Ibrahimovic : « Je ne crois pas qu’il y ait de Zlatan dépendance »

Modififié
5 15
Une fois n'est pas coutume, Ibra le concède volontiers : il n’y a pas que lui au PSG.

Hier soir, Zlatan est entré en cours de match. Sur son premier ballon touché, il marque un but refusé pour hors-jeu. À quelques minutes du terme, c’est lui qui inscrit le but de la victoire sur penalty et qui qualifie le PSG pour les huitièmes de finale. Mais pour le Z, pas question de parler de dépendance. « J'ai la chance de marquer ce soir. J'espère que ça va continuer comme ça pour moi, mais ce n'est pas facile de jouer une équipe qui joue défensivement, a expliqué Ibra en zone mixte. J'espère que le troisième match sera plus ouvert. Je ne crois pas qu'il y ait une Zlatan-dépendance. Je me sens bien physiquement et mentalement. C'est la clé pour très bien faire les choses. J'espère rester bien comme ça à tous les matchs et surtout nous qualifier en Ligue des champions. »

Quid de la Verratti-dépendance ? FM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Le seul joueur de Paris qui transforme réellement le jeu de l'équipe, c'est Thiago Motta.

Non seulement son sens du placement et sa qualité de passe sont sans équivalent, mais en plus il a cette capacité à "rassurer" ses partenaires au milieu de terrain, qui généralement jour plus libéré à ses côtés.
Exactement. D'ailleurs on peut remarquer que je 11 sans Zlatan s'en sort toujours,et maitrise les matches. En revanche le 11 sans Motta a toujours du mal. On perd énormément en fluidité au milieu de terrain.
J'ai pas vu le match d'hier et je suis un peu hors-sujet, mais comment il s'est démerdé Stambouli ? Il progresse ? Il stagne ? Est-il toujours détesté par les parisiens ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Pato tout proche de Chelsea
5 15