Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Le journal des losers

I'm a loser

Nouvelle rubrique sur sofoot.com dédiée aux losers de tous les pays, ceux qui ont la défaite et la désillusion chevillée au corps. Cette semaine, deux héros appelés à être récurrents : l'Atletico Madrid et le Stade Rennais. Et un petit hommage à Ariel Ortega.

Modififié
Loser se traduit par Atletico Madrid en Espagne. Problème : ils ont battu dimanche les invincibles Barcelonais. Une perf'. Cette saison, seul le Rubin Kazan avait fait mettre un genou à terre aux Blaugranas. Devant l'ampleur de la tâche, les « pupas » , les poissards en version originale, n'ont donc pas tout foutu en l'air comme de coutume. Tomas Ujfalusi et Luis Perea en avaient pourtant l'opportunité quand Ibrahimovic a réduit la distance quatre petites minutes après le coup franc parabolique de Simao. Il restait alors une bonne heure avec les arrêts de jeu pour placer un csc ou concéder un pénalty absurde, largement dans les cordes des Colchoneros. Mais, au final, battre le Barça dimanche n'avait rien d'un invraisemblable exploit, car les Blaugranas alignaient leur plus faible défense depuis 1999-2000, quand Winston Bogarde et Frédéric Dehu ouvraient en grand la porte vers Ruud Hesp. D'autant plus que l'Atletico, malgré sa lose, est depuis longtemps la bête noire du Barça. Plutôt logique d'ailleurs, puisque les Matelassiers tombent toujours mieux après avoir frôlé les sommets.




Rennes : du toit à la cave



Ce qui est valable pour l'Atletico l'est aussi pour le Stade Rennais. En une semaine, les Rouge et Noir ont offert toute leur inimitable fragrance à la France. Ca a commencé dans des vapeurs enivrantes avec un succès luxuriant face au leader bordelais (4-2). Rennes a ensuite mangé de la boue face à Quevilly, avant de terminer le nez dans la neige sur une glaçante défaite dans l'Yonne (1-0). Ou comment passer de l'extase à la honte, avant de s'enliser dans la médiocrité. Désormais, Rennes ne fait plus l'ascenseur d'une année sur l'autre, mais au coeur d'une même saison, voire d'une même semaine. Promettre sans (jamais) confirmer, les Rennais y excellent. Après la défaite auxerroise, Frédéric Antonetti a tout dit sur ce penchant rouge et noir à rater chaque opportunité d'accrocher le bon wagon : « Ce n'est pas la première. Il y a en a eu d'autres. Et il y en aura une cinquième, puis une sixième. Et après, la saison sera terminée... » .


Ortega au fond de la bouteille



El Burrito a débuté la saison le goulot à la bouche. Premier épisode des déboires du poivrot : Ariel préfère sécher le début d'une concentration bien mal placée, vendredi à l'heure de l'apéro, faut pas déconner. Arrivé le samedi la bouche pâteuse, l'entraîneur le dispense de match. Puni, Ariel retient la leçon : le vendredi suivant, “El Burrito” est à l'heure. Pas de bol, son estomac le trahit, et l'empêche de s'entraîner normalement. De quoi ajouter un nouvel épisode au feuilleton populaire des chutes et rechutes du meneur de jeu de l'Argentine de 2002, celle qui devait tout bouffer. Passé par là et par pire, Maradona a tenu à soutenir la barrique : « Je demande à Dieu qu'il le sorte de là, car il ne mérite pas être exposé tous les jours à la télévision à cause de son problème, car c'est un type génial » . En novembre, Ortega s'était plaint du harcèlement médiatique et avait confessé : « Je pleure quand je suis seul » . Pour le moment, River l'accepte toujours à l'entraînement.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 26 minutes Neymar lance son propre jeu de foot 17
il y a 3 heures La statue de Falcao 21 il y a 3 heures Un Ballon d'or créé pour les femmes 28 il y a 6 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 4
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi