à-face tout le temps. Mes yeux partaient à l’opposé de là où il fallait aller. J’étais inversé. Ça faisait drôle. Aujourd’hui, avec ma voiture française, ici, ça va. C’est une histoire d’habitudes. C’est vrai que j’ai acheté une voiture avec le volant à droite et ça a été difficile. Franchement, tous les repères sont perdus. On ne sait même pas comment regarder dans le rétro. Les choses simples dont on a l’habitude deviennent difficiles. Passer les vitesses, c’est main gauche. Il a vraiment fallu s’adapter et faire attention au début. Aujourd’hui, droite-gauche, y a plus de problème. Franchement, je ne vais pas me lancer des fleurs, mais niveau conduite, ça va. Je m’adapte vite.

C’est la même chose pour ta famille, elle s’est vite adaptée ?
Ils ne se plaignent pas trop. C’est plus difficile pour eux, car ils ne sont pas là dans un but précis. Faut retrouver des habitudes. Au niveau des activités, vu qu’il pleut beaucoup, c’est plus difficile d’en faire. Au niveau de la langue, moi, ça va, mais ma femme est en train d’apprendre. Ce n’est pas facile. On ne connaît pas tout le vocabulaire. L’adaptation n’est pas simple, mais ils s’y font. Après, ils rentrent régulièrement en France, tous les deux mois pour voir la famille. Ça les dépayse moins comme ça.

Un des buts d'Idriss, à Clermont (à 1 min 44)
Vidéo

Est-ce qu’il y a des Français qui t’ont aidé au début pour t’intégrer ?
L’intendant du club parle français, c’est un avantage. Il s’appelle Callum Davies. Il a étudié en France pendant un an. Il était à Montpellier l’année où le club a été champion de France. Il parle très, très bien. Au club, je parlais beaucoup plus avec Gaby (Gabriel Tamas est parti depuis au Steaua Bucarest, ndlr) qu’avec Bruno (Ecuele Manga), car il est plus réservé et timide. Après, chez les jeunes, il y a un Belge, capitaine de la sélection U18, Marco Weymans, et un Français aussi, Jordan Blaise, passé par Bordeaux. Après, j’ai pas peur de parler anglais et de me tromper. Vu que j’ai souvent été tout seul avec les kinés et que j’ai travaillé en marge du groupe, je me suis vite adapté et j’ai pu rapidement parler anglais.


Il paraît que la mer n’est pas loin de chez toi...
J’habite en face, à Ogmore-by-Sea. C’est à 100 mètres de chez moi. Il y a du vent très souvent, la pluie qui va avec et de très grosses vagues. Mais ici, ça ne les dérange pas, ils doivent avoir l’habitude. Il y a beaucoup de surfeurs. Vu qu’il y a des grosses vagues, ils en profitent.

« Deux fois par semaine, on fait pipi dans des pots afin de savoir si on est bien hydratés. Si ça n’est pas le cas, c’est sanction financière. » Idriss Saadi

Comment tu juges la ville de Cardiff ?
Elle est vraiment bien. C’est récent. Il y a le même type de magasins qu’en France. Il y a H&M, Zara, Primark, les magasins qu’on connaît quoi. Vu que ce sont des grandes enseignes, ça ne change pas de la France. Ce qui change beaucoup, c’est la manière dont ils font leurs courses. En France, on a l’habitude de faire un gros plein de courses et d’y retourner dix jours après. Ici, les caddies sont petits. Les gens, je crois, font leur course à la semaine ou au jour le jour. Au niveau de l’organisation des rayons, ce n’est pas pareil non plus. Au début, on est surpris. Par exemple, il y a des rayons entiers de chips et de sodas. Il y en a de toutes les sortes, c’est un truc de fou. Avec ma femme, on était choqués. Il y avait deux rayons remplis, mais remplis ! C’est pas la moitié cacahuètes, la moitié chips ou apéritifs. C’est que chips ! Ici, au restaurant, tu peux demander un menu avec des chips, comme si c’était des frites. Sinon, il y a des pommes de terre sautées ou de la salade. Mais les chips, ça fait partie du choix dans le menu. Je n’en raffole pas plus que ça, mais c’est impressionnant. C’est ce que tu vois en premier quand tu entres dans les magasins, donc tu te dis qu'il y a un souci (rires).


Revenons au football, les infrastructures, elles sont comment ?
C’est incroyable (il répète plusieurs fois). Par exemple, si on doit comparer la Ligue 2 et le Championship, il y a des années-lumière qui séparent les deux. C’est impressionnant. En France, on en parle souvent en disant que l’Angleterre, c’est mieux ceci, cela. C’est un mythe un peu. On ne connaît pas réellement tant qu’on ne l’a pas vécu. Et niveau football, c’est fou, fou, fou. C’est tout. À Cardiff, on a la chance d’avoir un stade qui est quasiment neuf (construit en 2003), c’est le top du top. La pelouse, on l’a encore changée dernièrement, donc on a des galettes. Les supporters, c’est en moyenne 20-24 000. Ça chante et tout. Ils démarrent le match par un chant traditionnel, car au pays de Galles, ils ont leur propre culture, leur propre langue parfois. Quand on passe de Clermont où il y a 3-4000 de moyenne à 24 000, ça change vraiment. C’est pas comme Saint-Étienne, où c’est un truc de fou aussi. En revanche, si on retrouve la Premier League, ça peut devenir comme Saint-Étienne. Ici, ce sont vraiment des amoureux du football. Dans la rue, les supporters peuvent t’arrêter, mais si je suis avec ma famille, ils me saluent juste. C’est une forme de respect, je pense. En revanche, les jours de match, quand c’est l’heure du football, là, ils t’arrêtent, demandent des photos, des autographes.



Et le centre d’entraînement, il est comment ?
Je ne sais pas comment c’est dans toute l’Angleterre, mais ici, j’ai l’impression qu’au niveau de la technologie, on a les moyens de la moitié des clubs de Ligue 1 au moins, voire plus. Deux fois par semaine, on fait pipi dans des pots afin de savoir si on est bien hydratés. Si ça n’est pas le cas, c’est sanction financière. On a l’obligation de manger au club. On a des protéines, des compléments alimentaires mis à disposition. Tous les joueurs peuvent en avoir s’ils en ont besoin. Tous les entraînements, on a les GPS sur le dos, et nos résultats sont analysés. Ils te prennent en photo dans toutes les positions possibles et imaginables quand tu arrives au club. Il faut faire des sauts. Ils t’enregistrent en vidéo. Ils calculent si tu n’as pas un déficit au niveau d’une section de ton corps. Ça m’a surpris. Ils ont toutes les données qu’il faut sur moi, il n’y a plus de secrets (rires). Ils regardent ton équilibre aussi et ils ajustent ton travail par rapport à tes manques. Comme quand ils avaient vu pour moi. Ils m’ont rééquilibré et maintenant je marche droit (rires). Avant l’entraînement, ils te demandent ton état de fatigue, l’état musculaire, si on a bien dormi, et après l’entraînement, on met une note sur vingt pour la séance. Tous les jours ! Si c’est dur, je dis que ça a été dur. Ici, il y a de quoi de travailler. Je progresse et il ne manque plus qu’à montrer sur le terrain.

Il y a d’autres choses qui t’ont marqué côté foot ?
Ce qui m’a marqué, c’est que moi qui viens de Ligue 2, un championnat qui n'est connu qu’en France quasiment, et bah quand j’ai fait ma première entrée juste quinze minutes, j’avais déjà un chant à mon nom. Ça m’a choqué. On me l’a dit, car je n’ai pas tilté vu que j’étais dans mon match. Et c’est l’intendant qui m’a dit ça. Les paroles, ça fait : « Saadi, baby, Saadi oh oh oh ! » Je ne connais pas l’air, seulement les paroles. Ça m’a vraiment marqué. C’est fou. En ville, les supporters ont beaucoup de maillots de toutes les époques. Ils sont attachés à l’identité du club, moins aux joueurs.

« Personne ne s’attendait à ça de la part de Riyad Mahrez ! Même ici, à Cardiff, on m’en a parlé. À l’heure actuelle, on peut sans doute le comparer à Eden Hazard. Ici, ça va très, très vite. C’est incroyable. » Idriss Saadi

Comment s’est déroulée ton arrivée à Cardiff ?
Avant que je me blesse (au genou), j’avais beaucoup de demandes, ça c’est normal. Après la blessure, beaucoup moins, ce qui est normal aussi (rires). Je savais que les clubs gardaient un œil sur moi et qu’ils attendaient de voir comment je revenais, ce qui est assez logique. Le chirurgien était content de l’opération et j’ai tout fait pour revenir vite et bien. En rejouant, je pensais avoir des contacts qui allaient revenir plus rapidement. Il y a très peu de clubs qui ont pris le risque, alors que beaucoup étaient intéressés. Ils se posaient des questions, ils attendaient. Au final, j’ai eu le Gazélec Ajaccio. Ce sont eux qui sont venus en premier. C’était la Ligue 1, donc ça m’avait intéressé dans un premier temps. Mais ils ne pouvaient pas recruter à titre onéreux, je crois. Clermont ne voulait pas me laisser en prêt. Ça a mis du temps ensuite. J’ai eu une offre concrète de Courtrai en Belgique et puis celle de Cardiff. Par rapport à tout ce qu’il y avait eu en janvier, c’est vrai que c’était très limité. Avant ma blessure, j’ai dû avoir entre dix et quinze propositions. Avant l’été et la préparation physique, j’en avais zéro. Quand j’ai commencé à rejouer, deux trois clubs se sont finalement manifestés. C’est un peu logique aussi, car après, au mois d’août, les clubs n’ont plus forcément le budget pour ça, car le recrutement a déjà été fait. Fin août, on a beaucoup moins de possibilité qu’au début du mercato. Ça fait partie du foot. Ce n’était pas une désillusion. Au moment où je me suis blessé, je savais que ça allait être difficile. Quand tu fais du foot, tu sais que ça va vite, qu’il y a tellement d’enjeux que la plupart des clubs ne prennent pas trop de risques. Je me suis blessé le 24 janvier. Et les propositions, je les avais depuis décembre. Mais il me restait deux ans et demi de contrat à Clermont. Et j’aime pas partir comme ça, surtout que le club n’était pas bien classé, pas serein. Je me voyais mal abandonner tout le groupe, alors que Clermont avait misé sur moi, quand, à Saint-Étienne, on ne voulait plus me faire jouer. Je voulais aussi que le club s’y retrouve financièrement. Il ne faut pas partir pour partir. Une blessure comme les croisés, on ne peut pas la prévoir.


Il y a quelques mois, ton nom circulait pour l’équipe d’Algérie. Est-ce que les membres du staff algérien ont pris de tes nouvelles ?
Je n’ai pas eu de nouvelles du staff algérien. Pas du tout.

On vient de parler de l’Algérie, tu évolues dans le championnat anglais, tu ne vas pas échapper à la question. Riyad Mahrez, alors, c’est la folie ?
Personne ne s’attendait à ça de sa part ! Même ici, on m’en a parlé. À l’heure actuelle, on peut sans doute le comparer à Eden Hazard. Ici, ça va très, très vite. C’est incroyable.

Propos recueillis par Tanguy Le Séviller
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:25 OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement !
Hier à 18:04 Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 2 Hier à 17:31 Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 52 Hier à 17:05 Énervé, il fait mine de se masturber 20 Hier à 15:27 Čeferin espère plus de soutien politique 13
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:55 L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 14 Hier à 14:35 Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 Hier à 14:19 La douceur de Slimani 7 Hier à 13:19 Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 Hier à 12:06 Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6
mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 8 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 33 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 38 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 17 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ? jeudi 31 août Accord Benfica-OM pour Mítroglou 92 mercredi 30 août Pronostic France Pays-Bas : 580€ à gagner sur le match des Bleus ! 5 mercredi 30 août Xavi gagne à la loterie de sa banque 41 mercredi 30 août Bagarre enragée entre barras bravas au Costa Rica 27