Houllier : « Arsène a une pression énorme »

L'ancien entraîneur de Liverpool et d'Aston Villa juge les forces en présence de la Premier League. Entretien.

Modififié
0 0
Vous le sentez comment le championnat d'Angleterre (1) ?


Certaines équipes doivent faire évoluer leur jeu cette année. City, par la force de son recrutement et de la volonté de Mancini, jouera de manière plus offensive. Villa-Boas devra réinventer le jeu des Blues, un peu comme l'avait fait Mourinho en 2004 mais avec des joueurs plus jeunes. Son travail sera passionnant à suivre. Manchester United a une vraie volonté de rajeunir son effectif mais dans le onze type, il n'y a que quelques retouches. Leur but est de se rapprocher du Barça et ils devront trouver une parade dans le jeu pur; eux aussi donc bougeront. Sur ce que j'ai vu, il faudra compter avec les deux Manchester, c'est du costaud et Chelsea est encore en rodage face à des adversaires faciles, Norwich et Stoke. Il faudra faire également avec Tottenham que je vois bien intégrer le top 4, surtout avec Modric dans ses rangs. Il faut aussi faire confiance à Arsenal malgré les rumeurs de transferts et tout ce qui s'est passé. Pour être dans les places qualificatives de la C1, il y aura six prétendants: United, City, Liverpool, Tottenham, Arsenal, Chelsea... Il y a trois championnats en un. Celui des six de tête, celui du milieu de tableau et celui de fin de classement.

Vous croyez vraiment que les Spurs peuvent terminer dans le Big Four ?


(Soupirs) Déjà la contre-performance, ce serait que les deux Manchester et Chelsea n'y soient pas. Ensuite, l'autre place devrait se jouer entre Arsenal, Tottenham et Liverpool sûrement cette année. Ce sera le moins irrégulier des trois qui y sera.

Et Liverpool ?


Je vois les Reds retrouver leur place dans le Big Four. Leur première mi-temps contre Sunderland était exceptionnelle et leur victoire à l'Emirates probante. Ils ont de bonnes recrues et ils n'ont pas encore récupéré Steven Gerrard. S'il va revenir ? Je l'ai eu il y a peu au téléphone et il a fait une infection après son opération, rien de préoccupant. C'est un gagneur, un homme au mental exceptionnel. Sauf accident, Liverpool sera dans les quatre. En plus, Dalglish insuffle une âme nouvelle au club, un retour à la tradition.

On n'attendait peut-être pas les Citizens à ce niveau en revanche...


City a su garder un effectif stable; les recrues de l'hiver comme Dzeko se sont adaptés à la Premier League. Après, je suis un peu étonné par le nombre de joueurs offensifs dont ils disposent : Tevez, Agüero, Nasri, Dzeko, Johnson, Silva, Balotelli c'est question mark, et j'en oublie... je ne sais pas comment ils vont cohabiter. Ils ont aussi un bon gardien, une bonne défense comme base de l'année dernière. La victoire en Cup et le fait de ne pas avoir à disputer les barrages de la Champions leur a donné une confiance énorme. Il y a là-bas comme dans tous les grands clubs avec de grands joueurs une pression gigantesque. Ses succès ont boosté autant l'équipe que le club dans son ensemble. Comme United qui n'a pas connu un tel départ depuis l'arrivée de Sir Alex, ils surfent sur un tempo très élevé.

Au-delà de la Cup, y a-t-il un autre déclic pour expliquer le démarrage de City ?


D'abord, ils ont un joueur d'exception avec Silva... Exceptionnel.

Il était déjà là l'année dernière..


Il a mis six mois à s'adapter et il ne jouait pas toujours. Il est toujours créatif, donne des ballons incroyables. Agüero va être “overfed” (suralimenté) avec Silva et Nasri. Ils ont de très bons joueurs partout.

Ils n'en ont pas un peu trop justement ?


Mancini ne fait que des changements au milieu et devant et il n'en fait quasiment pas derrière... En défense, c'est compliqué, vaut mieux pas changer. On joue au feeling, à l'anticipation, vaut mieux avoir la même paire de centraux.

Et Arsenal ?


Les Gunners ont failli garder Nasri et Fabregas. Il faut savoir qu'Arsène est très soucieux de ne prendre que des bons joueurs. Il veut s'assurer que le gars qui vient est talentueux et possède beaucoup d'intelligence et un grand désir de vaincre. Pas facile. Il a tout fait pour les garder. S'ils avaient gagné la Coupe de la Ligue en février contre Birmingham comme Mourinho l'avait fait à son arrivée à Chelsea ou moi-même avec Liverpool, on ne serait pas là à parler du manque de titres. Cela aurait agi comme un déclic comme pour City avec la Cup, ils auraient été désinhibés. Ils ne leur manquent pas grand chose pour déclencher une dynamique. Leur participation à la Champions va avoir une influence bénéfique. Arsène a une pression énorme. La culture des grands clubs, c'est de gagner et de regagner encore. Arsène l'a trop fait pour ne pas recommencer encore.

Et les recrues des Gunners vous y croyez ?


Ils ont pris de l'expérience...

Pourquoi Wenger a t-il recruté en toute fin de mercato ?


Il a toujours pensé qu'il allait garder Fabregas et si jamais vous achetez avant de vendre, vous envoyez un signe fort que vous voulez vous débarrasser du joueur. Il était donc un peu pieds et mains liés. Il a été surpris que Nasri demande un transfert. En plus, il en a perdu un à une semaine de la fin des transferts et l'autre à quatre jours. Et ensuite Wilshere se blesse jusqu'en février. Arteta, même s'il n'a pas joué beaucoup la saison dernière, est une bonne recrue. Il a de l'expérience, il connaît la Premier League, en plus il va remplacer Wilshere pendant son absence.

Comment ça se passe quand vous avez un joueur auquel il reste un an de contrat avec une valeur marchande estimée entre 20 et 25 millions d'euros ?


Il y a deux cas de figure : soit il resigne, soit vous le vendez et vous savez que ça va pas rapporter beaucoup, sauf si c'est un bon joueur. Soit vous acceptez que le joueur ait amorti son contrat et vous savez que le joueur sera libre en fin de saison. Je crois qu'Arsène était prêt a dire : « Je ne peux pas perdre tous mes joueurs quand même, donc je garde Nasri » . Ensuite, c'est la volonté du joueur, qui veut absolument partir, qui a forcé Arsène à accepter. Vous savez, un joueur, à partir du moment où il a été contacté, il n'est plus avec vous.

C'est quoi le problème d'Arsenal ?


L'une de ses dates fatidiques c'est la finale de la Cup contre Birmingham en février où il y a cette erreur à la fin. S'ils avaient gagné le match, même aux penalties, ça leur aurait enlevé une pression, on attend tellement un trophée, il arrive, ouf, on joue différemment, on a confiance. C'est ce qui est arrivé à Manchester City. Ensuite, évidemment, on se dit : « On a gagné, il n'a aucune raison de ne pas reproduire ça. On peut continuer » . Dans la foulée, ils étaient toujours dans le Big Four. La grosse surprise en revanche, c'est Birmingham...

Cette saison, on a l'impression que les clubs anglais ont voulu anticiper le fair-play financier en signant des jeunes...


A Villa comme dans la plupart des clubs, il n'y a pas d'obsession par rapport au fair-play financier, on est juste préoccupés par le wage bill, la réduction de la masse salariale. On profite plutôt de la nouvelle politique de détection initiée par la Fédération alors que j'étais encore à Liverpool. Cela fait deux fois de suite que les Espoirs vont loin dans les compétitions européennes, sans parler des U21. Les sélections de jeunes vont de plus en loin, la refonte des académies commence juste à porter ses fruits. De jeunes Anglais brillants, comme j'en ai eus à Villa (Delfouneso, Allbrighton, Delph, Gardner), c'est la raison principale pour laquelle les clubs du pays les recrutent. Cela explique qu'Arsenal ou United dépensent 15 à 20 M€ pour des joueurs comme Oxlade-Chamberlain ou Jones. Ils préfèrent les prendre maintenant à ce prix plutôt que dans un an ou deux à des tarifs inabordables. En outre, il faut savoir qu'à valeur égale, l'entraîneur de Premier League fera toujours jouer un joueur anglais plutôt qu'un étranger. Tout le contraire de la France. Il y a toujours aussi cette possibilité, que Bruxelles continue de refuser mais à laquelle beaucoup de gens sont attachés, d'aligner six joueurs sélectionnables du pays. Des clubs comme Liverpool ou Aston Villa veulent aussi garder leurs racines et culturelles et linguistiques. Les entraîneurs aiment aussi, même lorsqu'ils sont étrangers, le goût de l'effort et le sens du collectif des footballeurs anglais.

Des jeunes à suivre en 2011/12 ?


Si je devais miser quelques pièces sur des jeunes, je dirais que Chicharito, qui devrait être encore meilleur que l'an passé et Welbeck devrait faire beaucoup de bien à United devant, j'y ajouterai Delph d'Aston Villa... Sans oublier Ramsey chez les Gunners.

L'influence de l'Espagne qui domine le monde en club comme en sélection est-elle palpable en Angleterre ?


Il y a finalement peu d'entraîneurs anglais en Premier League. Je crois que cela influence sans nécessairement faire école. Cela doit travailler plus les dirigeants que les coachs qui sont plutôt préoccupés par les trois résultats à venir et leur avenir proche. Les clubs sont forcément impressionnés par la philosophie de jeu d'un club comme Barcelone. Il y a une véritable continuité entre le travail effectué chez les jeunes et le "résultat final" de l'équipe fanion, ce savoir-faire là, oui, fait inévitablement réfléchir les clubs anglais.

(1) Entretien réalisé en partie fin août.

Gad Messika et Rico Rizzitelli

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0