Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Ce jour-là – 24 mai 1964

Horreur à Lima

Le Dimanche 24 mai 1964 se produit « la plus grande et douloureuse hécatombe vécue par Lima en tant de paix » , comme le considère le lendemain de la tragédie, le quotidien El Comercio. 318 morts au stade Nacional. L'un des plus grands drames de l'histoire du football.

Modififié
«  Si j'avais su que 300 personnes allaient mourir, j'aurais validé le but et abandonné l'arbitrage dans la foulée » . Dans l'histoire du football, aucun coup de sifflet n'a provoqué de conséquences aussi tragiques, que celui de l'Uruguayen, Angel Eduardo Pazos. On jouait la 88e minute d'un Pérou-Argentine, qualificatif pour les Jeux Olympiques. L'Inca, Victor Lobaton s'avance alors crampons en avant pour cueillir un ballon de volée et trompe à bout portant le gardien albiceleste. Le but de l'égalisation. Le stade Nacional de Lima, saturé par 47000 personnes, explose. De joie d'abord. Puis de rage, quand l'arbitre annule le but pour un supposé et très contestable jeu dangereux.
Cette décision n'éliminait pas le Pérou de la course aux JO de Tokyo, mais compliquait singulièrement sa tâche. Deux minutes restaient toutefois encore à jouer. Elles ne seront jamais disputées. A la suite de l'annulation du but, quelques spectateurs commencent à envahir le terrain. Voleur, proxénète, bref, gangster, Víctor Melecio squez Campos, connu dans le monde du crime comme « la bombe noire » , s'extirpe notamment des tribunes pour en découdre avec l'arbitre. Des travées surpeuplées commencent à voler nombre d'objets : bouteilles, pierres, sièges. La réaction de la police sera violente. Disproportionnée. Et ses conséquences tragiques.

Face à l'ambiance surchauffée et à la menace d'un envahissement plus massif du terrain, les forces de l'ordre recourent aux gaz lacrymogènes. Panique au stade Nacional. Les spectateurs se précipitent vers la sortie. Des portes métalliques se dressent devant eux, fermées pour empêcher l'entrée sauvage des nombreux fans qui n'ont pu acquérir de billets. Selon certains témoignages, des balles auraient aussi été tirées par la police, dans la cohue. En quelques minutes, 328 personnes périssent, asphyxiées ou piétinées. Aux alentours du stade, l'ambiance est insurrectionnelle. Boutiques et véhicules brûlés. Policiers pris à partie. Pillages.

Une semaine nationale

Ce match entre Pérou et Argentine se déroulait dans le cadre d'un tournoi pré-olympique, organisé par le pays de Mario Vargas Llosa. Sept pays participent à ce mini-championnat. Les deux premiers devaient valider leur billet pour les JO de Tokyo. A la suite de la tragédie de Lima, le tournoi sera immédiatement suspendu. Il restait cinq matches à disputer. Il est alors décidé que l'Argentine, leader, sera qualifiée. Pour la deuxième place, un match sera disputé entre le Pérou et le Brésil. Il aura lieu le 7 juin à Rio de Janeiro, dans l'indifférence générale. Victoire du Brésil (4-0).

Le lendemain de la tragédie, le Pérou pleure ses morts et la révolte gronde. Le comportement de la police indigne. Des universitaires s'affrontent aux forces de l'ordre. Un an seulement après le retour à la démocratie, la situation politique du pays est encore instable. Le président Fernando Belaude déclare l'état d'urgence, et suspend les garanties constitutionnelles pour trente jours. Une semaine de deuil national est également décrétée.

Vidéo


Marcelo Assaf, avec Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 19:30 L'ES Tunis corrigée par Al Ain en quarts du Mondial des clubs 3 Hier à 16:09 Kashima cuisine les Chivas 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi